loader

Principal

Alimentation électrique

Traitement du syndrome métabolique

Syndrome métabolique - complexe de troubles métaboliques et d’équilibre hormonal du corps. Dans ce cas, une personne développe une obésité, une pression artérielle élevée, une violation du métabolisme des glucides et des graisses et un bref arrêt de la respiration pendant une nuit de sommeil. Toutes ces pathologies sont liées entre elles et forment un syndrome métabolique, qui est une maladie dangereuse et peut entraîner la mort du patient. Les patients sont plus susceptibles de développer des maladies cardiovasculaires. La maladie est répandue et se développe chez les femmes, les hommes et même les enfants et les adolescents. Chez les hommes, la maladie peut commencer à l'âge de 20 à 50 ans. Chez les femmes, le syndrome métabolique se développe souvent dans le contexte des changements hormonaux dans le corps après la ménopause.

La médecine traditionnelle offre un ensemble d'outils qui aident à surmonter la maladie, à normaliser le métabolisme, à prévenir le développement de pathologies cardiovasculaires. Pour que la thérapie du syndrome soit efficace, il est important non seulement de prendre des médicaments, mais aussi de changer le mode de vie et de maintenir un régime alimentaire.

Qui est malade?

Le mode de vie des gens modernes est radicalement différent de celui de nos ancêtres. La majorité de la population souffre d'hypodynamie, ce qui entraîne l'apparition de nombreuses pathologies, en particulier le syndrome métabolique. Cela concerne surtout les habitants des pays développés.

Selon les statistiques, jusqu'à 30% de la population de plus de 30 ans est touchée par la maladie. Plus le groupe d'âge est âgé, plus il y a de personnes atteintes du syndrome métabolique. En Europe, ce chiffre est proche de 50%.

Il existe également un syndrome métabolique chez les enfants. Au cours des dernières décennies, le nombre d’enfants et d’adolescents malades en Europe a augmenté et ce chiffre a atteint 6,5%. On pense que l’augmentation du nombre d’enfants malades est associée à une alimentation déséquilibrée riche en glucides, en graisses et en restauration rapide.

À un jeune âge, le syndrome métabolique le plus courant se développe chez l'homme. Chez les femmes, la maladie survient dans le contexte de la ménopause. La probabilité de la maladie chez les femmes après la ménopause augmente de cinq fois.

Causes de la maladie

La principale cause du syndrome est le développement de la résistance à l'insuline chez une personne. L'insuline est l'hormone la plus importante responsable de l'absorption du glucose. Pour ce faire, l'hormone se lie à des récepteurs spéciaux à la surface de la membrane cellulaire, après quoi la cellule est capable de transporter la molécule de glucose dans le cytoplasme. Si une personne développe une résistance à l'insuline, un nombre insuffisant de récepteurs pour cette hormone se trouve à la surface de la cellule, ou ils sont incapables de s'y lier. Par conséquent, l'absorption de glucose se produit et s'accumule dans le sang. Cette condition entraîne le développement du syndrome métabolique.

Causes de la résistance à l'insuline:

  1. Causes génétiques. Une personne peut rompre la structure de la protéine-insuline ou des récepteurs, diminuer leur nombre.
  2. Un mode de vie sédentaire. Le manque de mouvement entraîne le fait que le corps ne métabolise pas tous les nutriments provenant des aliments et stocke les graisses "en réserve".
  3. Régime alimentaire déséquilibré, consommation excessive de graisse.
    Les excès de graisses, qui ne sont pas nécessaires pour satisfaire les besoins énergétiques du corps, se déposent sous forme de graisse, l'obésité se développe. De plus, les acides gras saturés, contenus dans les graisses animales, affectent négativement la couche de phospholipides des membranes cellulaires et affectent négativement le transport du glucose vers les cellules.

Cependant, il est important de comprendre que vous ne pouvez pas abandonner complètement l'utilisation des graisses, car les acides gras sont nécessaires au métabolisme normal et à la construction des membranes cellulaires. Particulièrement utile pour les graisses végétales du corps humain, riches en acides gras insaturés essentiels.

Prendre certains médicaments qui affectent le métabolisme.
De plus, le syndrome métabolique peut se développer dans le contexte de:

  • l'obésité;
  • déséquilibre hormonal du corps;
  • mauvaises habitudes
  • stress, état dépressif;
  • hypertension artérielle.

Symptômes de la pathologie

La maladie se développe lentement. Les symptômes se développent progressivement et, au stade initial, n'ont pas d'impact négatif sur la santé et le mode de vie d'une personne.

Le glucose est le "combustible" cellulaire de base, il donne de l'énergie à tous les processus métaboliques du corps. Avec le développement de la résistance à l'insuline, une quantité suffisante de glucose est contenue dans le sang humain, mais il ne pénètre pas dans les cellules et manque de nutriments. Cela provoque des symptômes caractéristiques du syndrome métabolique:

  1. Symptômes psychologiques: mauvaise humeur, agressivité, irritabilité. Ces manifestations sont associées à un apport insuffisant de glucose dans les neurones du cerveau.
  2. Fussiness dans manger et une dent sucrée. Ce symptôme est causé par le manque de glucose dans les cellules.
  3. Fatigue chronique, diminution des performances, car un manque de glucose entraîne un manque d'énergie.
  4. Soif constante causée par l'accumulation de glucose dans le sang.

À mesure que la maladie se développe, d'autres symptômes apparaissent également:

  1. L'obésité par type abdominal (dépôt de graisse dans l'abdomen et les épaules).
  2. Les ronflements nocturnes et les troubles respiratoires dans le sommeil - un syndrome d’apnée nocturne. Les troubles du sommeil nocturne entraînent une somnolence et une fatigue chronique et augmentent le risque de développer une maladie coronarienne.
  3. Augmentation de la pression artérielle, y compris la nuit. Dans ce cas, une personne peut manquer de symptômes caractéristiques de cette affection (nausée, vertige) et il ne saura même pas que la pression atteint des niveaux critiques.
  4. Attaques de tachycardie (accélération du rythme cardiaque), causées par une augmentation du taux d'insuline dans le sang. Ces crises entraînent éventuellement un épaississement des parois du muscle cardiaque, une perturbation de l'apport sanguin au cœur et le développement de maladies coronariennes.
  5. Des douleurs cardiaques se développent sur le fond de la rupture du muscle cardiaque. / Li>
  6. Taches rouges sur la peau de la poitrine et du cou, dont l'apparition est associée à une pression artérielle élevée.
  7. Dans certains cas, il y a un développement de jade et une violation du fonctionnement normal des reins. Dans le contexte d'une augmentation de la teneur en acide urique dans le sang, le patient peut également développer une arthrite goutteuse.
  8. Augmentation de la transpiration causée par l'insuline dans le sang.
  9. Nausées, vertiges associés à un affaiblissement du flux sanguin vers le cerveau.
  10. La constipation régulière causée par le fait que, dans le contexte du dépôt de cholestérol dans les vaisseaux, l'intestin commence à s'aggraver.

Diagnostic de la maladie

Le syndrome métabolique est diagnostiqué sur la base de l'anamnèse et des résultats des analyses de laboratoire. Pour le diagnostic est nécessaire d'avoir une obésité abdominale, une pression artérielle élevée (supérieure à 130 à 80 mm Hg), une augmentation de la quantité de glucose dans le sang et d'autres violations des indicateurs biochimiques.

Pour déterminer l'état du patient, en plus:

  • examen échographique de la cavité abdominale;
  • électrocardiogramme;
  • mesure quotidienne de la pression artérielle;
  • tomodensitométrie.

Traitement du syndrome métabolique chez l'homme et la femme

Le syndrome métabolique est associé à une perturbation de la liaison de l'hormone insuline aux récepteurs cellulaires. Il n'y a pas de thérapie capable de corriger ce trouble, car il est souvent déterminé génétiquement. Cependant, il est possible de corriger les conséquences de cette pathologie, qui sont exprimées dans les symptômes du syndrome métabolique et des maladies qui l'accompagnent. Ainsi, on peut dire que le traitement est symptomatique. Cependant, il est recommandé de l’effectuer, car sans traitement approprié, l’espérance de vie du patient est considérablement réduite et le risque de développer des maladies cardiovasculaires est accru.

Le traitement du syndrome métabolique vise à:

  • perte de poids
  • abaissement de la pression artérielle;
  • prévention des maladies cardiovasculaires;
  • normalisation du métabolisme.

La diminution du poids corporel est la tâche la plus importante qui améliorera de manière significative le bien-être du patient, abaissera sa tension artérielle, améliorera les paramètres biochimiques du sang. Cela prolongera la vie du patient et améliorera sa qualité, tout en réduisant la probabilité de développer un cancer et des maladies cardiovasculaires.

Remèdes populaires

Les médicaments traditionnels sont utilisés pour lutter contre l'obésité chez les hommes et les femmes. Ce traitement vous permet de réduire le poids corporel et d'éviter les effets secondaires liés au traitement médicamenteux traditionnel de l'obésité.

  1. Fruits secs Prendre 250 grammes de figues, d'abricots secs et de feuilles d'Alexandrine, broyer et mélanger. Il s'avère un médicament délicieux qui améliore le métabolisme et sature le corps avec des vitamines. Prendre 1 cuillère à soupe. l. deux fois par jour.
  2. Citron et ail Presser le jus de 24 citrons. Dans ce jus, ajoutez 500 g d'ail haché finement. Conservez le produit au réfrigérateur et prenez 1 c. avant d'aller dormir Avant utilisation, le médicament doit être mélangé. Le médicament est dissous dans 50 ml d'eau bouillie froide.
  3. Betteraves Une heure avant un repas, ils boivent 2 cuillères à soupe. jus de betterave fraîchement pressé Le jus de betterave nettoie le corps, réduit le cholestérol, améliore le métabolisme et sature les vitamines et les minéraux.
  4. Numéro de collection d'herbes 1. Pour la collection, prenez la couleur de la camomille, du bourgeon de Saint-Jean, des bourgeons d'immortelle et du bouleau en quantités égales. Dans un demi-litre d'eau bouillante cuit à la vapeur 1 c. l. collecte, insister pour un quart d'heure et filtrer. Buvez un verre de médicament deux fois par jour.
  5. Numéro de collection à base de plantes 2. Prenez des quantités égales de fleurs de camomille, de baies de sureau noir et de tilleul, de menthe et de fenouil. Dans un litre d'eau bouillante cuit à la vapeur 2 c. l. collection, conservée dans une nuit thermos, puis filtrée. Boire la moitié du verre trois fois par jour avant les repas. La thérapie dure 2 mois, puis faites une pause.
  6. Numéro de collection à base de plantes 3. Mélanger le kyste barbu (algues) et le millepertuis dans un rapport de 1: 2. Dans 1 litre d'eau bouillante cuit à la vapeur 4 c. l. collecte, insister 2 heures, puis filtrer. Buvez 1 verre 3-4 fois par jour.
  7. Numéro de collection de plantes 4. Mélanger 1 partie de racines de pissenlit, de feuilles de menthe et de persil, de fruits de fenouil et de 3 morceaux d'écorce d'argousier. Dans 1 litre d'eau bouillante cuit à la vapeur 2 c. l. collecte, insister dans un thermos pendant 1 heure, puis filtré. Buvez toute la perfusion le matin avant de manger.
  8. Numéro de collection de fines herbes 5. Mélangez 10 g de genièvre, 40 g d'écorce d'argousier, 50 g de barbu cysté et 100 g d'herbe d'achillée. Dans 1 litre d'eau bouillante cuit à la vapeur 2 c. l. Une telle collection est insistée dans le thermos pendant 1 heure, puis filtrée. Boire 200 ml d'infusion 3-4 fois par jour.
  9. Numéro de collection à base de plantes 6. Mélanger 2 g d'herbe mère, 5 g de racines d'élecampane et d'herbes de millepertuis, 10 g de racine de persil. Brasser 200 ml d'eau 1 c. l. ramasser, bouillir pendant un quart d'heure, insiste encore une heure. Buvez la moitié du verre de bouillon trois fois par jour pendant une demi-heure avant les repas.

Style de vie

Pas moins, et peut-être même plus important, que la prise de médicaments et le mode de vie du patient. Un changement cardinal dans le mode de vie est la première étape dans le contrôle de l'excès de poids et des anomalies associées.

  • Il est nécessaire de suivre un régime et de réduire l'apport en graisses. Les graisses animales sont mieux exclues complètement. Il est également recommandé de réduire la consommation de glucides rapides.
  • Pour normaliser le métabolisme et prévenir le développement de maladies concomitantes, il faut cesser de fumer, abuser de l'alcool.
  • Il est très important de faire régulièrement de l'exercice pour corriger le poids et prévenir le développement de maladies cardiovasculaires.
  • Normalisation du régime du jour, sommeil complet la nuit.

Sports

L'entraînement sportif favorise la combustion des graisses et le métabolisme, ce qui empêche toute prise de poids supplémentaire. Les patients présentant un syndrome métabolique sont invités à effectuer un entraînement d'intensité modérée au moins quatre séances par semaine. Des sports appropriés comme les sports de marche et de course, le cyclisme et le roller, la natation, la danse, mais tout autre entraînement sportif qui procure du plaisir au patient. Il est très important qu'une personne ne fasse pas de sport, mais aime vraiment le processus.

Commencez à faire du sport avec un entraînement de faible intensité et construisez-le progressivement. La durée de la formation devrait être d'au moins une demi-heure. Il est également utile de faire des exercices tous les matins et de marcher tous les soirs. Si vous faites de l'exercice régulièrement, cela entraînera non seulement une perte de poids, mais améliorera également votre état de santé général, y compris votre état psychologique et votre humeur.

L'état psychologique d'une personne est très important dans cette maladie. Le syndrome métabolique n'est pas une maladie qui peut être guérie par un simple apport de médicaments, il est nécessaire de faire des efforts pour corriger l'état de santé. L'essentiel dans ce cas est de comprendre que la maladie est très dangereuse et de changer votre mode de vie habituel.

Faire du sport est le meilleur assistant dans ce domaine. Pendant l'effort physique, les endorphines "hormones de plaisir" sont produites et provoquent une poussée d'énergie et améliorent l'humeur. Chaque victoire sportive stimule de nouvelles et nouvelles réalisations non seulement dans le sport, mais aussi dans le style de vie. Tout cela aide à contrôler la maladie et à mener une vie pleine, sans être gêné par les conséquences du syndrome métabolique.

Régime alimentaire

Dans le cas d'un syndrome métabolique, il est nécessaire d'observer strictement un régime alimentaire et de limiter l'utilisation de graisses et de glucides. Un tel régime est efficace pour corriger l'excès de poids.

Il est important de comprendre que les régimes ne sont pas un régime à jeun ou à faible teneur en calories. Une personne ne devrait pas toujours avoir faim. Dans ce cas, son humeur se détériore et très peu de personnes peuvent se vanter d'avoir la volonté de résister à un régime similaire. En outre, le jeûne entraîne une détérioration de la santé, une diminution de l'immunité.

Le syndrome métabolique montre un régime pauvre en glucides. Dans le même temps, la liste des produits acceptables est suffisamment large et de nombreux plats délicieux peuvent être préparés à partir de ceux-ci. Le taux journalier pour un tel régime est de 1600-1900 kcal. Pour le manger il faut en petites portions 4-5 fois par jour. Cela aidera à faire face à la sensation de faim. Entre les repas, vous pouvez manger des fruits.

La médecine alternative recommande d’exclure les produits d’origine animale et de limiter le régime alimentaire aux fruits et légumes.
Qu'est-ce que vous pouvez manger:

  • fruits et baies frais / congelés non sucrés;
  • légumes frais et aigres;
  • bouillie (orge, orge, sarrasin, riz brun);
  • otrubnoy pain;
  • soupes végétariennes.

Dans ce cas, il est important de réduire l'utilisation de liquide à un litre et demi par jour (soupes comprises). Vous pouvez boire des tisanes, de l'eau minérale, des jus de fruits fraîchement pressés sans sucre.

Ce que vous devez exclure de l'alimentation:

  • confiserie, chocolat;
  • cuisson;
  • viande et poisson gras;
  • aliments en conserve, saucisses, produits fumés;
  • flocons d'avoine, semoule, riz blanc, pâtes;
  • lait gras et produits laitiers;
  • graisses animales, margarine;
  • fruits sucrés (bananes, raisins, dattes);
  • mayonnaise et sauces;
  • sucre

Prévention de la maladie

Bien que la maladie soit souvent déterminée génétiquement, il existe des mesures pour réduire la probabilité de développer un syndrome métabolique:

  1. Une nutrition complète et correcte. Manger c'est nécessaire 4-5 fois par jour, mais en petites portions. Nous devons renoncer à la restauration rapide, aux aliments gras et aux aliments frits.
  2. Combattre l'hypodynamie. Il est nécessaire de faire de l'exercice régulièrement et de bouger activement pendant la journée. Il est possible et nécessaire de faire des pauses pour faire un échauffement physique. Cela est particulièrement vrai pour les personnes sédentaires inactives.
  3. Massage Il est utile de suivre régulièrement des cours de massage. Vous pouvez également pétrir les tissus.
  4. Refus de mauvaises habitudes.

Écrivez dans les commentaires sur votre expérience dans le traitement des maladies, aidez les autres lecteurs du site!
Partagez le matériel sur les réseaux sociaux et aidez vos amis et votre famille!

Syndrome métabolique

Syndrome métabolique - un complexe de symptômes, manifesté par une violation du métabolisme des graisses et des glucides, une augmentation de la pression artérielle. Les patients développent une hypertension artérielle, une obésité, une résistance à l'insuline et une ischémie du muscle cardiaque. Le diagnostic comprend l'examen de l'endocrinologue, la détermination de l'indice de masse corporelle et du tour de taille, l'évaluation du spectre lipidique, la glycémie. Si nécessaire, effectuez une échographie du cœur et une mesure de la pression artérielle sur 24 heures. Le traitement consiste à changer le mode de vie: sports actifs, régime spécial, régulation du poids et statut hormonal.

Syndrome métabolique

Syndrome métabolique (syndrome X) - une maladie concomitante qui comprend plusieurs pathologies: diabète, hypertension artérielle, obésité, cardiopathie ischémique. Le terme "syndrome X" a été introduit pour la première fois à la fin du vingtième siècle par le scientifique américain Gerald Riven. La prévalence de la maladie varie de 20 à 40%. La maladie touche des personnes âgées de 35 à 65 ans, principalement des hommes. Chez les femmes, le risque de syndrome après le début de la ménopause est multiplié par cinq. Au cours des 25 dernières années, le nombre d'enfants atteints de ce trouble a augmenté à 7% et continue d'augmenter.

Causes du syndrome métabolique

Le syndrome X est une pathologie qui se développe avec une exposition simultanée à plusieurs facteurs. La principale raison est une violation de la sensibilité des cellules à l'insuline. La base de la résistance à l'insuline est la prédisposition génétique, les maladies du pancréas. Les autres facteurs contribuant à l'apparition du complexe de symptômes comprennent:

  • Perturbation de la nutrition. Une consommation accrue de glucides et de graisses, ainsi que des excès alimentaires, entraînent un gain de poids. Si la quantité de calories consommées dépasse les coûts énergétiques, des dépôts de graisse sont accumulés.
  • Adynamia. Un mode de vie de bas niveau, un travail «sédentaire», l'absence de charge sportive contribuent à ralentir le métabolisme, l'obésité et l'émergence d'une résistance à l'insuline.
  • Maladie hypertensive. Les épisodes d'hypertension incontrôlés à long terme provoquent des troubles de la circulation sanguine dans les artérioles et les capillaires, il y a un spasme des vaisseaux sanguins, le métabolisme dans les tissus est perturbé.
  • Tension nerveuse. Le stress, les expériences intenses entraînent des troubles endocriniens et une suralimentation.
  • Troubles de l'équilibre hormonal chez les femmes. Pendant la ménopause, les niveaux de testostérone augmentent, la production d'oestrogènes diminue. Cela provoque un ralentissement du métabolisme dans le corps et une augmentation des dépôts de graisse dans le type androïde.
  • Déséquilibre hormonal chez l'homme. Une diminution des taux de testostérone après 45 ans favorise la prise de poids, une altération du métabolisme de l'insuline et une augmentation de la pression artérielle.

Symptômes du syndrome métabolique

Les premiers signes de troubles métaboliques sont la fatigue, l’apathie, l’agression non motivée et la mauvaise humeur dans un état de faim. En règle générale, les patients choisissent les aliments de manière sélective, préfèrent les glucides «rapides» (gâteaux, pain, sucreries). La consommation de sucré provoque des hausses d'humeur à court terme. Le développement ultérieur de la maladie et les changements athéroscléreux dans les vaisseaux conduisent à des douleurs périodiques dans le cœur, des palpitations. Des niveaux élevés d'insuline et d'obésité provoquent des troubles du système digestif, l'apparition de constipation. Perturbé le fonctionnement du système nerveux parasympathique et sympathique développe une tachycardie, tremblement des membres.

La maladie se caractérise par une augmentation de la couche de graisse non seulement dans la poitrine, l'abdomen, les membres supérieurs, mais également autour des organes internes (graisse viscérale). Un jeu de poids aigu contribue à l'apparition de stries bordeaux (vergetures) sur la peau de l'abdomen et des cuisses. Il y a des épisodes fréquents d'augmentation de la pression artérielle supérieure à 139/89 mm Hg. st., accompagnée de nausées, de maux de tête, de bouche sèche et de vertiges. Une hyperémie de la moitié supérieure du tronc est due à une altération du tonus des vaisseaux périphériques, à une transpiration accrue due à des dysfonctionnements du système nerveux autonome.

Les complications

Le syndrome métabolique entraîne l'apparition de l'hypertension, de l'athérosclérose des artères coronaires et des vaisseaux cérébraux et, par conséquent, d'une crise cardiaque et d'un accident vasculaire cérébral. L'état de résistance à l'insuline entraîne le développement du diabète de type 2 et de ses complications - la rétinopathie et la néphropathie diabétique. Chez les hommes, le complexe de symptômes contribue à un affaiblissement de la puissance et à une violation de la fonction érectile. Chez les femmes, le syndrome X est la cause de la survenue d'ovaires polykystiques, de l'endométriose, d'une diminution de la libido. En âge de procréer, les troubles du cycle menstruel et le développement de l'infertilité sont possibles.

Diagnostic

Le syndrome métabolique ne présente pas de symptômes cliniques évidents, la pathologie est souvent diagnostiquée tardivement après l'apparition des complications. Le diagnostic comprend:

  • Examen spécialisé. Endocrinologue étudie l'histoire et la vie de la maladie (antécédents familiaux, la routine quotidienne, l'alimentation, les maladies concomitantes, les conditions de vie), procède à un examen général (paramètres de pression artérielle, poids). Si nécessaire, le patient est orienté vers un diététicien, un cardiologue, un gynécologue ou un andrologue.
  • Définition des indicateurs anthropométriques. Un type d'obésité androïde est diagnostiqué en mesurant la circonférence de la taille. Lorsque X syndrome mâle composant actif est supérieur à 102 cm chez les femmes -. 88 cm Le surpoids est détectée par comptage de l'indice de masse corporelle (IMC) de formule IMC = poids (kg) / taille (m) ². Le diagnostic d '"obésité" est donné avec un IMC supérieur à 30.
  • Tests de laboratoire. Le métabolisme des lipides est rompu: le taux de cholestérol, de LDL, de triglycérides est augmenté, le taux de HDL est réduit. Un trouble du métabolisme glucidique entraîne une augmentation du glucose et de l'insuline dans le sang.
  • Recherche supplémentaire. Selon les indications, une surveillance quotidienne de la tension artérielle, de l'ECG, de l'ECHO-CG, des ultrasons du foie et des reins, du profil glycémique et du test de tolérance au glucose est attribuée.

Les troubles métaboliques doivent être différenciés avec le syndrome de la maladie et de Cushing. Lorsque la détermination de panne est effectuée excrétion de cortisol par jour dans la dexaméthasone de l'échantillon d'urine, l'imagerie surrénalienne ou hypophysaire. Le diagnostic différentiel des troubles métaboliques sont également organisés avec la thyroïdite auto-immune, l'hypothyroïdie, le syndrome de phéochromocytome et hyperplasie du stroma de l'ovaire. Dans ce cas, le niveau d'ACTH, de prolactine, de FSH, de LH et d'hormone stimulant la thyroïde est en outre déterminé.

Traitement du syndrome métabolique

Le traitement du syndrome X implique une thérapie complète visant à normaliser le poids, les paramètres de la pression artérielle, les indicateurs de laboratoire et le fond hormonal.

  • Mode d'alimentation Les patients doivent être exclus des glucides digestibles (de gâteaux, bonbons, boissons sucrées), fast-food, les aliments en conserve, limiter la quantité de sel et les pâtes. Le régime alimentaire quotidien devrait comprendre des légumes frais, des fruits de saison, des céréales, du poisson et de la viande à faible teneur en matière grasse. La nourriture doit être consommée 5 à 6 fois par jour en petites portions, en mâchant bien et en ne lavant pas avec de l'eau. Dans les boissons, il est préférable de choisir du thé vert ou blanc non sucré, des boissons aux fruits et des compotes sans ajouter de sucre.
  • Activité physique. En l'absence de contre-indications du système musculo-squelettique, le jogging, la natation, la marche nordique, le pilates et l'aérobic sont recommandés. La charge physique devrait être régulière, au moins 2 à 3 fois par semaine. Exercices matinaux utiles, promenades quotidiennes dans le parc ou dans la ceinture forestière.
  • Thérapie médicamenteuse. Les médicaments sont prescrits dans le but de traiter l'obésité, de réduire la tension artérielle, de normaliser le métabolisme des graisses et des glucides. En violation de la tolérance au glucose, les médicaments à base de metformine sont utilisés. La correction des dyslipidémies dans l’inefficacité de l’alimentation est réalisée par les statines. Avec l'hypertension, les inhibiteurs de l'ECA, les inhibiteurs calciques, les diurétiques et les bêta-bloquants sont utilisés. Pour normaliser le poids des médicaments prescrits qui réduisent l'absorption des graisses dans l'intestin.

Pronostic et prévention

Avec le diagnostic et le traitement opportuns du syndrome métabolique, le pronostic est favorable. Plus tard, la détection de la pathologie et l'absence de thérapie complexe entraînent de graves complications aux reins et au système cardiovasculaire. La prévention du syndrome comprend une nutrition rationnelle, le rejet des mauvaises habitudes, l'exercice régulier. Il est nécessaire de contrôler non seulement le poids, mais aussi les paramètres de la figure (tour de taille). En présence de maladies endocriniennes concomitantes (hypothyroïdie, diabète sucré), un examen de suivi de l'endocrinologue et une étude du fond hormonal sont recommandés.

Syndrome métabolique - la base de la thérapie pathogénique

Publié dans la revue:
Le médecin traitant »» # 10/2003

TV Adasheva, candidate aux sciences médicales, professeure agrégée
O.Yu. Demicheva
Université d'Etat de médecine et de médecine dentaire de Moscou
Hôpital clinique de la ville №11

En 1948, un clinicien bien connu EM Tareev a écrit: « L'idée des patients hypertendus est le plus souvent associée à hypersthenics ozhirelym, avec une éventuelle violation du métabolisme des protéines, un blocage des produits sanguins de métamorphose incomplète - le cholestérol, l'acide urique. « Ainsi, il y a plus de 50 ans, il a été pratiquement formé une idée du syndrome métabolique (SM). En 1988 g. G. Reaven décrit des symptômes, y compris l'hyperinsulinémie, la tolérance au glucose, de faibles niveaux de HDL et de l'hypertension, ce qui donne le nom de « syndrome X » et la première fois ce qui suggère que la base de tous ces changements est la résistance à l'insuline (IR) avec hyperinsulinémie compensatoire. En 1989, le juge Kaplan a indiqué qu'une composante importante du « quatuor mortel » est l'obésité abdominale. Dans les années 90 a inventé le terme « syndrome métabolique » proposé par M. Henefeld et W. Leonhardt. La prévalence de ce symptôme prend des proportions épidémiques dans certains pays, dont la Russie, a atteint 25-35% de la population adulte.

Les critères universellement reconnus pour la SEP n'ont pas encore été développés, probablement en raison de l'absence de points de vue communs sur sa pathogenèse. Le débat en cours sur la légitimité de l'utilisation des termes « complète » et « incomplète » MS illustre une sous-estimation d'un mécanisme unique, qui détermine le développement parallèle de toutes les étapes de troubles métaboliques de la résistance à l'insuline.

IR est une pathologie polygénique, dans le développement de laquelle les mutations des gènes du substrat du récepteur de l'insuline (IRS-1 et IRS-2), β3-adrénorécepteurs, protéine découplante (UCP-1), et des défauts moléculaires des protéines de la voie de signalisation de l'insuline (transporteurs de glucose). Un rôle particulier est joué par diminution de la sensibilité à l'insuline dans les muscles, la graisse et les tissus du foie, ainsi que dans les glandes surrénales. Dans myocytes et flux perturbé l'utilisation du glucose dans le tissu adipeux développer une résistance aux effets de l'insuline antilipolytiques. lipolyse viscérale intensive dans les adipocytes conduit à la libération de grandes quantités d'acides gras libres (FFA) et de glycérol dans la circulation du portail. En procédant dans le foie, FFA, d'une part, devenir un substrat pour la formation de lipoprotéines athérogènes, et de l'autre - inhiber la liaison de l'insuline aux potentsiiruya d'hépatocytes TS. IR conduit à hepatocytes une diminution de la synthèse du glycogène, l'activation de la glycogénolyse et la néoglucogenèse. Pendant longtemps, IR compensée par une production excessive d'insuline, par conséquent, une violation du contrôle de la glycémie ne se manifestent pas immédiatement. Mais, comme l'épuisement des cellules ß du pancréas, de la décompensation métabolisme du glucose se produit, d'abord sous la forme de glucose à jeun et de la tolérance au glucose (IGT), puis le diabète de type 2 (T2SD). Une nouvelle réduction de la sécrétion d'insuline lorsque la MS est causée par une exposition prolongée à des concentrations élevées de FFA dans les cellules ß (appelé effet de lipotoksichesky). Avec déjà des défauts d'origine génétique dans le développement de sécrétion d'insuline T2SD est fortement accélérée.

Selon une autre hypothèse, le tissu adipeux de la région abdominale joue un rôle majeur dans le développement et la progression de la résistance à l'insuline. La particularité des adipocytes viscéraux est une grande sensibilité à l'action lipolytique des catécholamines et faible à l'action anti-lipolytique de l'insuline.

Dans les substances d'addition qui régulent directement le métabolisme des lipides, la cellule de graisse produit des oestrogènes, des cytokines, l'angiotensinogène, PAI-1, lipoprotenlipazu, Adipsin, adinopektin, l'interleukine-6, facteur de nécrose tumorale α (TNF-α), facteur de croissance transformant B, la leptine et al., il a été montré que le TNF-α est capable d'agir sur le récepteur de l'insuline et de transporteurs de glucose, la résistance à l'insuline potentsiiruya et de stimuler la sécrétion de la leptine. Leptin ( « la voix du tissu adipeux ») régule le comportement alimentaire, agissant sur le centre hypothalamique de saturation; augmente la tonicité du système nerveux sympathique; améliore la thermogenèse dans les adipocytes; Supprime la synthèse de l'insuline; effet sur les cellules du récepteur de l'insuline, ce qui réduit le transport du glucose. Avec l'obésité, la résistance à la leptine est observée. On croit que hyperleptinémie exerce des effets stimulateurs sur certains facteurs de libération de hypothalamiques (RF), en particulier pour ACTH-RH. Ainsi, lorsque la MS est souvent marquée par la lumière hypercorticisme, qui joue un rôle dans la pathogenèse de la SEP.

Une attention particulière devrait être portée aux mécanismes de développement de l'hypertension artérielle (AH) chez les personnes atteintes de SEP, dont certaines étaient jusqu'à récemment inconnues. Par conséquent, l'approche pathogénique du traitement de la SEP n'était pas complètement développée.

De nombreuses études ont été consacrées à l'étude des mécanismes fins de l'influence de la résistance à l'insuline et de l'hyperinsulinémie sur le niveau de la pression artérielle.

Normalement, l'insuline a un effet protecteur vasculaire due à l'activation de la kinase phosphatidyl-3 dans les cellules endotheliales et les microvaisseaux, conduisant à l'expression du gène de la NO-synthase endothéliale, la libération de NO par les cellules endothéliales et la vasodilatation induite par l'insuline.

À l'heure actuelle, les mécanismes d'influence suivants de l'hyperinsulinémie chronique sur la tension artérielle sont établis:

  • stimulation du système sympatho-surrénalien (CAS);
  • la stimulation du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS);
  • blocage des mécanismes d'échange ionique transmembranaire avec augmentation des teneurs en Na + et Ca ++ intracellulaires, diminution de K + (augmentation de la sensibilité de la paroi vasculaire aux effets presseurs);
  • augmenter la réabsorption de Na + dans les tubules proximaux et distaux du néphron (rétention de fluide avec le développement de la surcharge hydrique), Na + et Ca ++ retardée dans les parois des vaisseaux sanguins avec l'augmentation de leur sensibilité aux effets presseurs;
  • stimulation de la prolifération des cellules musculaires lisses de la paroi vasculaire (rétrécissement des artérioles et augmentation de la résistance vasculaire).

L'insuline est impliquée dans la régulation de l'activité du système nerveux sympathique en réponse à la prise alimentaire. Dans les études expérimentales, il a été constaté que, à jeun, l'activité de SAS diminue et que la prise alimentaire augmente (en particulier les graisses et les glucides).

On suppose que l'insuline, qui traverse la barrière hémato-encéphalique, stimule la capture du glucose dans les cellules régulatrices associées aux noyaux ventromédiaux de l'hypothalamus. Cela réduit leur effet inhibiteur sur les centres du système nerveux sympathique du tronc cérébral et augmente l'activité du système nerveux sympathique central.

Dans des conditions physiologiques, ce mécanisme est réglementaire, tandis que l'hyperinsulinémie conduit à une activation stable de la CAC et à une stabilisation de l'hypertension.

Augmentation de l'activité des services centraux de SAS entraîne hypersympathicotonia périphérique. Dans les reins activation SUD ß-récepteurs est accompagnée par la génération d'une rétention de sodium amplifié de la rénine et de liquide. microvascularisation du muscle squelettique périphérique permanent de hypersympathicotonia déforme d'abord avec microvaisseaux sparseness physiologiques, puis les changements morphologiques, tels que la diminution du nombre de capillaires qui fonctionnent. Moins de myocytes adéquatement perfusés, qui sont un grand consommateur de glucose dans le corps, conduit à une résistance accrue à l'insuline et l'hyperinsulinémie. Ainsi, le cercle vicieux se ferme.

L'insuline par la protéine kinase activée par le mitogène améliore les effets vasculaires nocifs en raison de la stimulation de divers facteurs de croissance (facteur de croissance dérivé des plaquettes, le facteur de croissance analogue à l'insuline, facteur de croissance transformant p, facteur de croissance des fibroblastes, etc.), ce qui conduit à la prolifération et la migration des cellules musculaires lisses, la prolifération des fibroblastes vasculaires parois, accumulation de matrice extracellulaire. Ces processus provoquent le remodelage du système cardio-vasculaire, entraînant la perte d'élasticité de la paroi vasculaire, la perturbation de la microcirculation, la progression de la athérogenèse et, en fin de compte, pour augmenter la résistance vasculaire et la stabilisation de l'hypertension.

Certains auteurs estiment que la dysfonction endothéliale joue un rôle majeur dans la pathogenèse de l'HA associée aux troubles métaboliques. Chez les individus présentant une résistance à l'insuline et une hyperinsulinémie, une diminution de la réponse à la vasodilatation et une augmentation de l'effet vasoconstricteur sont observées, entraînant des complications cardiovasculaires.

Le syndrome métabolique se caractérise par une hyperuricémie (selon différentes données, il survient chez 22 à 60% des patients atteints de SEP).

Il a maintenant été montré que la concentration d'acide urique dans le sang est corrélée à la triglycéridémie et au degré de gravité de l'obésité abdominale; ce phénomène repose sur le fait que le renforcement de la synthèse des acides gras active la voie pentose de l'oxydation du glucose, favorisant la formation de ribose-5-phosphate à partir duquel le noyau purique est synthétisé.

Compte tenu de tous les aspects ci-dessus du problème, il convient de mettre au point un algorithme thérapeutique de l’approche pathogénique du traitement du syndrome métabolique.

Traitement du syndrome métabolique

Le traitement complexe du syndrome métabolique comprend les positions équivalentes suivantes: changement du mode de vie, traitement de l'obésité, traitement des violations du métabolisme glucidique, traitement de l'hypertension artérielle, traitement de la dyslipidémie.

Changement de mode de vie

Cet aspect sous-tend le traitement réussi du syndrome métabolique.

Le but du médecin dans ce cas est de former une motivation stable pour le patient, visant à la mise en œuvre à long terme de recommandations sur la nutrition, l'activité physique, la prise de médicaments. "La mise en place du succès" permet au patient de supporter plus facilement les privations requises par un changement de mode de vie.

Changer le mode d'alimentation. Le régime alimentaire d'un patient présentant un syndrome métabolique ne devrait pas seulement entraîner une réduction du poids corporel, mais également ne pas provoquer de troubles métaboliques provoquant une augmentation de la tension artérielle. Le jeûne dans le syndrome X est contre-indiqué, car il est un stress sévère, et des troubles métaboliques existants peut entraîner des complications vasculaires aiguës, la dépression, dégradation de la « frénésie alimentaire. » La nourriture doit être fréquente, la nourriture doit être prise par petites portions (généralement trois repas principaux et deux ou trois repas intermédiaires) avec un apport calorique quotidien de nourriture ne dépassant pas 1500 kcal. Le dernier repas est une heure et demie avant le coucher. La base de la nutrition - glucides complexes avec un faible indice glycémique, ils devraient représenter jusqu'à 50-60% de la valeur nutritionnelle. L'unité de l'index glycémique de l'aliment est la modification de la glycémie après le repas, égale à la variation de la glycémie après consommation de 100 g de pain blanc. L'indice glycémique élevé est présent dans la majorité des produits de confiserie, des boissons sucrées, des petits pains, des petits gruaux; leur consommation devrait être éliminée ou réduite au minimum. Faible IG dans les grains entiers, les légumes, les fruits, riches en fibres alimentaires. La quantité totale de matières grasses ne doit pas dépasser 30% de la teneur totale en calories, en graisses saturées - 10%. Chaque repas doit inclure une quantité suffisante de protéines pour stabiliser la glycémie et assurer la satiété. Au moins deux fois par semaine devrait manger du poisson. Les légumes et les fruits devraient être présents dans l’alimentation au moins cinq fois par jour. La quantité admissible de fruits sucrés dépend du degré de violation du métabolisme des glucides; En présence de diabète de type 2, ils devraient être sévèrement réduits.

Sel alimentaire - pas plus de 6 grammes par jour (une cuillère à café).

L'alcool, source de "calories vides", stimulant de l'appétit, déstabilisant de la glycémie, devrait être exclu du régime ou minimisé. En cas d’impossibilité d’abandonner l’alcool, la préférence doit être donnée au vin rouge sec, pas plus de 200 ml par jour.

Les patients sont encouragés à tenir un journal alimentaire, où ils écrivent quoi, en quelle quantité et à quelle heure ils ont été mangés et bu.

Il est nécessaire de refuser de fumer, ce qui réduit considérablement le risque de complications cardiovasculaires et oncologiques.

Activité physique Selon G. Reaven, 25% des personnes menant un mode de vie sédentaire peuvent détecter une résistance à l'insuline. En soi, une activité musculaire régulière entraîne des modifications métaboliques qui réduisent la résistance à l'insuline. Pour obtenir un effet thérapeutique, il suffit de pratiquer une marche intensive de 30 minutes ou de trois à quatre fois par semaine pendant une course de 20 à 30 minutes.

Traitement de l'obésité

Dans le traitement du syndrome métabolique, une perte de poids de 10 à 15% au cours de la première année de traitement, de 5 à 7% au cours de la deuxième année et aucune récidive de prise de poids à l’avenir peuvent être considérées comme des résultats satisfaisants.

Le respect d'un régime hypocalorique et d'un régime d'activité physique n'est pas toujours réalisable pour les patients. Dans ces cas, le traitement médicamenteux de l'obésité est indiqué.

Actuellement, en Russie, les médicaments orlistat et sibutramine ont été enregistrés et recommandés pour un traitement prolongé de l'obésité. Le mécanisme de leur action est fondamentalement différent, ce qui permet de sélectionner le médicament optimal dans chaque cas spécifique et, en cas d’obésité sévère, résistant à la monothérapie, de prescrire ces médicaments de manière complexe.

Traitement des violations du métabolisme glucidique

La sévérité des troubles du métabolisme des hydrates de carbone et les plages du syndrome métabolique de minimum (glucose à jeun et de la tolérance au glucose (IGT)) avant le développement du diabète de type 2.

Les médicaments agissant sur le métabolisme glucidique en cas de syndrome métabolique doivent être prescrits non seulement en présence de T2SD, mais également en cas de violations moins sévères (réversibles!) Du métabolisme glucidique. L’hyperinsulinémie nécessite des tactiques thérapeutiques agressives. Il existe des données sur la présence de complications caractéristiques du diabète sucré, déjà au stade de la tolérance au glucose altérée. On pense que cela est dû à des épisodes fréquents d'hyperglycémie postprandiale.

Un puissant arsenal de médicaments hypoglycémiants modernes vous permet de choisir le traitement optimal dans chaque cas spécifique.

1. Médicaments réduisant la résistance à l'insuline

Avec syndrome métabolique - médicaments de choix.

À l'heure actuelle, le seul biguanide réduisant la résistance à l'insuline est la metformine. Selon l'UKPDS, le traitement par la metformine à T2SD réduit le risque de décès par diabète de 42%, l'infarctus du myocarde de 39%, les accidents vasculaires cérébraux de 41%.

Peut être considéré comme un médicament de première intention dans le traitement du syndrome métabolique.

Mécanisme d'action: sensibilité accrue des tissus à l'insuline; suppression de la gluconéogenèse dans le foie; modification de la pharmacodynamie de l'insuline en réduisant le rapport entre l'insuline liée et l'insuline libre et en augmentant le ratio insuline / proinsuline; suppression de l'oxydation des graisses et formation d'acides gras libres, diminution des triglycérides et des LDL, augmentation du taux de HDL; selon certaines données - effet hypotenseur; stabilisation ou perte de poids. Réduit l'hyperglycémie à jeun et l'hyperglycémie postprandiale. L'hypoglycémie ne provoque pas.

Il peut être prescrit pour la NTG, ce qui est particulièrement important du point de vue de la prévention du développement de T2SD.

B. Thiazolidinediones ("glitazones", sensibilisateurs à l'insuline)

La pioglitazone et la rosiglitazone sont autorisées pour une utilisation clinique.

En Russie - un groupe de médicaments à faible utilisation, probablement à cause de la nouveauté relative, du risque connu d'insuffisance hépatique aiguë et du coût élevé.

Mécanisme d'action: augmenter l'absorption de glucose par les tissus périphériques (activer GLUT-1 et GLUT-4, supprimer l'expression du facteur de nécrose tumorale, en augmentant la résistance à l'insuline); réduire la production de glucose par le foie; réduire la concentration en acides gras libres et en triglycérides dans le plasma en supprimant la lipolyse (en augmentant l'activité de la phosphodiestérase et de la lipoprotéine lipase). Ne fonctionne qu'en présence d'insuline endogène.

2. Inhibiteurs des α-glucosidases

Mécanisme d'action: inhibe de manière compétitive les α-glucosidases intestinales (sacharaz, maltase, glucoamylase) - enzymes qui décomposent les sucres complexes. Empêche l'absorption de glucides simples dans l'intestin grêle, ce qui entraîne une diminution de l'hyperglycémie postprandiale. Réduit le poids corporel et, par conséquent, a un effet antihypertenseur.

3. Secretogenogènes de l'insuline

cette classe de médicaments prescrits pour le syndrome métabolique dans les cas où il est impossible d'obtenir un contrôle glycémique satisfaisant au moyen de réduire la résistance à l'insuline et / ou l'acarbose, ainsi que les contre lui. Le risque d'hypoglycémie et le gain de poids pendant l'utilisation prolongée est strictement nécessite une approche différenciée pour le choix du médicament. Rendez-vous à IGT est pas pratiquée. Une combinaison très efficace avec insulinosécrétagogues à biguanides.

A. Préparations de sulfonylurée

L'expérience clinique montre que certaines monothérapie à l'insuline secretogenic (en particulier glibenclamide) chez les patients atteints du syndrome métabolique est généralement inefficace même à la dose la plus élevée en raison de l'augmentation résistance à l'insuline - épuisement se produit la capacité sécrétoire des cellules bêta et formé insulinopotrebny forme de réalisation T2SD. La préférence doit être donné une forme de dosage très sélectifs ne causent pas l'hypoglycémie. Il est souhaitable que le médicament peut être pris une fois par jour - pour améliorer la conformité du traitement.

Ces exigences sont satisfaites par la préparation de deuxième génération de gliclazide sous forme pharmacologique de MB (libération modifiée) et la préparation de troisième génération de glimépiride.

Gliclazide - une préparation hautement sélective (spécifique à la sous-unité SUR1 des canaux potassiques sensibles à l'ATP des cellules β) restaure le profil physiologique de la sécrétion d'insuline; augmente la sensibilité des tissus périphériques à l'insuline, entraînant des modifications post-transcriptionnelles du GLUT-4 et activant l'action de l'insuline sur la glycogène synthétase musculaire; réduit le risque de thrombose, inhibe l'agrégation et l'adhérence des plaquettes et augmente l'activité du plasminogène tissulaire; réduit le niveau de peroxydes lipidiques dans le plasma.

Glimépiride Complexé avec les sulfonylurées du récepteur SURX. A une action périphérique prononcée: augmente la synthèse de glycogène et de graisse en activant la translocation de GLUT-1 et GLUT-4; réduit le taux de gluconéogenèse dans le foie, augmentant la teneur en fructose-6-bisphosphate. A une activité glucagonotrope inférieure à celle des autres sulfonylurées. Fournit un faible risque d'hypoglycémie - provoque la diminution maximale du glucose dans le sang avec une sécrétion minimale d'insuline. A des effets anti-agrégation et anti-athérogènes, inhibant sélectivement la cyclooxygénase et réduisant la conversion de l'acide arachidonique en thromboxane A2. Il est complexé avec la cavéoline des cellules adipeuses, ce qui détermine probablement la spécificité de l'influence du glimépiride sur l'activation de l'utilisation du glucose dans le tissu adipeux.

B. Régulateurs prandiaux de la glycémie (sécréto-gènes à courte durée d'action)

Médicaments hypoglycémiants à haute vitesse, dérivés d’acides aminés. En Russie, il s’agit du répaglinide et du natéglinide.

Mécanisme d'action - Stimulation rapide et à court terme de la sécrétion d'insuline par une cellule β due à une interaction réversible rapide avec des récepteurs spécifiques des canaux potassiques sensibles à l'ATP.

On croit que le natéglinide est plus sûr en ce qui concerne l'hypoglycémie: la sécrétion d'insuline due natéglinide dépend du niveau de la glycémie, et diminue avec une diminution des taux de glucose sanguin. La possibilité de l'utilisation de faibles doses de natéglinide à IGT chez les patients présentant un risque élevé de complications cardiovasculaires (NAVIGATOR).

4. Insulinothérapie

L'apparition précoce du syndrome métabolique et l'insuline (sauf le diabète de décompensation) est indésirable parce que, très probablement, va exacerber les manifestations cliniques hyperinsulinisme. Toutefois, il convient de noter que, afin d'éviter des complications du diabète, la compensation du métabolisme des glucides pour tous les coûts à atteindre. Si un effet peu satisfaisant aux types de traitement doit être administré à l'insuline, éventuellement en combinaison avec des médicaments énumérés précédemment antidiabétiques oraux acceptables. En l'absence de contre-combinaison préférée avec un biguanide.

Traitement de l'hypertension artérielle

Niveau cible de BP dans le développement du diabète sucré de type 2 -

Syndrome métabolique: symptômes et traitement

Syndrome métabolique - les principaux symptômes:

  • Mal de tête
  • Sautes d'humeur
  • Vertige
  • Essoufflement
  • Douleur dans le coeur
  • Transpiration
  • Irritabilité
  • Bouche sèche
  • Augmentation de l'appétit
  • Violation du cycle menstruel
  • Hypertension artérielle
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Diminution des performances
  • Diminution de la puissance
  • L'agression
  • Points noirs devant les yeux
  • Soif
  • Accumulation de graisse dans l'abdomen
  • Modification des préférences gustatives
  • Attrait accru pour les sucreries

Syndrome métabolique - est une condition pathologique qui comprend plusieurs maladies à la fois, à savoir le diabète sucré, les maladies coronariennes, l'hypertension et l'obésité. Cette maladie affecte principalement les hommes et les personnes de plus de 35 ans, mais récemment, le nombre d'enfants ayant un diagnostic similaire a augmenté. Les principaux provocateurs de cette affection sont considérés comme un mode de vie sédentaire, la malnutrition, le surmenage nerveux et également un changement du fond hormonal.

Le tableau clinique comprend les principales manifestations des principales pathologies, en particulier l’accumulation de tissu adipeux dans la région abdominale, un flux sanguin élevé, une fatigue rapide et un essoufflement. L’endocrinologue est engagé dans le diagnostic et le processus comprend toute une gamme d’activités allant de l’étude des antécédents médicaux aux procédures instrumentales. Le traitement du syndrome métabolique est seulement conservateur et repose sur le changement de mode de vie du patient - il a commencé à bien manger, à faire du sport, etc.

Selon la classification internationale des maladies de la dixième révision, ce trouble n’a pas de chiffre distinct, car il comprend plusieurs affections. Ainsi, le code ICD-10 correspondra à chacun d'eux, par exemple, l'obésité - E65-E68, l'hypertension - I10-I15, IHD-I20-I25.

Étiologie

À l'heure actuelle, une telle maladie n'est pas considérée comme une maladie indépendante - cet état est dit dans les situations où une personne souffre de telles pathologies en même temps:

Au centre de cette condition se trouve l'immunité du corps humain à l'hormone produite par le pancréas - l'insuline. Ainsi, le syndrome métabolique se produit dans le contexte de telles causes:

  • prédisposition héréditaire, à savoir la mutation d'un gène situé dans 19 chromosomes;
  • nutrition irrationnelle, dans laquelle la base du menu humain se compose de graisses et de glucides. Un tel facteur est le plus important dans le développement d'une telle condition. Cela est dû au fait que l’absorption d’un grand nombre d’acides gras saturés entraîne une augmentation de l’indice de masse corporelle. conduire à l'obésité. C'est pour cette raison que la base du traitement est un régime dans le syndrome métabolique;
  • hypodynamie ou style de vie sédentaire - une diminution du niveau d'activité physique se traduit par une diminution de la vitesse de tous les processus métaboliques dans le corps humain, en particulier la dégradation des graisses;
  • hypertension à long terme sans thérapie;
  • addiction aux régimes stricts - l'apport calorique quotidien ne doit pas être inférieur à 300 kilocalories. Sinon, cela entraîne une perturbation irréversible du métabolisme;
  • l'influence de situations stressantes et de surmenage émotionnel - une charge mentale prolongée est dangereuse car elle perturbe la régulation nerveuse de tous les organes, systèmes et tissus internes. Dans ce contexte, le développement des hormones, y compris l'insuline, est perturbé;
  • utilisation sans discernement des médicaments - est ici comprennent les corticostéroïdes, les agents hormonaux, contraceptifs glucagon et de l'utilisation par voie orale, ainsi que les antidépresseurs, les antihistaminiques et les bloquants;
  • une surdose d'insuline, pouvant être observée dans le traitement du diabète sucré. Un traitement inadéquat entraîne une augmentation de la concentration de cette substance, qui est également dangereuse, tout comme son absence;
  • déséquilibre hormonal, qui se développe dans le contexte de l'évolution des maladies du système endocrinien;
  • le processus de vieillissement naturel de l'organisme;
  • apnée du sommeil - la privation d'oxygène du cerveau provoque une sécrétion accrue d'hormone de croissance, ce qui favorise la résistance à l'insuline.

Il convient également de souligner plusieurs facteurs de risque qui affectent le développement d’un tel syndrome:

  • appartenant au sexe masculin;
  • dépendance de longue date aux mauvaises habitudes;
  • âge avancé;
  • syndrome d'insulinorésistance familiale.

Chez les femmes, la pathologie se développe le plus souvent dans le contexte de:

  • période post-ménopausique;
  • l'allaitement du bébé;
  • croissance intra-utérine du fœtus.

Quant aux enfants, ils ont souvent une telle maladie au cours de la période de la puberté et aussi si le corps ne reçoit pas une nutrition rationnelle et une activité physique suffisante. De plus, le fardeau héréditaire joue un rôle important.

Physiopathologie du syndrome métabolique se développe selon le même schéma, quelles que soient les raisons:

  • une violation de la sensibilité normale des récepteurs qui interagissent avec l'insuline;
  • le corps a besoin d'une grande quantité de glucose;
  • augmentation de la concentration d'insuline dans le sang;
  • violation du métabolisme des lipides ou des graisses;
  • une augmentation du niveau de "mauvais" cholestérol;
  • le développement de l'obésité;
  • augmentation constante du tonus sanguin;
  • l'apparition de problèmes avec le fonctionnement du cœur.

Classification

Sur la base de la pathogénie du syndrome métabolique, on distingue plusieurs degrés de gravité de son parcours:

  • initiale - alors que les patients développent une glycémie métabolique, lorsque le pancréas reste optimal. La concentration d'insuline est normale ou légèrement augmentée. Le diabète et les troubles cardiovasculaires ne se développent pas;
  • mi-lourd - se distingue par le fait que la tolérance au glucose commence à se développer et que des dysfonctionnements dans le travail du corps qui produit l'insuline sont notés. La teneur en glucose dans le sang est supérieure à la normale, mais n'atteint pas les valeurs critiques.
  • sévère - dans de telles situations, le patient reçoit un diagnostic de diabète sucré de type 2 et une symptomatologie d'une altération prononcée de la fonction pancréatique est présente.

Symptomatologie

La particularité de cette maladie réside dans le fait qu'elle se développe lentement, que les manifestations cliniques augmentent progressivement et que, dans les premiers stades du développement de la maladie, n'affectent pas la santé et le mode de vie d'une personne.

Le syndrome métabolique chez les hommes et les femmes a de tels premiers signes:

  • changements d'humeur fréquents;
  • attaques d'agression ou d'irritabilité;
  • changement des préférences gustatives;
  • attraction accrue pour les sucreries;
  • syndrome de fatigue chronique;
  • réduction d'invalidité;
  • soif constante, contre laquelle il est nécessaire de boire une grande quantité de liquide, et aussi souvent visiter les toilettes pour vider la vessie.

À mesure que le syndrome métabolique se développe, les symptômes s’aggravent, provoquant le tableau clinique suivant:

  • l'obésité par type abdominal, c'est-à-dire accumulation de tissu adipeux dans l'abdomen. Le tour de taille chez les hommes sera supérieur à 94 centimètres et chez les femmes - plus de 80 centimètres;
  • augmentation persistante de la pression artérielle au-dessus des indices de 139/89 millimètres de mercure;
  • attaques de vertiges et maux de tête extrêmes;
  • clignotant "vole" devant les yeux;
  • sécheresse dans la cavité buccale;
  • essoufflement, non seulement avec une forte activité physique, mais aussi au repos;
  • augmentation de l'appétit;
  • diminution de la puissance chez les hommes;
  • violation du cycle de la menstruation et de l'hypertrichose chez les femmes;
  • infertilité masculine et féminine;
  • tachycardie et douleur dans le cœur;
  • l'apparition de taches rouges dans la poitrine et le cou, déclenchée par l'hypertension;
  • insuffisance rénale;
  • transpiration abondante;
  • nausée sans vomissement;
  • bouleversement des selles, qui se traduit par une constipation;
  • somnolence;
  • syndrome d'apnée du sommeil;
  • manque de coordination;
  • l'apparition de vergetures sur l'abdomen et les cuisses;
  • tremblement des extrémités.

Syndrome métabolique et hypertension, en association avec les symptômes ci-dessus, il convient de se référer à la fois aux adultes et aux enfants.

Diagnostic

Comme la maladie ne présente pas de tableau symptomatique spécifique, le processus d'établissement du diagnostic correct doit être intégré. Le diagnostic du syndrome métabolique commence nécessairement par des manipulations effectuées personnellement par un endocrinologue. Parmi eux:

  • étudier les antécédents médicaux du patient et de sa famille immédiate;
  • collecte et analyse d'un cycle de vie;
  • examen physique attentif du patient;
  • Mesure du tour de taille chez l'homme et la femme;
  • détermination des valeurs de tonus sanguin;
  • questionnement détaillé du patient pour déterminer le premier moment de survenue et la sévérité des manifestations cliniques.

Les études de laboratoire dans ce cas sont:

  • analyse clinique générale du sang;
  • Tests de PCR;
  • biochimie du sang;
  • tests hormonaux;
  • analyse générale du sang;
  • tests immunologiques;
  • profil glycémique;
  • test de tolérance au glucose.

Des mesures de diagnostic supplémentaires sont de telles procédures instrumentales:

  • surveillance quotidienne de la pression artérielle et de l'ECG;
  • échographie du foie et des reins;

Outre l’endocrinologue, ces spécialistes participent au processus de diagnostic:

  • cardiologue;
  • gastroentérologue;
  • diététicien - seul ce médecin peut faire un régime dans le syndrome métabolique;
  • gynécologue;
  • andrologue;
  • thérapeute
  • pédiatre.

Le syndrome métabolique doit être différencié de:

Traitement

Le traitement du syndrome métabolique est conservateur, mais complexe, visant à:

  • normalisation du poids corporel;
  • stabilisation de la pression artérielle;
  • restauration du fond hormonal.

Les principaux domaines thérapeutiques sont la prise de médicaments et l'alimentation dans le syndrome métabolique.

Pour soulager la résistance à l'insuline, les médecins prescrivent:

  • les biguanides;
  • les inhibiteurs d'alpha-glucosidase;
  • thiazolidinediones.

Les médicaments contre l'obésité impliquent l'utilisation d'inhibiteurs de la lipase. Le traitement de l'hypertension artérielle est réalisé à l'aide de:

  • les inhibiteurs de l'enzyme renforcée par l'angiotensine;
  • bêta-bloquants;
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine-2;
  • antagonistes du calcium;
  • les diurétiques;
  • antagonistes des récepteurs à l'imidazoline.

En augmentant les taux de cholestérol, débarrassez-vous des triglycérines, des statines et des fibrates.

Le régime du syndrome métabolique a les règles suivantes:

  • consommation fréquente de nourriture, mais en petites portions;
  • exclusion complète de la restauration rapide, des glucides digestibles et des aliments riches en graisses;
  • augmentation de la consommation de légumes et de fruits sous quelque forme que ce soit;
  • enrichissement de l'alimentation avec des bouillies;
  • limiter la consommation quotidienne de sel à 5 ​​grammes;
  • faire cuire des plats en les faisant cuire, en les trempant, en les faisant cuire à la vapeur ou au four.

En outre, le traitement du syndrome métabolique comprend:

  • exercice modéré régulier;
  • soutien psychothérapeutique;
  • l'application de recettes de médecine traditionnelle, mais seulement après l'approbation du médecin traitant.

Complications possibles

Si une personne ne fait pas attention aux manifestations cliniques d'une telle maladie, la probabilité de développement n'est pas exclue:

  • diabète sucré;
  • infarctus du myocarde;
  • cardiopathie ischémique chronique;
  • accident vasculaire cérébral
  • syndrome de l'apnée obstructive du sommeil;
  • insuffisance cardiaque;
  • néphropathie diabétique et rétinopathie;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • diminution de la libido;
  • la goutte
  • impossibilité d'avoir des enfants;
  • une diminution persistante de la résistance du système immunitaire.

Prophylaxie et pronostic

Pour éviter la formation d'un problème tel que l'obésité et le syndrome métabolique, il est nécessaire de respecter strictement les recommandations préventives simples suivantes:

  • rejet complet des dépendances;
  • une nutrition complète et équilibrée;
  • garder un style de vie actif;
  • éviter l'épuisement émotionnel;
  • ne prendre que les médicaments que le médecin prescrira;
  • traitement en temps opportun des maladies endocriniennes;
  • Passage régulier d'un examen préventif complet à la clinique avec une visite à tous les cliniciens.

Lorsque toutes les recommandations thérapeutiques et préventives sont mises en œuvre, le syndrome métabolique aura un pronostic favorable. Cependant, une détection ultérieure de la pathologie conduit presque toujours à la formation des effets ci-dessus.

Si vous pensez que vous avez Syndrome métabolique et les symptômes caractéristiques de cette maladie, alors vous pouvez aider les médecins: un endocrinologue, un thérapeute, un pédiatre.

Nous suggérons également d'utiliser notre service de diagnostic en ligne qui, en fonction des symptômes, sélectionne les maladies probables.

L'adénome surrénalien est le néoplasme le plus commun de cet organe. A un caractère bénin, inclut le tissu glandulaire. Chez les hommes, la maladie est diagnostiquée 3 fois moins souvent que chez les femmes. Le groupe de risque principal est constitué des personnes âgées de 30 à 60 ans.

syndrome de sevrage - une gamme de différents troubles (le plus souvent par la mentalité) se produisant à une fin brutale de la réception de l'alcool, des médicaments ou de la nicotine dans le corps après consommation prolongée. Le facteur principal, qui cause ce trouble, est la tentative du corps de réaliser indépendamment l’état avec l’utilisation active d’une substance donnée.

La maladie hypertensive est une maladie chronique qui se caractérise par une augmentation persistante de la pression artérielle à des niveaux élevés en raison d’une perturbation de la régulation de la circulation sanguine dans le corps humain. De même, des termes tels que l'hypertension et l'hypertension sont utilisés pour désigner cette condition.

La résistance à l'insuline est une violation de la réaction métabolique des cellules tissulaires à l'insuline, à condition qu'elle soit en quantité suffisante dans l'organisme. À la suite de cela, un processus pathologique est provoqué - la résistance à l'insuline, dont le résultat peut être le développement du diabète de type 2.

La ménopause masculine est un trouble qui se développe absolument chez chaque membre du sexe masculin, ce qui signifie qu'il s'agit d'un processus complètement normal associé au vieillissement naturel du corps. Dans le domaine médical, cette condition s'appelle l'andropause.

Grâce à des exercices physiques et à la maîtrise de soi, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Le diabète sucré (DM) est une maladie chronique avec un déficit absolu ou relatif en hormone du pancréas - insuline. Bien que l’étiologie et la pathogenèse du diabète sucré aient été longtemps étudiées, ce problème demeure urgent.

Stevia est fabriqué à partir de la même plante médicinale, qui possède de nombreuses propriétés utiles et est considérée comme la plante la plus douce au monde.

Lorsque le diabète est important pour bien manger. De nombreux produits normalisent les paramètres glucométriques chez le patient. Ils comprennent le chou blanc, le gruau, le thé vert, les cynorhodons, le topinambour, la morue.