loader

Principal

Diagnostic

Conséquences du diabète sucré pendant la grossesse

Diabète appelé pathologie endocrinienne, qui a de nombreuses causes et se caractérise par le développement d'une carence en insuline, la violation de son action périphérique sur les cellules et les tissus, ou la combinaison simultanée des deux facteurs. Il existe plusieurs formes de la maladie, mais ils ont tous le même signe clinique - hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang).

Si la maladie se produit au cours de la grossesse, accompagnée d'une résistance à l'insuline, et a été formé dans la seconde moitié de la grossesse, il est un diabète gestationnel (GDM). Cependant, les variantes sont possibles pour identifier la maladie au début de la grossesse, alors que les experts pensent sous forme de pregestatsionnoy de la maladie qui va beaucoup plus difficile et a des conséquences négatives graves pour la mère et le fœtus.

Les conséquences du diabète sucré pendant la grossesse, les tactiques de prise en charge des femmes atteintes d'une pathologie endocrinienne et l'effet de l'hyperglycémie sur le fœtus sont discutées dans cet article.

Types de pathologie chez la femme enceinte

Le diabète avant la grossesse, c'est-à-dire apparu avant la conception du bébé, a la classification suivante:

  • La forme bénigne de la maladie est de type insulinodépendant (type 2), maintenue par un régime pauvre en glucides et non accompagnée de pathologies vasculaires;
  • gravité moyenne - insuline ou d'une maladie de type insuline (1, Type 2) qui sont des médicaments ajusté, avec les étapes initiales ou sans complications;
  • une forme sévère de la maladie - une pathologie, accompagnée de sauts fréquents de sucre dans le sang et le bas, des attaques fréquentes de l'état cétoacidotique;
  • pathologie de tout type, accompagnée de complications graves de l'appareil rénal, analyseur visuel, cerveau, système nerveux périphérique, cœur et vaisseaux de divers calibres.

Le diabète sucré est également partagé:

  • pour compenser (mieux géré);
  • sous-compensé (tableau clinique vif);
  • décompensée (pathologie sévère, convulsions fréquentes d'hyperglycémie).

Le diabète gestationnel se développe généralement à partir de la 20ème semaine de grossesse et est plus souvent diagnostiqué par un diagnostic de laboratoire. Les femmes associent l'apparition des symptômes de la maladie (soif, miction excessive) à leur position "intéressante", sans leur donner une signification sérieuse.

À quel point le sucre affecte le corps de la mère

Pour toute personne, qu'il s'agisse d'une femme, d'un homme ou d'un enfant, l'hyperglycémie chronique est considérée comme une pathologie. En raison du fait qu'une grande quantité de glucose reste dans le sang, les cellules et les tissus du corps souffrent d'un manque d'énergie. Des mécanismes compensatoires sont lancés, mais, à terme, ils aggravent encore la situation.

L'excès de sucre affecte négativement certaines zones du corps d'une femme (si l'on parle de la période de grossesse). Les processus de circulation sanguine changent, car les globules rouges deviennent plus rigides, la coagulabilité est violée. Les vaisseaux périphériques et coronaires deviennent moins élastiques, rétrécissant leur lumière à cause du colmatage des plaques athéroscléreuses.

La pathologie affecte l'appareil rénal, provoquant le développement de l'insuffisance et de la vision, réduisant fortement le niveau de sa gravité. L'hyperglycémie provoque l'apparition d'un voile devant les yeux, des hémorragies et la formation d'un microanévrisme dans la rétine de l'œil. La progression de la pathologie peut même conduire à la cécité. Dans le contexte du diabète gestationnel, de tels changements majeurs ne se produisent pas, mais si une femme souffre d'une forme pré-croissance, une correction urgente de la condition est nécessaire.

Des chiffres élevés de sucre affectent le cœur des femmes. Le risque de développer une maladie coronarienne augmente car les vaisseaux coronaires subissent également des lésions athéroscléreuses. Le système nerveux central et périphérique est impliqué dans le processus pathologique. La sensibilité de la peau des membres inférieurs change:

  • douleur dans un état de repos;
  • manque de sensibilité à la douleur;
  • sensation de ramper;
  • violation de la perception du régime de température;
  • aucun sens de perception vibratoire, ou inversement, son excès.

De plus, à un moment de la grossesse, une acidocétose peut survenir. Cette complication aiguë de la "maladie sucrée", caractérisée par des taux de glucose extrêmement élevés dans la circulation sanguine et une accumulation dans le sang et l'urine des corps cétoniques (acétone).

Complications possibles de la grossesse contre le diabète gestationnel

Les femmes qui ont une forme gestationnelle de la maladie souffrent de diverses complications lors du port de l'enfant dix fois plus souvent que les patients en bonne santé. La pré-éclampsie, l'éclampsie, les poches et les lésions de l'appareil rénal sont plus fréquentes. Risque significativement accru de processus infectieux du système urinaire, naissance prématurée.

La bouffée du corps est l'un des signes lumineux de la gestose tardive. La pathologie commence par le gonflement des jambes, puis il y a un gonflement de la paroi abdominale, des membres supérieurs, du visage et d'autres parties du corps. Une femme ne peut se plaindre, mais un spécialiste expérimenté remarquera une augmentation pathologique du poids corporel chez le patient.

  • reste une marque significative sur les doigts des anneaux;
  • on a le sentiment que les chaussures sont devenues petites;
  • la nuit, une femme se réveille plus souvent pour aller aux toilettes;
  • presser le doigt dans la région du tibia laisse une entaille profonde.

La défaite du rein se manifeste comme suit:

  • les chiffres de la pression artérielle augmentent;
  • il y a un gonflement;
  • il y a une protéine et de l'albumine dans l'analyse de l'urine.

Le tableau clinique peut être brillant ou mince, comme le taux de protéines excrété dans l'urine. La progression de la pathologie se manifeste par une sévérité accrue des symptômes. Si une situation similaire se présente, les spécialistes décident d'une livraison urgente. Cela aide à sauver la vie du bébé et de sa mère.

Une autre complication qui survient souvent dans le contexte du diabète est la prééclampsie. Les médecins réfléchissent à son développement avec l'apparition des signes suivants:

  • céphalée sévère;
  • forte diminution de l'acuité visuelle;
  • vole devant les yeux;
  • douleur dans la projection de l'estomac;
  • crises de vomissements;
  • conscience altérée.

Les femmes peuvent souffrir:

  • des hautes eaux;
  • décollement placentaire prématuré;
  • atonie utérine;
  • avortement spontané;
  • mortinatalité.

L'effet de l'hyperglycémie sur le fœtus

Non seulement le corps d'une femme, mais aussi un bébé souffre d'hyperglycémie chronique. Les enfants nés de mères malades sont plusieurs fois plus exposés aux conditions pathologiques que tous les autres. Si la femme enceinte a une forme prégastatineuse de la maladie, l'enfant peut naître avec une anomalie congénitale ou une malformation. Dans le contexte de la maladie de type gestationnel, les enfants naissent avec un poids élevé, qui est l'un des symptômes de la fétopathie du fœtus.

L'hyperglycémie chronique de la mère est également dangereuse pour l'enfant dans la mesure où son pancréas pendant la période de développement intra-utérin est habitué à produire une énorme quantité d'insuline. Après la naissance de son corps continue à fonctionner de la même manière qui conduit à des conditions hypoglycémiques fréquentes. Les enfants se caractérisent par un nombre élevé de bilirubines dans le corps, qui se manifestent par la jaunisse des nouveau-nés et une diminution du nombre de tous les éléments sanguins.

Une autre complication possible du corps de l'enfant est un syndrome de détresse respiratoire. Les poumons ne contiennent pas suffisamment de surfactant - une substance qui interfère avec le processus d'adhésion des alvéoles lors de l'exécution des fonctions respiratoires.

Prise en charge d'une femme enceinte atteinte de diabète sucré

Si le patient pendant la grossesse a un diabète prénatal, le protocole médical de suivi de ces patients souligne la nécessité d'une triple admission.

  1. La première fois qu'une femme est hospitalisée immédiatement après être allée chez le gynécologue pour s'inscrire à une grossesse. Le patient est examiné, l'état des processus métaboliques est corrigé et le schéma d'insuline est sélectionné.
  2. Deuxième fois - dans 20 semaines. Le but de l'hospitalisation est de corriger la condition, de surveiller la mère et l'enfant dans la dynamique, de mettre en place des mesures qui empêchent le développement de toutes sortes de complications.
  3. La troisième fois est de 35 à 36 semaines. Enceinte préparer à l'apparition du bébé dans la lumière.

Il existe également des indications d’urgence selon lesquelles une femme peut se rendre à l’hôpital. Celles-ci incluent l'apparition d'un tableau clinique saisissant de la maladie, un état cétoacidotique, une glycémie critique (plus ou moins importante), le développement de complications chroniques.

Comment l'accouchement se produit-il en présence d'une maladie?

La période de livraison est déterminée sur une base individuelle. Les médecins évaluent la gravité de la pathologie, le niveau de sucre dans le sang, la présence de complications chez la mère et l'enfant. Les indicateurs vitaux sont nécessairement contrôlés, la maturité des structures corporelles du bébé est évaluée. En cas de progression de la lésion du rein ou de la vision, les obstétriciens-gynécologues décident d’accoucher à 37 semaines.

Au cours de la grossesse normale, le poids de l'enfant dans 3,9 kg indique son apparition précoce à la lumière au moyen d'une césarienne. Si une femme et un bébé ne sont pas encore prêts pour l'accouchement et que le poids du fœtus ne dépasse pas 3,8 kg, la grossesse peut être légèrement prolongée.

Salle de maternité

L'option optimale est l'apparition du bébé à travers le canal génital naturel, même si la mère a une "maladie sucrée". L'accouchement avec diabète gestationnel se poursuit avec une surveillance constante du glucose dans le sang et une injection périodique d'insuline.

Si le canal de naissance d'une femme enceinte est préparé, la naissance commence par une ponction de la vessie amniotique. Une activité générique efficace est considérée comme une indication que le processus d'apparition de l'enfant se produit de manière naturelle. Si nécessaire, l'hormone ocytocine est administrée. Il aide à stimuler la contraction utérine.

Important! En soi, le diabète n’est pas une indication pour la césarienne.

Lorsqu'il est nécessaire d'effectuer un accouchement chirurgical:

  • présentation incorrecte du fœtus;
  • macrosomie;
  • violation de la respiration et des palpitations de l'enfant;
  • décompensation de la maladie sous-jacente.

Césarienne programmée avec diabète sucré

À partir de minuit, une femme ne devrait pas consommer d'eau et de nourriture. 24 heures avant la chirurgie, la femme enceinte est retirée des injections d'insuline prolongée. Tôt le matin, le niveau de glycémie est mesuré à l'aide de bandelettes express. La même procédure est répétée toutes les 60 minutes.

Si le taux de glucose dans la circulation sanguine dépasse le seuil de 6,1 mmol / l, la femme enceinte est transférée dans une injection intraveineuse continue de solution d'insuline. Le contrôle de l'index glycémique est effectué en dynamique. La procédure même d'accouchement chirurgical est recommandée tôt le matin.

Période post-partum

Après la naissance d'un enfant, le médecin annule l'injection d'insuline à une femme. Pendant les premiers jours, les taux de glycémie sont nécessairement contrôlés, de sorte que, si nécessaire, les troubles métaboliques peuvent être corrigés. Si la patiente présentait un diabète sucré gestationnel, elle devient automatiquement un lien du groupe à risque pour le développement d'un type de maladie insulinodépendant, ce qui signifie qu'elle doit être sur un compte de dispensaire auprès d'un endocrinologue qualifié.

Après 1,5 et 3 mois après la naissance, la femme doit à nouveau faire un don de sang pour évaluer la glycémie. Si le résultat provoque un doute chez le médecin, un test de charge en sucre est attribué. Il est recommandé au patient de suivre un régime, de mener une vie active et, si vous souhaitez être à nouveau enceinte, de procéder à un examen complet du corps et de vous préparer soigneusement à la conception et à la prise en charge de l'enfant.

Diabète et grossesse: risques, complications, traitement

Le diabète est un facteur de risque grave pour la santé d'une future mère et de son enfant. Les complications possibles, entre autres, sont les fausses couches et même la mortinatalité. Cependant, l'avertissement est prévenu et si vous surveillez attentivement votre propre bien-être et suivez les recommandations de votre médecin, il est probable que tout se passera sans complications. Nous vous dirons à quoi vous devez porter une attention particulière et comment contrôler le diabète pendant la grossesse.

Qu'est-ce que le diabète?

Lancer un petit programme éducatif. Entrer dans le tube digestif humain, les aliments sont divisés en éléments les plus simples, y compris le glucose (c'est un type de sucre). Le glucose est impliqué dans pratiquement tous les processus du corps humain, même dans le fonctionnement du cerveau. Pour que le corps utilise le glucose comme source d'énergie, une hormone appelée insuline, produite par le pancréas, est nécessaire. Avec le diabète, la production d'insuline dans le corps humain ne suffit pas, à cause de ce que nous ne pouvons pas obtenir et utiliser le glucose comme carburant nécessaire.

Types de diabète

  • Diabète de type 1 - parfois appelé diabète sucré insulino-dépendant - souvent chronique d'une maladie à vie, en raison de laquelle le pancréas ne parvient pas à produire de l'insuline, le patient exigent des injections constantes de l'hormone;
  • Diabète de type 2 - autrement appelé diabète non insulino-dépendant - dans ce type de maladie, les cellules du corps développent une résistance à l'insuline, même si le pancréas sécrète la quantité optimale de cette hormone. Dans la plupart des cas, il suffit de réviser le mode de vie pour contrôler la maladie, mais parfois vous devez prendre des médicaments et vous injecter de l'insuline.
  • Diabète gestationnel - Ce type de diabète ne survient que pendant la grossesse. Comme dans le cas du diabète de type 2, le corps ne peut pas utiliser les réserves d'insuline produites par le pancréas. Presque toutes les femmes pendant la grossesse à des degrés divers détériore la capacité d'absorber le glucose en raison de changements hormonaux naturels, seulement 4% des femmes enceintes cet état devient le diabète gestationnel. Facteurs de risque - le même que celui du diabète de type 2 - une mauvaise alimentation, mode de vie en surpoids, sédentaires, l'hypertension artérielle, en plus d'une histoire de la naissance d'un grand bébé (plus de 3,7 kg) au cours d'une grossesse précédente ou l'âge de 35 ans l'heure de la grossesse en cours. Ce type de diabète peut être traité avec un régime spécial, mais si cela n’aide pas, des injections d’insuline peuvent être nécessaires.

Comment le diabète affecte-t-il la grossesse?

Comme nous l'avons découvert, le glucose et l'insuline sont nécessaires au fonctionnement normal de tous les systèmes de l'organisme. Des niveaux de sucre mal contrôlés pendant la grossesse peuvent entraîner diverses complications pour la future mère et le bébé. Par exemple:

  • Polyhydramnios - il s’agit d’un excès d’eau amniotique, et chez les diabétiques, il se produit assez souvent. Le phénomène est également dangereux pour la mère et l'enfant, ce qui peut entraîner la mort de l'un ou des deux.
  • HypertonieI - mieux connu sous le nom de pression artérielle élevée - peut retarder la croissance intra-utérine du fœtus, la naissance d'un fœtus mort ou une naissance prématurée, ce qui est également dangereux pour l'enfant;
  • Retard de la croissance intra-utérine du fœtus peut être déclenché non seulement par l'hypertension, mais aussi par des maladies vasculaires particulières aux patients atteints de diabète de type 1 qui n'ont pas d'hypertension. Ceci est un risque grave qui provoque des complications chez les nourrissons après la naissance. Aux États-Unis, par exemple, la perte de poids dans l'utérus est la principale cause de décès chez les nouveau-nés.
  • Anomalies congénitales - les nourrissons nés de femmes diabétiques ont un risque plus élevé de développer des anomalies congénitales, telles que des malformations cardiaques et des anomalies du tube neural;
  • Fausse couche - les femmes atteintes de diabète présentent un risque accru de fausse couche;
  • Macrosomie (ou surpoids à la naissance) est le phénomène dit lorsqu'un nouveau-né pèse au-dessus de la moyenne (généralement plus de 4,2 kg ou plus du 90 e percentile pour la taille attendue de l'âge gestationnel correspondant). Les grands enfants sont exposés à des complications lors de l'accouchement, comme la dystocie des épaules, de sorte que les médecins recommandent la naissance de ces bébés par césarienne;
  • Livraison anticipée - Les femmes atteintes de diabète risquent une naissance prématurée. Les nourrissons nés avant l'âge de 37 semaines d'âge gestationnel peuvent éprouver des difficultés à s'alimenter et à respirer, ainsi que des problèmes médicaux à long terme. Plus souvent, les enfants nés à temps meurent;
  • Mortinatalité - Bien que les femmes atteintes de diabète présentent un risque accru de mortinatalité, un contrôle compétent de la glycémie élimine effectivement ce risque.

Gestion du diabète

Plus vous contrôlez le niveau de sucre en attendant le bébé, plus vous avez de chances de parvenir à une grossesse saine et normale. Il est essentiel de suivre scrupuleusement les recommandations de votre médecin. Le besoin en insuline chez la femme enceinte change constamment. Si votre glycémie commence à changer, vous devez en informer votre médecin plus tôt. Que devrais-je rechercher?

  1. Contrôle des niveaux de sucre - Les femmes enceintes atteintes de diabète doivent vérifier leur taux de sucre avec un glucomètre plusieurs fois par jour pour déterminer si le régime est correct et si le traitement est respecté;
  2. Médicaments et insuline - Les diabétiques de type 2 peuvent prendre des médicaments par voie orale, mais tous les médicaments ne sont pas autorisés pendant la grossesse. Par conséquent, les injections d'insuline peuvent constituer le moyen le plus adéquat et le plus précis de contrôler la glycémie. Les femmes qui ont injecté de l'insuline avant la grossesse devront passer temporairement à un nouveau régime, qui doit être sélectionné avec un médecin.
  3. La nutrition - suivre un régime diabétique spécial pendant la grossesse est l'un des moyens les plus importants de contrôler le sucre. Que vous soyez atteint de diabète avant la grossesse ou que vous ayez développé un diabète gestationnel, le nutritioniologue vous aidera à choisir la bonne nutrition maintenant que vous «mangez à deux»;
  4. Test de diagnostic - les femmes enceintes atteintes de diabète étant plus à risque de développer diverses complications, elles doivent faire plus de recherche que les femmes en bonne santé. Par exemple:
  • Profil biophysique du fœtus;
  • Le nombre de mouvements du fœtus sur une certaine période de temps;
  • Test de nicotine du fœtus;
  • Échographie

Quand courir chez le médecin

En raison du risque accru pour la santé de la mère et de l’enfant, vous devez être au courant de toute condition alarmante afin de demander rapidement une aide médicale. Consultez immédiatement un médecin si vous remarquez:

Suivez attentivement les instructions de votre médecin, surveillez-vous vous-même et accordez-vous une issue de grossesse positive, puis vos chances de donner naissance à un bébé fort et de garder sa santé augmentent de nombreuses fois!

Diabète et grossesse

Bien que la grossesse soit une période joyeuse dans la vie d'une femme, elle est un énorme stress pour son organisme. Cela conduit au fait que, en présence de facteurs de prédisposition et de facteurs favorables, une future mère peut développer ou manifester une maladie. Ceux-ci incluent le diabète.

Qu'est-ce que le diabète?

Pour maintenir la vie aux cellules du corps humain, il faut du glucose (sucre). C'est une sorte de carburant qui pénètre dans la cellule grâce à l'insuline (l'hormone du pancréas). Le sucre dans le sang (glucose) se forme dans deux cas: à partir d'aliments contenant des glucides et à la suite de la dégradation du stock de glucose (glycogène) présent dans le foie.

Diabète - une maladie dans laquelle il y a une absence absolue ou relative de l'insuline dans le corps, mais en même temps, il y a une augmentation du niveau de sucre (glucose) dans le sang. Dans ce cas, le métabolisme est perturbé et des changements pathologiques se produisent dans divers organes et tissus. Par exemple, le diabète lésion des petits vaisseaux marqués de l'œil (la cécité), les reins, la peau, les muscles, le système nerveux, tractus gastro-intestinal. De plus, dans le diabète sucré, le système immunitaire est affaibli, ce qui est peut-être l'une des causes de complications bactériennes fréquentes. Tout cela conduit au fait que les patients diabétiques se plaignent de sécheresse de la bouche, la soif, la quantité accrue de l'apport hydrique, une miction excessive, une augmentation ou une diminution de l'appétit, la fatigue, la perte de poids, démangeaisons de la peau, en particulier dans la zone d'entrejambe, des troubles du sommeil. Ils ont une tendance aux maladies de la peau pustuleuses, la furonculose.

Pourquoi développer un diabète gestationnel?

Le diabète sucré gestationnel (DMD) ou le diabète chez la femme enceinte est une violation du métabolisme des glucides qui apparaît ou est reconnu pour la première fois pendant la grossesse. En général, la modification du métabolisme des glucides pendant la grossesse est justifiée. Cela est dû au fait qu'un fœtus en pleine croissance a besoin de matière énergétique, principalement du glucose. De plus, l'action de l'insuline est partiellement bloquée par une augmentation du taux d'hormones de grossesse (principalement la progestérone), qui se manifeste fortement après la 20e semaine de grossesse. Pour maintenir la glycémie dans des limites normales, le pancréas d'une femme enceinte en bonne santé produit une quantité accrue d'insuline. Si les cellules du pancréas ne supportent pas l'augmentation de la charge, il existe un déficit relatif ou absolu en insuline et un diabète sucré gestationnel.

Mais il convient de noter que le diabète gestationnel ne se développe pas tous. À son développement, il y a une prédisposition, qui est réalisée sous l'influence de certains facteurs de risque. Ceux-ci incluent le surpoids ou l'obésité, le diabète dans la famille immédiate, l'âge de la mère de plus de 25 ans, appartenant à un groupe ethnique particulier (Asiatiques, Africains, Espagnols), une anamnèse obstétricale lourde. En outre, le risque de développer un diabète chez la femme enceinte se produit si le bébé précédent à la naissance pesait plus de 4 à 4,5 kg ou si la femme a une fausse couche habituelle (plus de 3 avortements spontanés au cours du premier ou du deuxième trimestre de la grossesse).

Caractéristiques du cours du diabète sucré chez la femme enceinte

La grossesse affecte de manière significative l'évolution du diabète. Premièrement, au cours du premier trimestre de la grossesse, il y a une amélioration de l'évolution de la maladie (la glycémie diminue). À ce moment, la dose d'insuline est réduite de 1/3. Mais déjà au début du deuxième trimestre (à partir de la 13ème semaine), au contraire, il y a une aggravation du cours de la maladie et la dose d'insuline doit être augmentée. Déjà au troisième trimestre (de la 32e semaine jusqu'à la naissance), il est encore possible d'améliorer le cours du diabète et l'apparition d'hypoglycémie. Par conséquent, la dose d'insuline est réduite de 20 à 30%.

Au moment de l'accouchement, la glycémie peut fluctuer dans un sens et dans l'autre. Par exemple, sous l'influence d'influences émotionnelles (douleur, peur), son nombre peut augmenter. Dans le même temps, l'accouchement est un processus physique complexe qui conduit à la fatigue. En raison de la dépense énergétique, le niveau de sucre peut être considérablement réduit. Tout cela fait que pendant le travail, les médecins vérifient la glycémie d'une femme toutes les deux heures. Après avoir accouché, le sucre dans le sang diminue rapidement puis augmente progressivement, atteignant le niveau antérieur à la grossesse au 7ème et 10ème jour de la période post-partum.

Prise en charge de la grossesse dans le diabète sucré

La prise en charge de la grossesse chez les patients atteints de diabète sucré est réalisée dans des conditions de suivi ambulatoire et hospitalier. Si l'état de santé d'une femme enceinte est satisfaisant, elle est hospitalisée trois fois à l'hôpital.

L'évolution de la grossesse dans le diabète sucré: la complexité possible et les moyens de les prévenir

Si le corps présente une carence en insuline, le diabète sucré se produit.

Avant, lorsque cette hormone n'était pas utilisée comme médicament, chez les femmes atteintes de cette pathologie, il n'y avait pratiquement aucune chance d'accouchement. Seulement 5% d'entre eux pouvaient devenir enceintes et le taux de mortalité fœtale était de près de 60%!

À notre époque, le diabète chez les femmes enceintes a cessé d’être une menace fatale, car le traitement à l’insuline permet à la plupart des femmes d’allaiter et d’accoucher sans complications.

Statistiques

Le problème de la grossesse compliqué par le diabète sucré est constamment au centre de l'attention des endocrinologues et des obstétriciens, car il est associé à des complications fréquentes pendant la période périnatale et menace la santé de la future mère et de l'enfant.

Selon les statistiques, dans notre pays, le diabète de type 1 et de type 2 est diagnostiqué chez 1 à 2% des femmes parturientes. De plus, on distingue le diabète prégastational (1% des cas) et le diabète gestationnel (ou HSD).

La particularité de cette dernière maladie est qu'elle ne se développe que pendant la période périnatale. La GDD complique jusqu'à 14% des grossesses (pratique mondiale). En Russie, cette pathologie est détectée chez 1 à 5% des patients.

Le diabète sucré, souvent appelé diabète gestationnel, est diagnostiqué chez les femmes grasses ayant une génétique médiocre (parents atteints de diabète normal). Comme pour le diabète insipide chez la parturiente, cette pathologie est assez rare et représente moins de 1% des cas.

Causes d'apparence

La principale cause est la prise de poids et le début des changements hormonaux dans le corps.

Les cellules des tissus perdent progressivement leur capacité d'absorption de l'insuline (deviennent rigides).

En conséquence, l'hormone existante n'est pas suffisante pour maintenir la quantité de sucre requise dans le sang: l'insuline, même si elle continue d'être développée, ne peut pas remplir ses fonctions.

Grossesse avec diabète existant

Les femmes devraient savoir que pendant la grossesse, la prise de médicaments réducteurs de sucre est contre-indiquée. Tous les patients reçoivent une insulinothérapie.

En règle générale, au premier trimestre, le besoin en est quelque peu réduit. Dans le second - il augmente de 2 fois et dans le troisième - il redescend. À ce moment, vous devez suivre strictement le régime. Il n'est pas conseillé d'utiliser une variété d'édulcorants.

Avec le diabète gestationnel, un régime riche en protéines est recommandé. Il est important de ne pas manger d'aliments très gras: des saucisses et du lait gras et riche en calories. La réduction des aliments riches en glucides dans l'alimentation d'une femme enceinte réduira le risque de développer un fœtus trop gros.

Pour réduire les valeurs de glycémie au cours de la période périnatale le matin, il est recommandé de manger un minimum de glucides. Il est nécessaire de surveiller en permanence les numérations sanguines. Bien qu'une petite hyperglycémie pendant la grossesse ne soit pas considérée comme un phénomène dangereux, mieux vaut ne pas le permettre.

Chez les femmes enceintes atteintes de diabète de type 1, une hypoglycémie peut également être observée. Dans ce cas, il est nécessaire de surveiller régulièrement l'endocrinologue et le gynécologue.

Comment la maladie affecte-t-elle le port du fœtus?

La maladie du sucre nuit au déroulement de la grossesse. Son danger est que la glycémie puisse provoquer: à un stade précoce - des malformations dans le développement du fœtus et des avortements spontanés, et à un stade avancé - des polyhydramnios, dangereux en cas de récidive du travail prématuré.

Une femme est prédisposée à la maladie de DM si les risques suivants surviennent:

  • dynamique des complications vasculaires des reins et de la rétine;
  • ischémie du cœur;
  • le développement de la gestose (toxicose) et d'autres complications de la grossesse.

Les bébés nés de ces mères ont souvent un poids élevé: 4,5 kg. Cela est dû à un apport accru de glucose maternel dans le placenta, puis dans le sang du bébé.

Dans ce cas, le pancréas fœtal synthétise en plus l'insuline et stimule la croissance du bébé.

Pendant la grossesse, le diabète se manifeste de différentes manières:

  • pendant 1 trimestre se caractérise par une atténuation de la pathologie: les valeurs de glucose dans le sang sont réduites. Pour prévenir l'hypoglycémie à ce stade, la dose d'insuline est réduite d'un tiers;
  • À partir de la 13ème semaine de grossesse, le diabète progresse à nouveau. Hypoglycémie possible, la dose d'insuline est augmentée;
  • à la 32ème semaine et jusqu'à l'accouchement, il y a une amélioration de l'évolution du diabète, éventuellement l'émergence de la glycémie, et la dose d'insuline augmente à nouveau d'un tiers;
  • immédiatement après la naissance, le sucre dans le sang diminue, puis augmente pour atteindre le dixième jour de leurs paramètres prénataux.

Dans le cadre d'une dynamique aussi complexe du diabète, une femme est hospitalisée.

Diagnostic

Le diabète sucré est considéré comme établi si, selon les résultats des tests de laboratoire, les valeurs de glycémie (à jeun) sont de 7 mmol / l (à partir de la veine) ou supérieures à 6,1 mmol / l (à partir du doigt).

En cas de suspicion de diabète, un test de tolérance au glucose est attribué.

Un autre symptôme important du diabète est le sucre dans les urines, mais uniquement en association avec une hypoglycémie. La maladie du sucre brise le métabolisme des graisses et des glucides dans le corps, provoquant une kétonomie. Si le niveau de glucose est stable et normal, on considère que le SD est compensé.

Complications possibles

La période périnatale dans le contexte du diabète est associée à de multiples complications.

Le plus commun est l'avortement spontané (15-30% des cas) à 20-27 semaines.

Il existe également des toxicoses tardives associées à la pathologie rénale existante du patient (6%), une infection des voies urinaires (16%), des polyhydramnios (22-30%) et d'autres facteurs. Développant souvent une gestose (35-70% des femmes).

Si l'insuffisance rénale est ajoutée à cette pathologie, la probabilité de mortinatalité (20 à 45% des cas) augmente considérablement. La moitié des femmes parturientes peuvent avoir des polyhydramnios.

La grossesse est contre-indiquée si:

  • il y a une microangiopathie;
  • le traitement à l'insuline ne fonctionne pas;
  • les deux conjoints ont le diabète;
  • combinaison de diabète et de tuberculose;
  • dans le passé, la femme avait une cécité répétée;
  • Le diabète est associé au conflit Rh chez la mère et l'enfant.

Avec le diabète compensé, la grossesse et l'accouchement se déroulent en toute sécurité. Si la pathologie ne disparaît pas, la question est posée concernant l'accouchement prématuré ou la césarienne.

Avec le diabète chez l'un des parents, le risque de développer cette pathologie chez la progéniture est de 2 à 6%, dans les deux cas, jusqu'à 20%. Toutes ces complications aggravent le pronostic de la maternité normale. La période post-partum est souvent associée à des maladies infectieuses.

Diabète sucré

[ads-pc-1]
[ads-mob-1]
Le diabète, une maladie associée à une glycémie élevée, affecte le système vasculaire et affecte le fonctionnement des organes. Pendant la grossesse, cela entraîne un danger supplémentaire pour la mère et le fœtus.

Par conséquent, le diabète de la mère ou des deux parents nécessite une préparation spéciale avant la conception et une observation attentive pendant la grossesse.

Quand un diagnostic est fait de "diabète sucré"

Le diabète est une maladie endocrinienne associée à un trouble métabolique. Le manque d'insuline entraîne une interruption de l'utilisation du glucose. Son excès se trouve dans le sang (plus de 6,1 mmol / l) et, à des indices plus élevés, il commence à être excrété dans l'urine et est également diagnostiqué en laboratoire.

En règle générale, le glucose dans l'urine ne devrait pas être!

Le diabète peut être associé à la pathologie des cellules bêta du pancréas et peut être la conséquence de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal ou du système vasculaire. Le sucre dans le sang peut augmenter avec le stress ou pendant la grossesse, mais ces conditions sont transitoires et ne sont pas des maladies chroniques.

Types de diabète

Selon la cause, il existe 3 types de diabète. Pour chacun, il existe des caractéristiques spécifiques de l'évolution de la maladie et des méthodes de traitement.

Il s'agit d'une maladie auto-immune associée à la défaite des cellules bêta du pancréas ou à leur absence. Il peut être diagnostiqué dans l'enfance et a souvent un caractère héréditaire. La principale méthode de traitement est l'injection d'insuline sous le contrôle constant de la glycémie.

Elle se développe à la suite d'une obésité, d'une maladie hépatique ou rénale chronique et du système vasculaire. Son traitement repose sur des médicaments, principalement normalisant les processus métaboliques et la fonction hépatique. Dans la plupart des cas, basé sur la metformine ou son association avec d'autres médicaments hypoglycémiants (en l'absence de traitement par la metformine).

Il s'agit d'une forme particulière de diabète qui se manifeste après 25 semaines de grossesse chez les futures mères n'ayant jamais eu de diabète de type 1 ou 2. Le diabète gestationnel est associé à la réponse de l'organisme à un fœtus croissant, à une augmentation de la charge sur le foie et les reins de la mère.

Un état similaire est diagnostiqué chez 15-18% des femmes et disparaît généralement après l'accouchement. Pendant la grossesse, les médicaments ne sont pas nécessaires. Mais le régime alimentaire est recommandé, contrôle supplémentaire de l'urine et du sang, suivi de la prise de poids.

Est-il possible d'avoir une grossesse avec le diabète?

Une glycémie élevée affecte l'état de la paroi vasculaire. Les perturbations dans l'approvisionnement en sang, à leur tour, affectent le travail des organes. Souvent, la rétine de l'œil, les reins, les ulcères trophiques sur les jambes se produisent.

Si une femme est atteinte de diabète depuis plus de cinq ans et que des symptômes de complications caractéristiques sont déjà observés, tous les risques liés à la préparation et à la prise en charge de la grossesse lors de la planification des naissances doivent être pris en compte.

La metformine est interdite aux femmes enceintes. La femme doit informer le médecin de la grossesse prévue et les comprimés seront remplacés par de l'insuline. Cette mesure est plus sûre pour un futur enfant, et rester sans traitement pendant toute la durée de la grossesse est absolument impossible!

Pendant la grossesse, pour les femmes atteintes de diabète, trois hospitalisations sont prévues pour surveiller l'état de la mère et de l'enfant au cours de chaque trimestre. En fonction de l'état de la mère et du stade du diabète, choisissez la voie d'administration: naissance naturelle (stimulation possible) ou césarienne à 38 semaines.

Le diabète est dangereux pour la mère et le fœtus

  • Le diabète maternel (et surtout si la maladie affecte les deux parents) conduit à une pathologie du développement fœtal.

Pour minimiser ces risques, une stabilisation du taux de glucose est nécessaire au stade de la préparation à la grossesse.

  • Chez les diabétiques, les femmes donnent souvent naissance à de grands enfants, ce qui représente un fardeau supplémentaire pour le corps de la mère et le risque de blessure pendant l'accouchement.
  • Les troubles vasculaires causés par le diabète chronique peuvent provoquer une hypoxie fœtale, une hypotrophie ou une mort intra-utérine.
  • Les polyhydramnios sont également une pathologie commune de la grossesse chez les patients diabétiques.
  • Les infections bactériennes et fongiques récurrentes associées à une immunité diminuée chez les diabétiques constituent une menace supplémentaire. Infection possible du liquide amniotique, écoulement précoce de l'eau et naissance prématurée.

Accouchement chez les femmes diabétiques

Surveiller l'état de la mère et de l'enfant tout au long de la grossesse, effectuer des tests et des échographies dans les délais prescrits, vous permet d'obtenir des informations précises sur la volonté du bébé à naître.

Les enfants dont les mères sont atteintes de diabète courent un risque accru de développer cette maladie ou d'autres pathologies métaboliques à l'avenir. Par conséquent, de nombreux médecins considèrent qu'il est conseillé de ne pas attendre le début de l'accouchement naturel, mais de terminer la grossesse au terme de 37 à 38 semaines.

Si la mère se sent bien, des médicaments et un accouchement naturel sont possibles à ce moment. Si le fœtus est gros ou que la mère présente des complications (rétinopathie, pathologie rénale, hypertension), une césarienne est alors prévue.

Mais il est souhaitable qu'une femme à l'avance se rende à l'hôpital et que, dans les dernières semaines de grossesse, elle soit sous la supervision de spécialistes.

Avec le diabète gestationnel, les risques pour la mère et le bébé sont beaucoup plus faibles. Si l’observance de l’alimentation permet de ramener les numérations sanguines à la normale, il n’ya pas d’obstacle à l’accouchement naturel.
[ads-pc-2]
[ads-mob-2]

Comment le diabète affecte-t-il la grossesse?

L'effet du diabète sur le déroulement de la grossesse et de l'accouchement

Le diabète, une maladie associée à une glycémie élevée, affecte le système vasculaire et affecte le fonctionnement des organes. Pendant la grossesse, cela entraîne un danger supplémentaire pour la mère et le fœtus.

Par conséquent, le diabète de la mère ou des deux parents nécessite une préparation spéciale avant la conception et une observation attentive pendant la grossesse.

Quand un diagnostic est fait de "diabète sucré"

Le diabète est une maladie endocrinienne associée à un trouble métabolique. Le manque d'insuline entraîne une interruption de l'utilisation du glucose. Son excès se trouve dans le sang (plus de 6,1 mmol / l) et, à des indices plus élevés, il commence à être excrété dans l'urine et est également diagnostiqué en laboratoire.

En règle générale, le glucose dans l'urine ne devrait pas être!

Le diabète peut être associé à la pathologie des cellules bêta du pancréas et peut être la conséquence de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal ou du système vasculaire. Le sucre dans le sang peut augmenter avec le stress ou pendant la grossesse, mais ces conditions sont transitoires et ne sont pas des maladies chroniques.

Types de diabète

Selon la cause, il existe 3 types de diabète. Pour chacun, il existe des caractéristiques spécifiques de l'évolution de la maladie et des méthodes de traitement.

  • Le diabète de type 1 est appelé insulino-dépendant.

Il s'agit d'une maladie auto-immune associée à la défaite des cellules bêta du pancréas ou à leur absence. Il peut être diagnostiqué dans l'enfance et a souvent un caractère héréditaire. La principale méthode de traitement est l'injection d'insuline sous le contrôle constant de la glycémie.

  • Diabète de type 2 (non insulino-dépendant)

Elle se développe à la suite d'une obésité, d'une maladie hépatique ou rénale chronique et du système vasculaire. Son traitement repose sur des médicaments, principalement normalisant les processus métaboliques et la fonction hépatique. Dans la plupart des cas, basé sur la metformine ou son association avec d'autres médicaments hypoglycémiants (en l'absence de traitement par la metformine).

  • Diabète de la femme enceinte (diabète gestationnel).

Il s'agit d'une forme particulière de diabète qui se manifeste après 25 semaines de grossesse chez les futures mères n'ayant jamais eu de diabète de type 1 ou 2. Le diabète gestationnel est associé à la réponse de l'organisme à un fœtus croissant, à une augmentation de la charge sur le foie et les reins de la mère.

Un état similaire est diagnostiqué chez 15-18% des femmes et disparaît généralement après l'accouchement. Pendant la grossesse, les médicaments ne sont pas nécessaires. Mais le régime alimentaire est recommandé, contrôle supplémentaire de l'urine et du sang, suivi de la prise de poids.

Est-il possible d'avoir une grossesse avec le diabète?

Une glycémie élevée affecte l'état de la paroi vasculaire. Les perturbations dans l'approvisionnement en sang, à leur tour, affectent le travail des organes. Souvent, la rétine de l'œil, les reins, les ulcères trophiques sur les jambes se produisent.

Si une femme est atteinte de diabète depuis plus de cinq ans et que des symptômes de complications caractéristiques sont déjà observés, tous les risques liés à la préparation et à la prise en charge de la grossesse lors de la planification des naissances doivent être pris en compte.

Pour la sécurité de la mère et du fœtus, il est nécessaire de stabiliser les valeurs de glucose pendant 3 à 6 mois avant la grossesse. S'il y a des maladies concomitantes - mener des traitements préventifs.

La metformine est interdite aux femmes enceintes. La femme doit informer le médecin de la grossesse prévue et les comprimés seront remplacés par de l'insuline. Cette mesure est plus sûre pour un futur enfant, et rester sans traitement pendant toute la durée de la grossesse est absolument impossible!

Pendant la grossesse, pour les femmes atteintes de diabète, trois hospitalisations sont prévues pour surveiller l'état de la mère et de l'enfant au cours de chaque trimestre. En fonction de l'état de la mère et du stade du diabète, choisissez la voie d'administration: naissance naturelle (stimulation possible) ou césarienne à 38 semaines.

Le diabète est dangereux pour la mère et le fœtus

  • Le diabète maternel (et surtout si la maladie affecte les deux parents) conduit à une pathologie du développement fœtal.

Pour minimiser ces risques, une stabilisation du taux de glucose est nécessaire au stade de la préparation à la grossesse.

  • Chez les diabétiques, les femmes donnent souvent naissance à de grands enfants, ce qui représente un fardeau supplémentaire pour le corps de la mère et le risque de blessure pendant l'accouchement.
  • Les troubles vasculaires causés par le diabète chronique peuvent provoquer une hypoxie fœtale, une hypotrophie ou une mort intra-utérine.
  • Les polyhydramnios sont également une pathologie commune de la grossesse chez les patients diabétiques.
  • Les infections bactériennes et fongiques récurrentes associées à une immunité diminuée chez les diabétiques constituent une menace supplémentaire. Infection possible du liquide amniotique, écoulement précoce de l'eau et naissance prématurée.

Accouchement chez les femmes diabétiques

Surveiller l'état de la mère et de l'enfant tout au long de la grossesse, effectuer des tests et des échographies dans les délais prescrits, vous permet d'obtenir des informations précises sur la volonté du bébé à naître.

Les enfants dont les mères sont atteintes de diabète courent un risque accru de développer cette maladie ou d'autres pathologies métaboliques à l'avenir. Par conséquent, de nombreux médecins considèrent qu'il est conseillé de ne pas attendre le début de l'accouchement naturel, mais de terminer la grossesse au terme de 37 à 38 semaines.

Si la mère se sent bien, des médicaments et un accouchement naturel sont possibles à ce moment. Si le fœtus est gros ou que la mère présente des complications (rétinopathie, pathologie rénale, hypertension), une césarienne est alors prévue.

Si la future mère n'a pas de complications liées au diabète et que la grossesse est passée sans pathologie, il est possible d'attendre le début de l'accouchement naturel.

Mais il est souhaitable qu'une femme à l'avance se rende à l'hôpital et que, dans les dernières semaines de grossesse, elle soit sous la supervision de spécialistes.

Avec le diabète gestationnel, les risques pour la mère et le bébé sont beaucoup plus faibles. Si l’observance de l’alimentation permet de ramener les numérations sanguines à la normale, il n’ya pas d’obstacle à l’accouchement naturel. [ads-pc-2]

Diabète sucré pendant la grossesse

Le diabète sucré est une maladie basée sur une carence dans le corps de l'hormone insuline. Dans le même temps, il existe un trouble métabolique et des modifications pathologiques dans tout le corps. En cas de déficit en insuline, l'utilisation et l'utilisation du glucose sont perturbées, entraînant une augmentation du taux sanguin et urinaire. C'est le principal signe de diagnostic du diabète.

Le diagnostic de « diabète » est placé sur la base de tests de laboratoire, la glycémie à jeun, pri.urovne de la veine, supérieur à 7,0 mmol / L ou du sang prélevé sur un doigt, au-dessus de 6,1 mmol / L Ce niveau est appelé hyperglycémie.

Récemment, le nombre de femmes attendant un enfant atteint de cette pathologie augmente. La grossesse en soi est un facteur diabétogène, c'est-à-dire qu'elle augmente le risque de développer un diabète. Plus souvent qu'autrement, on sait qu'une femme est malade avant la grossesse, mais parfois la maladie peut apparaître pour la première fois pendant la période de gestation.

le diabète Suspect pendant la grossesse devrait, s'il y a besoin fréquent d'uriner, même au cours du troisième trimestre, augmentation de l'appétit, sécheresse de la bouche, soif, perte de poids, augmentation de la pression artérielle, la peau fatigue, démangeaisons. De tels patients ont tendance à avoir des maladies cutanées pustuleuses, la furonculose.

Les plus sensibles à la maladie sont les femmes en surpoids, ayant une prédisposition héréditaire après 30 ans et celles qui ont eu des grossesses antérieures erronées. Il est recommandé de faire une analyse du taux de sucre dans le sang entre la 24 e et la 28 e semaine de grossesse.

Avec le diabète sucré, la probabilité de fausse couche spontanée augmente souvent. Une complication dangereuse est le coma, dont la cause peut être une violation de l'alimentation, une mauvaise utilisation de l'insuline, une insuffisance ou un excès. Cependant, avec une surveillance attentive, la surveillance de la glycémie à

aider à l'alimentation, la grossesse peut se dérouler correctement, et l'enfant naît en bonne santé.

Un trait caractéristique est la naissance chez une femme diabétique d'un grand enfant, avec une masse de plus de 4500 g et une hauteur de 55-60 cm.

Cependant, une augmentation du taux de sucre n'indique pas toujours la présence d'une femme enceinte. Il peut y avoir une apparition temporaire d'une petite quantité de sucre dans l'urine, qui passe après un certain temps et n'est pas détectée lors d'études répétées. Il existe également une forme particulière de diabète chez la femme enceinte, qui survient peu de temps après sa fin, généralement entre 2 et 12 semaines après l'accouchement.

Une future mère atteinte de diabète sucré doit être observée avec un endocrinologue tout au long de sa grossesse. Au début, le taux de sucre dans le sang est déterminé chaque jour à la fin, 2 à 3 fois par semaine.

Pendant la grossesse, une femme doit être hospitalisée trois fois à l'hôpital:

1) la première fois dès que la grossesse est diagnostiquée, dans le but d'examiner et de compenser le diabète;

2) la deuxième fois pour une période de 20 à 24 semaines;

3) la troisième fois en 32 semaines, pour préparer l'accouchement.

La base du traitement est un régime rationnel associé à une insulinothérapie adéquate. Le régime alimentaire doit contenir une quantité réduite de glucides (200 à 250 g), de matières grasses (60 à 70 g) et un nombre suffisant de protéines (1 à 2 g) pour 1 kg de poids corporel. Il est très important de consommer quotidiennement la même quantité de glucides. Le sucre, les bonbons, le miel, la crème glacée, le chocolat, les gâteaux, les boissons sucrées, la semoule et la bouillie de riz sont totalement exclus du régime. Manger mieux souvent, en petites portions, de préférence 8 fois par jour. Le régime alimentaire doit être nutritif, fournir au corps toutes les vitamines et tous les micro-éléments nécessaires.

La dose d'insuline, le nombre d'injections et le moment de l'administration du médicament sont prescrits et contrôlés par le médecin. Contrairement aux médicaments hypoglycémiants en comprimés, l'utilisation de l'insuline pendant la grossesse est sûre, elle n'a pas d'effet néfaste sur le fœtus.

Comme effort physique, la marche est recommandée.

Le choix de la méthode d'accouchement est décidé individuellement par l'obstétricien-gynécologue et dépend de l'évolution de la grossesse et de la présence d'une pathologie obstétricale concomitante. Si la période de portage de l'enfant se déroule sans complications, le diabète sucré est sous contrôle, au stade de la compensation, la naissance devrait être opérée en temps opportun et conduite à travers le canal de naissance naturel. Quand:

1) diabète insuffisamment compensé;

2) grossesse compliquée;

3) la présence de maladies concomitantes, - effectuer un accouchement prématuré à 37 semaines, si nécessaire par césarienne.

On sait que dans le diabète sucré, le métabolisme du sucre est perturbé dans le corps. Son premier signe est la présence de sucre dans les urines. Le diabète sucré est dangereux pendant la grossesse pour la mère et le bébé. Avec le développement de la médecine, ce danger a considérablement diminué et le taux de mortalité infantile a presque diminué de moitié. Cependant, le diabète complique le cours de la grossesse avec une toxicose de la seconde moitié (plus fréquente sous une forme sévère), des problèmes d’eau, des maladies fœtales et même la possibilité de sa mort dans les dernières semaines de la grossesse.

Une femme atteinte de diabète peut donner naissance à un enfant sans complications, si elle est observée par un médecin et suivre clairement le traitement et le régime prescrits. Peut-être, à une certaine période de la grossesse nécessitent une hospitalisation (même une fois) afin d'aider à l'alimentation et le traitement médicamenteux pour réduire l'impact négatif de la maladie sur la grossesse. En fin de grossesse, une future mère malade du diabète est généralement hospitalisée. Le plus souvent, une césarienne est pratiquée, l'enfant étant gros (plus de 4 kg). En règle générale, ces enfants sont fragiles et peuvent souffrir à la naissance par le canal génital naturel. Parfois, une femme ne sait même pas qu'elle est atteinte de diabète et la maladie est diagnostiquée lors de l'examen pendant la grossesse. Mais dans la plupart des cas, le diabète est connu à l'avance. Avant de décider de la grossesse, la future mère devrait consulter un endocrinologue et un gynécologue pour décider de la possibilité et de la naissance d'un enfant en bonne santé. La grossesse est contre-indiqué chez les femmes qui ont le diabète se produit sous une forme sévère, la présence du diabète dans les deux conjoints (il y a un risque de diabète héréditaire, des malformations congénitales chez le bébé). Le diabète sucré peut être suspecté s'il y avait des diabétiques dans la famille, ou des enfants très grands ou morts sont nés.

Les femmes souffrant de diabète sucré présentent souvent des irrégularités dans le cycle menstruel: irrégularité, aménorrhée, début de la ménopause.

Les méthodes modernes de traitement à l'insuline en combinaison avec un régime physiologiquement complet peuvent normaliser les fonctions des glandes sexuelles.

Parfois, la grossesse sert de déclencheur, ce qui permet d'identifier le diabète d'une femme. La prévalence de cette maladie chez les femmes enceintes est de 0,5% et ce nombre augmente chaque année.

À différentes périodes de la grossesse, le diabète chez la femme n'est pas le même. Au cours du premier semestre et des six à sept dernières semaines avant l’accouchement et immédiatement après l’accouchement, l’état des patients s’améliore généralement. La glycémie diminue, la sensibilité des tissus à l’insuline augmente, ce qui peut entraîner une hypoglycémie. La détérioration du cours de la maladie est observée habituellement à partir de la 13ème semaine de grossesse. À ce moment, la quantité de sucre dans le sang commence à augmenter, ce qui peut entraîner un coma. A partir de 32 semaines de gestation et avant la livraison du diabète peut être améliorée et la survenue d'une hypoglycémie, qui est associée à l'effet du fœtus à l'insuline sur la mère, ainsi qu'avec une augmentation de la consommation de glucose de fruits provenant de la mère par le sang du placenta. Au cours de l'accouchement, il existe des fluctuations importantes de la glycémie, mais plus souvent une hyperglycémie et une acidose apparaissent. Cela se produit sous l'influence du travail physique effectué et des expériences émotionnelles de la femme. Après l'accouchement, la glycémie diminue rapidement et augmente progressivement.

Le cours de la grossesse dans le diabète sucré s'accompagne d'un certain nombre de caractéristiques: la grossesse est souvent interrompue, entraînant soit une fausse couche tardive, soit un accouchement prématuré; la seconde moitié est souvent compliquée par une toxicose difficile à traiter. La complication la plus grave est la mort foetale, survenant généralement au cours des dernières semaines.

Une caractéristique a longtemps été remarquée: les femmes enceintes souffrant de diabète sucré ont souvent de gros enfants. La grande taille et le poids du fœtus affectent la durée du travail, entraînent une faiblesse du travail et par conséquent entraînent souvent une intervention chirurgicale. Il y a encore 70 à 100 ans, à la naissance ou dans la période postnatale, une femme sur deux est décédée. Seule l'utilisation de l'insuline en combinaison avec un régime à part entière a considérablement réduit la mortalité.

Les enfants nés de mères atteintes de diabète souffrent souvent d'une pathologie congénitale. Le plus souvent, le fœtus affecte le système nerveux central, le foie, le système cardiovasculaire, il y a un gonflement de la paroi abdominale antérieure et des membres. De tels nouveau-nés ont besoin de soins particuliers. Dans les premières heures de la vie, il convient de veiller à identifier et à combattre les troubles respiratoires, l’hypoglycémie, l’acidose et les lésions du système nerveux central.

Planification de la grossesse

Si une femme est atteinte de diabète, elle fait toujours face à un dilemme: est-il possible de planifier une grossesse et un futur accouchement? Elle doit se rappeler les règles suivantes:

• Il convient de s’abstenir de toute grossesse s’il n’ya pas de rémission dans le traitement du diabète sucré;

• Cinq à six mois avant la conception, une femme doit subir un examen avec un endocrinologue.

Chaque femme doit savoir que la grossesse est contre-indiquée dans les cas suivants:

• en présence de diabète dans les deux conjoints;

• la présence d'une dépendance à l'insuline chez la mère;

• combinaison du diabète sucré et de la forme active de la tuberculose;

• combinaison de diabète sucré et de divers facteurs Rh chez les conjoints;

• la mort ou la naissance d’enfants présentant des anomalies de développement dans l’anamnèse;

• complications vasculaires progressives du diabète sucré (hémorragies fraîches dans la rétine, néphropathie diabétique avec manifestations d'insuffisance rénale et d'hypertension).

En cas de grossesse non planifiée, il est recommandé d'arrêter le traitement si l'âge du patient est supérieur à 38 ans et si le taux de sucre dans le sang et de sucre dans l'urine est constamment élevé et diminue avec difficulté.

La nutrition pour les femmes enceintes atteintes de diabète devrait être complète. Une attention particulière devrait être accordée à la quantité de vitamines dans le régime et avec leur manque de traitement, des préparations de vitamines devraient être ajoutées. 2-3 mois avant la naissance, il est nécessaire de s'inscrire dans la maternité où il est prévu d'accoucher.

Placez la mère à la maternité à l'avance, 7 à 10 jours avant la date prévue de l'accouchement. Le jour de l'accouchement, l'insuline ne doit pas être interrompue. L'insuline doit être administrée en doses fractionnées, toutes les 6 à 8 heures et donner des glucides sous forme de thé sucré, de compote, de gelée, etc.

La diminution significative du taux de sucre dans le sang observée dans les premiers jours après la naissance et la diminution de la libération de sucre par les urines ne nécessitent généralement pas une réduction de la quantité d’insuline administrée. Dans l'alimentation, vous devez introduire une quantité supplémentaire de glucides pour normaliser le processus de production de lait.

Afin d'éviter une éventuelle hypoglycémie ou des difficultés respiratoires chez le nouveau-né devrait être dans les premières heures après la naissance toutes les demi-heures pendant 2-3 heures pour verser dans sa bouche quelques gouttes de solution à 40% de glucose. Pendant les premiers jours après la naissance du lait humain doit être ajouté avec 40% de glucose à un rapport de la moitié de la solution de glucose partie à une partie du lait qui est donnée toutes les 2 h.

Le lait maternel d'une mère souffrant de diabète sucré n'est pas une contre-indication à la nutrition du bébé. Les mères allaitantes et les nouveau-nés devraient être sous la supervision d'un endocrinologue et d'un pédiatre.

La nourriture des mères allaitantes devrait contenir suffisamment de glucides, de protéines, de graisses, de vitamines et de sels minéraux.

Le traitement habituel du diabète sucré à la suite d'un traitement rationnel permet à la mère qui allaite de se sentir bien, de maintenir son poids, d'avoir suffisamment de lait et, par conséquent, l'enfant se développe normalement. À la fin de la période d'alimentation, la mère est transférée à des doses régulières d'insuline et à un régime correspondant.

Articles liés

Grossesse et diabète

Le diabète pendant la grossesse - ce n'est pas une garantie que le processus de porter un enfant et sa naissance aura lieu avec quelques complications, mais le risque de leur développement dans une telle situation ne se pose. Il est intéressant de noter la possibilité de deux fondamentalement différents cas: lorsque la maladie a été diagnostiquée avant la grossesse (et probablement pris en compte dans la planification) et lorsque des niveaux élevés de glucose dans le sang du patient a été retrouvé après avoir été « dans une position ».

Diabète gestationnel

Le nom "diabète gestationnel" a été inventé pour une maladie apparue précisément lors de la gestation du fœtus. Le plus souvent, il survient dans les derniers mois de la grossesse et se caractérise par le fait que, après avoir mangé, le patient a reçu un diagnostic de glycémie élevée. Dans le même temps, sur un estomac vide, son corps peut afficher des valeurs de concentration de glucose normales et non pas augmentées. En règle générale, le diabète gestationnel n'est détecté que par 3,5% des femmes enceintes.

Le moyen le plus sûr et le plus courant de détecter un tel diabète est un test de tolérance au glucose par voie orale, qui est nécessairement effectué entre 24 et 28 semaines de «prise de position». Si, à la suite d'un tel test, le diabète gestationnel est détecté, la patiente devra exercer un contrôle encore plus vigilant sur son état et sur l'état du futur nouveau-né.

La présence de diabète gestationnel signifie ce qui suit:

1. Le patient a une tendance accrue à développer un diabète du second type.

2. La probabilité de macrosomie du fœtus augmente, c’est-à-dire sa croissance physique excessive et son poids excessif. Il menace de problèmes lors de l'accouchement, ainsi que l'apparition prématurée d'un bébé prématuré.

Pour prévenir de telles complications, vous devez ajuster soigneusement la glycémie. Cela prend plusieurs fois par jour pour mesurer le sucre, réduire l'activité physique, suivre un régime alimentaire spécial et, si nécessaire, commencer un traitement à l'insuline. Dans ce cas, le traitement doit être effectué et ajusté exclusivement par un médecin professionnel - en aucun cas, ne pas prendre de médicaments arbitrairement.

Il est extrêmement important de ne pas commencer la situation après la naissance du bébé, car le diabète gestationnel est dangereux non seulement pour lui. Afin de ne pas faire une maladie à part entière est le deuxième type, essayez de vous entraîner à un stress physique (adapté à la formation et l'intensité modérée), un régime à faible teneur en glucides et des visites régulières chez le médecin pour vérifier l'état. Ces recommandations doivent être effectuées seulement après que vous donnez naissance à l'enfant et soignaient sa poitrine, comme le rejet de repas à haute teneur en glucides interdit dans le processus de gestation et la lactation.

Planification d'une grossesse dans le diabète de type 1 et de type 2

Malheureusement, le diabète sucré est une affection très courante dans son état actuel. Dans de nombreux cas, cette maladie, bien qu'elle affecte le cours de la grossesse, n'exclut pas la possibilité de porter et la naissance d'un enfant en bonne santé. Néanmoins, dans certaines situations, le port du fœtus est contre-indiqué:

  • Avec l'hypertension, qui ne diminue pas même avec l'utilisation régulière de médicaments appropriés.
  • En présence d'une maladie coronarienne et d'autres affections graves du système cardiovasculaire.
  • Dans les maladies infectieuses et inflammatoires chroniques ou aiguës, par exemple la tuberculose.
  • Avec maculopathie ou rétinopathie proliférative (atteinte grave du système visuel).
  • Avec néphropathie sévère.
  • Au début du coma diabétique pendant le premier trimestre de la grossesse. Cet incident est un signe si alarmant qu’il sert souvent de prétexte à l’interruption artificielle de la grossesse pour sauver la vie du patient.

Au moins une des maladies énumérées ci-dessus, associée au diabète de type 1 ou 2, indique déjà que le patient doit arrêter de prendre le fœtus. Sinon, il existe un risque accru d'accouchement spontané (fausse couche), de développement d'une hypoglycémie, de progression des maladies cardiaques et de complications du diabète. Pour l'enfant à naître, une telle grossesse est aussi dangereuse: augmentation de la mortalité en couches est fixée dans de tels cas, macrosomie fréquents, la présence de malformations congénitales et des complications dans la formation du bébé, ainsi que l'apparition de son premier type de diabète.

Étant donné que les conséquences de la grossesse chez les patients atteints de cette maladie peuvent être extrêmement graves, il est inacceptable de planifier sans consulter le médecin. Vous devez passer l'examen et obtenir des réponses claires de votre médecin quant à la mesure dans laquelle des complications se développent pour vous et pour le futur enfant, ainsi que pour le port du fœtus dans son ensemble. Si la probabilité de ce dernier en fonction de vos indications est faible - cela vaut la peine de prendre soin de votre santé et d'attendre une période plus favorable, ou peut-être de donner votre amour à un enfant sans parents.

Conception d'un enfant chez les diabétiques

Si, après avoir consulté un médecin, vous avez découvert que, théoriquement, vous pouvez tomber enceinte et donner naissance à un enfant, il est trop tôt pour vous détendre. L'atteinte fœtale par les patients diabétiques nécessite une surveillance systématique, des visites fréquentes à la clinique, un ajustement régulier de la condition et, surtout, une préparation correcte pour la conception. Il comprend les points suivants:

  • Mesurer régulièrement le taux de sucre dans le sang et recourir à un schéma de bolus de base pour l'insulinothérapie.
  • Jouez systématiquement au sport en mode modéré. Cela peut être du fitness, du jogging, du cyclisme - quelque chose que vous aimez et qui ne cause pas de surmenage physique.
  • Assurez-vous de prendre le contrôle de votre pression si vous souffrez d'hypertension ou si vous avez tendance à le faire. Il devrait rester stable au-dessous du niveau de 130/80, car pendant la grossesse, des comprimés pour réduire la pression devront être abandonnés.
  • Être engagé dans la conception de l'enfant uniquement dans le cas où toutes les mesures de concentration d'un glucose dans le sang restent dans les limites de la norme. Idéalement, le taux d'hémoglobine glyquée HbA1C devrait être inférieur à 6%.

Prendre soin de vous et de votre bébé pendant la grossesse

Supposons que vous ayez rempli les conditions énumérées ci-dessus et que vous ayez commencé avec succès à vous préparer au réapprovisionnement de la famille. L'effet du diabète sur le processus de gestation du fœtus est extrêmement élevé. Ainsi, pendant ce processus, vous devez également respecter un certain nombre de règles:

1. Mesurer régulièrement le taux de sucre dans le sang et suivre les règles de l'insulinothérapie chez la femme enceinte, prescrites par votre médecin. Outre les délais standard pour mesurer les concentrations de glucose (à jeun, avant les repas, après les repas, la nuit), il peut même être superflu de prendre des mesures supplémentaires, y compris la nuit.

2. Abandonnez un régime strict et mangez beaucoup de glucides lents (selon les règles recommandées par votre médecin). Un régime pauvre en glucides pour les diabétiques est pertinent avant la conception de l'enfant et après la lactation. Dans le processus de gestation et d'allaitement, il est interdit, car il peut conduire à une cétose affamée.

3. Visitez le médecin régulièrement et prenez tous les tests nécessaires (y compris l'hémoglobine glyquée). Votre « favori » par les médecins pendant la grossesse devrait être un endocrinologue, gynécologue, ophtalmologiste et diabétologue (parce que la progression des différents types de rétinopathie peut conduire à la cécité).

4. Prenez les préparations chimiques uniquement selon les directives de votre médecin. Nous avons déjà mentionné ci-dessus que de nombreux agents chimiques permettant de réduire la tension artérielle pendant la grossesse ne peuvent pas être pris. Il en va de même pour un certain nombre d’autres comprimés. Si vous avez des problèmes, veuillez contacter votre médecin immédiatement et ne prendre que les médicaments qu’il vous écrira. "L'initiative personnelle" dans ce plan peut mener au développement de complications ou au fait que le travail commencera beaucoup plus tôt que le temps requis.

La vie après la naissance

Quelles que soient les raisons de l'apparition du diabète chez vous, après la naissance du bébé, vous devez surveiller votre santé encore plus soigneusement qu'avant. Après tout, vous devez d'abord vous protéger pour votre enfant et deuxièmement, la grossesse est devenue un test sérieux pour votre corps. Il convient de noter que les patients diabétiques sont beaucoup plus susceptibles de subir une césarienne que les patients en bonne santé, ce qui témoigne également de la nécessité de protéger leur corps après la naissance du bébé.

Recommandations générales pour les diabétiques après la naissance sont semblables à ceux qui ont été donnés dans la section sur le diabète gestationnel: régime faible en glucides (à la fin de la lactation), l'exercice systématique (intensité modérée), la mesure régulière du taux de sucre dans le sang et la mise en œuvre de toutes les recommandations de votre médecin au sujet de l'insuline, ainsi que des visites régulières à la clinique. En règle générale, le dosage de l'insuline, en augmentation au cours des derniers mois de la grossesse, diminue considérablement après l'accouchement. Cela est dû au fait que l'effet grave du fœtus sur le corps de la femme est éliminé après la naissance d'un nouveau-né.

Prenez soin de votre santé et de votre approche de la grossesse de manière responsable - prenez soin de vous et de votre bébé et vous réussirez certainement!

Diabète gestationnel pendant la grossesse: effets sur le fœtus, signes.

Bon après-midi, bon! C'est bon de te revoir. Rappelez-vous, nous avons parlé du diabète? Donc, maintenant, nous en parlerons loin de la maladie sucrée du point de vue de la grossesse. Avez-vous déjà entendu dire que porter un bébé peut provoquer un saut de glycémie? Et de tels cas se produisent. Ils sont assez rares, mais vous devez en parler.

Je ne veux pas faire peur, mais aucun de nous n'est à l'abri de ces mauvaises surprises. Le diabète gestationnel pendant la grossesse est détecté dans environ 4% des cas. Ainsi, l'organisme féminin réagit parfois à l'éclaboussure hormonale. La tolérance au glucose est perturbée, elle ne clive pas correctement et pénètre dans la circulation sanguine.

Même si la santé de la femme ne fait pas défaut dans le reste du monde, le diabète transforme parfois le plaisir d'un bébé en une véritable torture! Les médecins avertissent immédiatement la future mère que l'impact sur le fœtus d'un diagnostic aussi grave peut être imprévisible. Ce qui menace l'hyperglycémie dans le sang d'un enfant et de sa mère, nous le saurons aujourd'hui.

L'explosion hormonale affecte le sucre

Si le sucre a dépassé la norme même au début, le bébé peut être perdu! La menace de fausse couche et l'apparition d'anomalies fœtales graves au premier trimestre sont très élevées. Si le diabète apparaît dans les 2ème et 3ème trimestres, l'enfant est à risque d'hyperinsulence. Dans le ventre de la mère, il consomme trop de glucose et, à sa naissance, sa quantité diminuera considérablement, ce qui signifie que le sucre présent dans le sang du bébé sera considérablement réduit.

Très souvent, avec des taux de glucose élevés chez la mère, le bébé prend rapidement du poids. A la naissance, il pèsera plus de 4 kg. Dans ce cas, la poignée et les jambes seront minces. Ce sont des manifestations externes de la fœtopathie diabétique, qui se manifeste également par une jaunisse, une hypoklikémie et une faible teneur en calcium et en magnésium dans le sang du bébé.

Le plus souvent, le diabète gestationnel apparaît dans la troisième période de la grossesse. C'est durant cette période que l'organisme de la future mère produit activement de l'insuline (trois fois plus qu'à l'état d'avant la grossesse!). Cela réduit l'effet des hormones déchaînées sur le niveau de sucre. Et là, il peut y avoir un échec: le pancréas refuse de produire de l'insuline et l'indice du sucre va augmenter fortement.

Comment reconnaître

Je ressens déjà combien d'entre vous sont maintenant agités, surtout les futures mamans. Je vous assure que tout ira très bien pour vous, vous donnez naissance à un enfant sain et fort, car le diabète chez la femme enceinte est un phénomène rare. Si vous êtes intéressé par la manière d'identifier votre prédisposition à la maladie, je vous suggère de vous familiariser avec la liste des facteurs «risqués». Je vous préviens d'avance: même si vous trouvez tous ces signes à la fois, cela ne signifie pas que vous pouvez poser un diagnostic sérieux! Par conséquent, ils ont inhalé, expiré et lu:

  • Du sucre dans les urines;
  • Le taux de glucose dans le sang est supérieur à la normale (état pré-diabétique);
  • L'hérédité
  • Le diabète gestationnel était au cours d'une grossesse précédente;
  • Polyhydramnios;
  • Un enfant mort-né
  • Excès de poids avant la grossesse;
  • Appartenant à une certaine nationalité (les Noirs, les Asiatiques, les Amérindiens souffrent plus souvent de diabète);

Si vous craignez encore que vous ayez un risque élevé de tomber malade, parlez-en à votre gynécologue. Vous recevrez un examen détaillé. Bien que toutes les femmes enceintes attendent déjà des tests obligatoires de tolérance au glucose à 24-28 semaines. La future mère reçoit un verre d'eau sucrée et, au bout de 20 minutes, du sang est prélevé dans la veine pour déterminer la capacité d'absorption du glucose. La norme est de 7,7 mmol / l, tout ce qui est supérieur à l'indice du diabète.

Régime de diabète

Ce diagnostic et la vie d'une personne ordinaire peuvent se transformer en une course sans fin pour l'insuline. Imaginez combien il est difficile de porter le diabète aux femmes enceintes. Ainsi, la gestose, la toxicose, l'enflure et d'autres problèmes, mais aussi de nombreuses restrictions dues à l'augmentation du glucose et du traitement. Pour atténuer les symptômes de la maladie et réduire les risques de complications et d’effets sur le fœtus, les mesures suivantes seront utiles:

  • Surveillance régulière de la glycémie avec un glucomètre. N'oubliez pas de prendre les mesures 4 fois par jour, deux fois à jeun et deux autres fois - quelques heures après avoir mangé.
  • Un régime spécial (à propos du menu un peu plus tard, je vous dirai plus en détail)
  • Analyse d'urine (ils ne doivent pas montrer de corps cétoniques)
  • Prendre de l'insuline (il est autorisé à devenir enceinte)
  • Contrôle du poids et petites charges physiques.
  • Mesure de la pression artérielle.

Comme vous le savez, pour stimuler la production d'insuline, il est recommandé de réduire le poids. Mais le régime strict des femmes enceintes est contre. Porter un bébé, une femme doit manger pleinement. Ce n'est que pour certains que cette utilité s'exprime par la présence obligatoire de tartes et de petits pains sucrés dans le menu, et pour d'autres, par une alimentation équilibrée avec le contenu calorique nécessaire. C'est ça et il faut adhérer au diabète gestationnel.

Voici quelques règles qui conviendront aux futures mères absolument en bonne santé:

  • Des repas fractionnés avec trois repas complets et quelques collations entre eux. Pour le petit-déjeuner, vous devez manger environ 45% de la norme quotidienne en glucides, de sorte qu'il reste environ 10 à 15% pour le dîner.
  • N'abusez pas de glucides «légers», riches en confiseries et en fruits (figues, cerises, bananes). Ils provoquent une forte augmentation du taux de sucre dans le sang. Moins manger gras et frit, ainsi que les aliments salés.
  • Oubliez la restauration rapide! Il ne s’agit pas seulement de Shawarma et de hot dogs, mais aussi de nouilles instantanées et d’autres «déjeuners rapides».
  • Gardez un biscuit sec ou des craquelins sur la table de toilette près du lit. Avant de vous lever le matin, mangez-en quelques-unes. Cela vous évitera des nausées et des vertiges.
  • Boire plus de 1,5 litre d'eau par jour
  • Mangez la graisse. C'est dans le riz, le sarrasin, les légumes et certaines sortes de pain. Un tel aliment améliore le fonctionnement de l'intestin et les graisses et les sucres sont moins absorbés dans le sang.
  • Attention aux graisses saturées. Les saucisses, la viande fumée, le bacon pendant la grossesse doivent quitter votre réfrigérateur. Remplacez-les par des viandes maigres et du poisson. Avec prudence, vous devez manger et beurre, mayonnaise, crème sure et sauces d'atelier, graines et noix.
  • Et maintenant, à propos de vos principaux "amis" lors du diabète gestationnel. Les concombres, les courgettes, les tomates, le céleri, les haricots, le chou doivent toujours être "en stock" et être présents dans le menu en tout genre: bouillis, en compote ou en salade. Ces légumes que vous pouvez manger sans restrictions. Les calories et les glucides contiennent une quantité dérisoire - ce dont vous avez besoin pour réduire votre glycémie.

Merci de charger

Soit dit en passant, son niveau optimal est soutenu non seulement par la nutrition, mais aussi par des exercices physiques. Bien sûr, il ne s'agit pas de visiter le gymnase et de courir avec des obstacles. Mais la charge réalisable est très utile: courir, marcher, faire de l'aquaforme. Le Dr Komarovsky est certain qu'il est nécessaire de faire de l'éducation physique, même en "position" chaque jour, au moins 30 minutes! Le mouvement c'est la vie! Dans le cas du diabète gestationnel - la vie de deux, mère et bébé.

N'oubliez pas de toujours surveiller votre statut! Nous n'avons pas besoin de conséquences sous la forme de l'effet inverse? Rappelez-vous: lors de la combustion active de calories, le taux de sucre dans le sang est également réduit, ce qui menace déjà l'hypoglycémie (taux de glucose dangereusement bas). Après l'entraînement, assurez-vous de manger une pomme ou un sandwich avec du fromage pour normaliser la condition.

L'accouchement naturel est annulé

Plus la naissance est proche, plus les femmes enceintes se posent de questions: comment tout ira-t-il, s'il y aura des complications et si le diabète persistera après la grossesse. Tout d'abord, je vais vous calmer: généralement dans la plupart des cas, le taux de sucre dans le sang après la naissance du bébé est normalisé.

Et maintenant, je vais un peu déranger: préparez-vous à la naissance lourde, nourrie "sur le glucose", le fruit sera grand et donc long et difficile à traverser le canal génital. Habituellement, pour faciliter la tâche d'une femme, le médecin décide à l'avance de pratiquer une césarienne. Après l'accouchement, le bébé est immédiatement appliqué sur le sein de la mère, de sorte que le lait augmente le taux de sucre réduit dans le sang jusqu'au niveau souhaité.

Le glucose dans la parturiente revient à la normale presque immédiatement après la libération du placenta. C'est elle qui a provoqué la production d'hormones et a favorisé le développement du diabète. Plusieurs mois après la naissance, il est nécessaire de surveiller le taux de sucre à l'aide d'un glucomètre, de surveiller les aliments et de continuer à faire de l'éducation physique. Sortez plus souvent pour marcher avec le bébé, prendre de la force, manger plus de légumes et de fruits, et il est peu probable que le diabète revienne vers vous.

Si, dans un avenir proche, vous ne prévoyez pas la prochaine grossesse, il est temps de consulter un gynécologue sur le choix des contraceptifs. Certains d'entre eux augmentent le risque d'augmentation du glucose. Essayez maintenant d’acheter des médicaments pour traiter aussi précisément que possible. Prenez soin de vous!

Leurs histoires, commentaires sur l'article d'aujourd'hui, veuillez les laisser dans les commentaires. Plus notre forum est animé, plus vous apportez d'exemples concrets, plus notre communication sera intéressante. Jusqu'à la connexion, mon bien. Suggérez de nouveaux sujets, posez des questions, je répondrai avec plaisir et vous écrirai!

Plus D'Articles Sur Le Diabète

sous forme dépendant de l'insuline du diabète (maladie de type 2) - pathologie endocrinienne, dans laquelle les cellules et les tissus du corps pour perdre la sensibilité à l'insuline de l'hormone pancréatique, en raison de laquelle cassé processus entrant celui-ci en glucose et, par conséquent, le développement d'une hyperglycémie (de sucre dans le sang).

Pour les personnes qui sont le diabète mal vue dépendante de l'insuline (type 2) mellitus (DM) a créé beaucoup de médicaments du groupe des sulfonylurées peut contrôler le niveau de glucose dans le sang et stimuler la production d'insuline.

Le diabète sucré est une maladie relativement courante associée à l'hormone insuline produite dans les cellules bêta d'un site pancréatique spécifique. Il existe deux types de maladies qui se distinguent par le mécanisme de développement: insulino-dépendant (type 1) et insulinodépendant (type 2).