loader

Principal

Alimentation électrique

Qu'est-ce qui est dangereux pour le diabète sucré gestationnel chez l'enfant et la mère?

Au cours de la grossesse, les filles ont souvent des poussées hormonales, entraînant la rupture du métabolisme et, parallèlement, un diabète sucré gestationnel (GDD), également appelé gestose. Cela se produit même chez les très jeunes représentantes, diagnostiquer la maladie avec un examen standard au 2ème trimestre.

Chez les femmes enceintes, le diabète de type gestationnel survient après l'accouchement, mais il est dangereux pour l'enfant de présenter les complications et plus tôt il découvre les premiers signes de la maladie, moins les conséquences seront importantes pour le bébé. Il convient de noter qu'un test sanguin à l'estomac vide pour ce type de diabète se situe généralement dans les limites normales, mais 2 heures après avoir mangé, son taux augmente de manière significative, comme chez les personnes pré-diabétiques. Ce phénomène se produit en raison d'une perception inadéquate du glucose par l'organisme et pour confirmer ou infirmer leurs craintes, les médecins prescrivent un test de tolérance au glucose.

Symptomatologie

Chez la femme enceinte, la maladie ne se manifeste généralement pas et est diagnostiquée après un test de dépistage du sucre, mais elle s'accompagne parfois de certains symptômes.

  • Forte soif;
  • Sécheresse constante dans la cavité buccale;
  • Mictions fréquentes;
  • Déclin des forces;
  • Exposition aux maladies infectieuses;
  • Diminution de l'acuité visuelle.

Le diabète sucré pendant la grossesse disparaît généralement après l'accouchement, de sorte que la mère ne pourra pas faire beaucoup de mal, mais pour l'enfant, la maladie est dangereuse et pour éviter les conséquences, il faut surveiller les symptômes. De plus, les médecins recommandent aux femmes de ne pas oublier le temps indiqué par l'expert pour la délivrance des tests, car ce sont leurs résultats qui montreront la présence ou l'absence de pathologie.

Le diabète gestationnel chez les femmes enceintes constitue une menace sérieuse pour la santé du bébé!

Groupe de risque

Indépendamment du fait qu'il existe des signes de ce type de diabète pendant la grossesse, les femmes doivent comprendre ce qui les menace et à temps pour passer des tests de glycémie. Dans ce cas, la maladie peut être évitée, mais vous devez savoir si la fille est à risque:

  • Excès de poids
  • Après 16-20 ans, la femme a commencé à grandir avec des kilos en trop sans raisons particulières;
  • La décision d'accoucher après 30 ans;
  • Prédisposition héréditaire;
  • Au cours de la première grossesse, un diabète gestationnel a été diagnostiqué ou à la naissance précédente, l’enfant est né avec un poids supérieur à 4 kg;
  • Dysfonctionnement métabolique des ovaires (polycystose).

Causes du diabète gestationnel

Le diabète apparaît dû à un mauvais développement ou à une mauvaise perception de l'hormone du pancréas (insuline). De ce fait, le taux de sucre dans le sang augmente et les médecins appellent cet état une hyperglycémie. Dans un état normal, l'insuline sert à déplacer le glucose dans les cellules du corps et reçoit donc de l'énergie, mais si elle ne réagit pas à l'hormone, la concentration en sucre devient plus importante, ce qui est dangereux pour l'homme. Au fil du temps, les parois des vaisseaux commenceront à se dégrader, elles deviendront bouchées à cause de la perméabilité.

Le diabète sucré chez la femme enceinte est dû à des changements hormonaux dans le corps d'une femme, de sorte que lorsque la cause est éliminée, vous ne pouvez pas vous inquiéter si la maladie passe ou non après l'accouchement.

Il est important de rappeler que le processus pathologique commence à cause de l’augmentation de la concentration de certaines hormones, par exemple l’œstrogène et la progestérone, qui augmentent la résistance à l’insuline.

En général, un tel processus est naturel, car le fœtus a besoin de plus de glucose pour croître, mais tous les pancréas ne peuvent pas supporter une charge aussi élevée pendant 9 mois. Pour cette raison, les femmes enceintes ont souvent ce type de diabète.

Diagnostic de la maladie

Le diabète gestationnel est le plus souvent diagnostiqué vers les 25-27 semaines de grossesse, car c'est pendant cette période que les médecins prescrivent un test de tolérance au glucose. Pour commencer, les filles feront un test sanguin sur un estomac vide, puis donneront un peu de sucre et après deux heures, elles feront un deuxième test. La dernière clôture du matériel sera effectuée après 1 heure pour fixer le résultat de l'examen. Le diabète gestationnel pendant la grossesse a ces indicateurs:

  • Estomac vide 5.1 mmol / l;
  • 2 heures après le test pour HTT 10 mmol / l;
  • La valeur de référence est de 8,5 mmol / l.

Il convient de noter que, pendant cette période, les filles n’ont pas de sucre élevé à jeun. Les principales informations seront donc données par son indicateur après le test GTT. De plus, vous devez savoir comment préparer la livraison des tests:

  • Vous n'avez pas besoin de vous préparer, de vous asseoir sur des régimes et de faire de l'exercice, vous devez tout faire comme d'habitude et trois jours avant le don de sang, selon votre alimentation quotidienne;
  • Le sang est recueilli à jeun, c'est-à-dire 8 heures avant que ce soit interdit. Quant aux boissons, vous pouvez boire de l'eau autant que vous le souhaitez;
  • Lorsque le test de base est passé sur un estomac vide, il est nécessaire de boire un verre de glucose dilué et de répéter la procédure en deux heures.

Influence de la GDD sur le bébé

Le diabète sucré, qui a débuté pendant la grossesse, aura des conséquences pour l'enfant. En raison de la maladie, le fœtus se développera plus rapidement, de sorte qu’au cours de l’accouchement, la ceinture scapulaire de l’enfant pourrait présenter des complications trop développées. Cette situation entraîne souvent des blessures et est particulièrement dangereuse pour l'enfant. Pour cette raison, les médecins provoquent médicalement des naissances prématurées pour éviter les complications, mais les fruits ne sont pas toujours prêts pour eux, de sorte que le bébé peut naître prématurément ou être perdu.

Il y a d'autres conséquences de cette pathologie, par exemple, l'enfant peut avoir des problèmes avec le système respiratoire. Cela est dû au fait que le diabète gestationnel chez la mère peut affecter le développement d'un surfactant déficient (surfactant) dans les poumons du bébé. Ralentit la production de cette substance insuline, qui dans le sang de la mère est excessive en raison du taux élevé de sucre. Le traitement d'un tel syndrome chez un enfant s'effectue principalement dans des cascades (incubateurs) spéciaux et, si nécessaire, une ventilation artificielle.

En outre, le diabète gestationnel est la cause d'un tel symptôme comme foetopathie diabétique, ce qui signifie sucre dans le sang (hypoglycémie). Lorsque le médecin coupe le cordon ombilical, le niveau de consommation de glucose diminue fortement, mais l'insuline produite par le pancréas a besoin de plus de temps pour se rétablir. Ces enfants ont besoin d'une approche spéciale et, 2 à 3 heures après la naissance, ils doivent être nourris de glucose, réduisant progressivement leur nombre. Si la naissance était prématurée ou si l'enfant ne veut pas l'avoir, alors ce processus est effectué par voie intraveineuse. Au fil du temps, le taux d'insuline retour à la normale, et une telle action ne sont pas nécessaires, mais si vous ignorez ce point, l'âge du bébé va commencer des problèmes neurologiques. En outre, il existe parfois un retard dans le développement mental.

On ne peut manquer de noter la pénurie chronique de magnésium et de calcium chez l'enfant si la mère avait un diabète gestationnel. Il est nécessaire de prendre soin de la saturation du corps jeune avec ces éléments, sinon le bébé attend des complications dans le futur, par exemple, du foie, du cœur ou des névralgies.

Cours de thérapie

Diabète maternité n'est pas une phrase et vous pouvez réduire son impact sur le fœtus par le biais de l'alimentation et de l'exercice. Pour cette raison, il est recommandé aux mères de corriger leur régime alimentaire selon ces règles:

  • Un jour doit être fait au moins 5 repas et les portions doivent être petites;
  • Il est nécessaire de faire un menu pour la semaine, et sélectionner des produits sur l'index glycémique (IG), qui a une échelle de 0 à 100. Le plus petit, il est, plus longue sera la sensation de satiété et moins de sucre va augmenter, de sorte que son taux ne doit pas dépasser 70;
  • Si les médecins ont diagnostiqué un diabète gestationnel, votre alimentation doit essayer d'enlever la nourriture de glucides rapides, tels que des pâtisseries, des gâteaux, des produits à base de farine et de pommes de terre (pour l'amidon);
  • Il est nécessaire de mesurer le taux de sucre 1 à 2 heures après chaque repas et, à cette fin, le glucomètre est idéal.
  • Faire votre menu quotidien, vous devez regarder à la nourriture était pas plus de 45% de glucides et jusqu'à 30% de matières grasses. Quant aux produits contenant un gros concentré de protéines, ils peuvent être consommés pratiquement sans restrictions (jusqu'à 60%);
  • Avec une telle maladie, il sera utile de consommer de grandes quantités de fibres grossières, car cela aide à réduire la glycémie;
  • Les femmes enceintes sont invitées à manger plus de fruits et de légumes afin de reconstituer l'apport en nutriments. En outre, il ne fait pas mal de boire un complexe vitaminique.

Le diabète gestationnel est une pathologie temporaire et le corps revient finalement à la normale après l'accouchement, car la concentration d'hormones retrouvera des niveaux acceptables. Si la concentration en sucre ne diminue pas, même si vous suivez un régime strict et faites du sport, les médecins vous recommanderont d’injecter de l’insuline rapidement après avoir mangé. Une telle solution aidera à stabiliser le niveau de glucose dans le sang.

Diabète chez la femme enceinte et conséquences pour l'enfant

Dans certains cas, les femmes enceintes développent un diabète sucré gestationnel (HSD). Cette forme de la maladie ne peut apparaître que pendant la grossesse et disparaître après un certain temps après l'accouchement. Mais si vous ne faites pas de traitement en temps opportun, la maladie peut évoluer vers un diabète de type 2, avec des conséquences complexes.

À l'approche de la grossesse, chaque femme devrait être sur le compte, où sous la supervision d'experts, il y aura un contrôle sur l'état de santé de la future maman et le développement d'un fruit.

Surveiller régulièrement le sucre, en distribuant des tests d'urine et de sang à chaque femme enceinte. Les cas uniques d'augmentation du niveau de glucose dans les analyses ne doivent pas paniquer, car ces sauts sont considérés comme des processus physiologiques normaux. Mais si vous faites les tests, une augmentation du taux de sucre est observée dans deux cas ou plus, cela indique déjà la présence d'un diabète sucré pendant la grossesse. Il est à noter qu'un niveau élevé est détecté lorsque le matériel est livré à un estomac vide (augmenter le taux de sucre dans le sang après un repas est la norme).

Causes de la pathologie

Au groupe de risque, il est possible de référer les femmes, auxquelles les paramètres suivants peuvent être appliqués:

  • surpoids ou obésité;
  • si des naissances antérieures se sont produites avec le diabète de gestose;
  • facteur héréditaire (transmis génétiquement);
  • pathologie des ovaires (polycystose);
  • grossesse après 30 ans.

Selon des données statistiques, 10% des femmes ont des complications en portant un enfant. La cause du diabète gestationnel peut être appelée, comme avec le diabète de type 2, la perte de sensibilité cellulaire à l’insuline. En même temps, il y a un taux de glycémie élevé en raison de la forte concentration d'hormones de grossesse.

L'immunité à l'insuline apparaît le plus souvent à 28-38 semaines de gestation et s'accompagne d'une prise de poids. On pense que la diminution des charges physiques à ce moment affecte également l’apparition de la maladie.

Les symptômes

La symptomatologie de la MG ne diffère pas beaucoup des symptômes du diabète de type 2:

  • soif constante, tandis que boire n'apporte pas de soulagement;
  • mictions fréquentes provoquant une gêne;
  • il peut y avoir une diminution de l'appétit ou une sensation de faim constante;
  • il y a des sauts de pression sanguine;
  • la vue, floue dans les yeux.

Diagnostic

Si au moins un des signes ci-dessus est présent, une visite obligatoire chez le gynécologue et la livraison des tests au niveau du sucre sont nécessaires. Cette analyse est appelée test de tolérance au glucose (GTT). Le test aide à déterminer l'absorption de glucose par les cellules du corps d'une femme enceinte et les violations possibles de ce processus.

Pour le test, le sang veineux est prélevé chez le patient (à jeun). Si le résultat montre une teneur en sucre accrue, un diagnostic de «diabète gestationnel» est établi. Indicateurs sous-estimés, le GTT est effectué. Pour ce faire, une quantité de glucose de 75 grammes, diluée dans un verre (250 ml) d’eau légèrement chauffée, et donnée à une femme à boire. Une heure plus tard, un deuxième échantillon de sang est prélevé dans la veine. Si les indices sont normaux, alors pour le contrôle, le test peut être répété après 2 heures.

Danger de HSD pour le fœtus

Qu'est-ce qui menace le diabète histologique chez le fœtus en développement? Comme cette pathologie ne met pas directement en danger la vie de la future mère et peut être dangereuse uniquement pour le bébé, le traitement vise à prévenir les complications périnatales ainsi que les complications lors de l'accouchement.

Les conséquences pour l'enfant, le diabète chez la femme enceinte, s'expriment par son effet négatif sur la microcirculation du sang dans les tissus de la femme enceinte. Tous les processus complexes causés par la perturbation de la microcirculation entraînent des effets hypoxiques sur le fœtus.

Aussi, ne peut pas être appelé la réception inoffensive d'une grande quantité de glucose pour le bébé. Après tout, l'insuline, développée par la mère, ne peut pas pénétrer dans la barrière placentaire et le pancréas du bébé n'est pas encore capable de produire la quantité requise de l'hormone.

En raison de l’influence du diabète sucré, les processus métaboliques du fœtus sont rompus et il commence à prendre du poids en raison de la croissance du tissu adipeux. Ensuite, le bébé a les modifications suivantes:

  • augmenter la ceinture scapulaire;
  • augmente significativement l'abdomen;
  • le foie et le cœur grandissent;

Tous ces changements interviennent dans le contexte du fait que la tête et les membres restent de la même taille (normale). Tout cela peut affecter le développement de la situation dans le futur et entraîner les conséquences suivantes:

  • En raison de l'augmentation de la ceinture scapulaire du fœtus, il est difficile de la transmettre lors de l'accouchement.
  • lors de l'accouchement, des blessures au bébé et aux organes de la mère sont possibles;
  • la naissance prématurée peut commencer en raison de la grande masse du fœtus, qui n'est pas encore complètement développée;
  • dans les poumons d'un bébé dans l'utérus d'une mère, la production d'un surfactant qui ne leur permet pas de se coller ensemble diminue. Par conséquent, après avoir accouché, le bébé peut avoir des difficultés à respirer. Dans ce cas, l'enfant est sauvé à l'aide d'un appareil de respiration artificielle, puis placé dans un incubateur spécial (kuvez), où il restera quelque temps sous la surveillance étroite des médecins.

Aussi, on ne peut s'empêcher de mentionner les conséquences du diabète sucré gestationnel: les enfants nés d'une mère atteinte de diabète gestationnel peuvent présenter des malformations congénitales des organes et certains peuvent développer le diabète du second degré à l'âge adulte.

Le placenta a également la propriété d'augmenter avec la GDD, commence à ne pas remplir ses fonctions, il peut devenir gonflé. En conséquence, le fœtus ne reçoit pas la bonne quantité d'oxygène, une hypoxie se produit. C'est à la fin de la grossesse (troisième trimestre) qu'il existe un risque de mort foetale.

Traitement

Puisque la maladie est causée par une teneur élevée en sucre, il est logique de supposer que pour le traitement et la prévention de la pathologie, il est nécessaire de contrôler que cet indice se situe dans la plage normale.

Le principal facteur affectant le traitement du diabète pendant la grossesse est le respect strict des règles alimentaires:

  • du régime alimentaire excluait les produits de boulangerie et de confiserie, ce qui pourrait affecter l’augmentation du taux de sucre. Mais cela ne vaut pas la peine d’abandonner les glucides, car ils servent de source d’énergie. Il suffit de limiter leur nombre tout au long de la journée;
  • limiter la consommation de fruits très sucrés à forte teneur en glucides;
  • Exclure les nouilles, les pommes de terre en purée et les céréales instantanées, ainsi que divers produits semi-finis;
  • Retirer les fumé et les graisses (huile, margarine, mayonnaise, saindoux) de la ration;
  • dans les aliments, il est nécessaire de consommer des aliments protéiques, c'est important pour l'organisme de la mère et de l'enfant;
  • pour la cuisson, il est recommandé d'utiliser: le ragoût, la cuisson, la cuisson à la vapeur, la cuisson au four;
  • prendre la nourriture toutes les 3 heures, mais par petites portions.

De plus, un impact positif sur la santé d'une future mère a été prouvé:

  • un ensemble d'exercices physiques conçus pour les femmes enceintes. Pendant l'exercice, il y a une diminution de la concentration de sucre dans le sang, ce qui améliore les processus métaboliques dans le corps et le bien-être général de la femme enceinte.
  • des promenades régulières à pied des autoroutes.

En cas de maladie grave, un médecin peut se voir prescrire des préparations d'insuline. Les autres médicaments qui réduisent le sucre sont interdits.

Les médicaments contenant de l'insuline sont divisés en deux catégories, conformément aux recommandations de la FDA:

  1. B - catégorie. Cela inclut les moyens, dans la description à laquelle il est écrit que, lorsque testés sur des animaux, aucun effet nocif sur le fœtus n'a été observé. L'effet du médicament sur la grossesse n'a pas été testé.
  2. C - catégorie. Entrez les médicaments qui, une fois testés, ont été montré pour affecter le développement du fœtus chez les animaux. Chez les femmes enceintes, les tests n'ont pas été dépensés.

Par conséquent, tous les médicaments doivent être prescrits uniquement par un médecin qualifié, avec une indication obligatoire du nom commercial du médicament.

L’hospitalisation avec GDS n’est pertinente que s’il existe un soupçon de complications de complications obstétricales.

La GSD n'est pas une excuse pour stimuler le travail prématuré ou la césarienne.

Période post-partum

Après avoir accouché, une femme doit vérifier régulièrement les taux de sucre, observer la présence des symptômes et leur fréquence (soif, miction et autres) jusqu'à leur disparition complète. Le test est généralement prescrit par les médecins 6 et 12 semaines après l'accouchement. À ce moment, le niveau de sucre dans le sang d'une femme devrait être normalisé.

Mais, selon les statistiques, 5 à 10% des femmes qui accouchent normalisent le taux de sucre. Dans ce cas, des soins médicaux sont nécessaires, ce qui ne doit pas être négligé, sinon le simple trouble hormonal peut se transformer en une grave maladie incurable.

Quels sont les signes du diabète gestationnel chez les femmes enceintes et le régime alimentaire?

Le diabète gestationnel pendant la grossesse est diagnostiqué chez environ 4% des femmes. Une augmentation stable de la glycémie de la mère constitue un danger pour le futur enfant, car elle affecte négativement les processus de développement intra-utérin et augmente le risque de mortalité infantile. Que devez-vous savoir pour les futures mères lors de la planification d'une grossesse longtemps attendue et comment vous protéger d'une maladie dangereuse? Cela sera discuté dans notre article.

Diabète gestationnel chez la femme enceinte: caractéristiques développementales

Le diabète sucré est une pathologie endocrinienne associée à une violation du métabolisme glucidique due à un manque d'insuline produit par le pancréas ou à un manque de sensibilité tissulaire à cette hormone. Le diabète gestationnel est une forme assez rare de cette maladie qui se développe chez les femmes pendant la grossesse (généralement entre 16 et 32 ​​semaines).

Si des violations du métabolisme glucidique sont détectées plus tôt que cette fois, la femme était déjà atteinte de diabète avant la grossesse, mais sous une forme latente. Par conséquent, avant la conception, il est fortement recommandé aux spécialistes de se soumettre à un examen complet et d’identifier ceux qui souffrent de maladies chroniques.

La particularité du diabète gestationnel est une augmentation insignifiante persistante du taux de glucose dans le sang, mais après la naissance, le métabolisme revient généralement à la normale. Cependant, il ne faut pas penser qu’il s’agit d’une déviation inoffensive, puisque chez près de 60% des femmes confrontées à cette maladie lors du processus d’enfant, le diabète de type 2 se développe dans 10 à 15 ans.

Causes de la pathologie

La principale cause du développement du diabète gestationnel est une diminution de la sensibilité de ses propres cellules et tissus corporels à l'insuline, provoquée par une forte teneur en hormones de grossesse dans le sang. La violation du métabolisme glucidique affecte les femmes à risque:

  • avec une prédisposition héréditaire (le diabète est affecté par le plus proche parent);
  • surpoids, obésité;
  • prise de poids excessive pendant la grossesse;
  • en fin de première grossesse (chez les femmes de plus de 30 ans);
  • déséquilibre hormonal provoqué par les ovaires polykystiques;
  • anesthésie obstétricale (fausse couche, mortinatalité);
  • avec polyhydramnios;
  • si le premier enfant d'une femme est né grand (pesant plus de 4 kg).

Le diabète gestationnel se développe dans le contexte de charges accrues sur le pancréas, qui ne peuvent pas faire face à la production d'insuline. C'est cette hormone qui est responsable de l'utilisation du glucose, de sorte que sa pénurie entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang.

La violation du métabolisme glucidique se produit généralement au deuxième trimestre de la grossesse, lorsque le placenta en cours de maturation commence à synthétiser des hormones stéroïdiennes (progestérone, œstrogènes). Simultanément au cortisol, qui est sécrété par les glandes surrénales, ces hormones sont des antagonistes de l'insuline et présentent des propriétés diabétogènes. Leur concentration augmente à partir de la 16ème semaine de grossesse et après 3-4 semaines, des symptômes caractéristiques de la maladie apparaissent.

Signes de diabète gestationnel chez la femme enceinte

Penser le développement de la maladie peut être sur un certain nombre de signes caractéristiques. Une femme enceinte doit absolument consulter un spécialiste si les symptômes suivants apparaissent:

  • soif constante, bouche sèche;
  • augmentation de la miction, augmentation du volume d'urine;
  • faiblesse, fatigue accrue;
  • léthargie, somnolence;
  • la tension artérielle saute;
  • perte de vision inexpliquée;
  • apparition de démangeaisons;
  • prise de poids insuffisante avec augmentation de l'appétit.

Dans la plupart des cas, les symptômes du diabète gestationnel sont modérément exprimés et une femme peut annuler le malaise sur les caractéristiques de la grossesse. Par conséquent, les experts insistent pour être plus attentifs à leur condition, afin d'identifier en temps opportun la pathologie et de prévenir le développement de complications.

Diabète gestationnel: quel danger?

Danger pour la mère

Le développement de GDS provoque une toxicose tardive, peut provoquer une hydrocèle chez la femme enceinte, favoriser le développement de la néphropathie, de la pré-éclampsie et de l'éclampsie. Les deux dernières conditions nécessitent une hospitalisation, car elles s'accompagnent d'une augmentation persistante de la pression artérielle, de lésions cérébrales et peuvent se terminer par un coma. Ces patients ont besoin de réanimation et d'accouchement précoce.

Dans le contexte de la GDM, une femme développe des troubles immunitaires qui provoquent des infections du système génito-urinaire - cystite, pyélonéphrite ou candidose vulvagaginale (muguet). N'importe laquelle des pathologies énumérées peut entraîner une infection intra-utérine du fœtus ou une infection de l'enfant en cours d'accouchement.

Le diabète gestationnel provoque des polyhydramnios, augmente le risque de fausse couche en fin de grossesse. Les corps cétoniques qui s’accumulent dans le sang provoquent des symptômes d’intoxication chez la mère et le fœtus. Le risque de développer une gestose - une condition dangereuse, accompagnée d'un œdème sévère, d'une hypertension artérielle, de convulsions, augmente. Il y a une probabilité accrue d'angiopathie, accompagnée d'une vision réduite, d'une altération de la fonction rénale, d'une altération du flux sanguin dans les vaisseaux du placenta, conduisant à une hypoxie du fœtus.

La progression de la DMD s'accompagne d'une "alimentation" pathologique du fœtus et de la naissance d'un grand enfant. Chez une femme ayant un bassin étroit et un travail faible, cela entraînera inévitablement une accouchement naturel impossible et la nécessité d'une césarienne.

Les conséquences les plus graves du diabète gestationnel sont les naissances prématurées, les fausses couches en fin de grossesse ou la mort foetale intra-utérine.

Les femmes qui ont subi une GDM pendant la grossesse ont significativement augmenté le risque de développer un diabète à l'avenir.

Danger pour le futur enfant

Au début de la grossesse, le métabolisme des glucides se caractérise par le fait que le fœtus en formation reçoit du glucose de la mère, mais il ne peut pas encore produire d'insuline elle-même, ce qui est nécessaire à son traitement. La prise de glucose en excès au premier trimestre peut entraîner diverses malformations du fœtus.

Après 12 semaines dans le corps du bébé commence à produire sa propre insuline, mais avec une consommation excessive de glucose, le pancréas ne supporte pas son utilisation. En conséquence, les perturbations métaboliques se développent, les modifications structurelles et fonctionnelles des membranes cellulaires augmentent, ce qui entraîne une insuffisance placentaire chronique et une hypoxie du fœtus avec un retard dans son développement intra-utérin.

Le diabète gestationnel, survenu après 16 à 20 semaines de grossesse, ne peut plus provoquer d’anomalies dans le développement des organes internes, mais s’accompagne d’une fœtopathie diabétique, en violation du développement du fœtus. Dans ce cas, le plus souvent observé macrosomie - une augmentation excessive de la croissance et du poids d'un futur enfant. Cela est dû à la consommation excessive de glucose, que le pancréas non formé du bébé ne peut pas utiliser complètement. En conséquence, l'excès de sucre est transformé en graisse, qui se dépose dans la région de la ceinture scapulaire, l'abdomen (c'est-à-dire que l'obésité dysplasique est observée), les proportions du corps du futur bébé sont perturbées. La naissance d'un enfant aussi grand s'accompagne souvent de diverses complications - asphyxie, fracture de la clavicule, traumatismes du crâne, colonne cervicale, rupture du canal de naissance d'une femme.

Chez un nouveau-né atteint de fœtopathie diabétique, l’immaturité de tous les systèmes vitaux (respiratoire, digestif, cardiovasculaire) est notée, ce qui entraîne un taux de mortalité infantile élevé. Ces enfants développent des troubles respiratoires, une jaunisse se développe, une hypoglycémie est observée, accompagnée d'une augmentation de la viscosité du sang, d'un risque de thrombose, d'une baisse du taux de magnésium et de calcium dans le sang.

Comment éviter de telles conséquences dangereuses? Une femme doit surveiller de près son état de santé et lorsque les premiers symptômes alarmants indiquent une violation du métabolisme glucidique, consultez immédiatement le médecin pour obtenir le diagnostic nécessaire et ajuster en temps voulu le taux élevé de sucre dans le sang.

Diagnostic

À ce jour, le seul moyen fiable de détecter le diabète gestationnel est le diagnostic en laboratoire. Le test sanguin pour le sucre est effectué lorsque la femme est enregistrée et entre 22 et 28 semaines de grossesse. Les normes de sucre dans le diabète gestationnel chez la femme enceinte dépassent la valeur de 5,1 mmol / l.

Si le test sanguin donne un tel indicateur, cela indique l'apparition d'une hyperglycémie. Quelques jours plus tard, l'étude est répétée, si la seconde analyse montre une augmentation du taux de sucre dans le sang, la femme est envoyée pour consultation chez l'endocrinologue. Ensuite, un test spécial est effectué, qui permet de juger de la tolérance de l'organisme au glucose. Son essence est la suivante:

  • d'abord, la femme prend du sang dans la veine (à jeun);
  • proposer ensuite de boire une certaine quantité d'eau, dans laquelle 50 g de sucre sont dissous;
  • Dans une heure, le sang de la veine est repris;
  • le troisième prélèvement sanguin est effectué après 2 heures.

Un test sanguin en laboratoire montrera comment le corps réagit au métabolisme de la solution de sucre et à l'assimilation du glucose. Les indicateurs suivants servent de base au diagnostic du «diabète gestationnel»:

  • le niveau de sucre dans l'étude du sang à jeun dépasse la norme de 5,1 mmol / l;
  • avec une clôture répétée (après 1 heure) - plus de 10 mmol / l;
  • après 2 heures - plus de 8,5 mmol / l.

Cependant, sur la base des résultats d’un test, aucun diagnostic final n’est effectué. Vous devez prendre en compte la probabilité d'erreurs dans les prélèvements sanguins ou la violation des règles de préparation de l'étude, ce qui peut entraîner une augmentation ponctuelle des taux de glucose. Par conséquent, après quelques jours, le test est répété. Seule une augmentation de la glycémie confirmée deux fois devient la base du diagnostic de «diabète gestationnel».

Traitement

La thérapie de la maladie vise à contrôler le taux de sucre dans le sang et à éliminer les facteurs qui provoquent son augmentation. Avec cela, des ajustements de style de vie sont faits et une thérapie de régime est utilisée. Le patient apprend le comportement alimentaire correct et les compétences d'auto-surveillance du taux de sucre dans le sang.

Étant donné que la progression du diabète gestationnel menace des complications dangereuses pour la mère et l'enfant, la femme enceinte doit être sous la supervision de médecins:

  • Toutes les 2 semaines, vous devriez consulter un gynécologue.
  • avec la même fréquence observée chez l'endocrinologue;
  • chaque mois, une femme doit être examinée par un thérapeute, une fois par trimestre - un ophtalmologiste et deux fois pour une grossesse - par un neurologue.

Chaque jour (4 à 6 fois par jour), une femme doit surveiller sa glycémie en utilisant un glucomètre ou des bandelettes spéciales. Au moins deux fois par jour, ces études sont effectuées à jeun et deux fois - 1,5 à 2 heures après les repas.

En outre, une femme doit surveiller sa tension artérielle et prendre régulièrement de l'urine pour analyse. Si des corps cétoniques sont retrouvés dans l'urine, ils parlent de l'évolution incontrôlée du diabète gestationnel. Un indicateur important est le poids corporel, une femme doit surveiller strictement son poids - en général, pour la grossesse, vous ne pouvez pas prendre plus de 12 kg.

Un apport calorique strictement contrôlé de nourriture, un journal spécial "alimentaire" est conservé, où la future mère devrait enregistrer chaque repas. Outre une alimentation équilibrée, une femme calcule individuellement l'activité physique autorisée. Longues promenades en plein air, natation, physiothérapie. Si le traitement diététique et l'activité physique ne permettent pas de normaliser le taux de glucose, une décision est prise de procéder à l'insulinothérapie.

Insulinothérapie

Le besoin d'injections d'insuline est déterminé individuellement. Tout médicament hypoglycémiant pendant la grossesse est interdit d'utilisation. La base du traitement est l'insuline ultracourte et l'action courte. La dose de médicaments est choisie par un spécialiste en tenant compte de l'âge gestationnel, de la dynamique du développement du fœtus, du poids, de l'âge et de la santé générale du patient. Les préparations d'insuline sont administrées 2 fois par jour. La première dose - avant le petit-déjeuner, la deuxième - avant le repas du soir.

Mais comme dans la plupart des cas la production d'insuline n'est pas violée, c'est-à-dire que le diabète gestationnel se développe dans le contexte de tolérance de l'organisme à cette hormone, le niveau de glucose dans le sang peut être stabilisé.

Diète dans le diabète gestationnel chez les femmes enceintes

Les principaux principes de la nutrition dans le diabète gestationnel sont les suivants:

  • diminution de la teneur en calories des repas;
  • Exclusion de glucides simples et faciles à digérer;
  • respect du rapport optimal entre protéines, lipides et glucides;
  • diminution du volume de graisses consommées en augmentant la quantité de protéines et de fibres (légumes et fruits) dans l'alimentation;
  • l'apport calorique doit être de 25 Kcal / kg de poids en présence de livres supplémentaires et de 35 Kcal / kg de poids avec un physique normal chez la femme.

Les nutritionnistes recommandent de manger en petites portions. Le jour devrait être 2-3 repas principaux et les mêmes collations. L'apport calorique principal devrait être dans la première moitié de la journée. Dans ce cas, vous ne pouvez pas abandonner complètement les glucides, mais les sucres doivent être remplacés par des glucides «lents». Leur source sont:

  • céréales;
  • produits de macaroni de qualité ferme;
  • pain à grains entiers;
  • champignons, haricots;
  • les légumes (pommes de terre, chou, courgettes, etc.).

Le plus grand volume de glucides lents doit être consommé au petit déjeuner. Pour le petit-déjeuner, la future mère peut manger un bol de céréales, des légumes cuits, du riz ou des pâtes, une salade de légumes frais avec de l'huile végétale et une tranche de pain de grains entiers.

Pour le déjeuner, recommandez une petite assiette de soupe aux légumes ou aux céréales, un morceau de viande diététique bouillie ou du poisson faible en gras avec une garniture de légumes. Le souper devrait être le plus facile - il peut s'agir d'une casserole de lait caillé, d'une omelette à l'albumine ou d'un ragoût de légumes. Vous pouvez servir deux ou trois fois par semaine pour le dîner, des petits morceaux ou des côtelettes de vapeur à partir de viande faible en gras. Les plats doivent être cuits à la vapeur, bouillis, mijotés ou cuits et, à partir d’une méthode de traitement thermique telle que la torréfaction, il vaut mieux abandonner complètement.

Parmi les boissons, il convient de privilégier la boisson pure et l’eau minérale sans gaz, les compotes, les boissons aux fruits, le thé vert, les jus de fruits, les jus de fruits fraîchement pressés, le bouillon de rose sauvage et autres boissons fortifiées. Ne vous laissez pas emporter par le thé noir fort, le café, excluez les boissons sucrées (cacao, soda). Un jour devrait boire au moins 1,5 litre de liquide (s'il n'y a pas de violation des reins).

Produits interdits avec GDS:
  • bonbons (bonbons, chocolat), biscuits, confiseries;
  • pâtisserie, produits à base de farine, pain blanc,
  • crème glacée;
  • produits laitiers à haute teneur en matières grasses (crème sure, crème, beurre, fromages à pâte dure);
  • saucisses, saindoux, produits fumés;
  • viande et poisson gras;
  • aliments en conserve, produits semi-finis, produits de restauration rapide;
  • margarine, mayonnaise, sauces grasses et condiments;
  • noix, graines.

Presque sans restriction, une femme enceinte peut manger des légumes et des fruits frais, des baies, des légumes verts, des accompagnements de légumes et de céréales, des légumes cuits, des soupes légères, des pommes de terre en purée et des boissons lactées faibles en gras. Le menu devrait inclure les viandes diététiques (poulet, veau, bœuf, lapin), les fruits de mer, les poissons maigres. Benefit apportera des produits à base de soja, des lentilles, du pain avec du son ou des grains entiers, des biscuits secs (biscuits). Dans le régime devrait inclure le riz, la bouillie de sarrasin, les pâtes. Mangez des concombres, des tomates, des courgettes, des haricots verts, des brocolis et des légumes verts, et augmentez également la quantité de fibres consommée par les fruits et les baies frais.

Conclusion

Il est impossible d'exclure complètement la possibilité de développer un diabète gestationnel chez une femme enceinte. Par conséquent, si vous êtes à risque, au stade de la planification de la grossesse, consultez des spécialistes et obtenez autant d'informations que possible sur cette maladie.

Diabète sucré gestationnel

Diabète gestationnel Est un diabète sucré qui se développe chez une femme pendant la grossesse.

Le plus souvent cette maladie se développe après 15-16 semaines de grossesse. Si elle est détectée plus tôt, on peut penser qu'une femme, même avant la grossesse, a développé un diabète sucré ordinaire du premier ou du deuxième type.

Il se développe chez 4-6% des femmes enceintes.

Après avoir accouché, la plupart des diabètes gestationnels passent, mais dans certains cas, ils peuvent immédiatement entrer dans le diabète sucré de type 1 ou 2. Souvent, les femmes atteintes de diabète gestationnel développent un diabète régulier en quelques années.

Facteurs de développement du diabète gestationnel

Les causes complètes du diabète gestationnel ne sont pas connues, mais plusieurs facteurs contribuent au développement de la maladie.

Premièrement, il y a l'embonpoint et l'obésité. Le risque de développer un diabète dépend directement de la façon dont l'obésité est exprimée - plus le poids est élevé, plus le risque de développer un diabète augmente.

Deuxièmement, la présence de l'hérédité pour le diabète sucré. Si une personne de la famille a des cas de diabète, le risque de diabète gestationnel augmente.

Risque accru de grossesse chez les femmes âgées de 33 à 35 ans.

Il est nécessaire de prendre en compte les grossesses infructueuses passées (fausses couches, mortinaissances).

Il y a le risque de diabète gestationnel et dans les cas de polyhydramnios pendant la grossesse précédente, à la naissance des enfants pesant entre 4 kg, né chez les enfants ayant une déficience intellectuelle passé graves, des hausses périodiques de sucre dans la dernière grossesse.

Signes et identification du diabète gestationnel

Le diabète gestationnel se caractérise par un développement lent, sans symptômes prononcés.

Il peut y avoir une légère soif, une fatigue intense, une augmentation de l'appétit, mais avec une perte de poids, une envie fréquente d'aller aux toilettes. Souvent, les femmes ne font pas attention à cela, écrivant tout pour la grossesse.

Mais toute sensation désagréable doit être signalée au médecin qui prescrira l'examen. Pendant la grossesse, une femme doit donner à plusieurs reprises du sang et de l'urine pour obtenir du sucre. Avec des résultats accrus, un test avec une charge peut être attribué - c'est-à-dire que le sucre est pris à jeun, puis une heure après avoir pris 50 g de glucose. Ce test donne une image plus large.

Sur la base des résultats d'une analyse à jeun, il est impossible de poser un diagnostic, mais pendant le test (le plus souvent deux, le deuxième 10-14 jours après le premier), on peut déjà parler de la présence ou de l'absence de diabète.

Le diagnostic est posé si les valeurs de sucre à jeun sont supérieures à 5,8, une heure après le glucose - au-dessus de 10,0 mmol / l, après deux heures - supérieures à 8,0.

Qu'est-ce qui est dangereux pour le diabète gestationnel chez un enfant?

Avec le diabète sucré non compensé, y compris le diabète gestationnel, les risques de diverses malformations fœtales sont élevés, en particulier aux premiers stades de développement. Cela est dû au fait que le fœtus reçoit de la mère des aliments sous forme de glucose, mais ne reçoit pas suffisamment d'insuline et que le pancréas n'a pas encore de fœtus. Une hyperglycémie constante (teneur élevée en sucre) entraîne un manque d'énergie pour le développement normal du fœtus et contribue au développement inapproprié des organes et des systèmes.

Au deuxième trimestre, le fœtus développe son propre pancréas qui, en plus d'utiliser le glucose dans le corps de l'enfant, est obligé de normaliser le taux de glucose dans le corps de la mère. Cela provoque la production d'une grande quantité d'insuline, une hyperinsulinémie se développe. Développement des Etats hyperinsulinémie hypoglycémiques menace les nourrissons (puisque le pancréas est habitué à travailler pour deux), la fonction respiratoire altérée et le développement de l'asphyxie.

Pour le fœtus, non seulement une forte teneur en sucre est dangereuse, mais aussi faible. Une hypoglycémie fréquente provoque des troubles de la nutrition cérébrale, ce qui risque de ralentir le développement mental de l'enfant.

Qu'est-ce qui est dangereux pour le diabète gestationnel pour la mère?

Le diabète gestationnel non compensé menace le déroulement normal de la grossesse. Le risque de développer une gestose est élevé (complication dans laquelle les fonctions de divers systèmes organiques, en particulier le système vasculaire, sont violées). Cela conduit à une violation de la nutrition fœtale.

Développe souvent des polyhydramnios.

Risque accru de naissance de grossesses mortes.

Avec une hyperglycémie constante, des infections du tractus génital se développent souvent, ce qui provoque une infection du fœtus.

Souvent, cette grossesse s'accompagne d'une acidocétose qui provoque un empoisonnement du corps.

Le diabète non compensé est très dangereux en ce sens qu'il entraîne le développement de complications du diabète, telles que la perturbation du travail des reins et des yeux.

Le plus souvent, avec une faible compensation pour le diabète, un très grand fœtus se développe, ce qui le rend impossible pour un accouchement naturel. Dans de tels cas, ils ont recours à la césarienne. Dans des cas particuliers, l'accouchement est prescrit à 37-38 semaines - en raison des risques de la mère et du développement important du fœtus.

Mais toutes les complications et les risques peuvent être évités en normalisant le sucre. Avec une bonne compensation pour le diabète, la grossesse se déroule de la même manière que chez les femmes en bonne santé. La livraison sera naturelle en temps normal.

Traitement du diabète gestationnel et des diabétiques

Très souvent, le régime alimentaire est suffisant pour compenser le diabète gestationnel.

Vous ne pouvez pas réduire considérablement la valeur énergétique des aliments.

Repas fréquents, mais pas abondants (5-6 fois), à savoir le petit-déjeuner, le déjeuner, le dîner et trois collations.

Pour le moment de la grossesse, il faut exclure les glucides faciles à digérer (sucre, brioches, sucreries), car ils provoquent une forte augmentation de la glycémie.

Il devrait limiter la consommation de matières grasses (crème, viandes grasses, beurre), puisque dans un manque d'insuline, ils sont une source de corps cétoniques, ce qui provoque un empoisonnement organisme.

Augmenter la consommation d'aliments contenant une grande quantité de fibres (légumes, légumes, fruits). Des fruits doivent être exclus des bananes, des raisins, du melon.

Les glucides dans les régimes devraient être éliminés à environ 50%, pour les protéines - environ 20%, et pour les graisses - à environ 30%.

Dans les cas où un régime pour compenser ne suffit pas (le sucre est maintenu élevé), prescrivez un traitement par insuline.

Après la naissance, le besoin d'une thérapie à l'insuline disparaît.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse

Dans les temps anciens, quand il n'y avait pas d'hôpitaux et de pharmacies, l'humanité était déjà au courant de l'existence du diabète. La première mention de cette maladie remonte au 15ème siècle avant JC. Déjà à cette époque lointaine, il a été remarqué que le diabète sucré affecte négativement la condition d'une femme enceinte et interfère avec le développement normal de son bébé. Comment la maladie se manifeste-t-elle chez les femmes enceintes et comment se manifeste-t-elle pendant la grossesse?

Types de diabète gestationnel

Diabète - une maladie métabolique accompagnée par des niveaux accrus de glucose dans le sang. processus peut se développer Pathologique en raison d'une carence absolue ou relative d'insuline. Pendant la grossesse, l'un des types de pathologie peut se faire sentir:

  • diabète sucré de type 1 ou 2, existant avant le début de la grossesse;
  • diabète sucré gestationnel.

On entend par diabète gestationnel une condition apparue lors d’une grossesse réelle. Avant la conception de l'enfant, la femme n'a remarqué aucun changement dans son corps et n'a fait aucune plainte particulière. Il arrive que la future mère ne soit tout simplement pas au courant de sa maladie car, avant la grossesse, elle n'a pas été examinée par un endocrinologue et un thérapeute. Il est sans équivoque de comprendre si le diabète sucré est gestationnel ou ne représente une manifestation du véritable diabète qu'après la naissance d'un enfant.

Avant de parler des caractéristiques de l'évolution de la maladie chez les femmes enceintes, il est nécessaire de comprendre comment le diabète se manifeste en dehors de la grossesse. Les causes, les mécanismes de développement et les principes de traitement sont déterminés par le type de diabète sucré. Les symptômes de la maladie dans ce cas seront similaires, et seul le diagnostic par observation permet de distinguer les variétés de cette pathologie.

Diabète sucré de type 1 est une maladie auto-immune typique. Dans la plupart des cas, il se produit dans le contexte d'une infection par un autre virus. L'inflammation se développe, entraînant la destruction des cellules bêta de la glande thyroïde. Ce sont ces cellules qui produisent l'insuline, une hormone qui participe à tous les processus métaboliques de l'organisme. Lorsque plus de 80% des cellules de la glande thyroïde sont touchées, les symptômes du diabète de type 1 apparaissent.

Diabète sucré type 2 survient dans un contexte de prédisposition génétique. Les facteurs qui provoquent son apparition incluent:

  • l'obésité;
  • violation du régime alimentaire;
  • mode de vie sédentaire;
  • stress.

Avec le diabète de type 2, le niveau d'insuline reste normal, mais les cellules du corps ne peuvent pas percevoir cette hormone. Développement de la résistance à l'insuline, entraînant l'apparition de nombreux problèmes de santé. La caractéristique pour les patients atteints de diabète de type 2 est le surpoids. L'obésité dans cette forme de la maladie est associée à une altération du métabolisme lipidique en raison des taux élevés d'insuline dans le sang.

Diabète sucré gestationnel intrinsèquement similaire au diabète de type 2. Un taux élevé d'hormones sexuelles féminines et de cortisol (une hormone surrénale) pendant la grossesse entraîne le développement d'une résistance physiologique à l'insuline. En d'autres termes, dans l'attente d'un enfant, toutes les femmes développent une insensibilité des cellules à l'insuline d'une manière ou d'une autre. Dans ce cas, entre 5 et 10% des femmes enceintes, cette condition entraîne la formation d'un diabète gestationnel, alors que chez d'autres femmes, la maladie ne se développe pas.

Symptômes du diabète pendant la grossesse

Le diabète sucré gestationnel est dans la plupart des cas asymptomatique. La femme ne fait aucune plainte particulière et seul un examen de routine pendant la grossesse révèle une glycémie élevée. Les symptômes typiques du diabète chez les femmes enceintes sont rares.

Les signes du diabète gestationnel comprennent:

  • polydipsie (soif constante);
  • polyurie (mictions fréquentes);
  • polyphagie (augmentation de l'appétit jusqu'à une faim constante et inextinguible).

Tous ces symptômes ne sont pas trop spécifiques et peuvent être confondus avec les manifestations habituelles de la grossesse. Beaucoup de femmes en prévision du bébé ressentent une forte faim et notent une augmentation significative de l'appétit. La soif survient souvent chez les futures mères plus tard, surtout si cette période survient au printemps et en été. Enfin, des mictions fréquentes surviennent chez toutes les femmes enceintes et il est impossible de les distinguer des symptômes du diabète.

Diagnostic du diabète gestationnel

Pendant la grossesse, toutes les femmes ont un taux de sucre dans le sang. Cette analyse est prise dans une veine à jeun deux fois pour la grossesse: à la première apparition et à une période de 30 semaines. Cette approche nous permet d'identifier la maladie à temps et de prendre toutes les mesures pour prévenir ses complications chez les femmes enceintes.

Lors de l'interprétation du test sanguin pour le glucose, les résultats suivants sont possibles:

  • de 3,3 à 5,5 mmol / l - la norme;
  • de 5,6 à 7,0 - violation de la tolérance au glucose;
  • plus de 7.1 - diabète sucré.

La violation de la tolérance au glucose est appelée prédiabète. Cette condition est à la limite de la norme et de la pathologie, et la future mère doit faire tout son possible pour rester en bonne santé dans cette situation. Lors de la détermination du taux de glycémie supérieur à 5,6 mmol / l, une femme enceinte doit toujours consulter un médecin-endocrinologue.

En cas de suspicion de diabète sucré, un test est effectué pour déterminer la tolérance au glucose. L'analyse se compose de deux étapes. En premier lieu, le patient prélève le sang de la veine à jeun, puis lui propose de boire 75 ml d'une boisson sucrée (glucose dilué dans l'eau). Après 1-2 heures, le sang est à nouveau pris pour déterminer le niveau de sucre. Les résultats du test tirent les conclusions suivantes:

  • jusqu'à 7,8 mmol / l - la norme;
  • de 7,9 à 11,0 mmol / l - une violation de la tolérance au glucose;
  • plus de 11,1 mmol / l - diabète sucré.

Simultanément à la détermination de la glycémie, les femmes enceintes effectuent un test d'urine. Lorsque trouvé dans l'urine, le sucre est parlé du développement du diabète gestationnel. En outre, avec cette pathologie dans l'urine, l'acétone (corps cétoniques) peut être détectée. L'acétone seule ne peut constituer la base du diagnostic, car cet élément intervient dans de nombreux processus pathologiques (par exemple, en cas de toxicose au début de la grossesse).

Complications de grossesse avec diabète gestationnel

Au premier trimestre de la grossesse, sur fond de diabète sucré, une fausse couche spontanée peut survenir. Cette complication survient le plus souvent après 6 semaines et est causée par des processus pathologiques survenant dans les vaisseaux altérés. Il est à noter que cette complication est plus caractéristique du vrai diabète, qui existait avant le début de la grossesse.

Le diabète gestationnel n'est pas rare compliqué par une insuffisance placentaire pour une période de temps après 20 semaines. Cette complication est également associée à une violation de la microcirculation, ce qui conduit à un apport insuffisant d'oxygène et de nutriments pour le bébé. Au troisième trimestre de la gestation, le diabète gestationnel entraîne très souvent une hypoxie foetale et un retard dans le développement intra-utérin.

L'une des complications les plus graves de la grossesse sur le fond du diabète gestationnel est décollement placentaire prématuré. Dans l'émergence de cette pathologie, les mêmes perturbations microcirculatoires résultant des vasospasmes sont à blâmer. À son tour, le rétrécissement de la lumière des vaisseaux s'explique par de nombreux troubles métaboliques dans le contexte de la résistance à l'insuline développée.

Tous ces mécanismes entraînent le départ du placenta de la paroi utérine avant la date prévue. Normalement, le fœtus est né immédiatement après la naissance d'un enfant. Le détachement du placenta pendant la grossesse peut provoquer des saignements massifs et même la mort du fœtus.

70% des femmes atteintes de diabète gestationnel développent la gestose. Cette complication spécifique de la grossesse se caractérise par une augmentation de la pression artérielle et une altération de la fonction rénale. Avec le diabète, la gestose se manifeste suffisamment tôt et, dès 24 à 26 semaines, de nombreuses femmes remarquent les premiers symptômes de cette maladie. La combinaison de la gestose et du diabète est très défavorable et provoque de multiples problèmes tout au long de la grossesse.

Pour la plupart des futures mères, le diabète gestationnel mène au développement polyhydramnios. Avec cette pathologie, le volume de liquide amniotique augmente à 2 litres sur une période de 36 à 37 semaines. Polyhydramnios affecte négativement le fœtus, perturbant sa position normale dans l'utérus. Souvent, l'excès de liquide amniotique entraîne le fait que le fœtus occupe une position oblique ou transversale et qu'il ne peut être extrait de l'utérus qu'à l'aide d'une césarienne.

Conséquences du diabète gestationnel chez le fœtus

Tout au long de la grossesse, le bébé souffre d'un manque d'oxygène et de nutriments essentiels. L'hypoxie constante affecte principalement le développement de son système nerveux. Il souffre d'un manque d'oxygène dans le cerveau, ce qui entraîne une encéphalopathie périnatale et d'autres maladies graves qui se développent immédiatement après la naissance de l'enfant.

Une complication spécifique du diabète gestationnel est la fœtopathie diabétique. Les enfants nés de mères atteintes de cette pathologie ont un aspect caractéristique:

  • poids lourd (plus de 4 kg à la naissance);
  • la peau pourpre ou cyanosée;
  • une grande quantité de graisse humide sur la peau;
  • gonflement de la peau et des tissus mous;
  • poches du visage;
  • éruption pétéchiale (petites hémorragies sous la peau).

Malgré leur grande taille, les bébés naissent faibles. De nombreux enfants ont un essoufflement et même une apnée (arrêt respiratoire) dans les premières heures de la vie. Jaunisse persistante typique, associée à des changements pathologiques dans le foie d'un nouveau-né. La plupart des bébés développent divers troubles neurologiques (diminution du tonus musculaire, adynamie ou hyperexcitabilité, inhibition des réflexes).

L'hypoklikémie (diminution de la glycémie) est une condition particulièrement dangereuse chez un nouveau-né dans les premiers jours de sa vie. Le fait est qu’une grande quantité de sucre du sang de la mère provient de l’utérus in utero. Le pancréas du fœtus est utilisé pour travailler dans un mode renforcé et ne peut pas toujours changer rapidement de rythme. Après la naissance, l'apport de sucre maternel au bébé s'arrête alors que le niveau d'insuline reste élevé. Hypoklikemia en développement - une forte baisse de la glycémie. Une telle condition menace de graves conséquences jusqu'au coma et à la mort.

Traitement du diabète sucré gestationnel

Lorsqu'une femme reçoit un diagnostic de diabète gestationnel, elle est dirigée vers un endocrinologue. Il est recommandé de consulter le médecin toutes les deux semaines (en l'absence de complications). En cas de développement des conséquences néfastes du diabète, le traitement d'une femme enceinte peut être poursuivi à l'hôpital.

Le traitement du diabète pendant la grossesse vise à prévenir diverses complications associées à des troubles métaboliques. Le traitement commence par la sélection d'un régime optimal, équilibré par les nutriments de base. Parallèlement, les recommandations alimentaires doivent tenir compte des besoins réels de la mère et du fœtus en fonction du terme de cette grossesse.

Avec le diabète gestationnel du régime d'une femme exclure les glucides digestibles:

  • gâteaux, gâteaux et autres sucreries;
  • du miel
  • confiture
  • produits à base de farine blanche;
  • fruit sucré
  • jus et sirops;
  • boissons gazeuses.

Pour éviter une prise de poids excessive dans le régime alimentaire d'une femme enceinte, les graisses sont également limitées. La nutrition pour le diabète gestationnel devrait être fréquente, jusqu'à 5 ou 6 fois par jour, mais en petites quantités. Ce schéma vous permet d'éviter le stress sur le tube digestif et de prévenir le développement d'une hyperglycémie (élévation de la glycémie) après avoir mangé.

Une restriction sévère du régime alimentaire et du jeûne est interdite. Manger une femme enceinte doit être équilibré, contenant la quantité optimale de vitamines et d'oligo-éléments. Le gain de poids total pour la grossesse ne doit pas dépasser 12 kg pour les femmes ayant un poids normal et pas plus de 8 kg en cas d’obésité.

Le critère de l'efficacité de la thérapie diététique est détermination du taux de sucre dans le sang. Normalement, le glucose ne doit pas dépasser 5,5 mmol / l sur un estomac vide et pas plus de 7,8 mmol / l deux heures après avoir mangé. Lorsque ces indicateurs sont dépassés, la question de l'insulinothérapie est résolue.

La sélection de l'insuline et la détermination de la posologie sont effectuées par un endocrinologue. Il convient de noter que la plupart des femmes souffrant de diabète gestationnel ont la capacité de synthétiser leur propre insuline. Pour maintenir un métabolisme normal, ces femmes ont une très faible dose d'hormone par jour. Le besoin d'insuline peut augmenter avec l'augmentation de la période de grossesse.

Conduite du travail avec diabète sucré gestationnel

La période optimale d'accouchement pour le diabète gestationnel est de 37 à 38 semaines de grossesse. Pour retarder davantage ce terme n'a pas de sens. À 37 semaines, le fœtus est déjà formé et peut exister en toute sécurité en dehors de l'utérus de la mère. Une prolongation supplémentaire de la grossesse peut être très dangereuse en raison du fonctionnement insuffisant du placenta et de l'épuisement de ses ressources après 38 semaines.

Les spécialistes recommandent que les femmes donnent naissance à un enfant dans un hôpital spécialisé en obstétrique. Ces maternités ont tout l'équipement nécessaire pour aider un nouveau-né. 24 heures sur 24, des thérapeutes et des endocrinologues expérimentés peuvent résoudre tous les problèmes liés à la progression du diabète.

Les naissances chez les femmes atteintes de diabète gestationnel passent généralement par le canal de naissance naturel. Les indications de césarienne sont de très grandes dimensions foetales, de même que la gestose, la néphropathie et d’autres complications de la grossesse. Dans de nombreux cas, l'insulinothérapie est effectuée pendant le travail ou pendant la chirurgie.

Le diabète gestationnel après l'accouchement se passe sans traitement supplémentaire. Il est possible que la situation se répète dans la deuxième et les grossesses suivantes. La préservation d'une glycémie élevée après l'accouchement indique le développement d'un véritable diabète. Dans ce cas, il est recommandé à une femme de subir un examen complet avec un endocrinologue et de commencer le traitement de la maladie dès que possible.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Un pas de plus

Traitement

Veuillez compléter le contrôle de sécurité pour y accéder.Pourquoi dois-je remplir un CAPTCHA?Compléter le CAPTCHA prouve que vous êtes un humain et vous donne un accès temporaire à la propriété Web.

Le diabète est une maladie complexe caractérisée par une violation de tous les processus métaboliques dans le corps humain, qui se produit dans le contexte d'une déficience absolue ou relative en insuline.

Une quantité significative de glucose dans le sang d'une personne n'indique pas toujours que le patient est atteint de diabète sucré.