loader

Principal

Traitement

L'évolution de la grossesse dans le diabète sucré: la complexité possible et les moyens de les prévenir

Si le corps présente une carence en insuline, le diabète sucré se produit.

Avant, lorsque cette hormone n'était pas utilisée comme médicament, chez les femmes atteintes de cette pathologie, il n'y avait pratiquement aucune chance d'accouchement. Seulement 5% d'entre eux pouvaient devenir enceintes et le taux de mortalité fœtale était de près de 60%!

À notre époque, le diabète chez les femmes enceintes a cessé d’être une menace fatale, car le traitement à l’insuline permet à la plupart des femmes d’allaiter et d’accoucher sans complications.

Statistiques

Le problème de la grossesse compliqué par le diabète sucré est constamment au centre de l'attention des endocrinologues et des obstétriciens, car il est associé à des complications fréquentes pendant la période périnatale et menace la santé de la future mère et de l'enfant.

Selon les statistiques, dans notre pays, le diabète de type 1 et de type 2 est diagnostiqué chez 1 à 2% des femmes parturientes. De plus, on distingue le diabète prégastational (1% des cas) et le diabète gestationnel (ou HSD).

La particularité de cette dernière maladie est qu'elle ne se développe que pendant la période périnatale. La GDD complique jusqu'à 14% des grossesses (pratique mondiale). En Russie, cette pathologie est détectée chez 1 à 5% des patients.

Le diabète sucré, souvent appelé diabète gestationnel, est diagnostiqué chez les femmes grasses ayant une génétique médiocre (parents atteints de diabète normal). Comme pour le diabète insipide chez la parturiente, cette pathologie est assez rare et représente moins de 1% des cas.

Causes d'apparence

La principale cause est la prise de poids et le début des changements hormonaux dans le corps.

Les cellules des tissus perdent progressivement leur capacité d'absorption de l'insuline (deviennent rigides).

En conséquence, l'hormone existante n'est pas suffisante pour maintenir la quantité de sucre requise dans le sang: l'insuline, même si elle continue d'être développée, ne peut pas remplir ses fonctions.

Grossesse avec diabète existant

Les femmes devraient savoir que pendant la grossesse, la prise de médicaments réducteurs de sucre est contre-indiquée. Tous les patients reçoivent une insulinothérapie.

En règle générale, au premier trimestre, le besoin en est quelque peu réduit. Dans le second - il augmente de 2 fois et dans le troisième - il redescend. À ce moment, vous devez suivre strictement le régime. Il n'est pas conseillé d'utiliser une variété d'édulcorants.

Avec le diabète gestationnel, un régime riche en protéines est recommandé. Il est important de ne pas manger d'aliments très gras: des saucisses et du lait gras et riche en calories. La réduction des aliments riches en glucides dans l'alimentation d'une femme enceinte réduira le risque de développer un fœtus trop gros.

Pour réduire les valeurs de glycémie au cours de la période périnatale le matin, il est recommandé de manger un minimum de glucides. Il est nécessaire de surveiller en permanence les numérations sanguines. Bien qu'une petite hyperglycémie pendant la grossesse ne soit pas considérée comme un phénomène dangereux, mieux vaut ne pas le permettre.

Chez les femmes enceintes atteintes de diabète de type 1, une hypoglycémie peut également être observée. Dans ce cas, il est nécessaire de surveiller régulièrement l'endocrinologue et le gynécologue.

Comment la maladie affecte-t-elle le port du fœtus?

La maladie du sucre nuit au déroulement de la grossesse. Son danger est que la glycémie puisse provoquer: à un stade précoce - des malformations dans le développement du fœtus et des avortements spontanés, et à un stade avancé - des polyhydramnios, dangereux en cas de récidive du travail prématuré.

Une femme est prédisposée à la maladie de DM si les risques suivants surviennent:

  • dynamique des complications vasculaires des reins et de la rétine;
  • ischémie du cœur;
  • le développement de la gestose (toxicose) et d'autres complications de la grossesse.

Les bébés nés de ces mères ont souvent un poids élevé: 4,5 kg. Cela est dû à un apport accru de glucose maternel dans le placenta, puis dans le sang du bébé.

Dans ce cas, le pancréas fœtal synthétise en plus l'insuline et stimule la croissance du bébé.

Pendant la grossesse, le diabète se manifeste de différentes manières:

  • pendant 1 trimestre se caractérise par une atténuation de la pathologie: les valeurs de glucose dans le sang sont réduites. Pour prévenir l'hypoglycémie à ce stade, la dose d'insuline est réduite d'un tiers;
  • À partir de la 13ème semaine de grossesse, le diabète progresse à nouveau. Hypoglycémie possible, la dose d'insuline est augmentée;
  • à la 32ème semaine et jusqu'à l'accouchement, il y a une amélioration de l'évolution du diabète, éventuellement l'émergence de la glycémie, et la dose d'insuline augmente à nouveau d'un tiers;
  • immédiatement après la naissance, le sucre dans le sang diminue, puis augmente pour atteindre le dixième jour de leurs paramètres prénataux.

Dans le cadre d'une dynamique aussi complexe du diabète, une femme est hospitalisée.

Diagnostic

Le diabète sucré est considéré comme établi si, selon les résultats des tests de laboratoire, les valeurs de glycémie (à jeun) sont de 7 mmol / l (à partir de la veine) ou supérieures à 6,1 mmol / l (à partir du doigt).

En cas de suspicion de diabète, un test de tolérance au glucose est attribué.

Un autre symptôme important du diabète est le sucre dans les urines, mais uniquement en association avec une hypoglycémie. La maladie du sucre brise le métabolisme des graisses et des glucides dans le corps, provoquant une kétonomie. Si le niveau de glucose est stable et normal, on considère que le SD est compensé.

Complications possibles

La période périnatale dans le contexte du diabète est associée à de multiples complications.

Le plus commun est l'avortement spontané (15-30% des cas) à 20-27 semaines.

Il existe également des toxicoses tardives associées à la pathologie rénale existante du patient (6%), une infection des voies urinaires (16%), des polyhydramnios (22-30%) et d'autres facteurs. Développant souvent une gestose (35-70% des femmes).

Si l'insuffisance rénale est ajoutée à cette pathologie, la probabilité de mortinatalité (20 à 45% des cas) augmente considérablement. La moitié des femmes parturientes peuvent avoir des polyhydramnios.

La grossesse est contre-indiquée si:

  • il y a une microangiopathie;
  • le traitement à l'insuline ne fonctionne pas;
  • les deux conjoints ont le diabète;
  • combinaison de diabète et de tuberculose;
  • dans le passé, la femme avait une cécité répétée;
  • Le diabète est associé au conflit Rh chez la mère et l'enfant.

Avec le diabète compensé, la grossesse et l'accouchement se déroulent en toute sécurité. Si la pathologie ne disparaît pas, la question est posée concernant l'accouchement prématuré ou la césarienne.

Avec le diabète chez l'un des parents, le risque de développer cette pathologie chez la progéniture est de 2 à 6%, dans les deux cas, jusqu'à 20%. Toutes ces complications aggravent le pronostic de la maternité normale. La période post-partum est souvent associée à des maladies infectieuses.

Conséquences du diabète sucré pendant la grossesse

Diabète appelé pathologie endocrinienne, qui a de nombreuses causes et se caractérise par le développement d'une carence en insuline, la violation de son action périphérique sur les cellules et les tissus, ou la combinaison simultanée des deux facteurs. Il existe plusieurs formes de la maladie, mais ils ont tous le même signe clinique - hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang).

Si la maladie se produit au cours de la grossesse, accompagnée d'une résistance à l'insuline, et a été formé dans la seconde moitié de la grossesse, il est un diabète gestationnel (GDM). Cependant, les variantes sont possibles pour identifier la maladie au début de la grossesse, alors que les experts pensent sous forme de pregestatsionnoy de la maladie qui va beaucoup plus difficile et a des conséquences négatives graves pour la mère et le fœtus.

Les conséquences du diabète sucré pendant la grossesse, les tactiques de prise en charge des femmes atteintes d'une pathologie endocrinienne et l'effet de l'hyperglycémie sur le fœtus sont discutées dans cet article.

Types de pathologie chez la femme enceinte

Le diabète avant la grossesse, c'est-à-dire apparu avant la conception du bébé, a la classification suivante:

  • La forme bénigne de la maladie est de type insulinodépendant (type 2), maintenue par un régime pauvre en glucides et non accompagnée de pathologies vasculaires;
  • gravité moyenne - insuline ou d'une maladie de type insuline (1, Type 2) qui sont des médicaments ajusté, avec les étapes initiales ou sans complications;
  • une forme sévère de la maladie - une pathologie, accompagnée de sauts fréquents de sucre dans le sang et le bas, des attaques fréquentes de l'état cétoacidotique;
  • pathologie de tout type, accompagnée de complications graves de l'appareil rénal, analyseur visuel, cerveau, système nerveux périphérique, cœur et vaisseaux de divers calibres.

Le diabète sucré est également partagé:

  • pour compenser (mieux géré);
  • sous-compensé (tableau clinique vif);
  • décompensée (pathologie sévère, convulsions fréquentes d'hyperglycémie).

Le diabète gestationnel se développe généralement à partir de la 20ème semaine de grossesse et est plus souvent diagnostiqué par un diagnostic de laboratoire. Les femmes associent l'apparition des symptômes de la maladie (soif, miction excessive) à leur position "intéressante", sans leur donner une signification sérieuse.

À quel point le sucre affecte le corps de la mère

Pour toute personne, qu'il s'agisse d'une femme, d'un homme ou d'un enfant, l'hyperglycémie chronique est considérée comme une pathologie. En raison du fait qu'une grande quantité de glucose reste dans le sang, les cellules et les tissus du corps souffrent d'un manque d'énergie. Des mécanismes compensatoires sont lancés, mais, à terme, ils aggravent encore la situation.

L'excès de sucre affecte négativement certaines zones du corps d'une femme (si l'on parle de la période de grossesse). Les processus de circulation sanguine changent, car les globules rouges deviennent plus rigides, la coagulabilité est violée. Les vaisseaux périphériques et coronaires deviennent moins élastiques, rétrécissant leur lumière à cause du colmatage des plaques athéroscléreuses.

La pathologie affecte l'appareil rénal, provoquant le développement de l'insuffisance et de la vision, réduisant fortement le niveau de sa gravité. L'hyperglycémie provoque l'apparition d'un voile devant les yeux, des hémorragies et la formation d'un microanévrisme dans la rétine de l'œil. La progression de la pathologie peut même conduire à la cécité. Dans le contexte du diabète gestationnel, de tels changements majeurs ne se produisent pas, mais si une femme souffre d'une forme pré-croissance, une correction urgente de la condition est nécessaire.

Des chiffres élevés de sucre affectent le cœur des femmes. Le risque de développer une maladie coronarienne augmente car les vaisseaux coronaires subissent également des lésions athéroscléreuses. Le système nerveux central et périphérique est impliqué dans le processus pathologique. La sensibilité de la peau des membres inférieurs change:

  • douleur dans un état de repos;
  • manque de sensibilité à la douleur;
  • sensation de ramper;
  • violation de la perception du régime de température;
  • aucun sens de perception vibratoire, ou inversement, son excès.

De plus, à un moment de la grossesse, une acidocétose peut survenir. Cette complication aiguë de la "maladie sucrée", caractérisée par des taux de glucose extrêmement élevés dans la circulation sanguine et une accumulation dans le sang et l'urine des corps cétoniques (acétone).

Complications possibles de la grossesse contre le diabète gestationnel

Les femmes qui ont une forme gestationnelle de la maladie souffrent de diverses complications lors du port de l'enfant dix fois plus souvent que les patients en bonne santé. La pré-éclampsie, l'éclampsie, les poches et les lésions de l'appareil rénal sont plus fréquentes. Risque significativement accru de processus infectieux du système urinaire, naissance prématurée.

La bouffée du corps est l'un des signes lumineux de la gestose tardive. La pathologie commence par le gonflement des jambes, puis il y a un gonflement de la paroi abdominale, des membres supérieurs, du visage et d'autres parties du corps. Une femme ne peut se plaindre, mais un spécialiste expérimenté remarquera une augmentation pathologique du poids corporel chez le patient.

  • reste une marque significative sur les doigts des anneaux;
  • on a le sentiment que les chaussures sont devenues petites;
  • la nuit, une femme se réveille plus souvent pour aller aux toilettes;
  • presser le doigt dans la région du tibia laisse une entaille profonde.

La défaite du rein se manifeste comme suit:

  • les chiffres de la pression artérielle augmentent;
  • il y a un gonflement;
  • il y a une protéine et de l'albumine dans l'analyse de l'urine.

Le tableau clinique peut être brillant ou mince, comme le taux de protéines excrété dans l'urine. La progression de la pathologie se manifeste par une sévérité accrue des symptômes. Si une situation similaire se présente, les spécialistes décident d'une livraison urgente. Cela aide à sauver la vie du bébé et de sa mère.

Une autre complication qui survient souvent dans le contexte du diabète est la prééclampsie. Les médecins réfléchissent à son développement avec l'apparition des signes suivants:

  • céphalée sévère;
  • forte diminution de l'acuité visuelle;
  • vole devant les yeux;
  • douleur dans la projection de l'estomac;
  • crises de vomissements;
  • conscience altérée.

Les femmes peuvent souffrir:

  • des hautes eaux;
  • décollement placentaire prématuré;
  • atonie utérine;
  • avortement spontané;
  • mortinatalité.

L'effet de l'hyperglycémie sur le fœtus

Non seulement le corps d'une femme, mais aussi un bébé souffre d'hyperglycémie chronique. Les enfants nés de mères malades sont plusieurs fois plus exposés aux conditions pathologiques que tous les autres. Si la femme enceinte a une forme prégastatineuse de la maladie, l'enfant peut naître avec une anomalie congénitale ou une malformation. Dans le contexte de la maladie de type gestationnel, les enfants naissent avec un poids élevé, qui est l'un des symptômes de la fétopathie du fœtus.

L'hyperglycémie chronique de la mère est également dangereuse pour l'enfant dans la mesure où son pancréas pendant la période de développement intra-utérin est habitué à produire une énorme quantité d'insuline. Après la naissance de son corps continue à fonctionner de la même manière qui conduit à des conditions hypoglycémiques fréquentes. Les enfants se caractérisent par un nombre élevé de bilirubines dans le corps, qui se manifestent par la jaunisse des nouveau-nés et une diminution du nombre de tous les éléments sanguins.

Une autre complication possible du corps de l'enfant est un syndrome de détresse respiratoire. Les poumons ne contiennent pas suffisamment de surfactant - une substance qui interfère avec le processus d'adhésion des alvéoles lors de l'exécution des fonctions respiratoires.

Prise en charge d'une femme enceinte atteinte de diabète sucré

Si le patient pendant la grossesse a un diabète prénatal, le protocole médical de suivi de ces patients souligne la nécessité d'une triple admission.

  1. La première fois qu'une femme est hospitalisée immédiatement après être allée chez le gynécologue pour s'inscrire à une grossesse. Le patient est examiné, l'état des processus métaboliques est corrigé et le schéma d'insuline est sélectionné.
  2. Deuxième fois - dans 20 semaines. Le but de l'hospitalisation est de corriger la condition, de surveiller la mère et l'enfant dans la dynamique, de mettre en place des mesures qui empêchent le développement de toutes sortes de complications.
  3. La troisième fois est de 35 à 36 semaines. Enceinte préparer à l'apparition du bébé dans la lumière.

Il existe également des indications d’urgence selon lesquelles une femme peut se rendre à l’hôpital. Celles-ci incluent l'apparition d'un tableau clinique saisissant de la maladie, un état cétoacidotique, une glycémie critique (plus ou moins importante), le développement de complications chroniques.

Comment l'accouchement se produit-il en présence d'une maladie?

La période de livraison est déterminée sur une base individuelle. Les médecins évaluent la gravité de la pathologie, le niveau de sucre dans le sang, la présence de complications chez la mère et l'enfant. Les indicateurs vitaux sont nécessairement contrôlés, la maturité des structures corporelles du bébé est évaluée. En cas de progression de la lésion du rein ou de la vision, les obstétriciens-gynécologues décident d’accoucher à 37 semaines.

Au cours de la grossesse normale, le poids de l'enfant dans 3,9 kg indique son apparition précoce à la lumière au moyen d'une césarienne. Si une femme et un bébé ne sont pas encore prêts pour l'accouchement et que le poids du fœtus ne dépasse pas 3,8 kg, la grossesse peut être légèrement prolongée.

Salle de maternité

L'option optimale est l'apparition du bébé à travers le canal génital naturel, même si la mère a une "maladie sucrée". L'accouchement avec diabète gestationnel se poursuit avec une surveillance constante du glucose dans le sang et une injection périodique d'insuline.

Si le canal de naissance d'une femme enceinte est préparé, la naissance commence par une ponction de la vessie amniotique. Une activité générique efficace est considérée comme une indication que le processus d'apparition de l'enfant se produit de manière naturelle. Si nécessaire, l'hormone ocytocine est administrée. Il aide à stimuler la contraction utérine.

Important! En soi, le diabète n’est pas une indication pour la césarienne.

Lorsqu'il est nécessaire d'effectuer un accouchement chirurgical:

  • présentation incorrecte du fœtus;
  • macrosomie;
  • violation de la respiration et des palpitations de l'enfant;
  • décompensation de la maladie sous-jacente.

Césarienne programmée avec diabète sucré

À partir de minuit, une femme ne devrait pas consommer d'eau et de nourriture. 24 heures avant la chirurgie, la femme enceinte est retirée des injections d'insuline prolongée. Tôt le matin, le niveau de glycémie est mesuré à l'aide de bandelettes express. La même procédure est répétée toutes les 60 minutes.

Si le taux de glucose dans la circulation sanguine dépasse le seuil de 6,1 mmol / l, la femme enceinte est transférée dans une injection intraveineuse continue de solution d'insuline. Le contrôle de l'index glycémique est effectué en dynamique. La procédure même d'accouchement chirurgical est recommandée tôt le matin.

Période post-partum

Après la naissance d'un enfant, le médecin annule l'injection d'insuline à une femme. Pendant les premiers jours, les taux de glycémie sont nécessairement contrôlés, de sorte que, si nécessaire, les troubles métaboliques peuvent être corrigés. Si la patiente présentait un diabète sucré gestationnel, elle devient automatiquement un lien du groupe à risque pour le développement d'un type de maladie insulinodépendant, ce qui signifie qu'elle doit être sur un compte de dispensaire auprès d'un endocrinologue qualifié.

Après 1,5 et 3 mois après la naissance, la femme doit à nouveau faire un don de sang pour évaluer la glycémie. Si le résultat provoque un doute chez le médecin, un test de charge en sucre est attribué. Il est recommandé au patient de suivre un régime, de mener une vie active et, si vous souhaitez être à nouveau enceinte, de procéder à un examen complet du corps et de vous préparer soigneusement à la conception et à la prise en charge de l'enfant.

Conséquences possibles du diabète sucré pendant la grossesse et effets sur le fœtus

Le diabète gestationnel survient dans le contexte de la grossesse (gestation). Comme d'autres types de diabète, l'effet gestationnel sur la propriété des cellules d'utiliser le glucose.

Cette maladie provoque une plus grande quantité de sucre dans le sérum sanguin, ce qui peut nuire à l'image globale de la grossesse et la santé du fœtus.

En ce qui concerne les groupes à risque, les dangers, les conséquences de ce type de diabète, lisez ci-dessous.

Qu'est-ce qui est dangereux pour le diabète gestationnel?

Le niveau de glucose dans le sang revient généralement à la normale immédiatement après l'accouchement. Mais il existe toujours un risque de développer un diabète de type 2.

Lorsque vous êtes enceinte, les changements hormonaux peuvent augmenter les taux de glucose sérique. Le diabète gestationnel augmente le risque de complications avant / après / pendant la grossesse.

Après avoir reçu un diagnostic, votre médecin / sage-femme suivra de près votre santé et la santé de votre enfant jusqu'à la fin de votre grossesse.

La plupart des femmes atteintes de ce type de diabète donnent naissance à des enfants en bonne santé.

Les facteurs contribuant au développement de la maladie

Les causes exactes de ce type de maladie n'ont pas encore été identifiées. Pour comprendre le mécanisme de la maladie, il est nécessaire de comprendre clairement comment la grossesse affecte le traitement du sucre dans le corps.

Le corps de la mère digère la nourriture, pour la production de sucre (glucose), qui est ensuite libérée dans le sang. En réponse, le pancréas produit de l'insuline - une hormone qui aide à déplacer le glucose du sang dans les cellules du corps où il est utilisé comme énergie.

Dans le contexte de la grossesse, le placenta, reliant l'enfant au sang, produit un grand nombre d'hormones différentes. Presque tous perturbent l'effet de l'insuline dans les cellules, augmentant le taux de glucose dans le sang.

Une augmentation modérée du taux de sucre après les repas est une réaction normale chez les femmes enceintes. Lorsque le fœtus se développe, le placenta produit un nombre croissant d'hormones bloquant l'insuline.

Le diabète gestationnel se développe généralement au cours du dernier trimestre de la grossesse - mais se manifeste parfois dès la 20e semaine.

Facteurs de risque

  • L'âge est plus de 25 ans;
  • Cas de diabète dans la famille;
  • Le risque de développer le diabète est augmenté si le patient est déjà présent pré-diabète - glycémie modérément élevée, qui peut être un précurseur du diabète de type 2;
  • Fausse couche / avortement;
  • Excès de poids
  • La présence du syndrome des ovaires polykystiques.

Il existe de nombreuses autres maladies qui augmentent le risque, notamment:

  • Taux de cholestérol élevé;
  • Hypertension artérielle;
  • Fumer;
  • Activité physique insuffisante;
  • Mauvaise alimentation

Déclaration de diagnostic

Pour confirmer la présence du diabète, le médecin vous donnera une boisson sucrée. Cela augmentera le niveau de glucose. Après un certain temps (généralement une demi-heure), un test sanguin sera effectué pour comprendre comment votre corps réagit au sucre obtenu.

Si le résultat montre que la glycémie est de 140 milligrammes par décilitre (mg / dL) ou plus, On vous recommandera de jeûner pendant plusieurs heures, puis de faire des prélèvements sanguins répétés.

Si vos résultats se situent dans la fourchette normale / cible, mais que vous avez une forte probabilité de développer un diabète gestationnel, il peut être recommandé de faire un test plus tard pendant / pendant la grossesse pour vous assurer que vous ne l'avez pas encore.

Si vous avez déjà le diabète sucré, et vous pensez à la naissance d'un enfant, Consultez votre médecin avant de devenir enceinte. Un diabète mal contrôlé peut provoquer des complications chez votre enfant à naître.

Conséquences possibles du diabète gestationnel

Danger pour la mère

  • Une plus grande probabilité d'utiliser la césarienne pendant le travail (plus souvent en raison d'une croissance excessive de l'enfant);
  • Fausse couche
  • Hypertension artérielle;
  • Prééclampsie - survient au deuxième trimestre de la grossesse. Si elle n'est pas traitée, la prééclampsie peut causer des problèmes chez le patient et chez le fœtus, ce qui peut entraîner la mort.

Le seul remède contre la pré-éclampsie est l'accouchement. Si la prééclampsie se développe tard dans la grossesse, le patient peut avoir besoin d'une césarienne pour donner naissance au bébé à l'avance;

  • Naissance prématurée (en conséquence, l'enfant sera incapable de respirer pendant un certain temps).
  • Le taux de sucre dans le sang est susceptible de revenir à la normale après l'accouchement. Mais le patient aura un risque plus élevé de développer un diabète de type 2 à l'avenir ou la survenue d'un nouveau diabète de grossesse avec une autre grossesse.

    Danger pour le fœtus

    Une glycémie élevée affecte le fœtus, car il reçoit des nutriments du sang de la mère. L'enfant commencera à économiser l'excès de sucre sous forme de graisse, ce qui pourrait à l'avenir affecter sa croissance.

    L'enfant peut aussi avoir les complications suivantes:

    • Dommages pendant la livraison en raison de la taille du foetus - macrosomie;
    • Faible taux de sucre à la naissance - hypoglycémie
    • La jaunisse;
    • Livraison prématurée;
    • Faibles niveaux de calcium et de magnésium dans le sang du bébé. Dans le contexte du diabète gestationnel, une condition qui peut provoquer des spasmes dans les bras / jambes peut survenir, des contractions / crampes musculaires;
    • Problèmes temporaires dans le système respiratoire - les bébés nés tôt peuvent éprouver un syndrome de détresse respiratoire - une condition qui empêche la respiration. Ces enfants ont besoin d'aide pour respirer, une hospitalisation est obligatoire jusqu'à ce que leurs poumons deviennent plus forts.

    Conséquences après la naissance d'un enfant

    Le diabète gestationnel ne provoque généralement pas de malformations congénitales ou de déformations. La plupart des anomalies du développement physique surviennent pendant le premier trimestre de la grossesse, entre la première et la huitième semaine. La maladie se développe généralement après environ 24 semaines de grossesse.

    Si votre enfant était macrosomique ou gros à la naissance, il risquerait davantage de développer une obésité. Les grands enfants courent également un plus grand risque de contracter le diabète de type 2 et le trouvent souvent plus tôt (moins de 30 ans).

    Que pouvez-vous faire?

    Voici quelques règles à suivre:

    • Une alimentation équilibrée. Travailler avec un nutritionniste pour planifier un régime qui maintient les niveaux de sucre dans le sang dans une gamme saine.

    Il est généralement nécessaire de limiter la quantité de glucides, car ils peuvent provoquer une augmentation du glucose sérique. Évitez les aliments riches en sucre;

  • Exercices physiques 30 minutes d'activité modérée par jour aideront à maintenir le taux de glucose sous contrôle;
  • Visitez votre médecin régulièrement;
  • Vérifiez votre glycémie. Les femmes enceintes vérifient les taux de glucose plusieurs fois par jour;
  • Prenez des médicaments prescrits. Certaines femmes ont besoin d'insuline ou d'autres médicaments pour faire face à une glycémie élevée. Suivez les recommandations de votre médecin.
  • Quand demander de l'aide médicale

    Rechercher une aide immédiate si:

    • Vous avez des symptômes d'hyperglycémie: problèmes de concentration, maux de tête, soif accrue, vision floue ou perte de poids;
    • Vous avez des symptômes de faible taux de sucre dans le sang: anxiété, confusion, vertiges, maux de tête, faim, accélération du rythme cardiaque, palpitations ou frissons, peau pâle, transpiration ou faiblesse;
    • Vous avez vérifié votre taux de glycémie à la maison et il se situe au-dessus ou au-dessous de votre fourchette cible.

    Cibles

    Les valeurs de glycémie cibles (mg / dL) pour les femmes atteintes de diabète gestationnel sont les suivantes:

    • Avant les repas et immédiatement après le sommeil: 95 ou moins;
    • 1 heure après avoir mangé: 140 ou moins;
    • 2 heures après le repas: 120 heures ou moins.

    Prendre une note

    • Très probablement, le diabète gestationnel se manifestera entre 24 et 28 semaines de grossesse;
    • Si vous avez une glycémie élevée, votre enfant (avec une probabilité de 5 à 35%) aura également un indice de sucre élevé.
    • Le traitement du diabète consiste à prendre des mesures pour maintenir les taux de glucose dans la fourchette cible;
    • Même si votre taux de glycémie redevient normal après la grossesse, les chances de contracter le diabète, généralement de type 2, plus tard dans la vie, restent considérables.

    Conclusion

    Les risques de développer un diabète gestationnel peuvent initialement être réduits par une alimentation saine et une activité physique régulière. Cependant, certains patients recevront strictement des injections d'insuline.

    Il est très important de demander immédiatement une aide médicale pour tout symptôme et signe de la maladie afin d’éviter les conséquences négatives et les complications pour la mère et son enfant à naître.

    Diabète sucré pendant la grossesse: complications et conséquences

    Le diabète sucré pendant la grossesse ne signifie pas nécessairement que le bébé naîtra avec la même pathologie.

    Bien sûr, une part suffisante du risque existe et est supérieure à celle des personnes en bonne santé.

    Cependant, ce n'est pas un verdict: les complications de la grossesse dans le diabète peuvent être évitées.

    Pour minimiser les risques lors de la planification d'une grossesse, vous devez obtenir des conseils détaillés d'un gynécologue.

    Comment le diabète affecte-t-il la grossesse?

    La grossesse, sans parler de l'éducation d'un enfant, est un travail énorme pour la mère et le père. Ayant un diagnostic de diabète sucré pendant la grossesse, les efforts doivent être doublés, voire triplés. Mais, en règle générale, le résultat en vaut la peine.

    Pour les hommes et les femmes en bonne santé, la probabilité d'avoir un bébé atteint de diabète est de 0,3 à 0,4%. La parole dans ce cas ne concerne que le diabète insulino-dépendant. Un autre 30 à 40 de ces milliers de personnes âgées développera un diabète insulino-dépendant.

    Comment le diabète affecte-t-il la grossesse et quel est le risque de transmettre la maladie à un enfant? Pour une mère atteinte de diabète insulino-dépendant, la probabilité de donner son diabète à un enfant est de 3% (3 enfants sur 100), pour le père - 10% si les deux parents sont malades - 30%.

    Mais le problème est que nous ne savons pas toujours ce qui fait mal à nos grands-parents, nos arrière-grands-mères et nos arrière-grands-pères, ainsi que nos parents éloignés. Nous ne pouvons pas non plus dire si le diabète se développera chez les personnes en bonne santé au moment de la grossesse et de l'accouchement (le diabète de type II peut commencer dans 90 ans). Il n'est donc pas possible d'identifier le risque. De nombreux diabétiques sont nés dans des familles de parents en bonne santé, de nombreux parents diabétiques ont donné naissance à des enfants en bonne santé. Et même si un enfant diabétique est né avec un diabète, il tire un avantage indiscutable: les parents peuvent lui apprendre à faire face à la maladie par exemple.

    Comment le diabète affecte-t-il l'évolution de la grossesse et quelle est la chance d'éviter les complications? Selon les statistiques, 90% des grossesses chez les femmes diabétiques se terminent en faveur. Si une femme souffre de diabète sans complications, ses chances sont portées à 97%. Cependant, si le diabète avant et pendant la grossesse était mal compensé, le risque de complications serait de 20%.

    Qu'est-ce qui menace le diabète sucré pendant la grossesse chez le bébé et la mère

    Qu'est-ce qui est dangereux pour le diabète pendant la grossesse pour un enfant et une future mère?

    Pendant la grossesse, l'organisme produit un grand nombre d'hormones qui ont un effet opposé à l'action de l'insuline. Par conséquent, le diabète peut souvent être déréglé et nécessiter une correction de la dose d'insuline.

    Étant donné que les comprimés antidiabétiques sont contre-indiqués pendant la grossesse et que la femme n’a pas réussi à compenser le diabète avec un seul régime, elle doit passer temporairement à l’insuline.

    Habituellement, au cours du premier trimestre de la grossesse, le besoin en insuline diminue légèrement. Par conséquent, le risque d'hypoglycémie augmente; dans le second, il augmente presque deux fois, le troisième diminue. De plus, les femmes enceintes sont plus sensibles à toute infection, la décompensation du diabète devient plus facile pour elles à entrer dans une acidocétose.

    Si une femme ne peut pas manger complètement à cause des nausées matinales, elle devrait diminuer une petite dose d’insuline, mais en aucun cas ne l’annuler complètement et consulter un médecin. Pour prévenir l'hypoglycémie, vous pouvez boire des jus ou du thé sucrés.

    Et qu'est-ce qui menace le diabète pendant la grossesse, si la maladie est survenue après la fécondation?

    La grossesse étant un test pour le corps, le diabète caché peut se manifester d’abord. Dans le cas du diabète sucré non insulino-dépendant, le régime N ° 9A doit être suivi avec l'ajout de 300 kcal et de 10 à 15 grammes de protéines supplémentaires.

    Les glucides devraient représenter au moins 45% des calories quotidiennes. Il est également nécessaire de suivre la teneur adéquate en vitamines et en minéraux dans les aliments. Si le régime ne peut pas compenser le diabète - la glycémie après avoir mangé dépasse 8 mmol / l, - pendant toute la durée de la grossesse, une insulinothérapie est prescrite.

    Après l'accouchement, la glycémie dans le sang d'une femme peut être normalisée.

    Conseils pour les futures mères atteintes de diabète sucré

    Plus la période écoulée depuis le diabète est courte, moins les complications du diabète et de la grossesse sont susceptibles de se développer. Par conséquent, la planification de la grossesse ne devrait pas être retardée.

    La grossesse est contre-indiquée dans:

    • libération constante de protéines dans l'urine;
    • augmentation constante de la pression artérielle;
    • augmentation du taux de créatinine dans le sang;
    • rétinopathie proliférative;
    • combinaison de diabète sucré et d'angine de poitrine.

    Avant d’annuler les contraceptifs, consultez un médecin.

    Les futures mères avec un diagnostic de «diabète» doivent écouter les conseils suivants.

    Environ six mois avant la grossesse prévue:

    • contacter le centre de planification de la grossesse pour le diabète;
    • subir un test d'infections cachées;
    • Commencez à planifier vos dépenses en acquérant un glucomètre, apprenez à vous maîtriser, si vous ne l'avez pas déjà fait;
    • normaliser les indicateurs aux chiffres idéaux (le niveau d'hémoglobine glycosylée ne devrait pas dépasser 6 à 7%);
    • traiter toutes les maladies chroniques associées;
    • Arrêtez de fumer et prenez de l'alcool.

    Afin de minimiser les conséquences négatives pour l'enfant souffrant de diabète pendant la grossesse, vous pourriez avoir à quitter le travail avant le congé de maternité, beaucoup de temps dans les cliniques et les hôpitaux et faire des ajustements à d'autres plans. Nous devons nous préparer pour cette famille. Ne vous laissez pas trop solliciter. Ne pas avoir honte de se reposer. Choisissez un gynécologue, qui procédera à une grossesse.

    Ne vous ajustez pas au fait que tout devrait être parfait. Cela n'arrive pas. Ne vous exécutez pas pour des erreurs, ne les répétez pas.

    Diabète sucré pendant la grossesse

    Diabète sucré - une maladie basée sur une déficience dans le corps de l'hormone insuline. Dans le même temps, il existe un trouble métabolique et des modifications pathologiques dans tout le corps. En cas de déficit en insuline, l'utilisation et l'utilisation du glucose sont perturbées, entraînant une augmentation du taux sanguin et urinaire. C'est le principal signe de diagnostic du diabète.

    Le diagnostic de « diabète » est placé sur la base de tests de laboratoire, la glycémie à jeun, pri.urovne de la veine, supérieur à 7,0 mmol / L ou du sang prélevé sur un doigt, au-dessus de 6,1 mmol / L Ce niveau est appelé hyperglycémie.

    Récemment, le nombre de femmes attendant un enfant atteint de cette pathologie augmente. La grossesse en soi est un facteur diabétogène, c'est-à-dire qu'elle augmente le risque de développer un diabète. Plus souvent qu'autrement, on sait qu'une femme est malade avant la grossesse, mais parfois la maladie peut apparaître pour la première fois pendant la période de gestation.

    le diabète Suspect pendant la grossesse devrait, s'il y a besoin fréquent d'uriner, même au cours du troisième trimestre, augmentation de l'appétit, sécheresse de la bouche, soif, perte de poids, augmentation de la pression artérielle, la peau fatigue, démangeaisons. De tels patients ont tendance à avoir des maladies cutanées pustuleuses, la furonculose.

    Les plus sensibles à la maladie sont les femmes en surpoids, ayant une prédisposition héréditaire après 30 ans et celles qui ont eu des grossesses antérieures erronées. Il est recommandé de faire une analyse du taux de sucre dans le sang entre la 24 e et la 28 e semaine de grossesse.

    Avec le diabète sucré, la probabilité de fausse couche spontanée augmente souvent. Une complication dangereuse est le coma, dont la cause peut être une violation de l'alimentation, une mauvaise utilisation de l'insuline, une insuffisance ou un excès. Cependant, avec une surveillance attentive, la surveillance de la glycémie à

    aider à l'alimentation, la grossesse peut se dérouler correctement, et l'enfant naît en bonne santé.

    Un trait caractéristique est la naissance chez une femme diabétique d'un grand enfant, avec une masse de plus de 4500 g et une hauteur de 55-60 cm.

    Cependant, une augmentation du taux de sucre n'indique pas toujours la présence d'une femme enceinte. Il peut y avoir une apparition temporaire d'une petite quantité de sucre dans l'urine, qui passe après un certain temps et n'est pas détectée lors d'études répétées. Il existe également une forme particulière de diabète chez la femme enceinte, qui survient peu de temps après sa fin, généralement entre 2 et 12 semaines après l'accouchement.

    Une future mère atteinte de diabète sucré doit être observée avec un endocrinologue tout au long de sa grossesse. Au début, le taux de sucre dans le sang est déterminé chaque jour à la fin, 2 à 3 fois par semaine.

    Pendant la grossesse, une femme doit être hospitalisée trois fois à l'hôpital:

    1) la première fois dès que la grossesse est diagnostiquée, dans le but d'examiner et de compenser le diabète;

    2) la deuxième fois pour une période de 20 à 24 semaines;

    3) la troisième fois en 32 semaines, pour préparer l'accouchement.

    La base du traitement est un régime rationnel associé à une insulinothérapie adéquate. Le régime alimentaire doit contenir une quantité réduite de glucides (200 à 250 g), de matières grasses (60 à 70 g) et un nombre suffisant de protéines (1 à 2 g) pour 1 kg de poids corporel. Il est très important de consommer quotidiennement la même quantité de glucides. Le sucre, les bonbons, le miel, la crème glacée, le chocolat, les gâteaux, les boissons sucrées, la semoule et la bouillie de riz sont totalement exclus du régime. Manger mieux souvent, en petites portions, de préférence 8 fois par jour. Le régime alimentaire doit être nutritif, fournir au corps toutes les vitamines et tous les micro-éléments nécessaires.

    La dose d'insuline, le nombre d'injections et le moment de l'administration du médicament sont prescrits et contrôlés par le médecin. Contrairement aux médicaments hypoglycémiants en comprimés, l'utilisation de l'insuline pendant la grossesse est sûre, elle n'a pas d'effet néfaste sur le fœtus.

    Comme effort physique, la marche est recommandée.

    Le choix de la méthode d'accouchement est décidé individuellement par l'obstétricien-gynécologue et dépend de l'évolution de la grossesse et de la présence d'une pathologie obstétricale concomitante. Si la période de portage de l'enfant se déroule sans complications, le diabète sucré est sous contrôle, au stade de la compensation, la naissance devrait être opérée en temps opportun et conduite à travers le canal de naissance naturel. Quand:

    1) diabète insuffisamment compensé;

    2) grossesse compliquée;

    3) la présence de maladies concomitantes, - effectuer un accouchement prématuré à 37 semaines, si nécessaire par césarienne.

    On sait que dans le diabète sucré, le métabolisme du sucre est perturbé dans le corps. Son premier signe est la présence de sucre dans les urines. Le diabète sucré est dangereux pendant la grossesse pour la mère et le bébé. Avec le développement de la médecine, ce danger a considérablement diminué et le taux de mortalité infantile a presque diminué de moitié. Cependant, le diabète complique le cours de la grossesse avec une toxicose de la seconde moitié (plus fréquente sous une forme sévère), des problèmes d’eau, des maladies fœtales et même la possibilité de sa mort dans les dernières semaines de la grossesse.

    Une femme atteinte de diabète peut donner naissance à un enfant sans complications, si elle est observée par un médecin et suivre clairement le traitement et le régime prescrits. Peut-être, à une certaine période de la grossesse nécessitent une hospitalisation (même une fois) afin d'aider à l'alimentation et le traitement médicamenteux pour réduire l'impact négatif de la maladie sur la grossesse. En fin de grossesse, une future mère malade du diabète est généralement hospitalisée. Le plus souvent, une césarienne est pratiquée, l'enfant étant gros (plus de 4 kg). En règle générale, ces enfants sont fragiles et peuvent souffrir à la naissance par le canal génital naturel. Parfois, une femme ne sait même pas qu'elle est atteinte de diabète et la maladie est diagnostiquée lors de l'examen pendant la grossesse. Mais dans la plupart des cas, le diabète est connu à l'avance. Avant de décider de la grossesse, la future mère devrait consulter un endocrinologue et un gynécologue pour décider de la possibilité et de la naissance d'un enfant en bonne santé. La grossesse est contre-indiqué chez les femmes qui ont le diabète se produit sous une forme sévère, la présence du diabète dans les deux conjoints (il y a un risque de diabète héréditaire, des malformations congénitales chez le bébé). Le diabète sucré peut être suspecté s'il y avait des diabétiques dans la famille, ou des enfants très grands ou morts sont nés.

    Les femmes souffrant de diabète sucré présentent souvent des irrégularités dans le cycle menstruel: irrégularité, aménorrhée, début de la ménopause.

    Les méthodes modernes de traitement à l'insuline en combinaison avec un régime physiologiquement complet peuvent normaliser les fonctions des glandes sexuelles.

    Parfois, la grossesse sert de déclencheur, ce qui permet d'identifier le diabète d'une femme. La prévalence de cette maladie chez les femmes enceintes est de 0,5% et ce nombre augmente chaque année.

    À différentes périodes de la grossesse, le diabète chez la femme n'est pas le même. Au cours du premier semestre et des six à sept dernières semaines avant l’accouchement et immédiatement après l’accouchement, l’état des patients s’améliore généralement. La glycémie diminue, la sensibilité des tissus à l’insuline augmente, ce qui peut entraîner une hypoglycémie. La détérioration du cours de la maladie est observée habituellement à partir de la 13ème semaine de grossesse. À ce moment, la quantité de sucre dans le sang commence à augmenter, ce qui peut entraîner un coma. A partir de 32 semaines de gestation et avant la livraison du diabète peut être améliorée et la survenue d'une hypoglycémie, qui est associée à l'effet du fœtus à l'insuline sur la mère, ainsi qu'avec une augmentation de la consommation de glucose de fruits provenant de la mère par le sang du placenta. Au cours de l'accouchement, il existe des fluctuations importantes de la glycémie, mais plus souvent une hyperglycémie et une acidose apparaissent. Cela se produit sous l'influence du travail physique effectué et des expériences émotionnelles de la femme. Après l'accouchement, la glycémie diminue rapidement et augmente progressivement.

    Le cours de la grossesse dans le diabète sucré s'accompagne d'un certain nombre de caractéristiques: la grossesse est souvent interrompue, entraînant soit une fausse couche tardive, soit un accouchement prématuré; la seconde moitié est souvent compliquée par une toxicose difficile à traiter. La complication la plus grave est la mort foetale, survenant généralement au cours des dernières semaines.

    Une caractéristique a longtemps été remarquée: les femmes enceintes souffrant de diabète sucré ont souvent de gros enfants. La grande taille et le poids du fœtus affectent la durée du travail, entraînent une faiblesse du travail et par conséquent entraînent souvent une intervention chirurgicale. Il y a encore 70 à 100 ans, à la naissance ou dans la période postnatale, une femme sur deux est décédée. Seule l'utilisation de l'insuline en combinaison avec un régime à part entière a considérablement réduit la mortalité.

    Les enfants nés de mères atteintes de diabète souffrent souvent d'une pathologie congénitale. Le plus souvent, le fœtus affecte le système nerveux central, le foie, le système cardiovasculaire, il y a un gonflement de la paroi abdominale antérieure et des membres. De tels nouveau-nés ont besoin de soins particuliers. Dans les premières heures de la vie, il convient de veiller à identifier et à combattre les troubles respiratoires, l’hypoglycémie, l’acidose et les lésions du système nerveux central.

    Planification de la grossesse

    Si une femme est atteinte de diabète, elle fait toujours face à un dilemme: est-il possible de planifier une grossesse et un futur accouchement? Elle doit se rappeler les règles suivantes:

    • Il convient de s’abstenir de toute grossesse s’il n’ya pas de rémission dans le traitement du diabète sucré;

    • Cinq à six mois avant la conception, une femme doit subir un examen avec un endocrinologue.

    Chaque femme doit savoir que la grossesse est contre-indiquée dans les cas suivants:

    • en présence de diabète dans les deux conjoints;

    • la présence d'une dépendance à l'insuline chez la mère;

    • combinaison du diabète sucré et de la forme active de la tuberculose;

    • combinaison de diabète sucré et de divers facteurs Rh chez les conjoints;

    • la mort ou la naissance d’enfants présentant des anomalies de développement dans l’anamnèse;

    • complications vasculaires progressives du diabète sucré (hémorragies fraîches dans la rétine, néphropathie diabétique avec manifestations d'insuffisance rénale et d'hypertension).

    En cas de grossesse non planifiée, il est recommandé d'arrêter le traitement si l'âge du patient est supérieur à 38 ans et si le taux de sucre dans le sang et de sucre dans l'urine est constamment élevé et diminue avec difficulté.

    La nutrition pour les femmes enceintes atteintes de diabète devrait être complète. Une attention particulière devrait être accordée à la quantité de vitamines dans le régime et avec leur manque de traitement, des préparations de vitamines devraient être ajoutées. 2-3 mois avant la naissance, il est nécessaire de s'inscrire dans la maternité où il est prévu d'accoucher.

    Placez la mère à la maternité à l'avance, 7 à 10 jours avant la date prévue de l'accouchement. Le jour de l'accouchement, l'insuline ne doit pas être interrompue. L'insuline doit être administrée en doses fractionnées, toutes les 6 à 8 heures et donner des glucides sous forme de thé sucré, de compote, de gelée, etc.

    La diminution significative du taux de sucre dans le sang observée dans les premiers jours après la naissance et la diminution de la libération de sucre par les urines ne nécessitent généralement pas une réduction de la quantité d’insuline administrée. Dans l'alimentation, vous devez introduire une quantité supplémentaire de glucides pour normaliser le processus de production de lait.

    Afin d'éviter une éventuelle hypoglycémie ou des difficultés respiratoires chez le nouveau-né devrait être dans les premières heures après la naissance toutes les demi-heures pendant 2-3 heures pour verser dans sa bouche quelques gouttes de solution à 40% de glucose. Pendant les premiers jours après la naissance du lait humain doit être ajouté avec 40% de glucose à un rapport de la moitié de la solution de glucose partie à une partie du lait qui est donnée toutes les 2 h.

    Le lait maternel d'une mère souffrant de diabète sucré n'est pas une contre-indication à la nutrition du bébé. Les mères allaitantes et les nouveau-nés devraient être sous la supervision d'un endocrinologue et d'un pédiatre.

    La nourriture des mères allaitantes devrait contenir suffisamment de glucides, de protéines, de graisses, de vitamines et de sels minéraux.

    Le traitement habituel du diabète sucré à la suite d'un traitement rationnel permet à la mère qui allaite de se sentir bien, de maintenir son poids, d'avoir suffisamment de lait et, par conséquent, l'enfant se développe normalement. À la fin de la période d'alimentation, la mère est transférée à des doses régulières d'insuline et à un régime correspondant.

    Diabète et grossesse

    Bien que la grossesse soit une période joyeuse dans la vie d'une femme, elle est un énorme stress pour son organisme. Cela conduit au fait que, en présence de facteurs de prédisposition et de facteurs favorables, une future mère peut développer ou manifester une maladie. Ceux-ci incluent le diabète.

    Qu'est-ce que le diabète?

    Pour maintenir la vie aux cellules du corps humain, il faut du glucose (sucre). C'est une sorte de carburant qui pénètre dans la cellule grâce à l'insuline (l'hormone du pancréas). Le sucre dans le sang (glucose) se forme dans deux cas: à partir d'aliments contenant des glucides et à la suite de la dégradation du stock de glucose (glycogène) présent dans le foie.

    Diabète - une maladie dans laquelle il y a une absence absolue ou relative de l'insuline dans le corps, mais en même temps, il y a une augmentation du niveau de sucre (glucose) dans le sang. Dans ce cas, le métabolisme est perturbé et des changements pathologiques se produisent dans divers organes et tissus. Par exemple, le diabète lésion des petits vaisseaux marqués de l'œil (la cécité), les reins, la peau, les muscles, le système nerveux, tractus gastro-intestinal. De plus, dans le diabète sucré, le système immunitaire est affaibli, ce qui est peut-être l'une des causes de complications bactériennes fréquentes. Tout cela conduit au fait que les patients diabétiques se plaignent de sécheresse de la bouche, la soif, la quantité accrue de l'apport hydrique, une miction excessive, une augmentation ou une diminution de l'appétit, la fatigue, la perte de poids, démangeaisons de la peau, en particulier dans la zone d'entrejambe, des troubles du sommeil. Ils ont une tendance aux maladies de la peau pustuleuses, la furonculose.

    Pourquoi développer un diabète gestationnel?

    Le diabète sucré gestationnel (DMD) ou le diabète chez la femme enceinte est une violation du métabolisme des glucides qui apparaît ou est reconnu pour la première fois pendant la grossesse. En général, la modification du métabolisme des glucides pendant la grossesse est justifiée. Cela est dû au fait qu'un fœtus en pleine croissance a besoin de matière énergétique, principalement du glucose. De plus, l'action de l'insuline est partiellement bloquée par une augmentation du taux d'hormones de grossesse (principalement la progestérone), qui se manifeste fortement après la 20e semaine de grossesse. Pour maintenir la glycémie dans des limites normales, le pancréas d'une femme enceinte en bonne santé produit une quantité accrue d'insuline. Si les cellules du pancréas ne supportent pas l'augmentation de la charge, il existe un déficit relatif ou absolu en insuline et un diabète sucré gestationnel.

    Mais il convient de noter que le diabète gestationnel ne se développe pas tous. À son développement, il y a une prédisposition, qui est réalisée sous l'influence de certains facteurs de risque. Ceux-ci incluent le surpoids ou l'obésité, le diabète dans la famille immédiate, l'âge de la mère de plus de 25 ans, appartenant à un groupe ethnique particulier (Asiatiques, Africains, Espagnols), une anamnèse obstétricale lourde. En outre, le risque de développer un diabète chez la femme enceinte se produit si le bébé précédent à la naissance pesait plus de 4 à 4,5 kg ou si la femme a une fausse couche habituelle (plus de 3 avortements spontanés au cours du premier ou du deuxième trimestre de la grossesse).

    Caractéristiques du cours du diabète sucré chez la femme enceinte

    La grossesse affecte de manière significative l'évolution du diabète. Premièrement, au cours du premier trimestre de la grossesse, il y a une amélioration de l'évolution de la maladie (la glycémie diminue). À ce moment, la dose d'insuline est réduite de 1/3. Mais déjà au début du deuxième trimestre (à partir de la 13ème semaine), au contraire, il y a une aggravation du cours de la maladie et la dose d'insuline doit être augmentée. Déjà au troisième trimestre (de la 32e semaine jusqu'à la naissance), il est encore possible d'améliorer le cours du diabète et l'apparition d'hypoglycémie. Par conséquent, la dose d'insuline est réduite de 20 à 30%.

    Au moment de l'accouchement, la glycémie peut fluctuer dans un sens et dans l'autre. Par exemple, sous l'influence d'influences émotionnelles (douleur, peur), son nombre peut augmenter. Dans le même temps, l'accouchement est un processus physique complexe qui conduit à la fatigue. En raison de la dépense énergétique, le niveau de sucre peut être considérablement réduit. Tout cela fait que pendant le travail, les médecins vérifient la glycémie d'une femme toutes les deux heures. Après avoir accouché, le sucre dans le sang diminue rapidement puis augmente progressivement, atteignant le niveau antérieur à la grossesse au 7ème et 10ème jour de la période post-partum.

    Prise en charge de la grossesse dans le diabète sucré

    La prise en charge de la grossesse chez les patients atteints de diabète sucré est réalisée dans des conditions de suivi ambulatoire et hospitalier. Si l'état de santé d'une femme enceinte est satisfaisant, elle est hospitalisée trois fois à l'hôpital.

    Plus D'Articles Sur Le Diabète

    Le xylitol est du sucre de bouleau ou du bois. C'est un édulcorant naturel d'origine naturelle que l'on trouve dans les cultures de fruits et légumes et qui est utilisé comme substitut du sucre.

    Les sauts de glycémie nuisent à la santé du patient, entraînent des complications et peuvent entraîner le coma. Dans les cas graves, cela entraîne la mort ou l'invalidité des patients.

    Le diabète sucré (DM) se caractérise par un taux de glucose élevé dans le corps et ses sauts après avoir mangé. Le sucre est stabilisé par l'entraînement physique, l'insulinothérapie, les réducteurs de sucre et les médicaments qui améliorent la perception de l'insuline, l'hormone responsable du transport du glucose vers les cellules du corps.