loader

Principal

Les complications

Diabète sucré

Le diabète sucré est une maladie endocrinienne causée par une carence dans le corps de l'hormone insuline ou de son faible activité biologique. Elle se caractérise par une violation de tous les types de métabolisme, des lésions des vaisseaux sanguins petits et grands et se manifeste par une hyperglycémie.

Le premier qui a donné le nom de la maladie - "diabète" était le médecin Arethius, qui a vécu à Rome au deuxième siècle de notre ère. e. Beaucoup plus tard, déjà en 1776, le docteur Dobson (un Anglais de naissance), en examinant l'urine des patients diabétiques a révélé qu'il avait un goût sucré, qui a parlé de la présence de sucre. Ainsi, le diabète a commencé à être appelé "sucre".

Pour tout type de diabète, la surveillance de la teneur en sucre dans le sang devient l'une des tâches principales du patient et de son médecin traitant. Plus le niveau de sucre se rapproche des limites normales, moins il y a de symptômes de diabète et moins il y a de risque de complications

Pourquoi le diabète se produit-il et qu'est-ce que c'est?

loading...

Diabète - une maladie métabolique qui se produit en raison de la formation insuffisante propre insuline du patient (maladie de type 1) ou en raison d'une violation de l'impact de l'insuline sur les tissus (type 2). L'insuline est produite dans le pancréas et, par conséquent, les patients diabétiques se retrouvent souvent parmi ceux qui présentent diverses anomalies dans le travail de cet organisme.

Les patients atteints de diabète de type 1 sont appelés «insulino-dépendants» - ils ont besoin d'injections régulières d'insuline et, très souvent, ils souffrent d'une maladie congénitale. En règle générale, la maladie de type 1 se manifeste pendant l'enfance ou l'adolescence et ce type de maladie survient dans 10 à 15% des cas.

Le diabète sucré de type 2 se développe progressivement et est considéré comme un "diabète chez les personnes âgées". Ce genre d'enfants ne se produit presque pas, et est généralement caractéristique pour les personnes de plus de 40 ans, souffrant d'un excès de poids. Ce type de diabète survient dans 80 à 90% des cas et est hérité dans près de 90 à 95% des cas.

Classification

loading...

C'est quoi Le diabète sucré peut être de deux types: insulino-dépendant et insulinodépendant.

  1. Le diabète sucré de type 1 survient dans un contexte d'insuffisance d'insuline, il est donc appelé insulino-dépendant. Avec ce type de maladie, le pancréas fonctionne de manière inadéquate: il ne produit pas du tout d'insuline ou le produit dans un volume insuffisant pour traiter la quantité minimale de glucose entrant. Il en résulte une augmentation du taux de glucose dans le sang. En règle générale, le diabète de type 1 est causé par des personnes minces de moins de 30 ans. Dans de tels cas, les patients reçoivent des doses supplémentaires d'insuline pour prévenir l'acidocétose et maintenir un niveau de vie normal.
  2. Le diabète de type 2 affecte jusqu'à 85% de tous les patients atteints de diabète, en particulier ceux de plus de 50 ans (en particulier les femmes). Pour les patients diabétiques de ce type, un poids excessif est caractéristique: plus de 70% de ces patients sont obèses. Il s'accompagne de la production d'une quantité suffisante d'insuline, à laquelle les tissus perdent progressivement leur sensibilité.

Les causes du développement des types de diabète I et II sont fondamentalement différentes. Chez les diabétiques de type 1, en raison d'une infection virale ou d'une agression auto-immune, les cellules bêta produisant de l'insuline se décomposent, ce qui explique pourquoi sa carence se développe avec toutes les conséquences dramatiques. Chez les patients atteints de diabète de type 2, les cellules bêta produisent suffisamment ou même une quantité accrue d'insuline, mais les tissus perdent la capacité de percevoir son signal spécifique.

Les causes

loading...

Le diabète est l'un des troubles endocriniens les plus courants avec une augmentation constante de la prévalence (en particulier dans les pays développés). Ceci est le résultat d'un style de vie moderne et d'une augmentation du nombre de facteurs étiologiques externes, parmi lesquels l'obésité est reconnue.

Les principales raisons du développement du diabète sont les suivantes:

  1. La suralimentation (augmentation de l'appétit) entraînant l'obésité est l'un des principaux facteurs du développement du diabète de type 2. Si, parmi les personnes ayant l'incidence du poids normal du corps du diabète est de 7,8%, le poids supérieur à 20% de l'incidence du diabète était de 25%, et plus de poids corporel de 50% la fréquence est de 60%.
  2. maladie autoimmune (l'attaque du système immunitaire sur les tissus du corps.) - glomérulonéphrite, la thyroïdite auto-immune, l'hépatite, le lupus, etc. peuvent également être compliquées par le diabète.
  3. Facteur héréditaire. En règle générale, le diabète est plusieurs fois plus fréquent chez les proches des patients atteints de diabète sucré. Si vous êtes malade avec le diabète, les deux parents, le risque de diabète pour leurs enfants pour une durée de vie égale à 100%, manger un parent malade - 50%, dans le cas du diabète ont un frère ou une soeur - 25%.
  4. Les infections virales qui détruisent les cellules pancréatiques qui produisent de l'insuline. Parmi les infections virales pouvant causer le développement du diabète, on peut citer: la rubéole, la parotidite virale (oreillons), la varicelle, l'hépatite virale, etc.

Une personne qui a des antécédents familiaux de diabète tout au long de la vie ne peut jamais devenir diabétique, se contrôler lui-même, un mode de vie sain, une bonne nutrition, l'activité physique, la surveillance par un médecin, etc. Typiquement, le premier type de diabète se manifeste chez les enfants et les adolescents.

En conséquence de la recherche, les médecins sont venus à la conclusion que les causes du diabète hérédité à 5% en fonction du côté de la mère, 10% sur le père, et si les deux parents souffrent de diabète, la probabilité de transmission de la sensibilité au diabète augmente à près de 70%.

Signes de diabète chez les femmes et les hommes

loading...

Il existe un certain nombre de signes de diabète sucré, caractéristiques à la fois des types 1 et 2 de la maladie. Ceux-ci comprennent:

  1. Sensation de soif inextinguible et de miction fréquente, qui entraînent une déshydratation du corps;
  2. Un des signes est également la sécheresse de la bouche;
  3. Fatigue accrue;
  4. Bâillement, somnolence;
  5. Faiblesse;
  6. Guérit très lentement les plaies et les coupures;
  7. Nausée, peut-être vomissement;
  8. Respiration fréquente (éventuellement avec l'odeur de l'acétone);
  9. Palpitations cardiaques;
  10. Démangeaisons des organes génitaux et démangeaisons de la peau;
  11. Perte de poids;
  12. Augmentation de la miction;
  13. Détérioration de la vision.

Si vous avez les signes de diabète énumérés ci-dessus, vous devez alors mesurer le taux de sucre dans le sang.

Symptômes du diabète

loading...

Dans le diabète sucré, la gravité des symptômes dépend du degré de diminution de la sécrétion d'insuline, de la durée de la maladie et des caractéristiques individuelles du patient.

En règle générale, les symptômes du diabète de type 1 sont aigus, la maladie commence soudainement. Dans le diabète de type 2, la santé se détériore progressivement, au stade initial, les symptômes sont maigres.

  1. Une soif excessive et des mictions fréquentes sont les signes et symptômes classiques du diabète. Lorsque la maladie est excessive, le sucre (glucose) s'accumule dans le sang. Vos reins sont obligés de travailler intensivement pour filtrer et absorber l'excès de sucre. Si vos reins ne résistent pas, l'excès de sucre est éliminé du corps dans l'urine avec un liquide des tissus. Cela provoque des mictions plus fréquentes, ce qui peut entraîner une déshydratation. Vous voudrez boire plus de liquide pour étancher votre soif, ce qui conduit à nouveau à des mictions fréquentes.
  2. La fatigue peut être causée par de nombreux facteurs. Elle peut également être causée par la déshydratation, la miction fréquente et l'incapacité du corps à fonctionner correctement, car moins de sucre peut être utilisé pour générer de l'énergie.
  3. Le troisième symptôme du diabète est la polyphagie. C'est aussi une soif, non plus d'arroser, mais de manger. L'homme mange et se sent donc pas la satiété, et remplir l'estomac avec de la nourriture, qui est ensuite rapidement transformé en une nouvelle faim.
  4. Perte de poids intensive Ce symptôme est inhérent principalement au diabète de type I (insulino-dépendant) et il est souvent au début des filles heureuses. Cependant, leur joie passe quand ils apprennent la véritable cause de la perte de poids. Il convient de noter que la perte de poids a lieu dans le contexte d'augmentation de l'appétit et la nourriture abondante, ce qui ne peut que susciter des inquiétudes. Assez souvent, la perte de poids entraîne l'épuisement.
  5. Les symptômes du diabète peuvent parfois inclure des problèmes de vision.
  6. Cicatrisation lente des plaies ou des infections fréquentes.
  7. Des picotements dans les mains et les pieds.
  8. Gencives rouges, gonflées et sensibles.

Si les premiers symptômes du diabète ne prennent pas des mesures, puis finalement là complications associées avec le tissu de la malnutrition - ulcères trophiques, les maladies vasculaires, les changements de la sensibilité, diminution de la vision. Une complication grave du diabète est un coma diabétique qui survient plus souvent avec le diabète insulino-dépendant en l'absence d'un traitement insulinique suffisant.

Degrés de gravité

loading...

La séparation des degrés de gravité est une rubrique très importante dans la classification du diabète.

  1. Caractérise l'évolution la plus favorable de la maladie à laquelle tout traitement doit s'attaquer. Lorsque la mesure du processus, il est entièrement compensé, le niveau de glucose ne dépasse pas 7,6 mmol / l, la glycosurie hors ligne (excrétion de glucose dans l'urine), des indicateurs de l'hémoglobine glyquée et la protéinurie ne sont pas au-delà des valeurs normales.
  2. Cette étape du processus indique une compensation partielle. Il existe des signes de complications du diabète et la défaite des organes typiques des cibles: yeux, reins, cœur, vaisseaux, nerfs, membres inférieurs. Le niveau de glucose est légèrement élevé et est de 7-10 mmol / l.
  3. Un tel processus indique son progrès constant et l’impossibilité du contrôle des drogues. Le taux de glucose est compris entre 13-14 mmol / l, glycosurie noté résistant (excrétion du glucose dans l'urine), la forte protéinurie (protéines dans l'urine), semble évidente manifestation se déroulait l'atteinte des organes cibles dans le diabète. Acuité visuelle progressivement réduite, persistance d'une hypertension artérielle sévère, diminution de la sensibilité avec apparition d'une douleur et d'un engourdissement sévères des membres inférieurs.
  4. Ce degré caractérise la décompensation absolue du processus et le développement de complications graves. Ainsi, le niveau de glucose monte à des nombres critiques (15 à 25 et plus mmol / l), répond mal à tous les moyens de correction. Le développement de l'insuffisance rénale, des ulcères diabétiques et de la gangrène des extrémités est caractéristique. Un autre critère pour le 4ème degré de diabète est la tendance à développer des comas diabétiques fréquents.

On distingue également trois états de compensation pour les violations du métabolisme glucidique: compensés, sous-compensés et décompensés.

Diagnostic

loading...

Si les signes suivants coïncident, le diagnostic de "diabète" est établi:

  1. La concentration de glucose dans le sang (à jeun) dépassait la norme de 6,1 millimoles par litre (mol / l). Après avoir mangé en deux heures - au-dessus de 11,1 mmol / l;
  2. Si le diagnostic est douteux, un test de tolérance au glucose est effectué dans la répétition standard et indique un excès de 11,1 mmol / l;
  3. Dépassement du taux d'hémoglobine glycosylée - plus de 6,5%;
  4. La présence de sucre dans l'urine;
  5. La présence d'acétone dans l'urine, bien que l'acétonurie ne soit pas toujours un indicateur du diabète.

Quelle est la norme du sucre?

  • 3.3 - 5.5 mmol / l est la norme de la glycémie quel que soit votre âge.
  • 5,5 - 6 mmol / l est un prédiabète, une violation de la tolérance au glucose.

Si le niveau de sucre a montré une note de 5,5 - 6 mmol / l est le signal de votre corps qu'une violation du métabolisme des glucides a commencé, tout cela signifie que vous êtes entré dans la zone de danger. La première chose à faire est d'abaisser le taux de sucre dans le sang, de se débarrasser de l'excès de poids (si vous avez un poids supplémentaire). Limitez-vous à une consommation de 1800 calories par jour, incluez des aliments pour diabétiques dans votre alimentation, abandonnez les sucreries, cuisinez pour un couple.

Les conséquences et les complications du diabète

loading...

Les complications aiguës sont des conditions qui se développent pendant des jours, voire des heures, en présence de diabète.

  1. L'acidocétose diabétique est une affection grave qui se développe à la suite de l'accumulation dans le sang de produits du métabolisme intermédiaire des graisses (corps cétoniques).
  2. Hypoglycémie - abaissement de la glycémie en dessous de la valeur normale (généralement inférieure à 3,3 mmol / l), est due à une surdose de médicaments antidiabétiques, les maladies concomitantes, l'exercice ou l'insuffisance de nourriture inaccoutumée, spiritueux heure.
  3. Coma hyperosmolaire. Elle survient principalement chez les patients âgés atteints de diabète de type 2, chez ou sans anamnèse, et est toujours associée à une déshydratation sévère.
  4. coma Laktatsidoticheskaya chez les patients diabétiques en raison de l'accumulation d'acide lactique dans le sang et se produit généralement chez des patients âgés de plus de 50 ans sur le fond de cardio-vasculaire, hépatique et une insuffisance rénale, réduit l'apport d'oxygène aux tissus et, en conséquence, l'accumulation dans les tissus de l'acide lactique.

Les conséquences tardives représentent un groupe de complications dont le développement nécessite des mois et, dans la plupart des cas, des années de survenue de la maladie.

  1. Rétinopathie diabétique - lésions rétiniennes sous forme de microanévrismes, hémorragies localisées et ponctuées, exsudats durs, œdème, formation de nouveaux vaisseaux. Il se termine par des hémorragies sur le fundus, pouvant entraîner un décollement de la rétine.
  2. micro-diabétique et la macroangiopathie - violation de la perméabilité vasculaire augmentent leur fragilité, une tendance à la thrombose et l'athérosclérose (se produit tôt, affecte principalement les navires petits).
  3. Polyneuropathie diabétique - le plus souvent sous la forme d'une neuropathie périphérique bilatérale du type "gants et bas", commençant dans les parties inférieures des membres.
  4. La néphropathie diabétique est une atteinte rénale, d'abord sous forme de microalbuminurie (excrétion de protéine albumine avec de l'urine), puis de protéinurie. Cela conduit au développement d'une insuffisance rénale chronique.
  5. Arthropathie diabétique - douleur dans les articulations, "croquer", limiter la mobilité, réduire la quantité de liquide synovial et augmenter sa viscosité.
  6. L'ophtalmopathie diabétique, en plus de la rétinopathie, comprend le développement précoce de la cataracte (opacité du cristallin).
  7. Encéphalopathie diabétique - changements dans le psychisme et l'humeur, labilité émotionnelle ou dépression.
  8. Le pied diabétique - arrêt des dommages patient diabétique sous forme de processus nécrotiques, des ulcères et des lésions osseuses et articulaires, se produisant dans le contexte des changements dans les nerfs périphériques, les vaisseaux sanguins, la peau et des tissus mous, les os et les articulations. C'est la principale cause d'amputation chez les patients atteints de diabète sucré.

De plus, avec le diabète, le risque de développer des troubles mentaux - dépression, troubles anxieux et troubles de l'alimentation - augmente.

Comment traiter le diabète sucré?

loading...

Actuellement, le traitement du diabète dans la grande majorité des cas est symptomatique et vise à éliminer les symptômes existants sans éliminer la cause de la maladie, puisque le traitement efficace du diabète n'a pas encore été développé.

Les principales tâches du médecin dans le traitement du diabète sont:

  1. Compensation du métabolisme des glucides.
  2. Prophylaxie et traitement des complications.
  3. Normalisation du poids corporel.
  4. Formation du patient.

Selon le type de diabète, l’injection d’insuline ou l’ingestion de médicaments ayant un effet réducteur de sucre sont prescrits. Les patients doivent suivre un régime dont la composition qualitative et quantitative dépend également du type de diabète sucré.

  • Dans le diabète de type 2, un régime alimentaire et des médicaments réduisant le taux de glucose dans le sang sont prescrits: le glibenclamide, le glenororm, le glyclazide, le glybutide et la metformine. Ils sont pris par voie orale après sélection individuelle d'un médicament particulier et sa posologie par un médecin.
  • Avec le diabète de type 1, l'insuline et le régime alimentaire sont prescrits. La dose et le type d'insuline (action à court, moyen ou long terme) sont choisis individuellement à l'hôpital, sous le contrôle de la teneur en sucre du sang et de l'urine.

Le diabète sucré doit nécessairement être traité, sinon il est lourd de conséquences très graves, qui ont été énumérées ci-dessus. Plus le diabète est diagnostiqué tôt, plus il y a de chances que les conséquences négatives puissent être évitées et vivre une vie normale et complète.

Régime alimentaire

loading...

L'alimentation en diabète est une partie essentielle du traitement, ainsi que l'utilisation de médicaments hypoglycémiants ou d'insuline. Sans régime, la compensation du métabolisme glucidique est impossible. Il convient de noter que dans certains cas, avec le diabète de type 2, seuls les régimes suffisent à compenser le métabolisme des glucides, en particulier dans les premiers stades de la maladie. Avec le premier type de diabète, les régimes sont vitaux pour le patient, une violation du régime alimentaire peut conduire à un coma hypo- ou hyperglycémique et, dans certains cas, au décès du patient.

La diétothérapie dans le diabète a pour tâche d’assurer une charge physique uniforme et adéquate de l’apport en glucides dans le corps du patient. Le régime alimentaire doit être équilibré par les protéines, les graisses et les calories. Il est nécessaire d'exclure complètement les glucides digestibles du régime, sauf en cas d'hypoglycémie. Dans le diabète de type 2, il devient souvent nécessaire de corriger le poids corporel.

Le principal concept du régime alimentaire du diabète est l'unité du pain. L'unité de pain est une mesure conditionnelle égale à 10-12 g de glucides ou 20-25 g de pain. Il existe des tableaux indiquant le nombre d'unités de pain dans différents produits alimentaires. Pendant la journée, le nombre d'unités de pain utilisées par le patient doit rester constant; une moyenne de 12-25 unités de pain par jour, en fonction du poids corporel et de l'activité physique. Pour un repas, il n'est pas recommandé de manger plus de 7 unités de pain, il est donc souhaitable d'organiser les repas de manière à ce que le nombre d'unités de pain dans les différents repas soit approximativement le même. Il convient également de noter que la consommation d'alcool peut entraîner une hypoglycémie à distance, y compris un coma hypoglycémique.

Une condition importante pour le succès de la thérapie diététique est de maintenir l'alimentation du journal du patient, il est amené tous les aliments consommés pendant la journée, et a calculé le nombre d'unités de pain, upotreblonnyh chaque aliment de réception et l'ensemble de la journée. Tenir un journal de la nourriture dans la plupart des cas, d'identifier la cause des épisodes hypo- et hyperglycémiques, favorise l'éducation des patients, aide le médecin à choisir la dose adéquate d'agents hypoglycémiants ou de l'insuline.

Auto-surveillance

loading...

La maîtrise de soi du niveau de glycémie est l'une des principales mesures permettant d'obtenir une compensation efficace à long terme du métabolisme glucidique. Étant donné qu’il est impossible au niveau technologique actuel de simuler complètement l’activité sécrétoire du pancréas, les fluctuations de la glycémie se produisent pendant la journée. Ceci est influencé par de nombreux facteurs, les principaux étant la charge physique et émotionnelle, le niveau de glucides consommés, les maladies et conditions concomitantes.

Comme il est impossible de garder le patient à l'hôpital tout le temps, la surveillance de la condition et la correction insignifiante des doses d'insuline à courte durée d'action sont imposées au patient. La maîtrise de soi de la glycémie peut être réalisée de deux manières. La première est approximative à l'aide de bandelettes de test, qui déterminent le niveau de glucose dans l'urine en utilisant une réaction qualitative, en présence de glucose dans l'urine, la teneur en acétone doit être vérifiée. L'acétonurie est une indication pour l'hospitalisation en milieu hospitalier et un certificat d'acidocétose. Cette méthode d'évaluation de la glycémie est plutôt approximative et ne permet pas de surveiller complètement l'état du métabolisme des glucides.

Une méthode plus moderne et adéquate pour évaluer la condition est l'utilisation de glucomètres. Le glucomètre est un appareil de mesure du taux de glucose dans les liquides organiques (sang, liqueur, etc.). Il existe plusieurs méthodes de mesure. Récemment, des glucomètres portables ont été largement utilisés pour les mesures à domicile. Il suffit de placer une goutte de sang sur une plaque indicatrice jetable fixée au dispositif d'un biocapteur de glucose-oxydase et, après quelques secondes, le taux de glucose dans le sang (glycémie) est connu.

Il convient de noter que les lectures de deux glucomètres de différentes entreprises peuvent différer et que le niveau de glycémie indiqué par le glucomètre est généralement de 1 à 2 unités plus élevé que le taux réel. Par conséquent, il est souhaitable de comparer les lectures du glucomètre avec les données obtenues lors de l'examen dans une polyclinique ou un hôpital.

Insulinothérapie

loading...

Le traitement à l’insuline vise à maximiser la compensation possible du métabolisme des glucides, à prévenir l’hypoglycémie et à prévenir les complications du diabète sucré. Le traitement par insuline est vital pour les personnes atteintes de diabète de type 1 et peut être utilisé dans un certain nombre de situations chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Indications pour le rendez-vous de l'insulinothérapie:

  1. Diabète sucré type 1
  2. Acidocétose, hyperosmolaire diabétique, coma hyperlacidémique.
  3. Grossesse et accouchement avec diabète.
  4. Décompensation significative du diabète sucré de type 2.
  5. Absence d'effet du traitement par d'autres méthodes de diabète sucré de type 2.
  6. Perte de poids significative dans le diabète sucré.
  7. Néphropathie diabétique.

À l'heure actuelle, il existe un grand nombre de préparations d'insuline, qui diffèrent par la durée d'action (ultracourtes, à court, moyen, étendu), le degré de purification (monopikovye, monocomposant) la spécificité de l'espèce (humaine, porcine, bovine, génie génétique, etc.).

En l'absence d'obésité et de fortes charges émotionnelles, l'insuline est prescrite à raison d'une dose de 0,5 à 1 unité par kilogramme de poids corporel par jour. L'introduction de l'insuline est destinée à simuler la sécrétion physiologique en relation avec ceci:

  1. La dose d'insuline devrait être suffisante pour que le glucose pénètre dans l'organisme.
  2. L'insuline introduite devrait imiter la sécrétion basale du pancréas.
  3. L'insuline introduite devrait imiter les pics postprandiaux de la sécrétion d'insuline.

À cet égard, il existe une soi-disant thérapie à l'insuline intensifiée. La dose quotidienne d'insuline est répartie entre les insulines à action prolongée et à action courte. Les insulines prolongées sont généralement administrées le matin et le soir et imitent la sécrétion basale du pancréas. Les insulines à courte durée d'action sont administrées après chaque repas contenant des glucides, la dose pouvant varier en fonction des unités de pain consommées lors d'un repas donné.

L'insuline est administrée par voie sous-cutanée à l'aide d'une seringue à insuline, d'un stylo à seringue ou d'une pompe doseuse spéciale. À l'heure actuelle, en Russie, le moyen le plus courant d'introduire l'insuline à l'aide de seringues-stylos. Ceci est associé à une plus grande commodité, à un inconfort moins prononcé et à une facilité d'administration par rapport aux seringues à insuline classiques. Seringue-stylo vous permet de saisir rapidement et pratiquement sans douleur la dose d'insuline nécessaire.

Saccharizing drogues

loading...

Des comprimés réducteurs de sucre sont prescrits pour le diabète insulino-dépendant en plus du régime alimentaire. Les groupes d’agents hypoglycémiants suivants sont affectés au mécanisme de réduction du sucre dans le sang:

  1. Les biguanides (metformine, buformine, etc.) réduisent l'absorption du glucose dans l'intestin et aident à saturer ses tissus périphériques. Les biguanides peuvent augmenter le taux d'acide urique dans le sang et provoquer une maladie grave - l'acidose lactique chez les patients de plus de 60 ans, ainsi que chez ceux souffrant d'insuffisance hépatique et rénale et d'infections chroniques. Les biguanides sont plus souvent prescrits pour le diabète sucré insulino-dépendant chez les jeunes patients souffrant d'obésité.
  2. Les sulfonylurées (gliquidone, le glibenclamide, le chlorpropamide, le carbutamide) - sécrétion d'insuline stimulée des cellules ß du pancréas et de favoriser la pénétration du glucose dans les tissus. La dose optimale de médicaments dans ce groupe maintient un taux de glucose supérieur à 8 mmol / l. En cas de surdosage, il est possible de développer une hypoglycémie et un coma.
  3. inhibiteurs de l'alpha-glucosidase (miglitol, acarbose) - lente augmentation du taux de sucre sanguin en bloquant les enzymes impliquées dans la digestion de l'amidon. Effet secondaire - flatulence et diarrhée.
  4. Les méglitinides (natéglinide, repaglinide) entraînent une diminution du taux de sucre, stimulant la sécrétion d'insuline par le pancréas. L'effet de ces médicaments dépend de la teneur en sucre dans le sang et ne provoque pas d'hypoglycémie.
  5. Thiazolidinediones - Réduire la quantité de sucre libérée par le foie, augmenter la sensibilité des cellules adipeuses à l'insuline. Contre-indiqué en cas d'insuffisance cardiaque.

En outre, un effet thérapeutique bénéfique dans le diabète se traduit par une réduction du surpoids et de l'activité physique modérée individuelle. En raison de l'effort musculaire, l'oxydation du glucose augmente et sa teneur dans le sang diminue.

Prévision

loading...

Actuellement, le pronostic pour tous les types de diabète sucré est conditionnellement favorable, avec un traitement adéquatement mené et l'observance du régime. La progression des complications est considérablement ralentie ou complètement arrêtée. Cependant, il convient de noter que, dans la plupart des cas, à la suite du traitement, la cause de la maladie n’est pas éliminée et que le traitement est uniquement symptomatique.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Le glucose est un monosaccharide, principal participant à tous les processus énergétiques du corps humain. La modification de ses indicateurs quantitatifs, qui entraîne diverses pathologies des organes vitaux et du métabolisme, est considérée comme une maladie.

Le médicament antidiabétique Siofor dans les instructions d'utilisation donne des instructions détaillées pour son utilisation. C'est l'un des médicaments les plus efficaces non seulement pour le traitement du diabète de type 2, mais aussi pour la prévention de cette maladie grave.

De nombreux experts prédisent que dans quelques années, le diabète pourrait devenir l’un des principaux problèmes médicaux des pays développés. Aujourd'hui, il existe deux principaux types de diabète: le premier et le second.