loader

Principal

Les causes

Puis-je accoucher en cas de diabète?

S'il est possible de donner naissance à un diabète sucré, l'expert peut exclusivement déterminer, en se basant sur l'étude des analyses de laboratoire données et en partant de l'état de santé général du patient.

Dans la plupart des cas, la médecine moderne dispose d'un arsenal suffisant de produits médicaux pour assurer le déroulement normal de la grossesse chez les femmes diabétiques et la naissance d'un enfant en bonne santé.

L'importance de la planification de la grossesse

La conception de l'enfant est le moment crucial pour chaque couple marié. Les tests réussis, l'identification des pathologies indésirables et leur retrait avant le début de la grossesse sont la garantie de la naissance d'un bébé en bonne santé.

Une charge supplémentaire sur le corps d'une femme enceinte souffrant de perturbations endocriniennes entraîne des perturbations dans le développement de l'enfant à naître.

De plus, l'embryon ne produit pas sa propre insuline pendant trois mois au maximum et utilise les réserves maternelles, ce qui n'est pas suffisant pour une production hormonale insuffisante ou une mauvaise digestion par le corps de la femme.

Lorsque l'hyperglycémie d'une femme enceinte, le taux de sucre augmente dans le sang de l'enfant à naître, ce qui entraîne la glycosylation des protéines (le matériau de construction le plus important pour chaque organe) et se heurte à des pathologies en développement.

Le problème de la conception imprévue réside dans sa détection intempestive. cycle menstruel inconsistant et irrégulières dans le diabète révèle la grossesse est généralement le deuxième ou troisième mois, ce qui pourrait entraîner des conséquences fatales pour l'enfant à naître, il est dans cette période commencent à se former ses organes vitaux. La pathologie peut être dans le développement du système cardio-vasculaire, la colonne vertébrale, la poitrine, le ventre et les autres.

Tests requis

Avant de concevoir un enfant, une femme - un diabétique doit déterminer personnellement le niveau de glucose dans le corps avec l'aide de l'appareil au moins 5 fois par jour, ainsi que de passer les tests nécessaires et de visiter les professionnels qui peuvent aider à identifier:

  • la présence dans le sang d'hémoglobine glycosylée et sa concentration;
  • hypotension orthostatique ou autres anomalies des indicateurs de pression artérielle au moyen d'une mesure systématique et indépendante à domicile;
  • changements pathologiques dans les reins. Pour cela, la clairance de la créatinine et une éventuelle protéine sont déterminées dans les urines quotidiennes. À l'aide d'un test sanguin biochimique standard, les modifications de la concentration de créatinine et de l'azote de l'urée dans le sang sont détectées.
  • infection des voies urinaires lorsqu'une protéine se trouve dans l'urine;
  • pathologie dans les vaisseaux des yeux vu de l'oculiste;
  • échecs dans le travail du cœur à l'aide de l'électrocardiographie. Cet examen est particulièrement pertinent si l'âge de la femme est supérieur à 35 ans et que le diabète s'accompagne d'une pression artérielle élevée, d'une obésité, d'une néphropathie, de problèmes vasculaires, d'un taux de cholestérol élevé, etc.
  • neuropathie périphérique. Pour cela, les changements dans la sensibilité tactile, la douleur, la température et la vibration dans les extrémités inférieures sont étudiés;
  • neuropathie autonome sous ses différentes formes (cardiovasculaire, gastro-intestinal, urogénital, etc.). Le spécialiste, à sa discrétion, prescrit des études possibles, en fonction de l'état de santé du patient;
  • dynamique de l'hypoglycémie: comme on l'a souvent observé, sa sévérité et sa symptomatologie caractéristique;
  • manifestation de l'impact négatif du diabète sur les vaisseaux périphériques;
  • modifications de la concentration de la thyréostimuline (TSH) et de la thyroxine (T4) dans la glande thyroïde en prenant un test sanguin.

Après avoir passé toutes les recherches nécessaires, l'expert évalue:

  • la possibilité d'une évolution favorable de la grossesse;
  • risque d'un enfant atteint de pathologies;
  • la probabilité de développer des complications indésirables du diabète dues à la grossesse.

Après avoir analysé la situation, le médecin dit à la femme si elle peut tomber enceinte dans ce cas.

Le risque de développer des pathologies chez un futur enfant diabétique chez une future mère est évalué à l'aide de la classification du gynécologue américain R. White, basée sur:

  • présence de complications diabétiques chez une femme;
  • la durée de l'évolution de la maladie endocrinienne;
  • l'âge de la femme chez qui le début de la maladie a été observé.

Risques possibles pour une femme enceinte

Pendant la grossesse, les femmes atteintes de diabète peuvent être exposées aux manifestations indésirables suivantes:

  • avortement spontané (fausse couche), surtout au début;
  • acidocétose;
  • réduction pathologique de la glycémie;
  • complications vasculaires (rétinopathie, néphropathie, neuropathie);
  • ischémie du coeur.

À terme, la survenue de complications obstétricales sous forme de:

  • toxicose tardive;
  • polyhydramnios;
  • naissance d'un enfant avant la 38e semaine de grossesse;
  • infections des voies urinaires.

Les activités génériques peuvent être accompagnées de:

  • force insuffisante, durée et périodicité de l'activité contractile utérine chez la parturiente;
  • rupture des membranes et décharge de liquide amniotique avant le début du travail;
  • privation d'oxygène du fœtus;
  • entraver la naissance des épaules du bébé;
  • traumatisme de naissance des femmes et des enfants.

La césarienne n'est pas exclue. L'opération de livraison artificielle est indiquée lorsque:

  • complications diabétiques exprimées ou progressives;
  • diligence pelvienne du fœtus;
  • grande taille de l'enfant;
  • hypoxie fœtale progressive.

Risques possibles pour l'enfant

Chez les enfants nés de femmes atteintes de diabète, avec un excès constant de taux de glucose dans leur corps, il pourrait y avoir une manifestation de fœtopathie diabétique.
Pour un développement normal du fœtus, le glucose n'est requis que dans une certaine quantité. Relâchez dans un excès de l'organisme maternel au diabète non compensés non seulement conduit à une surproduction d'insuline par l'enfant du pancréas, mais aussi la conversion du glucose en graisse. En conséquence, le bébé naît avec un excès de poids supérieur à 4 000 g (macrosomie).

Leur apparence peut différer considérablement de celle de leurs pairs. Ils sont nés avec:

  • taille corporelle disproportionnée (membres courts, épaules larges et un excès important de l'abdomen par rapport à la taille de la tête);
  • visage gonflé;
  • hémorragies sur le visage, les jambes et les bras;
  • coloration cyanotique de la peau et des muqueuses.
  • risque accru de mortalité périnatale;
  • retard intra-utérin ou déficience développementale;
  • cardiomégalie (hypertrophie du foie, des reins et des glandes surrénales en cas de développement insuffisant).

Dans les premières semaines de la période extra-utérine de la vie de l'enfant, la possibilité de complications n'est pas exclue.

L'adaptation de l'enfant après la naissance est difficile. Il souffre de léthargie. hypotension hyporeflexie infections respiratoires fréquentes.

Lorsqu'une future mère a la cétonurie, l'enfant risque de réduire le coefficient intellectuel.

Le diabète de type 1 peut survenir chez un enfant tout au long de la vie, si cette maladie est susceptible de:

  • mère - le risque est de 1,5%;
  • père - environ 6%;
  • les deux parents - plus de 30%.

Contre-indications

Il n'est pas recommandé de grossesse aux femmes diabétiques avec:

  • avoir plus de 38 ans;
  • formes sévères de néphropathie;
  • hypertension artérielle non contrôlée, lorsque la pression artérielle dépasse 130/80 mm Hg. Art. ne diminue pas à l'aide de médicaments;
  • ischémie du cœur;
  • tuberculose pulmonaire active, pyélonéphrite;
  • rétinopathie proliférative et maculopathie;
  • sauts brusques et incontrôlés de la glycémie;
  • Rhésus - conflit entre le sang d'une femme et d'un enfant;
  • présence de diabète chez les deux partenaires;
  • présence d'une expérience négative de porter un enfant;
  • situation sociale et sociale négative, associée à un stress constant;
  • l'impossibilité de fournir des soins médicaux d'urgence dans les situations nécessaires.

L'interruption de la grossesse, qui présente un risque pour la mère et l'enfant, est possible jusqu'à 12 semaines. Cette décision est prise conjointement par un gynécologue, un thérapeute et un endocrinologue.

Activités préparatoires

Avec un fort désir d'avoir un enfant, une femme doit soigneusement préparer. C'est une étape nécessaire qui peut prendre beaucoup de temps (3-4 mois).

  • Les indicateurs glycohémoglobine ne doivent pas dépasser 6,0%.
  • La mesure du glucose dans le corps doit être faite quotidiennement à jeun et après 60 minutes. après avoir mangé Il est possible de mesurer le niveau de sucre la nuit.
  • Surveiller le niveau de pression artérielle, qui ne doit pas dépasser 130/80 mm Hg. Art. sans utilisation de médicaments.
  • Il est nécessaire d'abandonner les comprimés qui abaissent le niveau de sucre dans le corps et passer à l'insulinothérapie.
  • Observez les principes de la nutrition dans le diabète.
  • Refuser les mauvaises habitudes.
  • Augmenter l'activité physique
  • Minimiser les manifestations de toutes les complications du diabète.

Donner naissance à un enfant diabétique en bonne santé est possible en observant toutes les recommandations des spécialistes, aussi bien pendant la période préparatoire que pendant l’attente de l’apparence du bébé.

Est-il possible de donner naissance à un diabète sucré?

Le désir d'avoir un enfant est le rêve de toute femme. Cependant, lorsque le diagnostic de «diabète» est posé, ces rêves semblent déjà irréalisables et les plans pour le bébé semblent être relégués au second plan. Les femmes ont peur de donner naissance à un enfant malsain, lui donnant une grave maladie. Après tout, il existe toujours une opinion selon laquelle il est impossible de produire des enfants pour les femmes atteintes de diabète. Est-ce vraiment le cas?

Est-il possible d'accoucher avec le diabète?

En effet, ces deux conditions - grossesse et diabète - pour chaque femme sont très graves et importantes. Si plus tôt il y avait des déclarations que dans le diabète ne devrait en aucun cas penser à la naissance d'un enfant, puisque le bébé peut adopter une maladie dangereuse de sa mère, maintenant la pratique a montré que c'est une opinion erronée. Il existe des preuves que, en présence de diabète chez la mère, la probabilité qu'il soit hérité par l'enfant n'est que de deux pour cent. Un peu plus - cinq pour cent - si le père est malade. Dans le cas où le père et la mère souffrent de diabète, ce chiffre est de 25%.

Cependant, malgré tant de chiffres réconfortants, la question de la conception du bébé devrait être traitée de manière responsable. Tout d'abord, une femme est difficile de porter un enfant dans cette situation et il peut juste ce pas manipuler, et d'autre part, il y a un risque que le bébé naisse avec un certain nombre de troubles fonctionnels, et, troisièmement, la femme peut subir une grave détérioration la santé

Ce qu'il faut savoir sur la future mère

Le médecin ne devrait pas empêcher le désir d'un patient diabétique de donner naissance à un enfant. Néanmoins, il est nécessaire de le préparer pour cet événement responsable le plus tôt possible, de préférence à partir de l'âge de l'enfant. Dans cette implication directe, les parents de filles qui ont cette maladie ou qui en ont besoin doivent y participer.

Cela permettra à la fille d'entrer dans la période de procréation à temps pour avoir une connaissance approfondie du développement futur de son mode de vie avec cette maladie. Après tout, dans une situation où une femme qui a précédé la conception d’un enfant pendant de nombreuses années n’a pas atteint le niveau de sucre, il est difficile d’espérer qu’elle aura un bébé en bonne santé. Par conséquent, nous devons prendre cela très au sérieux et penser au fait que l’enfant aura aussi un enfant, et il voudra aussi donner naissance à son enfant. Les parents doivent surveiller en permanence le niveau de glycémie chez les filles atteintes de diabète, ce qui les aidera à acquérir une certaine réserve pour l'avenir de la grossesse et la naissance d'un bébé en bonne santé.

Que faire

Les experts recommandent aux adultes des femmes qui planifient une grossesse, respectent les règles suivantes:

  • Contrairement aux patients réguliers, mesurer le taux de sucre huit fois par jour, plutôt que quatre.
  • Planifier strictement la grossesse. À cet égard, au moins trente jours avant la conception, une femme doit atteindre des valeurs de glucose idéales, c'est-à-dire celles qui correspondent à un patient complètement en bonne santé.
  • Pendant toute cette période, la future mère doit nécessairement être sous la supervision d'un gynécologue et d'un endocrinologue.
  • L'insulinothérapie doit être effectuée uniquement au besoin. La posologie du médicament, en fonction des indicateurs, doit être strictement individuelle, augmentée ou inversement réduite.

Si la patiente ne respecte pas ce régime, alors tout peut se terminer par une interruption de grossesse ou le bébé naîtra avec des pathologies graves des organes visuels, du système nerveux central, des tissus osseux et musculaire. Étant donné que le taux élevé de glucose chez la mère affecte nécessairement ces organes du bébé, qu’elle porte.

Donc, encore une fois, je tiens à vous rappeler que les femmes et les filles atteintes de diabète devraient prendre au sérieux les questions concernant les projets futurs concernant un enfant. Si ce n'est pas encore dans les plans, il vaut la peine de protéger, que les fonds contraceptifs doivent être sélectionnés avec un spécialiste, puisque les femmes souffrant de diabète, tous les médicaments et méthodes ne sont pas autorisés. Si une femme décide encore de devenir mère, elle doit savoir non seulement s'il est possible d'accoucher dans le diabète, mais aussi
sur le cours de la grossesse. À propos de cette histoire ci-dessous.

Diabète: grossesse, accouchement

La solution du problème de la gestion de la grossesse chez les patients diabétiques est urgente, pas seulement dans notre pays. En règle générale, la grossesse et l'accouchement ont lieu avec cette maladie très difficile. Au final, tout cela peut affecter à la fois le développement du fœtus, la morbidité périnatale élevée et la mort.

Actuellement, le diabète sucré est divisé en trois types principaux:

  • Je tape est insulino-dépendant;
  • Type II - indépendant de l'insuline;
  • Type III - diabète gestationnel. Il se manifeste le plus souvent au cours de la grossesse, après vingt-huit semaines. Il se caractérise par une perturbation transitoire de l'utilisation du glucose.

La maladie la plus commune est le premier type. La maladie se manifeste chez les filles pendant la puberté. Les femmes plus âgées souffrent de diabète de type II, son évolution est moins sévère. Le diabète gestationnel est rarement diagnostiqué.

L'évolution du diabète insulino-dépendant est caractérisée par une labilité élevée et passe par des ondulations. Dans le même temps, la symptomatologie du diabète augmente, près de la moitié d’entre eux sont des angiopathies.

Pendant les premières semaines, l'évolution de la maladie est caractéristique sans modifications particulières, même une stabilisation de la tolérance aux glucides est observée, ce qui active la libération d'insuline pancréatique. Notable est l'assimilation du glucose au niveau périphérique. Tout cela contribue à une diminution du niveau de glycémie, une hypoglycémie se produit, nécessitant une dose d'insuline chez la femme enceinte.

Au cours de la seconde moitié de la grossesse, la tolérance aux glucides s'aggrave, ce qui augmente les symptômes de nature diabétique, le taux de glycémie augmente. Durant cette période, il faut plus d'insuline.

Les dernières semaines de grossesse se caractérisent par une amélioration de la tolérance aux glucides, une diminution de la dose d'insuline.

Dans la période post-partum initiale, il y a une diminution du niveau de glycémie, puis à la fin de la semaine, il y a une augmentation.

Au cours de la première moitié de la grossesse, de nombreuses femmes atteintes de diabète ne présentent aucune complication grave. Il est possible, cependant, à une fausse couche spontanée.

Au cours de la seconde moitié, la grossesse peut être compliquée par une infection des voies urinaires, des polyhydramnios, une hypoxie foetale et autres.

Le travail peut être compliqué en raison d'un foetus de grande taille, ce qui entraîne de nombreuses autres complications, notamment le traumatisme de la mère et du fœtus.

La maladie présente chez la mère influe fortement sur le développement du fœtus et sur la santé du nouveau-né. Il existe un certain nombre de caractéristiques distinctives inhérentes aux enfants nés de femmes atteintes de diabète:

  • hémorragies cutanées multiples sur le visage et les membres;
  • la présence de bouffissures sévères;
  • des défauts de développement sont souvent présents;
  • développement de graisse sous-cutanée;
  • grande masse;
  • sous-développement des fonctions des organes et des systèmes.

La conséquence la plus grave de la fœtopathie diabétique est la présence d'un grand nombre de décès périnatals chez l'enfant. Il peut atteindre les femmes qui, pendant la grossesse, n'ont pas été traitées, jusqu'à quatre-vingts pour cent. Si les femmes atteintes de diabète ont bénéficié d'un contrôle médical approprié, le nombre de décès est considérablement réduit. Actuellement, le chiffre est inférieur à 10%.

Les nouveau-nés chez les femmes diabétiques s'adaptent lentement aux conditions de vie en dehors de l'utérus de la mère. Ils sont lents, ils ont une hypotonie et une hyporeflexie, les enfants redonnent lentement du poids. Ces enfants sont plus sensibles aux troubles respiratoires complexes. Une condition importante pour la prise en charge des femmes enceintes devrait rester l’indemnisation du diabète. Même les formes les plus insignifiantes de la maladie doivent être traitées à l'insuline.

Gestion appropriée des femmes enceintes

Au début, il est nécessaire d'identifier les formes de diabète cachées et évidentes.

  • à temps pour déterminer le degré de risque afin de décider de la préservation de la grossesse;
  • la grossesse devrait être planifiée;
  • adhérer à une compensation stricte pour le diabète à toutes les périodes - du moment jusqu'à l’apparition de la grossesse jusqu’à la période post-partum;
  • mesures préventives, ainsi que le traitement des complications;
  • choix de l'heure et méthode de résolution des naissances;
  • réanimation et nourrissons nés;
  • contrôle attentif du bébé pendant la période post-partum.

Les femmes enceintes atteintes de diabète sont en observation, à la fois en ambulatoire et en milieu hospitalier. Ainsi, il est recommandé de faire trois hospitalisations dans un hôpital:

La première, à des fins d’examen d’une femme enceinte, est généralement réalisée aux premiers stades de la grossesse. Sur la base des résultats, la question du maintien de l’accouchement, des procédures préventives et de l’indemnisation pour le diabète sucré est à l’étude.

Contre-indications

Le motif du refus de grossesse peut servir de facteur:

  • Les complications vasculaires qui progressent activement et surviennent, en règle générale, en cas de maladie grave, peuvent compliquer la grossesse et avoir un pronostic défavorable à la fois pour la femme enceinte et pour le fœtus.
  • Types de maladies labiles et insulino-résistantes.
  • Cette maladie affecte à la fois la mère et le père de l'enfant à naître, ce qui augmente considérablement la possibilité de manifestation de la maladie chez l'enfant.
  • La présence d'une combinaison défavorable de facteurs tels que le diabète sucré - la tuberculose active ou la sensibilisation rhésus chez la femme enceinte - qui entraîne une détérioration du pronostic et une aggravation dangereuse du processus.

Dans ce cas, le diabète si de donner naissance ou d'interrompre une grossesse, le problème est résolu l'équipe médicale, qui comprend Obstétriciens, interniste, endocrinologue avant la date limite de douze semaines.

La deuxième orientation vers l’hôpital s’effectue en cas d’aggravation du diabète et de complications au cours de la grossesse dans l’intervalle de vingt et une semaines à vingt-cinq semaines. Un traitement approprié et un ajustement de la dose d'insuline sont effectués.

La troisième hospitalisation est effectuée dix à douze semaines après la seconde dans le but de surveiller de près le contrôle du fœtus, la thérapie de restauration, de déterminer le temps et les méthodes de résolution du travail.

Lors du contrôle de la grossesse, les principes suivants doivent être observés:

  • Compensation substantielle pour le diabète, impliquant tout d'abord la normalisation du métabolisme glucidique d'une femme enceinte. Sur un estomac vide, le niveau de glycémie (mmol / l) est prescrit entre 3,3 et 4,4 et deux heures après avoir mangé - 6.7.
  • Contrôle métabolique approprié;
  • Mise en œuvre de la nutrition diététique - la teneur en calories des aliments ne doit pas dépasser le taux journalier moyen. Dans le même temps, plus de la moitié de la quantité totale est constituée de glucides, un tiers de lipides et 15% de protéines. Aussi dans le régime alimentaire dans le volume requis doit être des vitamines et des minéraux présents;
  • Mesures préventives prudentes et traitement rapide des complications obstétricales.

Il ne faut pas oublier que la grande sensibilité des femmes enceintes à la formation de formes complexes de toxémie tardive et d'autres conséquences graves de la grossesse, nécessite un contrôle très prudent sur la croissance du poids, la pression artérielle, les principales analyses. De plus, la patiente elle-même doit observer strictement le schéma de grossesse.

Planification de la livraison

En règle générale, les conditions de naissance sont déterminées dans un ordre strictement individuel, en tenant compte de la gravité de l’évolution de la maladie et d’autres facteurs. Avec le diabète, les systèmes fonctionnels du fœtus ne peuvent être écartés plus tard. Une attention particulière doit donc être portée à la livraison en temps opportun. Mais en raison de la manifestation de nombreuses complications à la fin de la grossesse, il est nécessaire de donner naissance à un maximum de trente-huit semaines.

Lors de la planification des naissances chez le fœtus d'une femme enceinte qui souffre de diabète, vous devez évaluer le degré de maturité. La meilleure option pour une femme et un fœtus est de permettre les naissances naturellement. Ils doivent être administrés sous un contrôle glycémique continu, en utilisant une anesthésie et une insulinothérapie appropriées.

Compte tenu des caractéristiques typiques du diabète pour l'accouchement, les mesures suivantes sont recommandées:

  • Préparez généralement le canal de naissance.
  • Comme la volonté de procéder à l'initiation du travail, en commençant par une amniotomie. Si les fonctions d'activité normale utilisent le canal de naissance naturel, en utilisant des antispasmodiques.
  • Pour éviter les forces d'inertie de l'utérus secondaire lorsque l'utérus ouvrira sept à huit centimètres, conduire ocytocine et arrêter d'entrer, selon le témoignage, jusqu'à ce que le bébé est né.
  • Des mesures doivent être prises pour prévenir l’hypoxie fœtale, le contrôle des autres indicateurs du fœtus.
  • Il est obligatoire de prévenir la décompensation du diabète. Il est nécessaire dans une heure ou deux de mesurer le niveau de glycémie de la mère lors de l'accouchement.
  • Afin d'éviter la faiblesse des tentatives, lorsqu'une ceinture scapulaire massive apparaît dans le fœtus, il est nécessaire d'activer le processus avec l'ocytocine.
  • S'il y a une faiblesse secondaire des forces de naissance ou de l'hypoxie fœtale, alors l'intervention chirurgicale dans le processus de la naissance à l'aide de forceps obstétriques après l'épisiotomie.
  • En cas d'indisponibilité du canal génital, il n'y a pas de résultat de l'excitation du travail ou des signes d'augmentation de l'hypoxie fœtale sont trouvés, une césarienne est effectuée.

Aujourd'hui, avec le diabète, il n'y a pas d'indications inconditionnelles pour une césarienne planifiée. Dans le même temps, les experts désignent pendant la grossesse de telles indications:

  • Présence de conséquences croissantes du diabète et de la grossesse.
  • Avec présentation pelvienne du fœtus.
  • Une femme enceinte a un gros fruit.
  • Il y a une hypoxie fœtale croissante.

Réanimation des nouveau-nés

L'objectif principal de cet événement, réalisé avec des nouveau-nés de femmes atteintes de diabète, est un choix adéquat d'activités pour la réanimation en tenant compte de la condition du bébé. Il reçoit 10% de glucose dans le cordon ombilical immédiatement après la naissance. Ensuite, toutes les procédures nécessaires sont effectuées selon les indications disponibles.

Si les diabétiques peuvent devenir enceintes et si les accouchements sont autorisés

L'une des étapes les plus importantes de la vie d'une femme est la grossesse. À ce moment, le futur enfant est formé dans l'utérus de sa mère, alors son corps devrait être prêt à supporter de lourdes charges. A ce propos, la question se pose: est-il possible de donner naissance à un diabète sucré?

Risques et complications possibles

Auparavant, le diabète sucré constituait un obstacle sérieux à l'acquisition d'enfants. Les médecins n'ont pas recommandé de commencer un bébé, car on pensait que l'enfant héritait non seulement de la maladie de ses parents, mais aussi d'une forte probabilité de naître avec des pathologies.

La médecine moderne aborde cette question différemment. Aujourd'hui, la grossesse avec le diabète est considérée comme normale, sans entraver l'accouchement. Existe-t-il une interdépendance entre le diabète et l’accouchement? Sur la base de recherches médicales et d'observations, la probabilité de transférer le diabète à un futur enfant est établie.

Donc, si sa mère est malade, les chances de transférer la maladie au fœtus ne sont que de deux pour cent. Les diabétiques peuvent avoir des enfants atteints de diabète et des hommes. Mais si le père est malade, la probabilité de transmission héréditaire de la maladie augmente et est de cinq pour cent. C'est bien pire si le diabète est diagnostiqué chez les deux parents. Dans ce cas, la probabilité de transmission de la maladie est de vingt-cinq pour cent, ce qui constitue la base de l’interruption de grossesse.

Autodiscipline, respect strict des rendez-vous chez le médecin, surveillance constante de la glycémie dans le sang et surveillance d'un spécialiste - tout cela affecte favorablement le déroulement normal et l'issue de la grossesse.

Le contrôle du sucre dans le corps d'une femme enceinte revêt une importance particulière. Les changements dans cet indicateur peuvent avoir un impact négatif non seulement sur la mère, mais aussi sur le fœtus.

Les organismes de la mère et du bébé pendant la grossesse sont inextricablement liés. Avec une augmentation du niveau de glucose dans le corps d'une femme, le fruit reçoit une quantité excessive de sucre. En conséquence, avec son absence, le fœtus détecte une hypoglycémie. Compte tenu de l’importance du sucre dans le développement et le fonctionnement normal du corps humain, cette affection peut conduire à l’apparition de pathologies associées au retard du développement du fœtus.

Les sauts de sucre sont encore plus dangereux, car ils peuvent provoquer une fausse couche. Il est également nécessaire de prendre en compte le fait que l'excès de glucose a la propriété de s'accumuler dans le corps de l'enfant, entraînant la formation de dépôts graisseux. Cela augmente le poids du bébé, ce qui peut nuire au processus de la grossesse (la naissance sera compliquée et le fœtus peut être gravement blessé en quittant l'utérus de la mère).

Dans certains cas, les nouveau-nés peuvent avoir une diminution du taux de glucose dans le sang. Cela est dû aux particularités du développement intra-utérin. Le pancréas d'un enfant qui produit de l'insuline est obligé de le libérer en grande quantité à cause de la consommation de sucre provenant du corps de la mère. Après la naissance, l'indicateur est normalisé, mais l'insuline est produite dans la même quantité.

Ainsi, bien que le diabète ne constitue pas aujourd'hui un obstacle à la naissance d'un enfant, les femmes enceintes, pour éviter les problèmes, devraient contrôler strictement le taux de glucose dans le sang. Ses changements brusques peuvent mener à une fausse couche.

Contre-indications à la maternité

Malgré les progrès de la médecine moderne, dans certains cas, les médecins recommandent de mettre un terme à la grossesse.

Le fait est que le diabète est une menace pour le corps humain. Il exerce une charge importante sur bon nombre de ses organes et systèmes, ce qui augmente considérablement avec le début de la grossesse. Une telle situation peut menacer non seulement le fœtus, mais aussi la santé de la mère.

Aujourd'hui, il n'est pas recommandé que les femmes deviennent enceintes si elles ont:

  • diabète insulino-résistant avec tendance à l'acidocétose;
  • tuberculose active;
  • Conflit rhésus;
  • cardiopathie ischémique;
  • maladie rénale (insuffisance rénale sévère);
  • gastro-entéropathie (sous forme sévère).

La détection du diabète chez les deux parents, comme déjà mentionné ci-dessus, est également une contre-indication. Mais la décision d'interrompre la grossesse ne peut être prise qu'après consultation de spécialistes qualifiés (endocrinologue, gynécologue, etc.). Les diabétiques peuvent-ils avoir des enfants en présence de telles complications? Dans la pratique médicale, il y a suffisamment d'exemples de la façon dont les parents malades ont donné naissance à des enfants absolument en bonne santé. Mais parfois, le risque pour la mère et le fœtus est trop important pour garder le bébé.

En tout cas, la grossesse avec le diabète doit être planifiée et non spontanée. Et pour commencer la préparation, il faut trois à six mois avant la conception prospective. Pendant cette période, la femme devrait contrôler sa glycémie dans le sang, refuser de prendre des médicaments supplémentaires et des complexes multivitaminés. Pendant cette période, il est intéressant de trouver des spécialistes qualifiés pour observer le déroulement de la grossesse.

En outre, une femme doit se préparer psychologiquement à une future grossesse et au processus d’accouchement. Ils sont très susceptibles d'être lourds. Les spécialistes ont souvent recours à la césarienne. Il faut être prêt à devoir passer beaucoup de temps dans un hôpital.

Diabète gestationnel

Les femmes enceintes sont sensibles au diabète gestationnel. Ce phénomène n'est pas considéré comme une maladie. Selon les statistiques, un problème similaire se produit chez environ cinq pour cent des femmes en bonne santé portant un enfant. En d'autres termes, le diabète gestationnel peut se manifester même chez une personne qui n'a jamais souffert de diabète. Un phénomène similaire se produit généralement la vingtième semaine.

Ceci est un effet temporaire qui ne persiste que pendant la grossesse. À la fin, les écarts disparaissent. Toutefois, si la femme décide de donner naissance à plus d’enfants, le problème peut réapparaître.

Ce phénomène nécessite une étude plus approfondie, car le mécanisme de son apparition n'est pas encore complètement compris. On sait qu'un tel diabète est causé par des changements hormonaux. L'organisme de la femme enceinte produit des hormones en plus grande quantité, car elles sont nécessaires au développement harmonieux de l'enfant dans l'utérus. Dans certains cas, les hormones affectent la production d'insuline, bloquant sa libération. En conséquence, le niveau de glucose dans le sang d'une femme enceinte augmente.

Pour donner naissance à un diabète sucré gestationnel, il est nécessaire de consulter un médecin à temps. Pour ce faire, vous devez savoir quels symptômes indiquent son développement. Il y a des signes suivants de GDD:

  • mictions fréquentes;
  • démangeaisons, peau sèche;
  • la furonculose;
  • augmentation de l'appétit, accompagnée d'une diminution du poids corporel.

Lors de l'identification de ces symptômes, vous devez immédiatement contacter un spécialiste qui surveille la grossesse.

Grossesse

Pendant cette période, une femme devrait être constamment sous la supervision d'un médecin. Cela ne signifie pas qu'elle doit rester à l'hôpital. Juste besoin de consulter constamment un spécialiste et de surveiller attentivement le taux de glucose. La grossesse et l’accouchement chez les diabétiques de type I et II ont leurs propres caractéristiques.

Les actions et comportements de la mère de l'enfant dépendent directement de la période:

  1. Premier trimestre Tout d'abord, il est nécessaire de réduire le niveau de consommation d'insuline. Cela se fait exclusivement sous la supervision du médecin traitant. Comme à ce moment commence la formation des organes les plus importants du fœtus, la femme doit constamment contrôler le sucre. Doit adhérer au régime numéro neuf. L'utilisation de bonbons est strictement interdite. La teneur totale en calories des aliments consommés pendant la journée ne devrait pas dépasser 2500 kcal. Pour éviter le développement de complications et de pathologies, une femme enceinte doit subir une hospitalisation planifiée.
  2. Deuxième trimestre. Période relativement calme. Mais à partir de la treizième semaine, le taux de sucre dans le sang d'une femme peut augmenter. Dans ce cas, des injections supplémentaires d'insuline sont nécessaires. Parfois une dix-huitième semaine d'hospitalisation, mais la question de sa nécessité est tranchée par un spécialiste.
  3. Troisième trimestre. A ce moment, la préparation à la prochaine naissance commence. Comment accoucher dans le diabète dépend directement de l'évolution de la grossesse dans les deux termes précédents. Si des complications ne surviennent pas, la naissance aura lieu normalement. Sinon, la césarienne est utilisée. La surveillance permanente d'un néonatologiste, d'un gynécologue et d'un endocrinologue est obligatoire.

Avant la naissance, le taux de sucre dans le sang de la femme est mesuré et une injection d'insuline de la mère et de son fœtus est introduite.

Ainsi, le diabète n'est pas toujours un obstacle à la procréation. Grâce au développement de la médecine moderne, une femme diabétique peut donner naissance à un bébé en bonne santé. Cependant, il existe certaines contre-indications dans lesquelles il n'est pas recommandé d'avoir des enfants.

Le flux de travail dépend directement du comportement de la future mère, de sa discipline et de sa maîtrise de soi. La surveillance régulière des spécialistes, les examens périodiques et le contrôle du glucose sont le gage de la naissance d'un enfant en bonne santé.

Est-il possible de donner naissance à un diabète et de donner naissance à des enfants en bonne santé?

Est-il possible d'accoucher avec le diabète? Si, il y a une vingtaine d'années, les médecins ont affirmé avec confiance qu'avec le diabète, il était impossible de devenir enceinte et de donner naissance à un enfant, mais maintenant leur opinion a changé. Avec une telle maladie, à condition que toutes les recommandations du médecin soient satisfaites, il est possible de donner naissance à un enfant en parfaite santé et de ne pas nuire à sa santé.

Néanmoins, la jeune fille doit comprendre qu’avec le diabète, il est nécessaire de faire preuve de patience, car la majeure partie de la grossesse devra être passée à l’hôpital. C'est le seul moyen d'éviter les complications probables du diabète sucré.

Il y a des cas où une femme est catégoriquement interdite d'accoucher, car il existe un risque possible non seulement pour sa vie, mais aussi pour le développement normal du fœtus.

Les gynécologues et les endocrinologues conseillent à une femme d'interrompre une grossesse dans de tels cas:

  1. les deux parents sont atteints de diabète de type 1, 2;
  2. il existe un diabète insulino-résistant ayant tendance à développer une acidocétose;
  3. diabète juvénile diagnostiqué, qui est compliqué par l'angiopathie;
  4. la femme a une phase de tuberculose active;
  5. il y a un conflit entre le facteur Rh chez les futurs parents.

Cette recommandation est pertinente pour toutes les femmes, quel que soit leur âge.

Types de diabète chez les femmes enceintes

Comme en violation de la production d'insuline, vous pouvez avoir beaucoup de complications graves qui vont nuire à la mère et au fœtus, les médecins sont particulièrement attentifs à l'évolution de la grossesse chez les diabétiques.

Pendant la gestation d'un enfant, une femme peut être identifiée comme l'un des types de diabète. La forme latente de la pathologie n'apparaît pas en externe, mais on peut en apprendre davantage sur la maladie à partir des résultats d'un test sanguin pour le glucose.

Une autre situation se présente lorsqu'une forme menaçante de diabète sucré se développe chez les femmes présentant une prédisposition héréditaire ou autre à la maladie. Habituellement, il est habituel d'inclure dans ce groupe des patients présentant de tels facteurs aggravants:

  1. mauvaise hérédité;
  2. la glucosurie;
  3. surpoids

En outre, une forme de diabète menaçante peut se développer si une femme donne naissance plus tôt à un enfant de plus de 4,5 kg.

Certaines femmes parturientes souffrent de diabète manifeste, confirmé par des analyses de sang et d'urine. Si l'évolution de la maladie est légère, les valeurs de glucose dans le sang ne dépassent pas 6,66 mmol / litre et l'urine ne présente pas de corps cétoniques.

À une gravité moyenne du diabète, la concentration de sucre dans le sang atteindra 12,21 mmol / litre et les corps cétoniques présents dans l'urine sont présents en petites quantités, mais ils peuvent ne pas l'être du tout. Cette condition peut être complètement éliminée si vous suivez le régime recommandé.

La forme sévère du diabète, beaucoup plus dangereuse, est diagnostiquée avec du glucose à partir de 12,21 mmol / litre. Parallèlement, le taux de corps cétoniques dans l'urine du patient augmente rapidement. Avec le diabète évident, il y a de telles complications de la condition:

  • dommages à la rétine de l'œil;
  • maladie hypertensive;
  • pathologie rénale;
  • cardiopathie ischémique dans le diabète sucré;
  • ulcère trophique dans le diabète sucré.

Lorsque le taux de sucre dans le sang augmente, il s'agit d'abaisser le seuil de glucose rénal. Lorsque la grossesse est activement produite, l'hormone progestérone augmente seulement la perméabilité des reins pour le sucre. Par conséquent, presque toutes les femmes atteintes de diabète reçoivent un diagnostic de glucosurie.

Afin de ne pas faire face à des complications dangereuses, il est nécessaire de contrôler quotidiennement les indicateurs de sucre, en raison de l'étude du sang à jeun. Le résultat doit être répété si un chiffre supérieur à 6,66 mmol / litre est obtenu. De plus, une étude est menée sur la tolérance au glucose.

Lorsque le diabète est menaçant, il est nécessaire d'effectuer des tests répétés pour le profil glycémique et glycémique.

Puis-je tomber enceinte et accoucher en cas de diabète?

Une femme qui souffre d'une maladie du sucre, avant de planifier une grossesse, devrait consulter un médecin et savoir s'il est possible de donner naissance à un diabète sucré? Cette maladie est divisée en deux types et, dans deux cas, une femme devra maintenir un contrôle du poids corporel pour la réussite de la naissance d'un enfant. La menace pour le diabète de type 1 est beaucoup plus grande, tandis que l'accouchement est autorisé si, pendant la grossesse, il n'y a pas eu de complications.

Ce que vous devez savoir sur une femme enceinte atteinte de diabète

Lorsque survient la question de la naissance d'un enfant, une femme atteinte de diabète doit savoir ce qui l'attend pendant la grossesse. Les situations peuvent être les suivantes:

  • il y a une menace de ne pas endurer le bébé;
  • le bébé naîtra avec beaucoup de pathologies;
  • l'accouchement et la grossesse peuvent nuire à la santé d'une femme.

Si une femme décide de devenir mère, vous devez prévoir une grossesse en moyenne pendant 3 mois. La grossesse est spontanée, en cas de diabète, indésirable. Puisque le corps d'une femme se prépare à concevoir et que l'indice de sucre est corrigé. La préparation est également nécessaire sur le plan psychologique.

En observant toutes les références des médecins, il y a une probabilité de courant normal de grossesse et une naissance d'un enfant en bonne santé. Lorsque le diabète n'est pas suffisamment compensé, des complications surviennent, les accouchements sont programmés pour 37 semaines. Souvent recourir à la méthode de la césarienne.

Beaucoup de femmes ont peur de s'habituer à l'insuline, ce qui ne sera pas facile à refuser. Ceci est une illusion. Il n'y a pas de dépendance dans la période post-partum. Lorsqu'il n'est pas nécessaire de compenser la maladie, aucune injection n'est effectuée.

Maintien et autorisation de l'accouchement

À la fin de la grossesse, une femme présente une toxicose lourde et il existe un risque de mort fœtale. Une résolution rapide du travail chez une femme enceinte atteinte de diabète est donc nécessaire. Il ne faut pas oublier que cette autorisation de naissance entraîne l’immaturité du nouveau-né, que les troubles respiratoires augmentent, que le taux de mortalité augmente, que la dystonie des épaules augmente.

Il est très important de ne pas manquer ce moment et d'accoucher rapidement si la condition de la mère ou de l'enfant s'aggrave. Dans cette situation, il est nécessaire de savoir que le fœtus est suffisamment mature.

Lors de l'accouchement, il existe une mobilité et une modification du glucose, de sorte que le contrôle du sucre est une perfusion continue de petites doses d'insuline. Stress lors de l'accouchement - la peur et la douleur entraînent une augmentation de l'indice de sucre et l'apparition éventuelle d'une acidose. À la naissance d'un fœtus de grande taille, la perte de sang peut entraîner un déclin rapide de l'indice du sucre et du coma.

Si la méthode d'excitation du travail est appliquée, la femme doit prendre les aliments comme d'habitude et recevoir la dose habituelle du médicament. Le jour de l'excitation de l'accouchement, vous ne pouvez pas manger, l'insuline n'est pas appliquée. Lorsque le taux de sucre est mesuré à jeun, le glucose est administré à 5%.

La procédure de livraison spontanée a le même processus. Si le médicament intermédiaire a été introduit avant la livraison initiale, la dose est réduite. Avec l'infection, la fièvre et d'autres problèmes, ainsi que l'obésité, les femmes enceintes qui reçoivent> 100 unités d'insuline reçoivent une augmentation de la dose.

Problèmes possibles et mesures préventives

Quel est le risque d'une femme enceinte?

  • interruption possible de grossesse pendant moins de 28 semaines;
  • livraison anticipée après 28 semaines;
  • toxicose au premier et deuxième trimestre de la grossesse;
  • infection du système génito-urinaire;
  • problèmes dans le développement du fœtus;
  • la mort du fœtus dans l'utérus, la mort de l'enfant - si les poumons du nouveau-né sont sous-développés.

Les complications affectent la condition de la femme enceinte. La toxicité au cours des premiers mois se manifeste par une augmentation de la salivation, des nausées et des vomissements. La seconde moitié de la grossesse se caractérise par des poches, une augmentation de la pression artérielle et une prédominance des protéines dans les urines.

Lorsqu'une femme ressent des crampes et des douleurs douloureuses à l'abdomen, cela entraîne un risque de fausse couche et de naissance prématurée. Le sang est également possible.

Très grave moment de la maladie sont des mesures préventives des complications révélées pendant la grossesse. Ils sont capables de maintenir une valeur glycémique normale en utilisant un régime alimentaire spécial, l’ordre alimentaire, et ne permettent pas les sauts rapides.

  1. Manger plus souvent, au moins 6 fois par jour. Il est nécessaire que le corps reçoive constamment de l'énergie et des nutriments. Il est nécessaire d'exclure la réception de glucides rapides (bonbons, confitures, sucre).
  2. Les vitamines dans un grand volume, les minéraux et les protéines doivent être présents dans les aliments.
  3. Surveiller quotidiennement le poids corporel, mesurer la pression, la circonférence de l'abdomen. Il est nécessaire de ne pas manquer les symptômes du développement de la gestose, cela se produit chez les femmes enceintes atteintes de diabète.

Avec le médecin devrait convenir sur le menu, combien il faut pour consommer des calories aussi des charges possibles. Fondamentalement, l'exercice consiste à marcher et à pratiquer une gymnastique légère. La prévention aide à améliorer le métabolisme, à réduire le glucose et le cholestérol, à empêcher l'accumulation de poids excessif. Il est recommandé de visiter la piscine, les cours d'aquagym.

Pour prévenir les complications possibles, une hospitalisation est nécessaire en termes problématiques. Fondamentalement, il est suggéré d’aller à l’hôpital 3 fois.

  1. Le stade du diagnostic.
  2. À la semaine 22-24
  3. À la semaine 32-34.

Pendant ces périodes, une menace est possible. Par conséquent, une surveillance accrue est nécessaire pour sélectionner la dose d'insuline nécessaire.

Ne pas hésiter à l'hospitalisation, car la santé et la vie du bébé dépendent du contrôle des spécialistes. Il faut faire confiance aux médecins pour que le bébé naisse en bonne santé, adhère à toutes les prescriptions du traitement, à la nutrition.

S'il est possible de donner naissance à un diabète: conduire des trucs à un diabétique

Porter et donner naissance à un enfant atteint de diabète sucré n'est pas chose facile, mais c'est possible. Il y a quelques décennies, les médecins pensaient qu'il était impossible de devenir enceinte et de donner naissance à un enfant en bonne santé aux diabétiques.

Entre-temps, de nombreuses méthodes ont été développées pour devenir une mère pour les patients diabétiques. Cependant, il est important de comprendre que les femmes avec un diagnostic doivent avoir de la patience, l'engagement, puisque la plupart des femmes enceintes doivent passer du temps à l'hôpital, afin d'éviter les complications possibles.

Types de diabète sucré pendant la grossesse

En raison du fait que pour les patients atteints de diabète pendant la grossesse, vous pouvez faire toutes sortes de complications graves qui causent des dommages à la mère et l'enfant à naître, les médecins sont sérieux au sujet d'un problème similaire, et en regardant attentivement enceinte.

Plusieurs types de diabète peuvent être observés pendant la grossesse:

  • Avec la forme latente de la maladie, les symptômes de la maladie n'apparaissent pas de manière externe, cependant, les médecins apprennent la présence de la maladie en fonction des résultats des analyses de sang pour les indicateurs de sucre.
  • Une forme menaçante de la maladie apparaît chez les femmes pendant la grossesse, ayant une prédisposition génétique et autre à ce type de maladie. En particulier, un tel groupe peut inclure enceinte ayant l'hérédité négative, glycosurie, ayant un poids corporel excessif, mais aussi les femmes qui ont été victimes d'avoir des enfants pesant plus de 4,5 kg.
  • Le diabète sucré explicite peut être diagnostiqué à l'aide des résultats des analyses d'urine et de sang pour déterminer la teneur en sucre. Dans le cas du diabète sucré léger, les valeurs de la glycémie ne dépassent pas 6,66 mmol / litre, tandis que l'urine ne contient pas de substances cétoniques. Dans le cas du diabète de niveau de gravité modérée de sucre dans le sang est jusqu'à 12,21 mg / litre, substance cétoniques dans les urines ou ne sont pas identifiés ou sont contenus dans de petites quantités et peuvent être éliminés en suivant certains régime thérapeutique.

La forme sévère du diabète sucré est diagnostiquée avec des valeurs de glycémie supérieures à 12,21 mmol / litre, en parallèle, la quantité de substances cétoniques augmente considérablement.

Y compris le diabète apparent peut rencontrer des complications telles que l'insuffisance rénale, la rétine (rétinopathie diabétique), les ulcères trophiques, l'hypertension, la maladie du myocarde ischémique.

L'augmentation de la quantité de sucre dans l'urine des femmes enceintes est le plus souvent associée à une diminution du seuil de glucose rénal. Pendant la grossesse, les femmes commencent à développer activement la progestérone, ce qui augmente la perméabilité des reins au glucose. Pour cette raison, presque toutes les femmes qui décident de donner naissance à un diabète peuvent détecter la glucosurie.

Pour éviter que les futures mères ne rencontrent de graves complications, il faut surveiller le taux de sucre chaque jour en effectuant une analyse du sang à jeun. Avec des valeurs de glycémie supérieures à 6,66 mmol / litre, vous devez passer un autre test de tolérance au glucose. En outre, avec le diabète menaçant, il est nécessaire de subir un examen répété du profil glycosurique et glycémique.

Diabète gestationnel pendant la grossesse

Ceci est un autre type de maladie qui peut se développer pendant la période de gestation chez les femmes enceintes. Ce phénomène n'est pas considéré comme une maladie et se développe chez 5% des femmes en bonne santé à 20 semaines de grossesse.

Contrairement au diabète conventionnel, le diabète gestationnel disparaît après la naissance d'un enfant. Cependant, si une femme a besoin de donner naissance à nouveau, une rechute peut se développer.

À l'heure actuelle, les causes du diabète gestationnel ne sont pas bien comprises. On sait seulement que le diabète gestationnel chez la femme enceinte se développe en raison de changements hormonaux.

Comme on le sait, le placenta chez la femme enceinte produit activement des hormones responsables du développement harmonieux du fœtus. Parfois, ces hormones peuvent bloquer la production d'insuline chez la mère, ce qui fait que le corps devient moins sensible à l'insuline et que le taux de glycémie augmente.

Comment se reflète l'augmentation du taux de glucose chez le fœtus?

Lorsque vous augmentez ou diminuez le taux de sucre dans le sang, l’enfant souffre. Si le sucre monte brusquement, le fœtus reçoit également une quantité excessive de glucose dans le corps. En cas de pénurie de glucose, la pathologie peut également se développer du fait que le développement intra-utérin se produit avec un retard important.

Particulièrement dangereux pour les femmes enceintes, lorsque le taux de sucre augmente considérablement ou diminue, il peut provoquer une fausse couche. De plus, avec le diabète, l'excès de glucose s'accumule dans le futur du bébé, je vais me transformer en dépôts graisseux.

Par conséquent, en raison de la taille trop grande de l'enfant, la mère devra accoucher beaucoup plus longtemps. Le risque de détérioration de l'humérus chez le nourrisson à la naissance est également accru.

Chez ces enfants, le pancréas peut produire une teneur accrue en insuline pour faire face à la surabondance de glucose chez la mère. Après la naissance, l'enfant a souvent un faible taux de sucre.

Contre-indications pour la grossesse

Malheureusement, il arrive parfois qu’une femme ne soit pas autorisée à donner naissance à un enfant, car cela peut être dangereux pour sa vie et menacer son développement. En règle générale, les médecins recommandent d’interrompre la grossesse avec le diabète dans les cas suivants:

  1. Les deux parents sont diagnostiqués avec le diabète sucré;
  2. Un diabète résistant à l'insuline avec une tendance à l'acidocétose a été identifié;
  3. Le diabète juvénile compliqué par l'angiopathie a été identifié.
  4. La femme enceinte reçoit en outre un diagnostic de tuberculose active.
  5. Le médecin détermine en outre le conflit des facteurs Rh chez les futurs parents.

Comment manger des femmes enceintes atteintes de diabète

Si les médecins ont déterminé qu'une femme pouvait accoucher, une femme enceinte devrait faire tout ce qui est nécessaire pour compenser le SD. Tout d'abord, le médecin nomme un régime thérapeutique numéro 9.

Dans l'apport alimentaire, on peut consommer jusqu'à 120 grammes de protéines par jour, tout en limitant la quantité de glucides à 300-500 grammes et les graisses entre 50 et 60 grammes.

De l'alimentation il faut exclure complètement le miel, la confiserie, le sucre. Le contenu calorique des aliments par jour ne doit pas dépasser 3000 Kcal. Dans le même temps, le régime alimentaire devrait comprendre des aliments contenant des vitamines et des oligo-éléments, nécessaires au développement complet du fœtus.

Y compris important d'observer la fréquence des apports alimentaires en insuline dans l'organisme. La prise de médicaments pour les femmes enceintes étant interdite, les femmes atteintes de diabète doivent s'injecter de l'hormone par injection.

Hospitalisation des femmes enceintes

Comme les besoins en hormone insulinique pendant la période pendant laquelle l'enfant est porteur varient, les femmes enceintes atteintes de diabète sucré sont hospitalisées au moins trois fois.

  • La première fois qu'une femme doit être hospitalisée après le premier traitement chez un gynécologue.
  • La deuxième fois, les femmes enceintes atteintes de diabète ont été hospitalisées à 20-24 semaines de grossesse, lorsque le besoin en insuline change souvent.
  • À 32-36 semaines, il existe un risque de toxicose tardive, qui nécessite une surveillance attentive de l’état de l’enfant à naître. À ce moment, les médecins décident du moment et du mode de livraison.

Si le patient ne passe pas par une hospitalisation, l’obstétricien et l’endocrinologue doivent être examinés régulièrement.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Santé et médecine

ContenuUn taux de cholestérol inférieur dans le sang peut être non seulement une revue de la nutrition, mais aussi à l'aide de recettes spécifiques.

En ce qui concerne la rapidité de réduction de la glycémie à la maison, il existe de nombreux conseils et recommandations. Chaque personne peut choisir elle-même le moyen le plus approprié pour réduire le glucose, car si vous ne freinez pas la croissance de l'indicateur, des complications et des réactions négatives suivront, qui affecteront immédiatement la santé du diabétique.

Le niveau hormonal idéal est la base du développement complet du corps humain.