loader

Principal

Les causes

Quelles sont les causes du diabète sucré: pourquoi cela se produit chez les adultes et les enfants, les causes de l'apparition

Le diabète sucré est une maladie qui se développe dans le système endocrinien, qui se traduit par une augmentation des indicateurs de sucre dans le sang d'une personne et d'insuffisance chronique d'insuline.

Cette maladie perturbe le métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. Selon les statistiques, l'incidence du diabète sucré augmente chaque année. Cette maladie affecte plus de 10% de la population totale dans différents pays du monde.

Le diabète sucré survient lorsque l'insuline chronique ne suffit pas à réguler la glycémie. L'insuline est une hormone formée dans le pancréas appelée îlots de Langerhans.

Cette hormone participe directement au métabolisme des glucides, des protéines et des graisses dans les organes humains. Le métabolisme des glucides dépend de la consommation de sucre dans les cellules des tissus.

L'insuline active la production de sucre et augmente les réserves de glucose dans le foie en produisant un composé glucidique spécial de glycogène. De plus, l'insuline empêche la dégradation des glucides.

L'insuline affecte principalement le métabolisme des protéines en améliorant la libération des protéines, des acides nucléiques et en prévenant la dégradation de la protéine.

L'insuline agit comme conducteur de glucose actif dans les cellules adipeuses, améliore la libération de corps gras, permet aux cellules de fournir aux tissus l'énergie nécessaire et prévient la décomposition rapide des cellules graisseuses. L'inclusion de cette hormone favorise l'entrée dans les tissus cellulaires du sodium.

Les fonctions fonctionnelles de l'insuline peuvent être perturbées si le corps subit une pénurie aiguë d'insuline pendant l'isolement, ainsi que l'effet de l'insuline sur les tissus des organes.

Un manque d'insuline dans les tissus cellulaires peut se produire si le pancréas est endommagé, ce qui entraîne la destruction des îlots de Langerhans. Qui sont responsables de reconstituer l'hormone manquante.

Quelles sont les causes du diabète sucré?

Le diabète sucré du premier type survient précisément en l'absence d'insuline dans l'organisme provoquée par un pancréas inadéquat, alors que moins de 20% des cellules des tissus capables de fonctionner pleinement.

La maladie du deuxième type survient si l'effet de l'insuline a été perturbé. Dans ce cas, une affection se développe, appelée résistance à l'insuline.

La maladie est exprimée par le fait que la norme de l'insuline dans le sang est constante, mais sur les tissus, elle n'agit pas correctement en raison de la perte de sensibilité cellulaire.

Lorsque l'insuline n'est pas suffisante dans le sang, le glucose ne peut pas pénétrer complètement dans la cellule, ce qui entraîne une forte augmentation de la glycémie. En raison de l'apparition de méthodes alternatives de traitement du sucre dans les tissus, le sorbitol, le glycosaminoglycane et l'hémoglobine glyquée s'accumulent.

Le sorbitol, à son tour, provoque souvent le développement de cataractes, perturbe le fonctionnement de petits vaisseaux artériels et épuise le système nerveux. Les glycosaminoglycanes affectent les articulations et aggravent la santé.

Pendant ce temps, d'autres moyens d'absorber le sucre dans le sang ne suffisent pas pour obtenir toute la quantité d'énergie. En raison de la violation du métabolisme des protéines, la synthèse des composés protéiques est réduite et la dégradation des protéines est également observée.

C'est la raison pour laquelle une personne présente une faiblesse dans les muscles, la fonctionnalité du cœur et des muscles squelettiques est perturbée. En raison de l'oxydation accrue des graisses par les peroxydes et de l'accumulation de substances toxiques nocives, des lésions vasculaires se produisent. En conséquence, le niveau de corps cétoniques dans le sang augmente, agissant comme des produits d'échange.

Causes du diabète

Les causes du développement du diabète chez l'homme peuvent être de deux types:

Les causes auto-immunes du diabète sont associées à un dysfonctionnement du système immunitaire. Avec une faible immunité, la formation d'anticorps dans le corps, qui endommagent les cellules des îlots de Langerhans dans le pancréas, qui sont responsables de l'isolement de l'insuline.

Un processus auto-immun se produit en raison de l'activité des maladies virales, ainsi que de l'effet des pesticides, des nitrosamines et d'autres substances toxiques sur l'organisme.

Les causes idiopathiques peuvent être tout processus associé à l'émergence du diabète, qui se développe de manière indépendante.

Pourquoi il y a un diabète sucré du second type

Dans le deuxième type de maladie, la cause la plus probable du diabète est la prédisposition héréditaire, ainsi que la gestion des modes de vie malsains et la présence de maladies secondaires.

Les facteurs de développement du diabète de type 2 sont:

  1. Prédisposition génétique d'une personne;
  2. Excès de poids;
  3. Une nutrition inadéquate;
  4. Stress fréquent et à long terme;
  5. La présence d'athérosclérose;
  6. Médicaments;
  7. Présence de maladies;
  8. Période de grossesse; dépendance à l'alcool et tabagisme.

Prédisposition génétique d'une personne. Cette raison est la principale parmi tous les facteurs possibles. Si le patient a un parent dans la famille qui souffre de diabète, il existe un risque que le diabète apparaisse en raison d'une prédisposition génétique.

Si l'un des parents souffre de diabète, le risque de développer la maladie est de 30 pour cent, et si la maladie est présente chez le père et la mère, dans 60 pour cent des cas de diabète est héritée de l'enfant. Si l'hérédité est disponible, elle peut se manifester dès l'enfance ou l'adolescence.

Par conséquent, il est nécessaire de surveiller attentivement la santé d'un enfant présentant une prédisposition génétique afin de prévenir le développement de la maladie à temps. Plus le diabète sucré est détecté tôt, plus la probabilité que les petits-enfants souffrent de cette maladie est faible. Vous pouvez résister à la maladie en observant un certain régime.

Excès de poids. Selon les statistiques, il s’agit de la deuxième cause qui conduit au développement du diabète sucré. Cela est particulièrement vrai pour le diabète de type 2. Avec la plénitude ou même l'obésité, le corps du patient présente un grand nombre de tissus adipeux, en particulier dans l'abdomen.

Des indicateurs similaires montrent qu'une personne est moins sensible aux effets de l'insuline des tissus cellulaires dans le corps. C'est ce qui cause le développement du diabète chez la plupart des patients. Par conséquent, les personnes ayant une prédisposition génétique à l'apparition de la maladie, il est important de surveiller attentivement leur régime alimentaire et de ne manger que des aliments utiles.

Mauvaise alimentation. Si le régime alimentaire du patient contient une quantité importante de glucides et que les fibres ne sont pas observées, cela conduit à l'obésité, ce qui augmente le risque de développer un diabète chez l'homme.

Stress fréquent et à long terme. Nous notons ici les régularités:

  • En raison des stress fréquents et des expériences psychologiques dans le sang humain, il existe une agglomération de substances telles que les catécholamines, les glucocorticoïdes, qui provoquent l'apparition du diabète chez le patient.
  • En particulier, le risque de développer la maladie est présent chez les personnes qui ont un poids corporel accru et une prédisposition génétique.
  • Si l’hérédité n’a pas de facteurs d’excitation, provoquer le diabète peut être la plus grave des crises émotionnelles, qui déclencheront plusieurs maladies à la fois.
  • Cela peut conduire à une diminution de la sensibilité à l'insuline aux tissus cellulaires du corps. Par conséquent, les médecins recommandent dans toutes les situations d'observer le maximum de tranquillité d'esprit et de ne pas s'inquiéter de bagatelles.

La présence de l'athérosclérose à long terme, l'hypertension artérielle, les maladies ischémiques coeur. Les maladies à long terme entraînent une diminution de la sensibilité des tissus cellulaires à l'hormone insuline.

Médicaments. Certains médicaments peuvent provoquer le développement du diabète. Parmi eux:

  1. les diurétiques,
  2. hormones synthétiques glucocorticoïdes,
  3. en particulier les diurétiques thiazidiques,
  4. certains médicaments antihypertenseurs,
  5. agents antinéoplasiques.

En outre, l’utilisation à long terme de tout médicament, en particulier des antibiotiques, conduit à des violations de l’utilisation du sucre dans le sang.

Présence de maladies. Des maladies auto-immunes telles que l'insuffisance chronique du cortex surrénal ou la thyroïdite auto-immune peuvent déclencher l'apparition du diabète sucré. Les maladies infectieuses deviennent la principale cause de l’apparition de la maladie, en particulier chez les écoliers et les enfants d’âge préscolaire, qui tombent souvent malades.

La raison pour le développement du diabète sucré associé à une infection, le plus souvent une prédisposition génétique des enfants. Pour cette raison, les parents, sachant que quelqu'un dans la famille souffre de diabète, devraient concerner autant que possible avec soin, la santé de l'enfant ne commencez pas le traitement des maladies infectieuses et effectuer des tests réguliers pour les niveaux de glucose sanguin.

Période de grossesse. Ce facteur peut également provoquer le développement du diabète, si ce n'est prendre les mesures préventives et le traitement nécessaires à temps. La grossesse en tant que telle ne peut pas provoquer le diabète, tandis qu'une nutrition déséquilibrée et une prédisposition génétique peuvent faire leur travail insidieux.

Malgré l'arrivée des femmes pendant la grossesse, vous devez surveiller attentivement le régime alimentaire et ne pas autoriser les aliments gras excessifs. Il est également important de ne pas oublier de mener une vie active et de faire des exercices spéciaux pour les femmes enceintes.

Dépendance à l'alcool et tabagisme. Des habitudes néfastes peuvent aussi faire une blague cruelle avec le patient et provoquer le développement du diabète. Les boissons contenant de l'alcool tuent les cellules bêta du pancréas, ce qui entraîne l'apparition de la maladie.

Causes du diabète

Le diabète sucré est une maladie accompagnée d'une augmentation du taux de sucre dans le sang, résultant de l'insuffisance absolue ou relative de l'hormone insuline.
L'insuline produit des cellules spéciales du pancréas, appelées cellules β. Sous l'influence de facteurs internes ou externes, le travail de ces cellules est perturbé et la déficience en insuline, c'est-à-dire le diabète sucré, se produit.

Les gènes sont responsables de tout

Le facteur principal dans le développement du diabète est le facteur génétique - dans la plupart des cas, cette maladie est héréditaire.

  • Au cœur du développement du diabète de type I se trouve une prédisposition génétique le long de la voie récessive. En outre, ce processus est souvent auto-immune (le système immunitaire endommage les cellules ß, ce qui les rend incapables de produire de l'insuline). Des antigènes, prédisposant au diabète, ont été identifiés. Avec une certaine combinaison de ces facteurs, le risque de développer la maladie augmente considérablement. Ce type de diabète est souvent associé à d'autres processus auto-immuns (thyroïdite auto-immune, goitre toxique, polyarthrite rhumatoïde).
  • Le diabète sucré de type II est également transmis par héritage, mais par la voie dominante. Dans ce cas, la production d'insuline ne s'arrête pas, mais diminue fortement, ou l'organisme perd la capacité de le reconnaître.

Facteurs provoquant le développement de la maladie

Quand une prédisposition génétique au type facteur de précipitation basique I diabète est une infection virale (les oreillons, la rubéole, Coxsackie, cytomégalovirus, entérovirus). Les facteurs de risque sont également les suivants:

  • antécédents familiaux (si, chez des proches parents, il existe des cas de cette maladie, la probabilité de les voir chez une personne est plus élevée, mais toujours très loin de 100%);
  • appartenir à la course Europoïde (le risque de tomber malade chez les représentants de cette race est beaucoup plus élevé que celui des Asiatiques, des Hispaniques ou des Noirs);
  • La présence d'anticorps dirigés contre les cellules β dans le sang.

Les facteurs prédisposant au diabète de type II sont beaucoup plus importants. Cependant, la présence de tous ne garantit pas le développement de la maladie. Néanmoins, plus ces facteurs sont importants pour une personne donnée, plus il risque de tomber malade.

  • Syndrome métabolique (syndrome d'insulinorésistance) et obésité. Comme le tissu adipeux est le lieu de formation d'un facteur qui inhibe la synthèse de l'insuline, le diabète sucré chez les personnes présentant un excès de poids est plus que probable.
  • Athérosclérose sévère. Le risque de la maladie augmente, si le niveau du « bon » cholestérol (HDL) dans le sang veineux inférieur à 35 mg / dl et taux de triglycérides de plus de 250 mg / dl.
  • Hypertension artérielle et maladies vasculaires (accident vasculaire cérébral, crise cardiaque) dans l'anamnèse.
  • Dans l'anamnèse - le diabète est apparu pour la première fois pendant la grossesse ou la naissance d'un enfant pesant plus de 3,5 kg.
  • Dans l'anamnèse - un syndrome des ovaires polykystiques.
  • Âge avancé
  • Présence de diabète sucré chez des proches parents.
  • Stress chronique.
  • Manque d'activité physique.
  • Maladies chroniques du pancréas, du foie ou des reins.
  • Acceptation de certains médicaments (hormones stéroïdiennes, diurétiques thiazidiques).

Causes du diabète chez les enfants

Les enfants souffrent principalement du diabète sucré de type I. Les facteurs qui augmentent la probabilité d'un enfant souffrant de cette maladie la plus grave sont les suivants:

  • prédisposition génétique (hérédité);
  • poids corporel du nouveau-né supérieur à 4,5 kg;
  • maladies virales fréquentes;
  • diminution de l'immunité;
  • maladies métaboliques (hypothyroïdie, obésité).

À quel médecin appliquer

Un patient diabétique doit être sous la supervision d'un endocrinologue. Le diagnostic des complications du diabète nécessite la consultation d'un neurologue, d'un cardiologue, d'un ophtalmologiste, d'un chirurgien vasculaire. Pour clarifier la question, quel est le risque de développer un diabète chez un futur enfant, lors de la planification de la grossesse, les parents qui ont des cas de cette maladie dans leur famille devraient visiter la génétique.

Diabète sucré

Diabète sucré - une maladie métabolique chronique, qui est basée sur la formation de sa propre carence en insuline et une augmentation des taux de glucose sanguin. Un sentiment de Manifestes soif, augmentation de la production d'urine, augmentation de l'appétit, une faiblesse, des étourdissements, la cicatrisation lente, et ainsi de suite. D. Une maladie chronique, souvent avec évolution progressive. Risque élevé d'accident vasculaire cérébral, d'insuffisance rénale, d'infarctus du myocarde, de gangrène des extrémités, de cécité. De fortes fluctuations du taux de sucre dans le sang entraînent des conditions potentiellement mortelles: coma hypo- et hyperglycémique.

Diabète sucré

Parmi les désordres métaboliques, le diabète est le deuxième après l’obésité. Dans le monde, le diabète affecte environ 10% de la population, mais si vous prenez en compte les formes cachées de la maladie, ce chiffre peut être 3 à 4 fois plus élevé. Le diabète sucré se développe à la suite d'une carence chronique en insuline et s'accompagne de troubles du métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. La production d'insuline se produit dans le pancréas par les cellules ß des îlots de Langerhans.

En participant au métabolisme des glucides, l'insuline augmente l'apport de glucose dans les cellules, favorise la synthèse et l'accumulation de glycogène dans le foie, inhibe la dégradation des composés glucidiques. Dans le processus de métabolisme des protéines, l'insuline améliore la synthèse des acides nucléiques et des protéines et supprime sa dégradation. L'effet de l'insuline sur le métabolisme des graisses est d'augmenter la consommation de glucose dans les cellules adipeuses, les processus énergétiques dans les cellules, la synthèse des acides gras et de ralentir la dégradation des graisses. Avec la participation de l'insuline, le processus d'entrée dans la cellule sodique est amélioré. Des perturbations des processus d'échange contrôlés par l'insuline peuvent se développer en cas de synthèse insuffisante (diabète de type I) ou d'insulinorésistance des tissus à l'insuline (diabète de type II).

Causes et mécanisme du diabète sucré

Le diabète sucré de type I est plus souvent détecté chez les jeunes patients de moins de 30 ans. la synthèse du rapport de l'insuline est causée par des lésions du pancréas et la destruction auto-immune des cellules ß-insuline. Dans la plupart des patients, le diabète se développe après une infection virale (les oreillons, la rubéole, l'hépatite) ou des effets toxiques (nitrosamines, pesticides, médicaments, etc.), une réponse immunitaire qui provoque la mort des cellules du pancréas. Le diabète se développe si frappé plus de 80% des cellules productrices d'insuline. Comme une maladie auto-immune, le diabète de type I est souvent associée à d'autres processus d'origine auto-immune: hyperthyroïdie, goitre diffus toxiques et autres.

Dans le diabète de type II, l'insulino-résistance des tissus se développe, c'est-à-dire l'insensibilité à l'insuline. Dans ce cas, la teneur en insuline dans le sang peut être normale ou augmentée, mais les cellules y sont immunisées. La plupart des patients (85%) ont un diabète de type II. Si le patient est obèse, la sensibilité des tissus à l'insuline est bloquée par les tissus adipeux. Le diabète sucré de type II est plus sensible chez les patients âgés qui, avec l'âge, présentent une diminution de la tolérance au glucose.

L’émergence du diabète sucré de type II peut s’accompagner d’une exposition aux facteurs suivants:

  • génétique - le risque de développer la maladie est de 3 à 9% si les parents ou les parents souffrent de diabète sucré;
  • l'obésité - avec une quantité excessive de tissu adipeux (en particulier de type obésité abdominale) il y a une nette diminution de la sensibilité des tissus à l'insuline, favorise le développement du diabète;
  • malnutrition - principalement la nutrition en glucides avec un manque de fibres augmente le risque de diabète sucré;
  • maladies cardiovasculaires - Athérosclérose, hypertension artérielle, IHD, réduction de la résistance à l'insuline des tissus;
  • situations stressantes chroniques - dans un état de contrainte dans le corps augmente la quantité de catécholamines (norépinéphrine, épinéphrine), glucocorticoïdes, qui contribuent au développement du diabète;
  • effets diabétogènes de certains médicaments - hormones synthétiques glucocorticoïdes, diurétiques, certains antihypertenseurs, cytostatiques et autres.
  • insuffisance chronique du cortex surrénalien.

En cas d'insuffisance ou de résistance à l'insuline, l'apport de glucose dans les cellules diminue et son contenu dans le sang augmente. Le corps active des méthodes alternatives de traitement et d'assimilation du glucose, ce qui conduit à l'accumulation dans les tissus de glycosaminoglycanes, de sorbitol et d'hémoglobine glycylée. L'accumulation de sorbitol conduit au développement de cataractes, de microangiopathies (violations des fonctions des capillaires et des artérioles), à la neuropathie (troubles du travail du système nerveux); les glycosaminoglycanes provoquent des lésions articulaires. Pour que les cellules manquent d'énergie dans le corps, les processus de dégradation des protéines commencent, entraînant une faiblesse musculaire et une dystrophie des muscles squelettiques et cardiaques. L'oxydation des peroxydes de graisses est activée, l'accumulation de produits d'échange toxiques (corps cétoniques) a lieu.

L'hyperglycémie dans le sang chez les diabétiques entraîne une augmentation de la miction pour éliminer l'excès de sucre de l'organisme. Avec le glucose, une quantité importante de liquide est perdue par les reins, entraînant une déshydratation (déshydratation). Avec la perte de glucose, les réserves énergétiques du corps diminuent, de sorte que chez les patients atteints de diabète sucré, la perte de poids est notée. L'augmentation du taux de sucre, la déshydratation et l'accumulation de corps cétoniques dus à la dégradation des cellules graisseuses provoquent un état dangereux d'acidocétose diabétique. Au fil du temps, en raison du niveau élevé de sucre, des lésions des nerfs, des petits vaisseaux sanguins des reins, des yeux, du cœur et du cerveau se développent.

Classification du diabète sucré

En conjugaison avec d'autres maladies, l'endocrinologie distingue le diabète symptomatique (secondaire) et le diabète véritable.

le diabète accompagne les maladies des Symptomatique des glandes endocrines: le pancréas, la thyroïde, surrénales, hypophysaire et sert une des manifestations de la maladie primaire.

Le vrai diabète sucré peut être de deux types:

  • type insulino-dépendant I (I type I), si votre propre insuline n'est pas produite dans l'organisme ou produite en quantités insuffisantes;
  • type non insulino-dépendant II (DNID de type II), si l’insensibilité des tissus à l’insuline est notée avec son abondance et son excès dans le sang.

Il existe trois degrés de gravité du diabète: légère (I), secondaire (II) et lourd (III) et trois compensation de l'état des troubles du métabolisme des hydrates de carbone: compensation et décompensée subcompensated.

Symptômes du diabète

Le développement du diabète sucré de type I se produit rapidement, type II - au contraire progressivement. Il existe souvent un diabète asymptomatique et sa détection se produit accidentellement lors de l'examen du fond de l'œil ou de la détermination en laboratoire du sucre dans le sang et l'urine. Cliniquement, le diabète sucré de type I et II se manifeste de différentes manières, mais les suivants sont communs:

  • soif et bouche sèche, accompagnée de polydipsie (apport hydrique accru) à 8-10 litres par jour;
  • polyurie (mictions abondantes et fréquentes);
  • polyphagie (augmentation de l'appétit);
  • peau sèche et muqueuses, accompagnées de démangeaisons (y compris périnéales), d'infections cutanées pustuleuses;
  • troubles du sommeil, faiblesse, diminution de la capacité de travailler;
  • crampes dans les muscles du mollet;
  • déficience visuelle.

Les manifestations de diabète sucré de type caractérisés par une forte soif, besoin fréquent d'uriner, des nausées, une faiblesse, des vomissements, de la fatigue, la faim constante, perte de poids (à puissance normale ou élevée) irritabilité. Le symptôme du diabète chez les enfants est l'apparition d'une incontinence nocturne, surtout si l'enfant n'a pas encore uriné au lit. Dans le diabète de type I diabète plus susceptibles de développer hyperglycémique (avec du sucre sanguin élevé critique) et hypoglycémiques (sucre sanguin critique faible) nécessitant des mesures d'urgence.

Dans le diabète de type II prurit dominé, la soif, la vision brouillée, exprimée somnolence et de la fatigue, les infections de la peau, les processus de cicatrisation lente, paresthésies et un engourdissement dans les pieds. L'obésité est souvent observée chez les patients atteints de diabète de type II.

Pour le diabète est souvent accompagnée d'une perte de cheveux sur les membres inférieurs et ont augmenté leur croissance sur le visage, l'apparition de xanthomes (petites excroissances jaunâtres sur le corps), balanoposthite chez les hommes et chez les femmes vulvovaginitis. Comme la progression du diabète sucré, la violation de tous les types de métabolisme entraîne une diminution de l'immunité et de la résistance aux infections. La longue durée du diabète, la perte osseuse se manifeste l'ostéoporose (perte osseuse). La douleur dans le bas du dos, les os, les articulations, les luxations et subluxations des vertèbres et des articulations, des fractures et des déformations osseuses, conduisant à l'invalidité.

Complications du diabète sucré

L'évolution du diabète sucré peut être compliquée par le développement de troubles polyorganiques:

  • angiopathie diabétique - augmentation de la perméabilité vasculaire, leur fragilité, la thrombose, aterosklerozirovaniem, conduisant au développement de la maladie coronarienne, claudication intermittente, l'encéphalopathie diabétique;
  • polyneuropathie diabétique - lésion nerveuse périphérique chez 75% des patients, ce qui entraîne une violation de la sensibilité, de l'enflure et de la froideur des membres, une sensation de brûlure et de « ramper » frissons. Neuropathie diabétique se développe des années après la maladie avec le diabète sucré, est plus fréquent dans le type insulinodépendant;
  • rétinopathie diabétique - destruction de la rétine, des artères, des veines et des capillaires de l'œil, vision réduite, décollement de la rétine et cécité totale. Dans le type I, le diabète sucré se manifeste après 10 à 15 ans, dans le cas du type II - plus tôt, il est révélé chez 80 à 95% des patients;
  • néphropathie diabétique - atteinte rénale avec altération de la fonction rénale et insuffisance rénale. Il est noté chez 40 à 45% des patients diabétiques dans les 15 à 20 ans à partir de l'apparition de la maladie;
  • pied diabétique - une violation de la circulation des membres inférieurs, des douleurs dans les muscles du mollet, des ulcères trophiques, la destruction des os et des articulations des pieds.

Les états critiques critiques d’émergence du diabète sont le coma diabétique (hyperglycémique) et hypoglycémique.

L'état hyperglycémique et le coma se développent à la suite d'une augmentation nette et significative du taux de glucose dans le sang. Les précurseurs de l'hyperglycémie sont le malaise général croissant, la faiblesse, les maux de tête, la dépression, la perte d'appétit. Ensuite, il y a des douleurs dans l'abdomen, une respiration bruyante de Kussmaul, des vomissements avec une odeur d'acétone de la bouche, une apathie progressive et une somnolence, une baisse de la tension artérielle. Cette affection est due à une acidocétose (accumulation de corps cétoniques) dans le sang et peut entraîner une perte de conscience - le coma diabétique et la mort du patient.

L'état critique opposé dans le diabète sucré - le coma hypoglycémique se développe avec une chute brutale de la glycémie, plus souvent due à une surdose d'insuline. L'augmentation de l'hypoglycémie est soudaine, rapide. Il y a une sensation soudaine de faim, de faiblesse, de tremblement des membres, de respiration superficielle, d'hypertension artérielle, la peau du patient est froide, humide, parfois des convulsions se développent.

La prévention des complications du diabète sucré est possible avec un traitement constant et une surveillance attentive de la glycémie.

Diagnostic du diabète sucré

La présence de diabète sucré est indiquée par le taux de glucose dans le sang capillaire à jeun, dépassant 6,5 mmol / l. Normalement, il n'y a pas de glucose dans l'urine, car il est retenu dans le corps par un filtre rénal. Avec une augmentation de la glycémie de plus de 8,8-9,9 mmol / l (160-180 mg%), la barrière rénale ne peut pas faire face et permet au glucose de pénétrer dans les urines. La présence de sucre dans l'urine est déterminée par des bandelettes spéciales. La quantité minimale de glucose dans le sang, à laquelle elle commence à être déterminée dans l'urine, est appelée «seuil rénal».

L'examen pour suspicion de diabète sucré comprend la définition du niveau:

  • glucose sur un estomac vide dans le sang capillaire (du doigt);
  • corps de glucose et de cétone dans l'urine - leur présence indique un diabète sucré;
  • hémoglobine glycosylée - augmentation significative du diabète sucré;
  • C-peptide et insuline dans le sang - dans le diabète sucré de type I, les deux indicateurs sont significativement réduits, avec le type II - presque inchangé;
  • procéder à un essai de charge (OGTT): la détermination de la glycémie à jeun et 1 et 2 heures après la prise de 75 g de sucre dissous dans 1,5 tasses d'eau bouillante. Négatif (pas de diabète confirmant) est considéré comme un résultat de test lorsque des échantillons: le jeûne 6,6mmol / l au cours de la première mesure et> 11,1 mmol / L à 2 heures après la charge de glucose.

Pour diagnostiquer les complications du diabète sucré, des tests supplémentaires sont effectués: échographie des reins, rhéovasographie des membres inférieurs, rhéoencéphalographie, EEG du cerveau.

Traitement du diabète sucré

La mise en œuvre des recommandations d'un spécialiste du diabète, l'auto-contrôle et le traitement du diabète sucré sont réalisés à vie et permettent de ralentir ou d'éviter de manière significative les variantes compliquées de l'évolution de la maladie. Le traitement de toute forme de diabète sucré vise à abaisser la glycémie, à normaliser les étapes clés des processus métaboliques et à prévenir les complications.

Le traitement de toutes les formes de diabète repose sur une thérapie diététique tenant compte du sexe, de l'âge, du poids corporel et de l'effort physique du patient. Une formation est dispensée sur les principes de calcul du contenu calorique du régime alimentaire, en tenant compte de la teneur en glucides, en lipides, en protéines, en vitamines et en micro-éléments. Dans le diabète sucré insulinodépendant, il est recommandé de consommer simultanément des glucides pour faciliter le contrôle et la correction de l'insuline glucose. Avec le DSID de type I, la consommation d'aliments gras favorisant l'acidocétose est limitée. Avec le diabète sucré insulino-dépendant, tous les types de sucres sont exclus et la teneur totale en calories des aliments est réduite.

Les aliments doivent être fractionnés (au moins 4 à 5 fois par jour), avec une répartition uniforme des glucides, contribuant à un niveau de glucose stable et au maintien du métabolisme de base. Produits diabétiques spéciaux recommandés à base de substituts de sucre (aspartame, saccharine, xylitol, sorbitol, fructose, etc.). La correction des troubles diabétiques uniquement à l'aide d'un régime alimentaire est utilisée dans le cas d'une maladie bénigne.

Le choix du traitement médicamenteux du diabète est dû au type de maladie. Les patients atteints de diabète sucré de type I insuline montré au II de type - médicaments de régime et le diabète (insuline formes affectées lors de la réception de comprimés d'inefficacité, le développement et ketoazidoza état prekomatosnoe, la tuberculose, pyélonéphrite chronique, insuffisance rénale et hépatique).

L'introduction de l'insuline s'effectue sous le contrôle systématique du taux de glucose dans le sang et l'urine. Les insulines par mécanisme et durée d'action sont de trois types principaux: à action prolongée (prolongée), intermédiaire et à courte durée d'action. La nature prolongée de l'insuline est administrée une fois par jour, indépendamment de la prise alimentaire. Plus souvent, les injections d'insuline prolongée sont prescrites en même temps que des médicaments à action intermédiaire et courte, permettant de compenser le diabète sucré.

L'utilisation d'une surdose d'insuline est dangereux, ce qui conduit à une forte baisse de sucre, le développement de l'état de l'hypoglycémie et le coma. médicaments de sélection et la posologie de l'insuline est effectuée en tenant compte des changements dans l'activité physique du patient au cours de la journée, la stabilité de la glycémie, l'alimentation calorique, puissance fractionnaire, la tolérance à l'insuline et ainsi de suite. D. Lorsque l'insuline développement possible locale (douleur, rougeur, gonflement au site d'injection) et réactions allergiques générales (jusqu’à l’anaphylaxie). En outre, la lipodystrophie peut compliquer l'insulinothérapie - «échecs» dans le tissu adipeux au niveau du site d'administration de l'insuline.

Des comprimés réducteurs de sucre sont prescrits pour le diabète insulino-dépendant en plus du régime alimentaire. Les groupes d’agents hypoglycémiants suivants sont affectés au mécanisme de réduction du sucre dans le sang:

  • sulfonylurées (gliquidone, le glibenclamide, le chlorpropamide, le carbutamide) - sécrétion d'insuline stimulée des cellules ß pancréatiques et favorisent la pénétration du glucose dans les tissus. La dose optimale de médicaments dans ce groupe maintient un taux de glucose supérieur à 8 mmol / l. En cas de surdosage, il est possible de développer une hypoglycémie et un coma.
  • Les biguanides (metformine, buformine, etc.) réduisent l'absorption du glucose dans les intestins et contribuent à la saturation des tissus périphériques. Biguanides peuvent augmenter les taux sanguins d'acide urique et provoquer le développement de l'état grave - d'acidose lactique chez les patients âgés de plus de 60 ans, ainsi que les personnes souffrant d'insuffisance hépatique et rénale, infections chroniques. Les biguanides sont plus souvent prescrits pour le diabète sucré insulino-dépendant chez les jeunes patients souffrant d'obésité.
  • les méglitinides (natéglinide, répaglinide) - entraînent une diminution du taux de sucre, stimulant la sécrétion d'insuline par le pancréas. L'effet de ces médicaments dépend de la teneur en sucre dans le sang et ne provoque pas d'hypoglycémie.
  • des inhibiteurs d'alpha-glucosidase (miglitol, l'acarbose) - lente augmentation de sucre dans le sang en bloquant les enzymes impliquées dans la digestion de l'amidon. Effet secondaire - flatulence et diarrhée.
  • thiazolidinediones - réduire la quantité de sucre libérée par le foie, augmenter la sensibilité des cellules adipeuses à l'insuline. Contre-indiqué en cas d'insuffisance cardiaque.

Dans le diabète, il est important de l'éducation du patient et de ses compétences de contrôle de la famille pour le bien-être et l'état du patient, les mesures de premiers secours dans le développement de prekomatosnoe et états comateux. L'effet thérapeutique bénéfique dans le diabète sucré se traduit par une réduction du surpoids et de l'activité physique modérée individuelle. En raison de l'effort musculaire, l'oxydation du glucose augmente et sa teneur dans le sang diminue. Cependant, l'exercice ne peut pas être démarré à un taux de glucose> 15 mmol / l, il faut d'abord attendre sa diminution sous l'action de médicaments. Dans le cas du diabète, la charge physique doit être répartie uniformément sur tous les groupes musculaires.

Pronostic et prévention du diabète sucré

Les patients atteints de diabète sucré sont enregistrés auprès d'un endocrinologue. Avec l'organisation du mode de vie approprié, la nutrition, le traitement, le patient peut se sentir satisfait pendant de nombreuses années. Nous avons pesé le pronostic du diabète et raccourci l'espérance de vie des patients présentant des complications aiguës et chroniques.

La prévention du diabète sucré de type I se réduit à l'augmentation de la résistance du corps aux infections et à l'exclusion des effets toxiques de divers agents sur le pancréas. Les mesures prophylactiques du diabète sucré de type II préviennent l'obésité, la correction de la nutrition, en particulier chez les personnes présentant une anamnèse héréditaire. La prévention de la décompensation et la complication du diabète sucré consistent en son traitement correct, systématique.

Diabète sucré - symptômes, causes et traitement

Le diabète sucré est une maladie endocrinienne causée par une carence dans le corps de l'hormone insuline ou de son faible activité biologique. Elle se caractérise par une violation de tous les types de métabolisme, des lésions des vaisseaux sanguins petits et grands et se manifeste par une hyperglycémie.

Le premier qui a donné le nom de la maladie - "diabète" était le médecin Arethius, qui a vécu à Rome au deuxième siècle de notre ère. e. Beaucoup plus tard, déjà en 1776, le docteur Dobson (un Anglais de naissance), en examinant l'urine des patients diabétiques a révélé qu'il avait un goût sucré, qui a parlé de la présence de sucre. Ainsi, le diabète a commencé à être appelé "sucre".

Pour tout type de diabète, la surveillance de la teneur en sucre dans le sang devient l'une des tâches principales du patient et de son médecin traitant. Plus le niveau de sucre se rapproche des limites normales, moins il y a de symptômes de diabète et moins il y a de risque de complications

Pourquoi le diabète se produit-il et qu'est-ce que c'est?

Diabète - une maladie métabolique qui se produit en raison de la formation insuffisante propre insuline du patient (maladie de type 1) ou en raison d'une violation de l'impact de l'insuline sur les tissus (type 2). L'insuline est produite dans le pancréas et, par conséquent, les patients diabétiques se retrouvent souvent parmi ceux qui présentent diverses anomalies dans le travail de cet organisme.

Les patients atteints de diabète de type 1 sont appelés «insulino-dépendants» - ils ont besoin d'injections régulières d'insuline et, très souvent, ils souffrent d'une maladie congénitale. En règle générale, la maladie de type 1 se manifeste pendant l'enfance ou l'adolescence et ce type de maladie survient dans 10 à 15% des cas.

Le diabète sucré de type 2 se développe progressivement et est considéré comme un "diabète chez les personnes âgées". Ce genre d'enfants ne se produit presque pas, et est généralement caractéristique pour les personnes de plus de 40 ans, souffrant d'un excès de poids. Ce type de diabète survient dans 80 à 90% des cas et est hérité dans près de 90 à 95% des cas.

Classification

C'est quoi Le diabète sucré peut être de deux types: insulino-dépendant et insulinodépendant.

  1. Le diabète sucré de type 1 survient dans un contexte d'insuffisance d'insuline, il est donc appelé insulino-dépendant. Avec ce type de maladie, le pancréas fonctionne de manière inadéquate: il ne produit pas du tout d'insuline ou le produit dans un volume insuffisant pour traiter la quantité minimale de glucose entrant. Il en résulte une augmentation du taux de glucose dans le sang. En règle générale, le diabète de type 1 est causé par des personnes minces de moins de 30 ans. Dans de tels cas, les patients reçoivent des doses supplémentaires d'insuline pour prévenir l'acidocétose et maintenir un niveau de vie normal.
  2. Le diabète de type 2 affecte jusqu'à 85% de tous les patients atteints de diabète, en particulier ceux de plus de 50 ans (en particulier les femmes). Pour les patients diabétiques de ce type, un poids excessif est caractéristique: plus de 70% de ces patients sont obèses. Il s'accompagne de la production d'une quantité suffisante d'insuline, à laquelle les tissus perdent progressivement leur sensibilité.

Les causes du développement des types de diabète I et II sont fondamentalement différentes. Chez les diabétiques de type 1, en raison d'une infection virale ou d'une agression auto-immune, les cellules bêta produisant de l'insuline se décomposent, ce qui explique pourquoi sa carence se développe avec toutes les conséquences dramatiques. Chez les patients atteints de diabète de type 2, les cellules bêta produisent suffisamment ou même une quantité accrue d'insuline, mais les tissus perdent la capacité de percevoir son signal spécifique.

Les causes

Le diabète est l'un des troubles endocriniens les plus courants avec une augmentation constante de la prévalence (en particulier dans les pays développés). Ceci est le résultat d'un style de vie moderne et d'une augmentation du nombre de facteurs étiologiques externes, parmi lesquels l'obésité est reconnue.

Les principales raisons du développement du diabète sont les suivantes:

  1. La suralimentation (augmentation de l'appétit) entraînant l'obésité est l'un des principaux facteurs du développement du diabète de type 2. Si, parmi les personnes ayant l'incidence du poids normal du corps du diabète est de 7,8%, le poids supérieur à 20% de l'incidence du diabète était de 25%, et plus de poids corporel de 50% la fréquence est de 60%.
  2. maladie autoimmune (l'attaque du système immunitaire sur les tissus du corps.) - glomérulonéphrite, la thyroïdite auto-immune, l'hépatite, le lupus, etc. peuvent également être compliquées par le diabète.
  3. Facteur héréditaire. En règle générale, le diabète est plusieurs fois plus fréquent chez les proches des patients atteints de diabète sucré. Si vous êtes malade avec le diabète, les deux parents, le risque de diabète pour leurs enfants pour une durée de vie égale à 100%, manger un parent malade - 50%, dans le cas du diabète ont un frère ou une soeur - 25%.
  4. Les infections virales qui détruisent les cellules pancréatiques qui produisent de l'insuline. Parmi les infections virales pouvant causer le développement du diabète, on peut citer: la rubéole, la parotidite virale (oreillons), la varicelle, l'hépatite virale, etc.

Une personne qui a des antécédents familiaux de diabète tout au long de la vie ne peut jamais devenir diabétique, se contrôler lui-même, un mode de vie sain, une bonne nutrition, l'activité physique, la surveillance par un médecin, etc. Typiquement, le premier type de diabète se manifeste chez les enfants et les adolescents.

En conséquence de la recherche, les médecins sont venus à la conclusion que les causes du diabète hérédité à 5% en fonction du côté de la mère, 10% sur le père, et si les deux parents souffrent de diabète, la probabilité de transmission de la sensibilité au diabète augmente à près de 70%.

Signes de diabète chez les femmes et les hommes

Il existe un certain nombre de signes de diabète sucré, caractéristiques à la fois des types 1 et 2 de la maladie. Ceux-ci comprennent:

  1. Sensation de soif inextinguible et de miction fréquente, qui entraînent une déshydratation du corps;
  2. Un des signes est également la sécheresse de la bouche;
  3. Fatigue accrue;
  4. Bâillement, somnolence;
  5. Faiblesse;
  6. Guérit très lentement les plaies et les coupures;
  7. Nausée, peut-être vomissement;
  8. Respiration fréquente (éventuellement avec l'odeur de l'acétone);
  9. Palpitations cardiaques;
  10. Démangeaisons des organes génitaux et démangeaisons de la peau;
  11. Perte de poids;
  12. Augmentation de la miction;
  13. Détérioration de la vision.

Si vous avez les signes de diabète énumérés ci-dessus, vous devez alors mesurer le taux de sucre dans le sang.

Symptômes du diabète

Dans le diabète sucré, la gravité des symptômes dépend du degré de diminution de la sécrétion d'insuline, de la durée de la maladie et des caractéristiques individuelles du patient.

En règle générale, les symptômes du diabète de type 1 sont aigus, la maladie commence soudainement. Dans le diabète de type 2, la santé se détériore progressivement, au stade initial, les symptômes sont maigres.

  1. Une soif excessive et des mictions fréquentes sont les signes et symptômes classiques du diabète. Lorsque la maladie est excessive, le sucre (glucose) s'accumule dans le sang. Vos reins sont obligés de travailler intensivement pour filtrer et absorber l'excès de sucre. Si vos reins ne résistent pas, l'excès de sucre est éliminé du corps dans l'urine avec un liquide des tissus. Cela provoque des mictions plus fréquentes, ce qui peut entraîner une déshydratation. Vous voudrez boire plus de liquide pour étancher votre soif, ce qui conduit à nouveau à des mictions fréquentes.
  2. La fatigue peut être causée par de nombreux facteurs. Elle peut également être causée par la déshydratation, la miction fréquente et l'incapacité du corps à fonctionner correctement, car moins de sucre peut être utilisé pour générer de l'énergie.
  3. Le troisième symptôme du diabète est la polyphagie. C'est aussi une soif, non plus d'arroser, mais de manger. L'homme mange et se sent donc pas la satiété, et remplir l'estomac avec de la nourriture, qui est ensuite rapidement transformé en une nouvelle faim.
  4. Perte de poids intensive Ce symptôme est inhérent principalement au diabète de type I (insulino-dépendant) et il est souvent au début des filles heureuses. Cependant, leur joie passe quand ils apprennent la véritable cause de la perte de poids. Il convient de noter que la perte de poids a lieu dans le contexte d'augmentation de l'appétit et la nourriture abondante, ce qui ne peut que susciter des inquiétudes. Assez souvent, la perte de poids entraîne l'épuisement.
  5. Les symptômes du diabète peuvent parfois inclure des problèmes de vision.
  6. Cicatrisation lente des plaies ou des infections fréquentes.
  7. Des picotements dans les mains et les pieds.
  8. Gencives rouges, gonflées et sensibles.

Si les premiers symptômes du diabète ne prennent pas des mesures, puis finalement là complications associées avec le tissu de la malnutrition - ulcères trophiques, les maladies vasculaires, les changements de la sensibilité, diminution de la vision. Une complication grave du diabète est un coma diabétique qui survient plus souvent avec le diabète insulino-dépendant en l'absence d'un traitement insulinique suffisant.

Degrés de gravité

La séparation des degrés de gravité est une rubrique très importante dans la classification du diabète.

  1. Caractérise l'évolution la plus favorable de la maladie à laquelle tout traitement doit s'attaquer. Lorsque la mesure du processus, il est entièrement compensé, le niveau de glucose ne dépasse pas 7,6 mmol / l, la glycosurie hors ligne (excrétion de glucose dans l'urine), des indicateurs de l'hémoglobine glyquée et la protéinurie ne sont pas au-delà des valeurs normales.
  2. Cette étape du processus indique une compensation partielle. Il existe des signes de complications du diabète et la défaite des organes typiques des cibles: yeux, reins, cœur, vaisseaux, nerfs, membres inférieurs. Le niveau de glucose est légèrement élevé et est de 7-10 mmol / l.
  3. Un tel processus indique son progrès constant et l’impossibilité du contrôle des drogues. Le taux de glucose est compris entre 13-14 mmol / l, glycosurie noté résistant (excrétion du glucose dans l'urine), la forte protéinurie (protéines dans l'urine), semble évidente manifestation se déroulait l'atteinte des organes cibles dans le diabète. Acuité visuelle progressivement réduite, persistance d'une hypertension artérielle sévère, diminution de la sensibilité avec apparition d'une douleur et d'un engourdissement sévères des membres inférieurs.
  4. Ce degré caractérise la décompensation absolue du processus et le développement de complications graves. Ainsi, le niveau de glucose monte à des nombres critiques (15 à 25 et plus mmol / l), répond mal à tous les moyens de correction. Le développement de l'insuffisance rénale, des ulcères diabétiques et de la gangrène des extrémités est caractéristique. Un autre critère pour le 4ème degré de diabète est la tendance à développer des comas diabétiques fréquents.

On distingue également trois états de compensation pour les violations du métabolisme glucidique: compensés, sous-compensés et décompensés.

Diagnostic

Si les signes suivants coïncident, le diagnostic de "diabète" est établi:

  1. La concentration de glucose dans le sang (à jeun) dépassait la norme de 6,1 millimoles par litre (mol / l). Après avoir mangé en deux heures - au-dessus de 11,1 mmol / l;
  2. Si le diagnostic est douteux, un test de tolérance au glucose est effectué dans la répétition standard et indique un excès de 11,1 mmol / l;
  3. Dépassement du taux d'hémoglobine glycosylée - plus de 6,5%;
  4. La présence de sucre dans l'urine;
  5. La présence d'acétone dans l'urine, bien que l'acétonurie ne soit pas toujours un indicateur du diabète.

Quelle est la norme du sucre?

  • 3.3 - 5.5 mmol / l est la norme de la glycémie quel que soit votre âge.
  • 5,5 - 6 mmol / l est un prédiabète, une violation de la tolérance au glucose.

Si le niveau de sucre a montré une note de 5,5 - 6 mmol / l est le signal de votre corps qu'une violation du métabolisme des glucides a commencé, tout cela signifie que vous êtes entré dans la zone de danger. La première chose à faire est d'abaisser le taux de sucre dans le sang, de se débarrasser de l'excès de poids (si vous avez un poids supplémentaire). Limitez-vous à une consommation de 1800 calories par jour, incluez des aliments pour diabétiques dans votre alimentation, abandonnez les sucreries, cuisinez pour un couple.

Les conséquences et les complications du diabète

Les complications aiguës sont des conditions qui se développent pendant des jours, voire des heures, en présence de diabète.

  1. L'acidocétose diabétique est une affection grave qui se développe à la suite de l'accumulation dans le sang de produits du métabolisme intermédiaire des graisses (corps cétoniques).
  2. Hypoglycémie - abaissement de la glycémie en dessous de la valeur normale (généralement inférieure à 3,3 mmol / l), est due à une surdose de médicaments antidiabétiques, les maladies concomitantes, l'exercice ou l'insuffisance de nourriture inaccoutumée, spiritueux heure.
  3. Coma hyperosmolaire. Elle survient principalement chez les patients âgés atteints de diabète de type 2, chez ou sans anamnèse, et est toujours associée à une déshydratation sévère.
  4. coma Laktatsidoticheskaya chez les patients diabétiques en raison de l'accumulation d'acide lactique dans le sang et se produit généralement chez des patients âgés de plus de 50 ans sur le fond de cardio-vasculaire, hépatique et une insuffisance rénale, réduit l'apport d'oxygène aux tissus et, en conséquence, l'accumulation dans les tissus de l'acide lactique.

Les conséquences tardives représentent un groupe de complications dont le développement nécessite des mois et, dans la plupart des cas, des années de survenue de la maladie.

  1. Rétinopathie diabétique - lésions rétiniennes sous forme de microanévrismes, hémorragies localisées et ponctuées, exsudats durs, œdème, formation de nouveaux vaisseaux. Il se termine par des hémorragies sur le fundus, pouvant entraîner un décollement de la rétine.
  2. micro-diabétique et la macroangiopathie - violation de la perméabilité vasculaire augmentent leur fragilité, une tendance à la thrombose et l'athérosclérose (se produit tôt, affecte principalement les navires petits).
  3. Polyneuropathie diabétique - le plus souvent sous la forme d'une neuropathie périphérique bilatérale du type "gants et bas", commençant dans les parties inférieures des membres.
  4. La néphropathie diabétique est une atteinte rénale, d'abord sous forme de microalbuminurie (excrétion de protéine albumine avec de l'urine), puis de protéinurie. Cela conduit au développement d'une insuffisance rénale chronique.
  5. Arthropathie diabétique - douleur dans les articulations, "croquer", limiter la mobilité, réduire la quantité de liquide synovial et augmenter sa viscosité.
  6. L'ophtalmopathie diabétique, en plus de la rétinopathie, comprend le développement précoce de la cataracte (opacité du cristallin).
  7. Encéphalopathie diabétique - changements dans le psychisme et l'humeur, labilité émotionnelle ou dépression.
  8. Le pied diabétique - arrêt des dommages patient diabétique sous forme de processus nécrotiques, des ulcères et des lésions osseuses et articulaires, se produisant dans le contexte des changements dans les nerfs périphériques, les vaisseaux sanguins, la peau et des tissus mous, les os et les articulations. C'est la principale cause d'amputation chez les patients atteints de diabète sucré.

De plus, avec le diabète, le risque de développer des troubles mentaux - dépression, troubles anxieux et troubles de l'alimentation - augmente.

Comment traiter le diabète sucré?

Actuellement, le traitement du diabète dans la grande majorité des cas est symptomatique et vise à éliminer les symptômes existants sans éliminer la cause de la maladie, puisque le traitement efficace du diabète n'a pas encore été développé.

Les principales tâches du médecin dans le traitement du diabète sont:

  1. Compensation du métabolisme des glucides.
  2. Prophylaxie et traitement des complications.
  3. Normalisation du poids corporel.
  4. Formation du patient.

Selon le type de diabète, l’injection d’insuline ou l’ingestion de médicaments ayant un effet réducteur de sucre sont prescrits. Les patients doivent suivre un régime dont la composition qualitative et quantitative dépend également du type de diabète sucré.

  • Dans le diabète de type 2, un régime alimentaire et des médicaments réduisant le taux de glucose dans le sang sont prescrits: le glibenclamide, le glenororm, le glyclazide, le glybutide et la metformine. Ils sont pris par voie orale après sélection individuelle d'un médicament particulier et sa posologie par un médecin.
  • Avec le diabète de type 1, l'insuline et le régime alimentaire sont prescrits. La dose et le type d'insuline (action à court, moyen ou long terme) sont choisis individuellement à l'hôpital, sous le contrôle de la teneur en sucre du sang et de l'urine.

Le diabète sucré doit nécessairement être traité, sinon il est lourd de conséquences très graves, qui ont été énumérées ci-dessus. Plus le diabète est diagnostiqué tôt, plus il y a de chances que les conséquences négatives puissent être évitées et vivre une vie normale et complète.

Régime alimentaire

L'alimentation en diabète est une partie essentielle du traitement, ainsi que l'utilisation de médicaments hypoglycémiants ou d'insuline. Sans régime, la compensation du métabolisme glucidique est impossible. Il convient de noter que dans certains cas, avec le diabète de type 2, seuls les régimes suffisent à compenser le métabolisme des glucides, en particulier dans les premiers stades de la maladie. Avec le premier type de diabète, les régimes sont vitaux pour le patient, une violation du régime alimentaire peut conduire à un coma hypo- ou hyperglycémique et, dans certains cas, au décès du patient.

La diétothérapie dans le diabète a pour tâche d’assurer une charge physique uniforme et adéquate de l’apport en glucides dans le corps du patient. Le régime alimentaire doit être équilibré par les protéines, les graisses et les calories. Il est nécessaire d'exclure complètement les glucides digestibles du régime, sauf en cas d'hypoglycémie. Dans le diabète de type 2, il devient souvent nécessaire de corriger le poids corporel.

Le principal concept du régime alimentaire du diabète est l'unité du pain. L'unité de pain est une mesure conditionnelle égale à 10-12 g de glucides ou 20-25 g de pain. Il existe des tableaux indiquant le nombre d'unités de pain dans différents produits alimentaires. Pendant la journée, le nombre d'unités de pain utilisées par le patient doit rester constant; une moyenne de 12-25 unités de pain par jour, en fonction du poids corporel et de l'activité physique. Pour un repas, il n'est pas recommandé de manger plus de 7 unités de pain, il est donc souhaitable d'organiser les repas de manière à ce que le nombre d'unités de pain dans les différents repas soit approximativement le même. Il convient également de noter que la consommation d'alcool peut entraîner une hypoglycémie à distance, y compris un coma hypoglycémique.

Une condition importante pour le succès de la thérapie diététique est de maintenir l'alimentation du journal du patient, il est amené tous les aliments consommés pendant la journée, et a calculé le nombre d'unités de pain, upotreblonnyh chaque aliment de réception et l'ensemble de la journée. Tenir un journal de la nourriture dans la plupart des cas, d'identifier la cause des épisodes hypo- et hyperglycémiques, favorise l'éducation des patients, aide le médecin à choisir la dose adéquate d'agents hypoglycémiants ou de l'insuline.

Auto-surveillance

La maîtrise de soi du niveau de glycémie est l'une des principales mesures permettant d'obtenir une compensation efficace à long terme du métabolisme glucidique. Étant donné qu’il est impossible au niveau technologique actuel de simuler complètement l’activité sécrétoire du pancréas, les fluctuations de la glycémie se produisent pendant la journée. Ceci est influencé par de nombreux facteurs, les principaux étant la charge physique et émotionnelle, le niveau de glucides consommés, les maladies et conditions concomitantes.

Comme il est impossible de garder le patient à l'hôpital tout le temps, la surveillance de la condition et la correction insignifiante des doses d'insuline à courte durée d'action sont imposées au patient. La maîtrise de soi de la glycémie peut être réalisée de deux manières. La première est approximative à l'aide de bandelettes de test, qui déterminent le niveau de glucose dans l'urine en utilisant une réaction qualitative, en présence de glucose dans l'urine, la teneur en acétone doit être vérifiée. L'acétonurie est une indication pour l'hospitalisation en milieu hospitalier et un certificat d'acidocétose. Cette méthode d'évaluation de la glycémie est plutôt approximative et ne permet pas de surveiller complètement l'état du métabolisme des glucides.

Une méthode plus moderne et adéquate pour évaluer la condition est l'utilisation de glucomètres. Le glucomètre est un appareil de mesure du taux de glucose dans les liquides organiques (sang, liqueur, etc.). Il existe plusieurs méthodes de mesure. Récemment, des glucomètres portables ont été largement utilisés pour les mesures à domicile. Il suffit de placer une goutte de sang sur une plaque indicatrice jetable fixée au dispositif d'un biocapteur de glucose-oxydase et, après quelques secondes, le taux de glucose dans le sang (glycémie) est connu.

Il convient de noter que les lectures de deux glucomètres de différentes entreprises peuvent différer et que le niveau de glycémie indiqué par le glucomètre est généralement de 1 à 2 unités plus élevé que le taux réel. Par conséquent, il est souhaitable de comparer les lectures du glucomètre avec les données obtenues lors de l'examen dans une polyclinique ou un hôpital.

Insulinothérapie

Le traitement à l’insuline vise à maximiser la compensation possible du métabolisme des glucides, à prévenir l’hypoglycémie et à prévenir les complications du diabète sucré. Le traitement par insuline est vital pour les personnes atteintes de diabète de type 1 et peut être utilisé dans un certain nombre de situations chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Indications pour le rendez-vous de l'insulinothérapie:

  1. Diabète sucré type 1
  2. Acidocétose, hyperosmolaire diabétique, coma hyperlacidémique.
  3. Grossesse et accouchement avec diabète.
  4. Décompensation significative du diabète sucré de type 2.
  5. Absence d'effet du traitement par d'autres méthodes de diabète sucré de type 2.
  6. Perte de poids significative dans le diabète sucré.
  7. Néphropathie diabétique.

À l'heure actuelle, il existe un grand nombre de préparations d'insuline, qui diffèrent par la durée d'action (ultracourtes, à court, moyen, étendu), le degré de purification (monopikovye, monocomposant) la spécificité de l'espèce (humaine, porcine, bovine, génie génétique, etc.).

En l'absence d'obésité et de fortes charges émotionnelles, l'insuline est prescrite à raison d'une dose de 0,5 à 1 unité par kilogramme de poids corporel par jour. L'introduction de l'insuline est destinée à simuler la sécrétion physiologique en relation avec ceci:

  1. La dose d'insuline devrait être suffisante pour que le glucose pénètre dans l'organisme.
  2. L'insuline introduite devrait imiter la sécrétion basale du pancréas.
  3. L'insuline introduite devrait imiter les pics postprandiaux de la sécrétion d'insuline.

À cet égard, il existe une soi-disant thérapie à l'insuline intensifiée. La dose quotidienne d'insuline est répartie entre les insulines à action prolongée et à action courte. Les insulines prolongées sont généralement administrées le matin et le soir et imitent la sécrétion basale du pancréas. Les insulines à courte durée d'action sont administrées après chaque repas contenant des glucides, la dose pouvant varier en fonction des unités de pain consommées lors d'un repas donné.

L'insuline est administrée par voie sous-cutanée à l'aide d'une seringue à insuline, d'un stylo à seringue ou d'une pompe doseuse spéciale. À l'heure actuelle, en Russie, le moyen le plus courant d'introduire l'insuline à l'aide de seringues-stylos. Ceci est associé à une plus grande commodité, à un inconfort moins prononcé et à une facilité d'administration par rapport aux seringues à insuline classiques. Seringue-stylo vous permet de saisir rapidement et pratiquement sans douleur la dose d'insuline nécessaire.

Saccharizing drogues

Des comprimés réducteurs de sucre sont prescrits pour le diabète insulino-dépendant en plus du régime alimentaire. Les groupes d’agents hypoglycémiants suivants sont affectés au mécanisme de réduction du sucre dans le sang:

  1. Les biguanides (metformine, buformine, etc.) réduisent l'absorption du glucose dans l'intestin et aident à saturer ses tissus périphériques. Les biguanides peuvent augmenter le taux d'acide urique dans le sang et provoquer une maladie grave - l'acidose lactique chez les patients de plus de 60 ans, ainsi que chez ceux souffrant d'insuffisance hépatique et rénale et d'infections chroniques. Les biguanides sont plus souvent prescrits pour le diabète sucré insulino-dépendant chez les jeunes patients souffrant d'obésité.
  2. Les sulfonylurées (gliquidone, le glibenclamide, le chlorpropamide, le carbutamide) - sécrétion d'insuline stimulée des cellules ß du pancréas et de favoriser la pénétration du glucose dans les tissus. La dose optimale de médicaments dans ce groupe maintient un taux de glucose supérieur à 8 mmol / l. En cas de surdosage, il est possible de développer une hypoglycémie et un coma.
  3. inhibiteurs de l'alpha-glucosidase (miglitol, acarbose) - lente augmentation du taux de sucre sanguin en bloquant les enzymes impliquées dans la digestion de l'amidon. Effet secondaire - flatulence et diarrhée.
  4. Les méglitinides (natéglinide, repaglinide) entraînent une diminution du taux de sucre, stimulant la sécrétion d'insuline par le pancréas. L'effet de ces médicaments dépend de la teneur en sucre dans le sang et ne provoque pas d'hypoglycémie.
  5. Thiazolidinediones - Réduire la quantité de sucre libérée par le foie, augmenter la sensibilité des cellules adipeuses à l'insuline. Contre-indiqué en cas d'insuffisance cardiaque.

En outre, un effet thérapeutique bénéfique dans le diabète se traduit par une réduction du surpoids et de l'activité physique modérée individuelle. En raison de l'effort musculaire, l'oxydation du glucose augmente et sa teneur dans le sang diminue.

Prévision

Actuellement, le pronostic pour tous les types de diabète sucré est conditionnellement favorable, avec un traitement adéquatement mené et l'observance du régime. La progression des complications est considérablement ralentie ou complètement arrêtée. Cependant, il convient de noter que, dans la plupart des cas, à la suite du traitement, la cause de la maladie n’est pas éliminée et que le traitement est uniquement symptomatique.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Les analyseurs sont utilisés quotidiennement par les diabétiques, il est donc nécessaire de choisir un appareil qui conviendra. Pour mesurer la glycémie, beaucoup utilisent des modèles de la gamme Clever Chek, qui ne prennent pas beaucoup de place et présentent de nombreux avantages utiles.

Étant donné que le peptide fait partie intégrante de l’analyse pour déterminer l’index glycémique dans le sang chez des patients de différents âges.

Le diabète MB est un médicament conçu pour traiter le diabète de type 2.La substance active du médicament est le gliclazide, qui stimule les cellules bêta du pancréas afin qu'elles produisent plus d'insuline, ce qui entraîne une diminution de la glycémie.