loader

Principal

Les complications

Comment reconnaître le diabète caché chez les femmes enceintes

Diabète gestationnel appelé troubles métaboliques des glucides, identifié pour la première fois pendant la grossesse. Les causes de la maladie n'ont pas encore été complètement explorées. Le diabète sucré pendant la gestation peut entraîner des fausses couches, un accouchement prématuré, des maladies néonatales et des effets indésirables à long terme chez la mère.

Une analyse du diabète sucré dissimulé pendant la grossesse est prescrite pour la première fois lorsqu'une femme cherche un médecin. Le prochain test est effectué la semaine 24-28. Si nécessaire, la future mère est examinée en plus.

Causes de la maladie

À la grossesse, dans un organisme, il existe un organe endocrinien supplémentaire - le placenta. Ses hormones - prolactine, gonadotrophine chorionique, progestérone, corticostéroïdes, œstrogène - réduisent la sensibilité des tissus du corps de la mère à l'insuline. Des anticorps dirigés contre les récepteurs de l'insuline sont produits, l'hormone se désintègre dans le placenta. Augmente le métabolisme des corps cétoniques et le glucose est utilisé pour les besoins du fœtus. En compensation, la formation d'insuline augmente.

Normalement, le développement de la résistance à l'insuline est la cause de l'augmentation de la glycémie après avoir mangé. Mais la consommation de glucides par le fœtus dans l'étude du sang à jeun conduit à une légère hypoglycémie. Avec une prédisposition génétique au diabète sucré, l'appareil insulaire ne résiste pas à un stress supplémentaire et une pathologie se développe.

Les femmes sont à risque pour cette maladie:

  • avec un excès de poids;
  • plus de 30 ans;
  • avoir un fardeau héréditaire;
  • avec une anamnèse obstétricale défavorable;
  • avec des violations du métabolisme des glucides, diagnostiqué avant la grossesse.

La maladie se développe à 6-7 mois de grossesse. Les femmes atteintes de diabète gestationnel ont une forte probabilité de développer une forme clinique de la maladie après 10 à 15 ans.

Le diagnostic du diabète latent chez la femme enceinte rend souvent le flux asymptomatique difficile. Les tests de laboratoire constituent le principal moyen de déterminer les troubles métaboliques.

Examen primaire

Lorsque la femme enceinte est enregistrée, le niveau de glucose dans le plasma est déterminé. Le sang veineux est pris pour l'étude. Au moins 8 heures avant le test ne peut pas être mangé. Chez les femmes en bonne santé, le chiffre est de 3,26 à 4,2 mmol / l. Le diabète sucré est diagnostiqué à un taux de glucose à jeun supérieur à 5,1 mmol / l.

L'analyse de l'hémoglobine glycosylée permet d'établir l'état du métabolisme des glucides pendant 2 mois. Normalement, le taux d'hémoglobine glycosylée est de 3 à 6%. Une augmentation de 8% indique une probabilité de développer un diabète, de 8 à 10%, le risque est modéré, avec 10% ou plus - élevé.

Assurez-vous d'examiner l'urine pour le glucose. 10% des femmes enceintes souffrent de glucosurie, mais elle peut être associée non à un état hyperglycémique, mais à une violation de la capacité de filtration des glomérules rénaux ou de la pyélonéphrite chronique.

Examen à 24-28 semaines de grossesse

Si les analyses standard du premier trimestre ne montraient pas de pathologies du métabolisme glucidique, le prochain test est effectué au début du 6ème mois. La détermination de la tolérance au glucose ne nécessite pas de préparation particulière et est effectuée le matin. L'étude comprenait la détermination de la teneur en glucides dans le sang à jeun, une heure après la prise de 75 g de glucose et après deux heures supplémentaires. Le patient ne doit pas fumer, bouger activement, prendre des médicaments qui affectent le résultat de l'analyse.

Si le premier échantillon montre une hyperglycémie, les étapes suivantes du test ne sont pas effectuées.

La détermination de la tolérance au glucose est contre-indiquée dans les cas suivants:

  • toxicose aiguë;
  • maladies infectieuses;
  • exacerbation de la pancréatite chronique;
  • la nécessité de se reposer.

Le taux de glucose dans le premier échantillon de sang prélevé à jeun est plus faible chez la femme enceinte que chez la femme non enceinte. Après une heure d'exercice, le taux de glycémie chez la femme enceinte est de 10-11 mmol / l, après 2 heures - 8-10 mmol / l. La diminution lente de la concentration de glucose dans le sang pendant la période de gestation est due à une modification du taux d'absorption dans le tractus gastro-intestinal.

Si le test révèle un diabète, une femme est inscrite auprès d'un endocrinologue.

Des modifications pathologiques du métabolisme des glucides chez de nombreuses femmes sont observées pendant la grossesse. Le développement de la maladie est génétiquement déterminé. Le diabète sucré est dangereux pour la santé de la mère et de l'enfant. Un diagnostic précoce des anomalies est nécessaire pour le traitement rapide de la maladie.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse: indicateurs d'analyse, causes, symptômes, caractéristiques du traitement, régime alimentaire

Le diabète gestationnel est un problème très fréquent qui s'accompagne d'une violation de la tolérance du corps au glucose. Avec une pathologie similaire, de nombreuses futures mères sont confrontées. Il est à noter que cette affection pendant la grossesse est extrêmement dangereuse. En l'absence de traitement opportun, des complications peuvent survenir, parfois jusqu'à une fausse couche.

C'est pourquoi chaque femme devrait se familiariser avec les informations sur cette maladie. Pourquoi le diabète gestationnel se développe-t-il pendant la grossesse? Qu'est-ce qui est dangereux pour une femme et un enfant? À quels symptômes dois-je faire attention? Quelles méthodes de traitement la médecine moderne offre-t-elle et sont-elles vraiment efficaces? Les réponses à ces questions seront utiles à de nombreux lecteurs.

Qu'est-ce que la pathologie?

Le diabète est une maladie fréquente chez de nombreuses personnes. Comme vous le savez, cette maladie peut prendre différentes formes. En outre, il s'accompagne de violations importantes du métabolisme des glucides. À ce jour, il existe deux formes principales de la maladie.

  • Le diabète sucré de type I se développe généralement chez les enfants et les adolescents. Le mécanisme de son développement est bien étudié. Pour une raison ou une autre, les réactions auto-immunes sont déclenchées, entraînant des lésions des cellules bêta du pancréas. Cette structure est responsable de la synthèse de l'insuline - une hormone qui fournit l'utilisation du glucose (sous l'influence de son sucre dans le sang va dans les cellules et les tissus du foie, où il est utilisé pour répondre aux besoins énergétiques de la cellule ou est converti en glycogène). Si le système immunitaire endommage les cellules bêta, une carence en insuline apparaît, entraînant une forte augmentation de la glycémie. La seule façon de traiter la maladie est l'injection régulière d'insuline synthétique - elle aide à contrôler le métabolisme des glucides.
  • Le diabète sucré de type 2 se développe souvent dans la seconde moitié de la vie. Commencez le processus peut maladies infectieuses, ainsi que les formes aiguës et chroniques de l'inflammation du pancréas, ainsi que certaines autres pathologies. Pour une raison quelconque, les tissus perdent leur sensibilité à l’insuline. Dans ce cas, les cellules bêta continuent à produire l'hormone en quantités justes ou même élevées. Si la maladie a été détectée à temps, le traitement est alors réduit au bon régime alimentaire, à l'activité physique et au contrôle du poids corporel. Néanmoins, une telle sécrétion d'insuline intensive entraîne progressivement une déplétion en cellules bêta - dans de tels cas, les patients nécessitent également une insulinothérapie.

Diabète gestationnel (CIM-10 s'est approprié ce code pathologique O24) - une pathologie assez courante. Comme le montrent les études statistiques, 1 à 14% des femmes enceintes sont confrontées à ce problème dans différents pays. Le fait est que le placenta d'une femme sécrète des hormones qui interfèrent avec l'utilisation du glucose et, par conséquent, augmentent le taux de sucre dans le sang. La charge sur le pancréas augmente, les cellules bêta commencent à synthétiser plus intensément l'insuline. Néanmoins, le pancréas cesse de faire face à ses tâches de base.

Bien sûr, ce qui augmente le taux de glucose dans le sang de la mère conduit au développement de hypoglycémies chez le fœtus, qui se heurte à des complications graves, troubles de la croissance et le développement de l'enfant. Selon les statistiques, 10% des patients ayant reçu un diagnostic similaire souffrent de diabète, même après la naissance de l'enfant - la maladie devient forme résistante qui nécessite des soins constants.

Facteurs de risque

Lors de la planification d'une grossesse, il est extrêmement important de collecter autant de données que possible sur la présence de certaines maladies dans le genre d'une femme. Selon les statistiques, le diabète gestationnel est plus susceptible de se développer chez les femmes présentant une anamnèse à propos des problèmes suivants:

  • présence de parents dans une ligne directe de diabète sucré de type 2;
  • divers troubles du métabolisme glucidique;
  • La présence d'un excès de poids chez le patient, l'obésité dans une certaine mesure;
  • l'âge (comme le montrent les statistiques, la maladie est plus souvent diagnostiquée chez les femmes enceintes de plus de 30 ans);
  • la présence de diverses maladies métaboliques;
  • formes sévères de toxicose, gestose, transférées par le patient lors de grossesses antérieures;
  • pathologie du coeur, maladie vasculaire;
  • l'enfant précédent avait des malformations congénitales du système circulatoire et / ou nerveux;
  • mortinaissance dans le passé;
  • l'enfant précédent est né grand (poids supérieur à 4 kg);
  • fausse couche chronique, la présence dans les antécédents du patient d'un avortement spontané;
  • augmentation du sucre dans l'urine du patient;
  • le développement du diabète au cours d'une grossesse précédente.

Les femmes qui sont à risque, doivent rester sous la surveillance vigilante d'un médecin, constamment vérifier le taux de sucre dans le sang (avec du diabète gestationnel, ce chiffre augmente et si l'on observe dans le temps, vous pouvez prévenir le développement de complications diverses).

Symptômes de la pathologie

À ce jour, il existe des tests de laboratoire - le seul moyen de présumer la présence d'un diabète gestationnel chez une femme enceinte. Les indicateurs de glycémie (suivi systématique) vous permettent de poser un diagnostic.

Comme le montrent les statistiques, la maladie se produit souvent de manière asymptomatique. Certains signes de diabète gestationnel peuvent encore être identifiés.

  • La maladie est souvent accompagnée d'une soif constante, qui n'est pas liée à la particularité du régime alimentaire d'une femme (par exemple, l'utilisation d'un excès de sel) ou des conditions de température.
  • Un sentiment constant de faim ou, à l'inverse, un manque d'appétit sont également des symptômes du diabète gestationnel.
  • Parfois, il y a une augmentation de la pression artérielle.
  • Certaines femmes ont un gonflement.
  • La modification du niveau de glucose dans le sang affecte l'activité du système immunitaire. Le corps devient plus sensible aux effets de diverses infections.
  • Certains patients se plaignent d'inconfort pendant la miction.
  • Comme la maladie s'accompagne de lésions des petits vaisseaux oculaires, il est possible de réduire l'acuité visuelle et d'autres problèmes ophtalmologiques.

Comme on peut le voir, les symptômes du diabète gestationnel sont similaires à ceux des autres formes de maladie. Mais, encore une fois, les violations ci-dessus peuvent être absentes - de nombreuses femmes enceintes se sentent tout à fait normales.

Quelles complications la maladie peut-elle causer?

Le diabète sucré gestationnel chez la femme enceinte en l'absence de traitement approprié peut entraîner de graves complications. Il est nécessaire de se familiariser avec leur liste:

  • Le risque de gestose avec toutes les complications associées est élevé.
  • Parfois, dans le contexte de la maladie, se développe une acidocétose diabétique, qui s'accompagne d'une forte augmentation du taux de corps cétoniques et de glucose dans le sang, ce qui est extrêmement dangereux pour le corps de la mère et de l'enfant.
  • Parmi les patients atteints de diabète gestationnel, les cas de maladies infectieuses des organes génitaux sont plus souvent détectés. À son tour, cela se heurte à la propagation de l’infection au fœtus et à la naissance prématurée.
  • Dans le contexte du diabète sucré, les petits vaisseaux sont endommagés, ce qui peut entraîner une déficience visuelle persistante, une maladie rénale, une altération de la circulation sanguine dans les vaisseaux du placenta.
  • Il y a parfois une soi-disant faiblesse de l'activité professionnelle - dans de tels cas, la seule façon d'accoucher est une césarienne.
  • Les complications post-partum sont également plus fréquentes chez les femmes atteintes de diabète gestationnel. Les témoignages indiquent que les patients souffrent souvent de diverses maladies infectieuses, y compris des pathologies du système urinaire.

C'est pourquoi en aucun cas ne peut ignorer la prescription du médecin. Les patients ayant un diagnostic similaire ont besoin d'une surveillance constante et d'un traitement adéquat.

Risque pour l'enfant

Le diabète sucré pendant la grossesse est dangereux non seulement pour la mère mais aussi pour l'enfant. Comme vous le savez, pendant le premier trimestre, le fœtus n'est pas encore capable de produire sa propre insuline. Avec le sang de la mère, l'enfant reçoit du glucose, mais pas l'hormone pancréatique. Cela peut conduire à une mort foetale intra-utérine, à une fausse couche ou au développement de diverses anomalies congénitales (dans la plupart des cas, le processus pathologique affecte les organes les plus importants - le cerveau et le cœur).

Si le diabète sucré gestationnel apparaît chez les femmes enceintes à des stades ultérieurs (deuxième ou troisième trimestre), il existe alors une possibilité de développer une fœtopathie diabétique. Cette condition est associée à une violation du métabolisme des glucides. Ses symptômes sont les suivants:

  • l'enfant naît grand (son poids dépasse 4 kg);
  • immédiatement après la naissance, vous pouvez constater une violation de la proportion du corps (par exemple, l'enfant a un ventre trop gros et des membres excessivement minces);
  • il y a un excès de graisse sous-cutanée;
  • les tissus mous du bébé deviennent souvent oedémateux;
  • peut-être l'apparition d'une hypoglycémie, qui s'accompagne d'une diminution du taux de magnésium et de calcium, d'une augmentation de la viscosité du sang, ce qui augmente considérablement le risque de caillots sanguins;
  • parfois, la maladie est accompagnée d'ictère (vous pouvez remarquer un jaunissement de la peau et de la sclérotique des yeux);
  • dans certains cas, des troubles respiratoires de gravité variable sont enregistrés.

Bien sûr, l'enfant dans cet état a besoin de soins médicaux immédiats.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse: indicateurs de la glycémie

Bien entendu, le médecin collecte d'abord des informations pour effectuer l'analyse la plus complète. Mais une partie obligatoire du diagnostic est une analyse de sang pour le niveau de sucre. Bien entendu, pour obtenir les résultats les plus précis, il est nécessaire de suivre certaines règles.

Il n'est pas recommandé aux patients de modifier le régime alimentaire ou d'autres aspects de la vie quotidienne, car cela peut affecter les résultats des recherches en laboratoire. Tout d'abord, le prélèvement sanguin est effectué à jeun (de 8 à 14 heures de jeûne). Ensuite, les patients donnent une solution de glucose. Deux heures après la prise de sucre (la solution est préparée en dissolvant dans 75 à 300 ml d'eau 75 g de glucose sec), le patient est à nouveau pris du sang. Les données suivantes sont considérées comme normales:

  • sur un estomac vide, le taux de glucose varie de 3,3 à 5,5 mmol / l;
  • deux heures après avoir mangé, ce chiffre est de 5 à 7,8 mmol / l.

Le patient est obligé de surveiller régulièrement ces indicateurs. Le diabète sucré gestationnel pendant la grossesse est extrêmement dangereux. C'est pourquoi il est important de contrôler le niveau de glucose - c'est le seul moyen d'éviter les complications dangereuses.

Soit dit en passant, si aucun métabolisme du glucose n'a été détecté au cours de l'analyse, le patient doit subir un deuxième essai à environ 26 à 28 semaines de gestation.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse: régime alimentaire

Certainement, après la décision du diagnostic, le médecin fera le schéma thérapeutique. La principale méthode de traitement du diabète gestationnel pendant la grossesse est le régime alimentaire. En utilisant un régime alimentaire correctement formulé, vous pouvez surveiller votre glycémie. En fait, les règles de nutrition pour une telle maladie ne sont pas si compliquées.

Immédiatement, il convient de noter que le régime alimentaire doit être complet - il est extrêmement important que l'organisme de la future mère reçoive tous les minéraux, vitamines et autres substances utiles nécessaires. Réduire brusquement la valeur énergétique du menu quotidien ne peut en aucun cas - il est préférable de le faire progressivement (si nécessaire).

  • Vous devez d'abord passer à une alimentation fractionnée. Il y a souvent mieux (5 à 7 fois par jour), mais en petites portions. De plus, la majeure partie de la nourriture est préférable d'utiliser le matin. Les petites collations sont autorisées (par exemple, vous pouvez manger une pomme ou un yaourt naturel). Il est important d'éviter l'apparition d'une sensation de faim, car dans ce cas, il est beaucoup plus difficile de contrôler le volume d'une portion de nourriture.
  • Il est important de minimiser la consommation de glucides simples et facilement assimilables (ou de les abandonner complètement). Le niveau de glucose dans le sang augmente fortement après la consommation de pâtisseries, pâtisseries, confiseries et pâtisseries. Il est également recommandé d'abandonner les fruits sucrés, par exemple les figues, les raisins, les bananes, etc. Bien sûr, dans le menu, vous devez exclure le sucre (dans les pharmacies sont vendus des édulcorants spéciaux pour les diabétiques).
  • Les graisses saturées sont nocives - leur part dans l'alimentation quotidienne ne devrait pas dépasser 10%. Il est nécessaire de refuser la crème sure grasse, le beurre, certaines sortes de fromages, la margarine, la mayonnaise, les saucisses, les produits fumés, le porc et les produits semi-finis. Au lieu de cela, dans le menu, vous pouvez entrer des variétés maigres de poisson et de viande (par exemple, poulet, viande de lapin, boeuf).
  • Les sucres simples sont certainement nocifs pour le diabète. Mais les glucides complexes pour les femmes sont autorisés. Le régime alimentaire doit être grains présents et les légumes verts, comme le chou, les courgettes, les concombres, le céleri, les radis, la laitue, les haricots verts. Ces aliments sont riches en fibres et saturent le corps en vitamines, minéraux et autres substances utiles.
  • Sous l'interdiction, la restauration rapide et la restauration rapide. Il est important d'éviter les boissons gazeuses, ainsi que les produits contenant des émulsifiants, des arômes et d'autres additifs alimentaires potentiellement dangereux.

Bien sûr, un régime alimentaire plus précis vous aidera à devenir médecin. Les patients doivent mesurer régulièrement le taux de sucre dans le sang, en ajustant leur régime alimentaire en fonction de ces indicateurs.

En règle générale, l'effet de la thérapie diététique peut être remarqué après une semaine. Progressivement, le niveau de glucose revient à la normale. Une alimentation saine contribue également à normaliser le poids et à améliorer de manière significative l'état de santé d'une femme enceinte.

Autres mesures thérapeutiques

Il convient de noter immédiatement que l'alimentation est la partie la plus importante et la plus efficace du traitement du diabète gestationnel. Les recommandations cliniques, cependant, concernent d'autres aspects de la vie des patients.

Par exemple, les femmes ont une activité physique réalisable. Bien entendu, les leçons de sport pendant la grossesse ne peuvent être effectuées qu'avec l'autorisation d'un médecin et sous la supervision d'un instructeur expérimenté. Positif sur la santé du patient affectera les promenades régulières dans l'air frais. Des cours d’aérobic aquatique et de natation en piscine sont utiles aux femmes enceintes. L'activité physique permet de se débarrasser des graisses sous-cutanées et de saturer le corps en oxygène et d'accélérer l'utilisation du glucose.

Beaucoup de patients sont intéressés par des questions sur l'opportunité de prendre de l'insuline avec le diabète gestationnel. Selon les statistiques, dans la plupart des cas, cette maladie ne nécessite pas l'ingestion d'hormones - le niveau de glucose peut être normalisé grâce à une nutrition appropriée et à une activité physique appropriée. Le médecin décide occasionnellement d'introduire des injections d'insuline dans le schéma thérapeutique - dans ce cas, il est extrêmement important de suivre les recommandations du spécialiste, de respecter le dosage et le calendrier d'admission.

Il est important de noter que pendant le traitement, il est extrêmement important de contrôler non seulement le niveau de sucre. Les patients passent régulièrement des tests d'urine (s'il y a des corps cétoniques dans le corps, cela signifie que le diabète ne peut pas être contrôlé). En outre, les médecins recommandent aux femmes enceintes de prendre un tonomètre et de surveiller en permanence leur pression artérielle. Le fait que le métabolisme des hydrates de carbone conduisent souvent à une pression accrue dans les vaisseaux sanguins, ce qui est très nocif pour le fœtus en croissance (peut déclencher, par exemple, le travail prématuré, décollement prématuré du placenta, et ainsi de suite. D.).

Caractéristiques du processus générique

Si la maladie a été détectée à temps et que le diabète gestationnel a été traité, l'enfant apparaît naturellement dans la lumière. Néanmoins, les naissances sont parfois difficiles. Comme nous l'avons déjà mentionné, dans le contexte des violations du métabolisme des glucides, la taille du fœtus augmente. Si l'enfant est grand et que la femme a un bassin étroit et des muscles faibles, le processus d'accouchement est dangereux - la probabilité de blessures au périnée et aux organes pelviens est élevée. Dans de tels cas, le médecin décide de pratiquer une césarienne.

Dans le cas où il n'y aurait pas de malformations congénitales ou de complications (par exemple, des problèmes respiratoires, etc.), alors, dans certains traitements spécifiques, il n'y a pas besoin. Naturellement, immédiatement après la naissance, le taux de sucre dans le sang de l'enfant chute brusquement, mais cet état est rarement dangereux. Naturellement, ces indicateurs sont constamment surveillés par les médecins. En règle générale, le métabolisme du glucose devient normal en soi, pendant l'allaitement.

Comme pour une femme, il y a toujours la possibilité de faire passer le diabète sucré gestationnel temporaire à une forme stable de cette maladie (diabète sucré de type 2). C'est pourquoi il est recommandé aux patients d'adhérer au régime décrit ci-dessus.

Qu'est-ce que vous devez savoir après avoir accouché? Prévention des complications

Malheureusement, aujourd'hui, il n'y a aucun moyen d'empêcher le développement du diabète gestationnel. Cependant, il existe des recommandations cliniques.

Si la grossesse était associée à un trouble métabolique similaire, il est recommandé à l'enfant suivant de planifier au plus tôt deux ans plus tard. Le fait est que le corps a besoin de temps pour que les processus métaboliques reviennent à la normale.

La planification de la grossesse doit être prise avec toute la responsabilité possible. Quelques mois avant la conception, les médecins recommandent de commencer à suivre le poids, de maintenir une forme physique, de renforcer les muscles afin de réduire la probabilité de développer un diabète gestationnel. Les recommandations s'appliquent également à la nutrition - vous devez suivre le bon régime (les caractéristiques du régime sont décrites ci-dessus).

Tant pendant la planification de la grossesse qu'après la fécondation, il est conseillé aux femmes de vérifier en permanence la glycémie. En cas de violation ou de symptômes d'anxiété, vous devez consulter un médecin immédiatement.

Analyses du diabète latent pendant la grossesse

Le danger de la forme latente du diabète réside dans son développement discret sur une longue période et, par conséquent, dans la détection intempestive de la pathologie et de son traitement. Le manque ou l'absence d'insuline dans le corps peut se manifester d'abord par des symptômes prononcés uniquement pendant la grossesse. Le diabète représente moins de 1% du sexe le plus faible du groupe des 16 à 40 ans. Dans le même temps, le nombre de femmes attendant un enfant et souffrant d'une pathologie est d'environ 5%. La menace possible pour la vie et la santé de la future mère et de son enfant impose de faire un test de dépistage obligatoire du diabète sucré pendant la grossesse.

Tests sanguins programmés pour le sucre

Dès que la femme découvre qu'elle sera mère (environ 2-3 mois), elle doit s'inscrire à la consultation des femmes sur le lieu de résidence. Dans la polyclinique de la femme enceinte, les instructions pour l'examen avec des spécialistes de différentes directions et la délivrance des tests nécessaires sont immédiatement données, l'une d'elles étant le don de sang au sucre par le doigt.

Chez les femmes non enceintes, le taux de sang prélevé du doigt de sucre devrait être de 3,3 à 5,5 mmol / l à jeun, au bout de deux heures après l'ingestion - pas plus de 7,8 mmol / l. Chez les femmes enceintes, cet indicateur est légèrement différent et, à jeun, varie entre 4 et 5,2 mmol / l, et après les repas ne doit pas dépasser 6,7 mmol / l. Ces changements sont associés à une activité hormonale accrue et à un métabolisme accru.

Pour obtenir des résultats fiables, il est nécessaire de suivre des règles simples:

  • avant le test ne pas manger pendant 8 heures. En règle générale, le prélèvement de sang est effectué le matin, donc la dernière fois que vous devez manger à l'avance le soir, pas trop gras et pas de plats sucrés;
  • vous pouvez utiliser de l'eau propre en petites quantités, qui ne contient pas de gaz, de colorants et d'édulcorants. Il est également souhaitable de renoncer au thé ou au café fort;
  • éviter le stress en avance, la fatigue physique et mentale;
  • avant l'étude, refuser de se brosser les dents et de mâcher de la gomme;
  • informer le travailleur de laboratoire de la mauvaise santé ou de la présence de rhumes;
  • quelques jours avant l'intervention, les médicaments peuvent augmenter le taux de glucose dans le corps.

La médecine moderne vous permet d'obtenir les résultats de la recherche dans les plus brefs délais.

Dans certains cas, vous pouvez évaluer le taux de sucre dans le sang avec un glucomètre portable sans quitter votre domicile. La préparation pour cette procédure est identique à la préparation pour l'analyse en laboratoire. De plus, il est nécessaire de respecter les règles de stockage des bandelettes de test et de ne pas enfreindre les exigences énoncées dans les instructions de l'appareil.

La distorsion des résultats est possible avec:

  • une condition stressante qui peut survenir dans le contexte des expériences antérieures à l'examen, ainsi que des sautes d'humeur et des poussées émotionnelles inhérentes à l'état de la grossesse;
  • maladies infectieuses récentes;
  • non-respect des exigences de la délivrance des tests (même un petit bonbon peut entraîner une augmentation de la glycémie).

En outre, le sang peut être prélevé dans un établissement médical privé avec des laboratoires cliniques.

Si vous dépassez la limite supérieure de la glycémie de votre doigt, vous devez faire un don de sang à partir de la veine et du test d'urine.

Sang de la veine

Contrairement à la prise de sang au doigt, dans laquelle le matériel biologique du système capillaire est soumis à l'étude, l'étude du sang veineux implique l'analyse de son plasma.

Le sang veineux est plus stérile que le sang capillaire, ce qui garantit le résultat le plus précis de l'analyse.

L'incapacité du sang à maintenir son intégrité pendant longtemps oblige les spécialistes à recourir à l'étude de son plasma.

La différence des indices dans l'étude du sang des veines et des capillaires est due à une incohérence dans la composition de ces derniers.

Le prélèvement sanguin provient de la veine cubitale.

Les mesures préparatoires pour la délivrance du sang des veines et des doigts sont identiques.

Initialement, le débit sanguin de la veine pour déterminer le niveau de glucose est considéré comme peu pratique, mais vient parfois dans une analyse biochimique complexe.

Analyse d'urine

Le contenu d'une femme enceinte de sucre dans l'urine 1,69 mmol / l est une vitesse normale, 1,69-2,79 mmol / l - est considérée comme la concentration admissible en excès de glucose dans l'urine de plus de 2,79 mmol / l femme dirigé vers des essais supplémentaires sur le contenu critique du glucose dans l'urine.

Pour détecter le glucose dans l'urine chez une femme enceinte, une dose d'urine quotidienne ou moyenne peut être prélevée.

Pour obtenir des résultats fiables la veille de l'étude, le patient doit:

  • exclure de l'alimentation les aliments contenant des pigments colorants (betteraves, tomates, café, etc.), ainsi que du chocolat, des glaces, des bonbons et des produits à base de farine;
  • éviter le stress physique et psycho-émotionnel;
  • suivre les règles d'hygiène;
  • Recueillir le matériel biologique dans un récipient stérile et hermétiquement fermé pour éviter le contact avec l'air.

L'analyse d'urine quotidienne implique un échec au cours de la procédure pour les diurétiques.

La collecte de l'urine du matin se fait à jeun après les procédures d'hygiène. La livraison du biomatériau collecté au laboratoire est effectuée dans un conteneur spécial stérile et hermétiquement fermé au plus tard 5 heures après sa collecte.

Lorsque vous prenez l'urine quotidienne moyenne, vous devez respecter certaines règles:

  • la procédure est exécutée tout au long de la journée, à partir de 6 heures et se terminant également à 6 heures le lendemain;
  • Le matériel collecté doit être stocké dans un endroit frais à une température de 4 à 8 ° C. La température de l'air ambiant peut entraîner une diminution significative du glucose dans l'urine et, par conséquent, un résultat peu fiable.
  • après la première vidange de la vessie, de l'urine s'est écoulée;
  • pendant la journée, l'urine est recueillie dans un vaisseau stérile propre. À ces fins, une banque de trois litres est généralement utilisée;
  • après chaque addition d'urine, le récipient est secoué;
  • après la collecte de l'urine pour une journée, à partir de la quantité totale de celui-ci est pris 100-200 ml et versé dans un autre récipient, qui sera envoyé directement pour analyse.

Aux résultats d'analyse défavorables, le test de tolérance au glucose est nommé.

Test de tolérance au glucose: indications et contre-indications

Le test de tolérance au glucose permet de confirmer ou d’exclure le diagnostic de diabète latent chez la femme enceinte.

Certaines catégories de femmes enceintes sont obligatoires pour le test à la semaine 16 de la grossesse. L'analyse est effectuée si enceinte:

  • est dans la catégorie d'âge de plus de 35 ans;
  • ressent constamment une soif et une sécheresse inextinguibles dans la cavité buccale, l'utilisation de liquide n'est pas capable d'éliminer ces sensations;
  • ressent une fatigue constante et une perte de force;
  • perd rapidement du poids;
  • est sujette à une miction rapide;
  • diabète héréditaire héréditaire;
  • au cours de la grossesse précédente, a donné naissance à un enfant de plus de 4,5 kg;
  • la grossesse précédente s'est terminée par un avortement spontané;
  • selon les résultats de la recherche, un foetus de grande taille est élevé;
  • dans la grossesse précédente souffrait de diabète gestationnel;
  • souffre d'hypertension persistante.

L’étude n’est pas menée si une femme a besoin de se reposer et est dans un état grave, et est également susceptible de:

  • toxicose aiguë;
  • maladies infectieuses;
  • processus inflammatoires;
  • pancréatite chronique pendant la période d'exacerbation;
  • complications postopératoires, manifestées par une obstruction des aliments dans l'estomac;
  • l'intervention chirurgicale nécessaire dans les processus aigus du corps;
  • changements pathologiques dans le système endocrinien, contribuant à l'augmentation du niveau de sucre dans le corps;
  • tumeurs bénignes;
  • augmentation de la fonction thyroïdienne;
  • augmentation du taux de sucre dans le corps dû à l'utilisation de médicaments dans le traitement du glaucome et d'autres maladies;
  • dysfonctionnement du foie.

La présence de ces circonstances peut conduire à des résultats peu fiables de l'étude.

Préparation au test et à sa conduite

La fiabilité du résultat de la recherche dépend directement de la préparation correcte. Il faut:

  • refuser de manger 8 heures avant le test;
  • 2-3 jours pour ne pas manger des aliments sucrés, épicés et gras;
  • essayez d'exclure le stress physique et émotionnel.

Dans certains cas, le glucose et l'eau pure (un demi-litre) sont amenés dans un établissement médical par un patient. Cette femme est prévenue à l'avance.

Au début, le sang est pris à l'estomac vide par le doigt.

En outre, la charge de glucose est ajoutée. Une femme boit une solution de glucose diluée dans de l'eau (c'est-à-dire de l'eau douce). Si le "cocktail sucré" est un goût trop sucré, vous pouvez le diluer avec du jus de citron (quelques gouttes).

Le type d'analyse détermine la quantité de sucre. Donc, avec un test d'horloge, vous avez besoin de 50 g de glucose, deux heures - 75 grammes, trois heures - 100 grammes.

En conséquence, après 1, 2 ou 3 heures, le sang est ré-échantillonné.

Dans l'attente de la reprise du sang, la femme doit rester calme. La marche ou l'activité physique entraînent une sous-estimation de la glycémie en raison de la consommation d'énergie. De plus, à ce moment, la réception de tout aliment est interdite. Vous pouvez utiliser de l'eau propre ordinaire.

Les données sur la glycémie sont présentées dans le tableau suivant:

Ne pas éviter les tests nécessaires pour déterminer le niveau de sucre dans le corps d'une femme enceinte. Une forme latente détectée de diabète et un traitement efficace permettront d’éviter les problèmes de santé de la future mère et de l’enfant.

Je vais devenir mère - FIV, planification, grossesse, accouchement et après l'accouchement

Les titres

Diabète sucré gestationnel (HSD): le danger d'une grossesse "douce". Conséquences pour l'enfant, régime alimentaire, symptômes

Selon l'Organisation mondiale de la santé, il y a plus de 422 millions de personnes atteintes de diabète dans le monde. Leur nombre augmente chaque année. La maladie touche de plus en plus les jeunes.

Les complications du diabète entraînent de graves pathologies vasculaires, les reins, la rétine sont affectés, l'immunité en souffre. Mais cette maladie est gérable. Avec un traitement correctement prescrit, les conséquences graves sont retardées dans le temps. Pas une exception et diabète des femmes enceintes, qui s'est développé pendant la gestation. Cette maladie s'appelle diabète sucré gestationnel.

Contenu

  • La grossesse peut-elle provoquer le diabète sucré?
  • Quels sont les types de diabète sucré pendant la grossesse?
  • Groupe de risque
  • Qu'est-ce que le diabète gestationnel pendant la grossesse?
  • Conséquences pour l'enfant
  • Quel est le danger pour une femme
  • Symptômes et signes du diabète sucré gestationnel chez les femmes enceintes
  • Analyses et timing
  • Traitement
  • Insulinothérapie: à qui s'adresse-t-on et comment se déroule-t-il?
  • Diet: les produits autorisés et interdits, les principes de base de la nutrition des femmes enceintes atteintes de la GDD
  • Exemple de menu pour la semaine
  • Médecine traditionnelle
  • Comment accoucher: une naissance naturelle ou une césarienne?
  • Prévention du diabète gestationnel chez les femmes enceintes

La grossesse est un provocateur?

L'Association américaine du diabète rapporte que 7% des femmes enceintes développent un diabète sucré gestationnel. Dans certains d'entre eux, après la naissance, le glucose est normal. Mais 60% des 10-15 ans manifestent un diabète de type 2 (CD2).

La gestation agit comme un provocateur du métabolisme du glucose altéré. Le mécanisme de développement de la forme gestationnelle du diabète est plus proche du CD2. La femme enceinte développe une immunité à l'insuline sous l'influence des facteurs suivants:

  • synthèse dans le placenta des hormones stéroïdiennes: œstrogène, progestérone, lactogène placentaire;
  • augmentation du cortex de la formation de cortisol surrénalien;
  • violation du métabolisme de l'insuline et réduction de ses effets dans les tissus;
  • augmentation de l'excrétion d'insuline par les reins;
  • activation de l'insulinase dans le placenta (une enzyme qui décompose l'hormone).

La condition s'aggrave chez les femmes qui présentent une résistance physiologique (insensibilité) à l'insuline, qui ne s'est pas manifestée cliniquement. Ces facteurs augmentent le besoin d'hormones, les cellules bêta du pancréas le synthétisent en quantité accrue. Cela conduit progressivement à leur appauvrissement et à une hyperglycémie stable - une augmentation du taux de glucose dans le plasma sanguin.

Quels types de diabète pendant la grossesse sont

La grossesse peut accompagner différents types de diabète. La classification de la pathologie en fonction du moment de la survenue implique deux formes:

  1. le diabète, qui existait avant la grossesse (DM 1 et DM 2) - prégestational;
  2. diabète gestationnel (HSD) des femmes enceintes.

En fonction du traitement requis, la GDD est:

  • compensé par l'alimentation;
  • compensé par un régime alimentaire et de l'insuline.

Le diabète peut être en phase de compensation et de décompensation. La gravité du diabète gestationnel dépend de la nécessité d'appliquer différentes méthodes de traitement et de la gravité des complications.

L'hyperglycémie qui s'est développée pendant la grossesse n'est pas toujours associée au diabète gestationnel. Dans certains cas, cela peut être une manifestation du diabète de type 2.

Qui entre dans la zone à risque pour le développement du diabète sucré pendant la grossesse

Les changements hormonaux susceptibles de perturber le métabolisme de l'insuline et du glucose surviennent chez toutes les femmes enceintes. Mais la transition vers le diabète n'arrive pas à tout le monde. Pour cela, des facteurs de prédisposition sont nécessaires:

  • surpoids ou obésité;
  • déficience de tolérance au glucose existante;
  • épisodes de sucre s'élevant avant la grossesse;
  • Diabète de type 2 chez les parents enceintes;
  • avoir plus de 35 ans;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • dans l'anamnèse, il y a eu des fausses couches, des mortinaissances;
  • naissance dans le passé d'enfants pesant plus de 4 kg, ainsi que de malformations.
Vidéo actuelle

Diagnostic du diabète caché chez la femme enceinte

Mais laquelle de ces causes affecte le développement de la pathologie dans une plus large mesure, n'est pas complètement connue.

Qu'est-ce que le diabète gestationnel?

La GSD est la pathologie qui s'est développée après 15-16 semaines de portage d'un enfant. Si l'hyperglycémie est diagnostiquée plus tôt, il existe un diabète caché qui existait avant la grossesse. Mais l'incidence maximale est observée au 3ème trimestre. Le synonyme de cette maladie est le diabète gestose.

Du diabète gestationnel, le diabète pendant la grossesse diffère en ce qu’après un épisode d’hyperglycémie, le sucre augmente progressivement et n’a pas tendance à se stabiliser. Cette forme de la maladie avec une probabilité élevée passe dans les types DM 1 ou 2 après l'accouchement.

Pour déterminer les autres tactiques, toutes les puerpères atteintes de GDM en période post-partum déterminent le niveau de glucose. Si elle ne se normalise pas, on peut alors supposer que le diabète de type 1 ou de type 2 se développe.

Influence sur le fœtus et conséquences pour l'enfant

Le danger pour un nourrisson en formation dépend du degré de compensation de la pathologie. Les conséquences les plus graves sont observées avec une forme non compensée. L'influence sur le fœtus est exprimée comme suit:

  1. Malformations foetales à un taux de glucose élevé dans les premiers stades. Leur formation est due à une insuffisance énergétique. Dans les premiers stades du pancréas, l'enfant n'est pas encore formé, donc le corps maternel doit travailler pour deux. La violation du travail entraîne une faim d'énergie des cellules, une violation de leur division et la formation de défauts. Suspecté cette condition peut être due à la présence de polyhydramnios. Un apport insuffisant en glucose dans les cellules se manifeste par un retard du développement intra-utérin, un faible poids de l'enfant.
  2. Un taux de sucre incontrôlé chez une femme enceinte présentant un diabète sucré gestationnel aux 2e et 3e trimestres entraîne une fœtopathie diabétique. Le glucose pénètre dans le placenta en quantité illimitée, l'excès se dépose sous forme de graisse. Si votre insuline est en excès, il y a une croissance accélérée du fœtus, mais il y a une disproportion des parties du corps: un gros ventre, une ceinture humérale, des petits membres. Le cœur et le foie augmentent également.
  3. Une concentration élevée d'insuline perturbe la production de surfactant - une substance qui recouvre les alvéoles des poumons. Par conséquent, une détresse respiratoire peut survenir après la naissance.
  4. Le bandage du cordon ombilical d'un nouveau-né porte atteinte à la consommation de glucose en excès, la concentration de glucose de l'enfant diminue fortement. L'hypoglycémie après l'accouchement entraîne des troubles neurologiques, une violation du développement mental.

En outre, les enfants nés de mères atteintes de diabète gestationnel augmente le risque de traumatisme de la naissance, la mort périnatale, les maladies cardio-vasculaires, les maladies du système respiratoire, des troubles du métabolisme du calcium et du magnésium, des complications neurologiques.

Pourquoi un taux de sucre élevé est-il dangereux pour les femmes enceintes?

HSD ou diabète déjà existant augmente la possibilité d'une toxicose tardive (gestose), elle se manifeste sous différentes formes:

  • l'hydropisie des femmes enceintes;
  • néphropathie de 1 à 3 degrés;
  • prééclampsie;
  • éclampsie.

Les deux dernières conditions nécessitent une hospitalisation en réanimation, une réanimation et un accouchement précoce.

Les troubles immunitaires, qui accompagnent le SD, entraînent des infections du système génito-urinaire - cystite, pyélonéphrite, ainsi que des candidoses vulvovaginales récidivantes. Toute infection peut entraîner une infection du bébé in utero ou lors de l'accouchement.

Les principaux signes du diabète gestationnel pendant la grossesse

Les symptômes du diabète gestationnel ne sont pas exprimés, la maladie se développe progressivement. Certains signes d'une femme sont confondus avec des changements normaux de la condition pendant la grossesse:

  • fatigue accrue, faiblesse;
  • soif;
  • mictions fréquentes;
  • Prise de poids inadéquate avec un appétit prononcé.

Souvent, l'hyperglycémie est une découverte accidentelle lors du dépistage obligatoire du glucose dans le sang. Cela sert d'indication pour un examen plus approfondi.

Base pour le diagnostic, tests pour le diabète latent

Le ministère de la Santé a défini le délai dans lequel un test sanguin obligatoire pour le sucre est effectué:

S'il existe des facteurs de risque à 26-28 semaines, un test de tolérance au glucose est effectué. Si des symptômes de diabète apparaissent pendant la grossesse, le test de glycémie est effectué selon les indications.

Une seule analyse dans laquelle une hyperglycémie est détectée ne suffit pas pour poser un diagnostic. Le contrôle est nécessaire dans quelques jours. En outre, avec une hyperglycémie répétée, un endocrinologue est nommé. Le médecin détermine le besoin et le calendrier du test de tolérance au glucose. Habituellement, ce n'est pas moins d'une semaine après l'hyperglycémie fixée. Pour confirmer le diagnostic, le test est également répété.

Les résultats de test suivants témoignent de la GDD:

  • un indice de glucose sur un estomac vide supérieur à 5,8 mmol / l;
  • une heure après la prise de glucose - supérieure à 10 mmol / l;
  • en deux heures - au-dessus de 8 mmol / l.

De plus, selon les témoignages, des études sont effectuées:

  • hémoglobine glycosylée;
  • analyse d'urine pour le sucre;
  • profil de cholestérol et de lipides;
  • test sanguin biochimique;
  • coagulogramme;
  • hormones sanguines: progestérone, œstrogène, lactogène placentaire, cortisol, alpha-foetoprotéine;
  • l'analyse de l'urine selon Nechiporenko, Zimnitsky, le test de Reberg.

Les femmes enceintes atteintes de prégastatine et de diabète gestationnel effectuent une échographie du fœtus à partir du 2ème trimestre, une dopplerométrie des vaisseaux du placenta et du cordon ombilical, une CTG régulière.

Prise en charge des femmes enceintes atteintes de diabète et de traitement

L'évolution de la grossesse avec le diabète existant dépend du niveau de maîtrise de soi de la femme et de la correction de l'hyperglycémie. Ceux qui étaient atteints de SD avant la conception devraient suivre une "école du diabète" - des classes spéciales qui enseignent un comportement alimentaire approprié, un contrôle indépendant du taux de glucose.

Indépendamment du type de pathologie, les femmes enceintes ont besoin de l'observation suivante:

  • visiter le gynécologue toutes les 2 semaines au début de la gestation, chaque semaine - à partir de la seconde moitié;
  • Consultations en endocrinologie une fois toutes les deux semaines, avec une décompensation - une fois par semaine;
  • observation du thérapeute - chaque trimestre, ainsi que dans la détection de la pathologie extragénique;
  • ophtalmologiste - une fois par trimestre et après l'accouchement;
  • neurologue - deux fois pour la grossesse.

L'hospitalisation obligatoire est envisagée pour l'examen et la correction du traitement chez les femmes enceintes atteintes de diabète gestationnel:

  • 1 fois - au premier trimestre ou dans le diagnostic de la pathologie;
  • 2 fois - dans 19-20 semaines pour corriger la condition, déterminer le besoin de changer le régime de traitement;
  • 3 fois - avec le diabète de type 1 et de type 2 - à 35 semaines, GSD - à 36 semaines pour se préparer à l'accouchement et choisir un mode d'accouchement.

Dans les conditions d'un hôpital, le nombre d'études, la liste des analyses et la multiplicité de l'étude sont déterminés individuellement. La surveillance quotidienne nécessite une analyse de l'urine pour le sucre, la glycémie et le contrôle de la pression artérielle.

L'insuline

Le besoin d'injections d'insuline est déterminé individuellement. Tous les cas de GDD ne nécessitent pas cette approche, pour certains, une alimentation assez saine.

Les indicateurs de la glycémie sont les suivants:

  • glycémie à jeun sur un régime alimentaire de plus de 5,0 mmol / l;
  • une heure après les repas, au-dessus de 7,8 mmol / l;
  • 2 heures après l'ingestion, la glycémie est supérieure à 6,7 mmol / l.

Attention s'il vous plaît! Les femmes enceintes et allaitantes ne sont pas autorisées à utiliser des médicaments hypoglycémiques autres que l'insuline! Les insulines à longue durée d'action ne sont pas utilisées.

La base de la thérapie est la préparation d'insuline d'action courte et ultracourte. Avec le diabète de type 1, un traitement par bolus basal est effectué. Pour le diabète de type 2 et la GDD, il est également possible d'utiliser un traitement traditionnel, mais avec des ajustements individuels déterminés par l'endocrinologue.

Chez les femmes enceintes ayant un faible contrôle de l'hypoglycémie, des pompes à insuline peuvent être utilisées pour simplifier l'administration de l'hormone.

Régime dans le diabète sucré gestationnel pendant la grossesse

Manger une femme enceinte avec un diabète gestationnel doit respecter les principes suivants:

  • Souvent et petit à petit. Il est préférable de faire 3 repas principaux et 2-3 petites collations.
  • La quantité de glucides complexes est d'environ 40%, celle des protéines de 30 à 60% et celle des graisses de 30%.
  • Buvez au moins 1,5 litre de liquide.
  • Augmenter la quantité de fibres - il est capable d'adsorber le glucose de l'intestin et de le retirer.
Vidéo actuelle

Régime dans le diabète sucré gestationnel enceinte

Les produits peuvent être divisés en trois groupes conditionnels, présentés dans le tableau 1.

Diabète sucré gestationnel chez une future mère - quel est le danger, comment traiter

En prévision de l'enfant, la femme vient régulièrement à la clinique et passe les tests: dans le corps de la future mère, il y a des changements que les médecins doivent garder sous contrôle. Parfois, dans le sang d'une femme enceinte, une teneur en sucre accrue est détectée. La patiente elle-même ne remarque pas de détérioration brutale de son état de santé. Elle est donc surprise lorsque le médecin, après un autre examen, pose un diagnostic de diabète gestationnel. "Probablement, une erreur" - vient à l'esprit de la future mère, qui auparavant avec tout diabète n'a pas rencontré. Mais en règle générale, le diagnostic est correct et la femme doit être expliquée: il faut agir immédiatement, sinon le bébé souffrira. La maladie est dangereuse principalement pour le fœtus.

Quand il y a diabète sucré gestationnel

Les maladies auto-immunes, dans lesquelles le métabolisme est perturbé, arrêtent correctement les glucides digérés et fractionnés, appelés diabète sucré. Il existe deux types de diabète, mais parfois la liste est complétée par deux autres. Le résultat est:

  1. Diabète type 1. Dans le pancréas, pour une raison quelconque, les cellules endocrines produisant de l'insuline meurent. Sans hormone responsable de l'absorption du glucose, ce simple sucre, sans entrave, s'accumule dans le sang. Il affecte principalement ceux qui n'en ont pas 30. La maladie est chronique.
  2. Diabète type 2. L'insuline suffit, mais les cellules du corps en perdent la sensibilité, si bien que l'hormone perd le rôle de "régulateur" du glucose dans le sang. Plus fréquent chez ceux qui ont plus de 50 ans. Pathologie chronique.
  3. Diabète sucré secondaire. Il se produit dans le contexte d'autres maladies - infections, troubles du travail des organes et des systèmes. L'échec du métabolisme des glucides se manifeste par un symptôme et se développe ensuite en une maladie indépendante.
  4. Diabète sucré gestationnel. La croissance de la glycémie, caractéristique exclusive de la grossesse, est reconnue comme un type de diabète et est appelée gestationnel.

Gestation est un autre nom pour la grossesse, du gestare latin - "portez-vous". Contrairement à d'autres types de diabète, celui qui survient lorsque l'on porte un fœtus passe tout seul. Après l'accouchement, les symptômes disparaissent généralement, mais si la maladie commence, elle aura le temps:

  • infliger un préjudice irréparable à l'enfant;
  • provoquer à l'avenir le développement du diabète de type 2 chez la mère.

Lorsque les premiers tests de sang ou d'urine en gestation montreront une augmentation de la teneur en sucre, panique précoce: pour les femmes enceintes, ces résultats sont considérés comme la norme. Si le niveau de glucose est élevé et avec des tests répétés, il existe un motif de préoccupation. Lorsque les tests suivants ne permettent pas de détecter une diminution de la glycémie, il est fort probable que le médecin diagnostique un diabète sucré gestationnel (GSD).

Causes de la maladie

Le mécanisme d'apparition de la GDD est associé au nouveau rôle des hormones féminines. L'œstrogène, le lactogène et le cortisol sont à l'origine de la protection du fœtus dans le placenta. Cependant, ces hormones sont des antagonistes de l'insuline; stimuler la libération de glucose dans le sang. Si avant l'insuline, qui produit le pancréas, a régulé la consommation de glucose, le processus ne peut plus être contrôlé: les hormones "repoussent" obstinément le monosaccharide dans le sang. Le pancréas travaille dur, produisant 3 fois plus d'insuline qu'avant la grossesse, mais il n'a toujours pas assez pour «lier» l'excès de sucre.

Les statistiques médicales indiquent que le diabète sucré gestationnel atteint quatre femmes enceintes sur cent (selon certains rapports, dix sur cent). Dans le groupe à risque - futures mères, accoucher après 30 ans et avoir des diabétiques chez des proches parents.

Le réarrangement hormonal se produit dans le corps de toutes les femmes enceintes, mais, heureusement, la DSG est diagnostiquée en unités. Normalement, le pancréas d'une femme enceinte est toujours en mesure de fournir la bonne quantité d'insuline, ce qui ne permet pas au glucose de "balayer". Pour augmenter la glycémie et, par conséquent, le développement du diabète gestationnel, sont capables de tels facteurs:

  • Maladies auto-immunes chez les femmes; les fonctions du pancréas diminuent fortement et la production d'insuline ralentit.
  • L'hérédité. S'il y a des diabétiques dans la famille, le risque d'apparition de GDM chez une future mère est doublé.
  • Les infections dans les premiers stades, qui affaiblissent les défenses immunitaires.
  • Syndrome des ovaires polykystiques - l'apparition de formations bénignes autour des ovaires, perturbant leur fonction. Se produit avec une production excessive de l'hormone mâle androgène.
  • GDM pendant les grossesses antérieures.
  • La grossesse précédente, qui a abouti à la naissance d'un enfant mort.
  • Naissance du bébé précédent avec un poids de plus de 4 kg.
  • Excès de liquide amniotique.
  • L'obésité ou l'excès de poids (dépassant la norme de 20% ou plus) en raison d'un régime avec un excès de glucides facilement assimilables. Âge supérieur à 30 ans et excès de poids - une femme court alors le risque de contracter la maladie.
  • Hypertension artérielle.
  • Grande activité physique, fatigue psychologique. Le surmenage pendant la grossesse affaiblit le corps, ce qui provoque une perturbation du métabolisme et une menace de GDD

Certains pensent que dans certains groupes ethniques, la maladie est plus fréquente que dans d’autres. Le groupe à risque est composé de résidents autochtones d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

Menaces pour la mère et le futur enfant

"GSD n'est pas éternel, après l'accouchement disparaîtra" - ainsi apaiser beaucoup de futures mères et ne pas se dépêcher pour commencer le traitement. Une grosse erreur

Conséquences pour les femmes enceintes

Dans 10 à 15% des cas après la naissance d'un enfant d'une mère ayant survécu à un diabète gestationnel, la maladie passe à un stade chronique - un diabète de type 2. En règle générale, il s'agit d'une "maladie des personnes âgées"; plus il est désagréable de la conduire chez une jeune femme. Les conséquences sanitaires à long terme sont déprimantes. Parmi eux:

  • Problèmes cardiaques: hypertension, maladie ischémique, risque accru de crise cardiaque, accident vasculaire cérébral.
  • Violations dans la région génitale: manque de libido.
  • Lésions de la peau, des nerfs et des vaisseaux des pieds; le soi-disant pied diabétique. Lorsque la condition est négligée, des ulcères se forment dans les tissus, dans certains cas, la gangrène commence. Pied diabétique - une sorte de "passeport" de la maladie: le diagnostic avec un tel symptôme est évident
  • Cataracte - opacité du cristallin.
  • Néphropathie - une violation des reins. Avec la néphropathie diabétique, la sclérose des vaisseaux rénaux se produit, de sorte que les reins ne peuvent pas éliminer l'insuline.

Parfois, la néphropathie affecte déjà une femme pendant la grossesse: des modifications de la composition du sang (taux de glucose constamment élevé) ont un effet néfaste sur les tissus des reins. Le principal danger est que la pathologie se développe d'abord sans symptômes. Et alors seulement, la femme remarque qu'elle a:

  • gonflement des extrémités, poches sous les yeux;
  • essoufflement;
  • faiblesse générale
  • nausées, vomissements.

Au début, la néphropathie peut être guérie. Mais comme il est difficile de reconnaître la maladie, la thérapie est souvent retardée. Le résultat est triste: la néphropathie tardive oblige à interrompre la grossesse. Trop porter un fœtus dépend des reins, qui ne sont plus en mesure de s’acquitter de leurs tâches.

Risques pour le bébé

Le diabète gestationnel chez la mère apparaît rarement au cours du premier trimestre de la grossesse. Néanmoins, si cela se produit plus tôt, les conséquences peuvent inclure:

  • menace de fausse couche;
  • malformations congénitales chez le futur enfant: le cerveau et le système cardiovasculaire souffrent généralement.

A 28-36 semaines de gestation, la confrontation entre hormones féminines et insuline atteint son maximum. La GDD, en règle générale, se rapproche de la future mère sous l'influence de la défaillance du métabolisme glucidique. Avec le diabète, la menace de la fœtopathie diabétique, en d’autres termes, l’effet de «nourrir» le fœtus, augmente. Le glucose en excès provient du sang de la mère et le pancréas du bébé, à peine formé, fonctionne déjà en mode renforcé, transformant l'excès de sucre en graisse. En conséquence:

  • La taille du fruit augmente de manière significative - à la naissance, le poids est supérieur à 4,5 kg.
  • Le corps se développe de manière disproportionnée: la tête et les membres de l'enfant sont normaux et l'abdomen est large, les épaules larges.
  • Le cœur, le foie et les reins ont une taille plus grande. Le risque de jaunisse est accru.
  • Après la naissance, le souffle du bébé est brisé; dans certains cas, le nouveau-né doit être connecté au dispositif de ventilation artificielle des poumons. En cas de fœtopathie diabétique, il est difficile pour un bébé de respirer indépendamment, il est placé dans un kuvez et dans la respiration artificielle
  • Le sang devient trop visqueux, par conséquent, le risque de caillots sanguins.
  • Dans le sang d'un nouveau-né, une faible teneur en magnésium et en calcium est observée.
  • Il existe un risque croissant de naissance prématurée pouvant entraîner la mort de l'enfant.

La fœtopathie diabétique passe rarement sans laisser de traces: même avec un accouchement réussi, le bébé développe des troubles neurologiques, l’enfant accuse un retard dans son développement physique.

Comment reconnaître le diabète gestationnel

La maladie ne se distingue pas par des symptômes brillants. Cela se produit, le tableau clinique est tellement flou que la future mère se sent comme avant et ne soupçonne pas de diabète. S'il y a des sentiments négatifs faibles, écrit sur la grossesse. Et c'est vrai, il est possible de se tromper: GSD comme si "déguisé" sous la "position intéressante". Voici les signes de la maladie:

  • soif constante, avec la satisfaction de laquelle, par conséquent, le besoin fréquent d'uriner;
  • nausées, vomissements;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • plaies lentement envahies par la végétation;
  • inflammation du système génito-urinaire (candidose et autres);
  • perte de poids sur fond d'appétit accru;
  • parfois l'appétit disparaît soudainement;
  • sensation d'engourdissement ou de picotement dans les membres;
  • fatigue constante;
  • diminution de l'acuité visuelle.

En fait, que ce soit le diabète ou la grossesse avec un taux normal de sucre. Lorsque plusieurs symptômes apparaissent en même temps, c'est l'occasion de consulter un gynécologue. Seul un examen approfondi de la femme révélera la maladie avec une précision absolue.

Diagnostic

Si vous soupçonnez que vous avez un diabète héréditaire ou avez déjà eu le SGB, prévenez le médecin. Très probablement, vous devrez vous adresser à l’endocrinologue et passer un test imprévu pour le GDM. Une enquête selon le plan pour les futures mères a lieu à 24-28 semaines. La tâche du test consiste à déterminer comment l'organisme de la femme enceinte fait face à l'assimilation du glucose.

Pour remettre les analyses, il faut l'estomac vide. La procédure pour les actes des médecins:

  1. Le patient prend du sang dans la veine. Les données reçues deviennent initiales.
  2. Donner à une femme de boire un liquide dans lequel 50 grammes de sucre ont été dissous.
  3. Après 1 heure, le sang est repris.
  4. Après 2 heures - le dernier prélèvement sanguin.

Il semblerait - pourquoi de telles difficultés, et pour le patient en plus des sensations désagréables? Nous analyserons l'exemple des résultats obtenus. S'il n'y a pas de GDD, un test sanguin montrera:

  1. Le prélèvement sanguin initial est la quantité de sucre 5,49 mmol / l (millimole par litre).
  2. Prélèvement sanguin après avoir pris un liquide sucré - 11,49 mmol / l.
  3. La dernière clôture est de 7,79 mmol / l.

C'est-à-dire que le corps, après avoir reçu du sucre sucré, a éclaboussé d'abord le glucose dans le sang, puis il y a eu un déclin naturel. Par conséquent, l'insuline connaît son activité. Lorsque l'hormone du pancréas ne résiste pas à la tâche et que le patient développe une HSD, l'analyse montrera:

  1. Le prélèvement sanguin initial est de 5,49 à 6,69 mmol / l.
  2. Ensuite, après avoir pris le sirop - moins de 11,09 mmol / l.
  3. La troisième clôture est supérieure à 11,09 mmol / l.

On peut voir que le sirop a provoqué une croissance stable du sucre dans le sang; Avec le passage du temps, l'indicateur disparaît de la norme, ce qui signifie que le glucose n'est pas bien absorbé.

Un test qui détermine la tolérance au glucose vous permet de diagnostiquer avec précision le HSD

Il est possible de faire des erreurs: une femme est venue aux tests, légèrement grignotée ou fortement ré-énergisée - ce qui ne se produit pas. Pour confirmer le diagnostic, l'endocrinologue vous prescrira une nouvelle intervention après 10 à 12 jours.

Un test sanguin normal pour le sucre est également administré à jeun. Le taux de glucose supérieur à 7,1 mmol / l donne lieu à une suspicion de DSG.

Si pendant la grossesse du sucre se trouve dans l'urine, il n'y a presque aucun doute: la femme a un diabète gestationnel. Et courir, parce que les reins ne peuvent pas faire face à leurs tâches.

Comment traiter GDF

Contrôle strict du niveau de sucre, élimination des raisons de sa croissance - tels sont les principes de la thérapie du diabète gestationnel. Les futures mamans sont invitées à acheter un glucomètre et à utiliser l'appareil 4 à 6 fois par jour:

  1. Sur un estomac vide
  2. Une heure après avoir mangé.
Le glucomètre est un dispositif nécessaire pour une femme enceinte lorsque des symptômes de DSG sont apparus

Les visites à la clinique pour la livraison des tests sont également une mesure obligatoire. En ce qui concerne les médicaments, seule l’insuline est autorisée pendant la grossesse et seulement si d’autres méthodes de lutte contre le diabète sont inutiles. Insulinothérapie - est entièrement administré par le médecin traitant: prescrit le dosage et détermine la durée du traitement. Le médicament est injecté à l'aide de seringues jetables.

Se tourner vers une bonne nutrition

Le régime alimentaire est la première étape dans le traitement du diabète gestationnel. Il est important pour une femme de se rappeler que les restrictions alimentaires ne sont pas nécessaires pour perdre du poids, mais pour rétablir le niveau normal de glucose dans le corps. Vous devez choisir des aliments faibles en calories mais nutritifs. alors le fruit ne souffrira pas d'une pénurie de nutriments.

Fortement exclure du menu:

  • confiseries, produits de boulangerie - en raison de l'abondance de glucides facilement assimilables;
  • fruits individuels - bananes, cerises, raisins, kakis - car ils contiennent des glucides «légers»;
  • beurre;
  • sauces grasses;
  • Produits fumés;
  • saucisses et saucisses;
  • le porc;
  • mayonnaise;
  • produits semi-finis;
  • nourriture instantanée - soupes, céréales, nouilles.

Inclure activement dans le régime alimentaire:

  • produits à haute teneur en fibres - porridge, riz, pain à grains entiers, légumineuses;
  • viande maigre - poulet, lapin et boeuf faible en gras;
  • poisson;
  • légumes avec "bons" glucides - carottes, brocoli, citrouille;
  • concombres, tomates;
  • chou
  • courgettes;
  • Le poivre bulgare (petit à petit, car c'est sucré);
  • les agrumes (s'il n'y a pas d'allergie).

Galerie de photos: produits pour les femmes avec GDF

Choisissez des produits - la moitié de la bataille. Pour réduire le niveau de glucose dans le sang, il faudra manger en respectant ces normes:

  • Évitez les aliments frits, préférez les aliments cuits, cuits et cuits au four;
  • à la table, asseyez-vous 3 fois par jour, en même temps, entre les repas principaux, vous pouvez prendre une double collation;
  • portion sur une plaque ne doit pas dépasser 200-250 grammes;
  • si le matin vous vous sentez malade, vous pouvez manger quelques craquelins.

Ne dédaignez pas l'arithmétique: comptez patiemment le nombre de calories dans l'alimentation quotidienne, déterminez la proportion de nutriments. Voici la norme:

Nous nous souvenons de la culture physique

Allongé dans le lit et souffrant - un moyen sûr d'aggraver votre condition et de gagner encore plus de kilos. L’activité physique raisonnable, d’autre part, atténuera les symptômes du DG, car:

  • les muscles individuels qui ne dépendent pas de l'insuline, tout en se réchauffant, consomment du glucose, contribuant ainsi à réduire son niveau;
  • améliore le métabolisme;
  • le ton général de l'organisme augmente, l'humeur monte.

Bien entendu, les exercices pour la presse devront être supprimés, car la charge sur l'abdomen pendant la grossesse est inacceptable. Évitez aussi les mouvements brusques. Pour les futures mères en forme:

  • gymnastique facile;
  • marcher;
  • nager, faire de l'exercice dans l'eau.
Mouvements lisses et mesurés - le chargement régulera le métabolisme et diminuera même le taux de sucre dans le sang

Un spécialiste des exercices de physiothérapie en polyclinique ou des cours pour les femmes enceintes incitera un complexe d’exercices pour les femmes enceintes.

Faites-le 3 fois par semaine, pendant 20 minutes - cela suffit. Marcher en plein air, loin de la chaussée, vous pouvez sans restrictions.

Comment accoucher dans le diabète sucré gestationnel

Si l'état de la future mère est grave ou si des complications apparaissent chez le fœtus, un accouchement précoce est utilisé - généralement à la 37e semaine de grossesse. Dans d'autres cas, le meilleur moment pour accoucher est la 38e semaine: les poumons du bébé sont déjà formés et les risques de troubles respiratoires ne sont pas encore disponibles.

Au cours de l'accouchement, le niveau de sucre chez une femme est vérifié toutes les 2-3 heures. Au fur et à mesure que ce niveau augmente, des mesures opératoires sont nécessaires, par conséquent, à la montée, entrer dans l'insuline, à la dépression - glucose. Sous surveillance étroite - la respiration et le rythme cardiaque de l'enfant. Dans les situations d'urgence, une césarienne est effectuée.

Un gros bébé, avec de grosses épaules et un gros abdomen, peut traumatiser sa mère lors de son passage dans le canal génital et lui-même subira des luxations. Dans de tels cas, la césarienne est également possible.

Si les mères GDM, le nouveau-né est né avec un niveau réduit de glucose, mais quand nourris au lait maternel ou un mélange de rendement de sucre à la normale.

Après la libération du placenta du corps, qui produit des hormones d'insuline "hostiles", la quantité de sucre est normalisée par la mère. Cela pourrait être appelé une fin heureuse, sinon pour les complications possibles de ceux dont le diabète a été négligé.

Vidéo: un médecin sur le diagnostic et le traitement de la GDD

Réduire le risque de GDD

La maladie ne reconnaît pas la logique et apparaît souvent chez les femmes en bonne santé, en contournant ceux qui sont à risque. Par conséquent, des précautions sont nécessaires pour chaque future mère. Voici quelques:

  • Surveiller le niveau de glucose, prendre régulièrement des tests.
  • Ne pas en surpoids
  • Manger bien.
  • Rester physiquement actif.

Si une femme a déjà eu recours au diabète gestationnel au cours d'une grossesse précédente, un contrôle encore plus strict du sucre dans le sang est nécessaire. Et après avoir accouché, rappelant la possibilité de l'apparition du diabète de type 2, évitez les médicaments qui provoquent une immunité à l'insuline, par exemple:

  • acide nicotinique;
  • la dexaméthasone;
  • la prednisolone.

Avis

J'ai eu du diabète dans les deux grossesses du premier trimestre de la grossesse. Bien que dans la famille, nous n’avons jamais eu de diabète du tout. Je n'étais pas traité du tout, seul le régime était et je donnais constamment des tests de sucre (biochimie, sang du doigt et urine pour le sucre) plusieurs fois par semaine. Une fois même, le sucre était 14 (à un taux allant jusqu'à 5,5). Mais ensuite, il s’est normalisé d’une façon ou d’une autre et après 11 à 12 semaines de plus, il ne s’est pas fait sentir.

L'inconnu

http://www.babyplan.ru/forums/topic/19283-povyshenyj-sahar-pri-b-gestatsionnyj-saharnyj-diabet/page__pid__751995#entry751995

Je vous à temko avec le même diagnostic - GDD. Mettez-le à 32 semaines, le médecin de l'écran LCD a donné renvoi à un endocrinologue (il est suggéré de faire une expérience à long terme de la grossesse). J'ai passé le test avec une charge de glucose (scientifiquement GTT) et maintenant... ce qu'il en advint. À l'heure actuelle, je continue à un régime alimentaire et d'utiliser l'appareil dans le contrôle du sucre dans le sang quatre fois par jour - tenir un journal, l'enregistrement compteur de destination et votre alimentation quotidienne. A partir de 38 semaines, on m'a recommandé d'être hospitalisé dans la spéciale. hôpital, bien avant cette observation à l'endocrinologue et LCD médecin.

Maskarena

http://www.babyplan.ru/forums/topic/19283-povyshenyj-sahar-pri-b-gestatsionnyj-saharnyj-diabet/#ixzz57quuvuCk

J'ai eu un GDD, mis sur la 24ème semaine. J'étais assis strictement sur un régime. Elle a mangé des salades, du sarrasin, de la dinde. L'endocrinologue m'a permis de manger du plombier et quelques tranches de chocolat noir, c'est toute la délicieuse nourriture qui a été autorisée. Plombir longtemps absorbé, bien, et chocolat noir. L'enfant est né la semaine 38-39, poids 2980. Je suis maintenant diabétique. Le sucre diète n'a pas diminué, jusqu'à la naissance, de l'insuline injectée.

Le soleil

https://deti.mail.ru/forum/v_ozhidanii_chuda/beremennost/gestacionnyj_saharnyj_diabet_1497350371/

Le diabète gestationnel, n'étant pas une maladie chronique, disparaît généralement après la naissance sans laisser de trace. Cependant, si vous ignorez la pathologie, cela entraînera une série de complications qui menacent la santé de votre mère et de votre bébé. Le principal danger - une violation dans le développement d'un futur enfant, coupable involontaire était la mère. Peut-être que le GSD disparaîtra tout seul pendant la grossesse, mais il vaut mieux ne pas espérer une chance, mais prendre des mesures pour prévenir le développement de la maladie. Il faut suivre un régime - en vérité, pas trop dur - pour bouger plus et faire des tests régulièrement. Il s'avère que vous avez juste besoin de mener un mode de vie sain, et dans ce cas, le diabète vous laissera en paix, vous débarrassant des conséquences désagréables.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Galvus comprimés

Alimentation électrique

"Galvus" - un médicament à action hypoglycémiante, conçu pour contrôler la glycémie chez les patients atteints de diabète de type 2. La vildagliptine agit en tant que substance active. Grâce à la préparation, le métabolisme du glucagon et de l'insuline est contrôlé qualitativement.

L'état hypoglycémique survient lorsque la concentration de sucre dans le corps humain tombe en dessous des limites admissibles. Si le glucose diminue légèrement, les symptômes de cette maladie ne sont pas très prononcés.

Déterminer visuellement le pourcentage de glucose et de mauvaises lipoprotéines dans le corps est assez difficile. Lecteur de glycémie pour mesurer la glycémie et le cholestérol - analyse rapide, capable de mesurer, d'identifier rapidement les problèmes de santé humaine, sans avoir recours à des recherches en laboratoire.