loader

Principal

Les causes

Diabète pancréatique

L'augmentation constante de la glycémie due à la déviation de la fonction exocrine et endocrinienne du pancréas est appelée diabète sucré pancréatique. Le plus souvent, un tel dysfonctionnement est observé sous forme de pancréatite aiguë et chronique. Le diabète dans ce cas est appelé secondaire et se manifeste par une diminution du tonus musculaire, une sensation de faim, une augmentation de la transpiration. La détection et le traitement intempestifs de la maladie entraînent des complications dangereuses. Par conséquent, lorsque les premiers signes de la pathologie se manifestent, vous devez vous tourner d'urgence vers des spécialistes de la clinique.

Causes et facteurs de développement de la pathologie

Les principales causes de l'apparition du diabète de type pancréatogène comprennent les lésions pancréatiques chroniques et aiguës. En outre, les facteurs qui provoquent l'inflammation de l'organe interne développent alors le diabète pancréatique:

  • l'utilisation de boissons alcoolisées;
  • chirurgie du pancréas;
  • des pierres dans la vésicule biliaire;
  • surpoids;
  • utilisation d'aliments nocifs;
  • médicament du pancréas;
  • maladie oncologique;
  • lésion pancréatique traumatique;
  • développement de nécrose pancréatique;
  • prédisposition génétique
Retour au sommaire

Caractéristiques de flux

L'apparition d'anomalies du métabolisme glucidique dans le diabète pancréatogène est le plus souvent observée après 5 ans à partir de l'apparition de la pancréatite chez l'homme. Les troubles endocriniens sur fond de processus inflammatoire chronique du pancréas se manifestent sous la forme d'une diminution de la glycémie et du diabète sucré pancréatique. Même dans la forme chronique de la pancréatite, on distingue un certain nombre de caractéristiques de l'évolution du diabète:

  • Cette pathologie affecte souvent les personnes sujettes à la maigreur.
  • Augmenter le sucre dans cet état, les gens tolèrent facilement.
  • Avec la consommation d'aliments à faible teneur en calories, le diabète se caractérise par une évolution modérée et ne nécessite pas l'utilisation d'insuline.
  • Après les premiers signes du pancréas, des signes de diabète apparaissent dans quelques années.
  • La tendance à diminuer la glycémie.
  • Des maladies de la peau et des pathologies de nature infectieuse se manifestent souvent.
  • Plus tard qu'avec le diabète classique, il existe une complication telle que l'acidocétose. Des conditions hyperosmolaires et des microangiopathies peuvent également survenir.
  • La pathologie est bien traitée avec des prescriptions alimentaires, des exercices et l'utilisation de sulfonylurées.
  • Il y a un besoin insignifiant pour des applications d'insuline supplémentaires.
Retour au sommaire

Symptomatologie de la maladie

Dans le diabète sucré pancréatogène, les symptômes suivants sont distingués:

  • douleur dans l'abdomen;
  • un trouble intestinal;
  • un sentiment de faim;
  • transpiration sévère;
  • diminution du tonus musculaire;
  • tremblement;
  • forte excitation;
  • blessure vasculaire;
  • développement des ulcères trophiques.
Retour au sommaire

Mesures de diagnostic

Si une personne développe un diabète pancréatique, il doit immédiatement se rendre à l'hôpital pour des spécialistes. Le médecin écoutera toutes les plaintes et procédera à une enquête objective. Lors de l'examen de l'abdomen, on constate des douleurs dans le pancréas. En outre, l'expert passera des diagnostics différentiels avec d'autres maladies. Pour confirmer le diagnostic, le médecin vous prescrira des méthodes d'investigation supplémentaires:

  • un test sanguin général;
  • analyse générale de l'urine;
  • test sanguin biochimique;
  • un test sanguin pour le sucre;
  • Échographie de la cavité abdominale;
  • une analyse de la quantité de diastase dans l'urine et dans le sang.
Retour au sommaire

Traitement du diabète pancréatogène

Si une personne présente les premiers signes de la maladie, vous ne pouvez pas essayer de vous soigner à la maison, car cela peut avoir des conséquences dangereuses. Par conséquent, vous devez consulter un médecin. Lors de l'admission, un spécialiste recueille l'anamnèse, examine le patient et prescrit des méthodes d'investigation spéciales. Après avoir défini le diagnostic exact, le médecin établira un plan de traitement.

En tant que thérapie, les médicaments et la nutrition sont prescrits.

Thérapie médicamenteuse

Lorsque la maladie est prescrite, les médicaments indiqués dans le tableau:

Qu'est-ce que le diabète sucré pancréatogène?

Selon différentes données statistiques, chez les patients atteints de pancréatite chronique (CP), le diabète sucré se développe dans 10 à 90 cas sur cent. Presque la moitié d'entre eux sont sous forme d'insuline. Dans les pancréatites aiguës, le taux de glucose se normalise généralement après une crise pancréatique. Bien que le développement d'une hyperglycémie dans la pancréatite aiguë soit fixé dans 50% des cas, la fréquence de l'hyperglycémie persistante ne dépasse pas 15%.

Diabète sucré de type III

Le diabète pancréatique est appelé "autre" diabète. C'est un phénomène assez courant en endocrinologie. Elle se caractérise par une combinaison de signes de diabète de type I et II dans des proportions différentes. Le concept de diabète sucré de type III (pancréatique) OMS n'a pas été officiellement introduit. Par conséquent, les cas de la maladie sont de type I et II, officiellement approuvés. Le diagnostic du diabète de type III n'est correct que dans 43% des cas. D'où le caractère contradictoire des données statistiques. En outre, dans presque la moitié des cas, le traitement et l'alimentation sont prescrits pour la pancréatite sans tenir compte du développement de la pathologie.

La nomination de l'insuline avec la prévalence des symptômes de la maladie de type I dans le diabète pancréatogène cause des dommages irréparables au patient. Dans ce cas, l'utilisation de médicaments antidiabétiques utilisés pour traiter les formes officielles de la maladie est contre-indiquée.

La principale raison du développement de la maladie est une forte absorption intestinale de l'iode due à certaines pathologies:

  • dysbiose
  • inflammations;
  • érosion.

Provoquer le phénomène peut même intolérance aux céréales. Par conséquent, l'utilisation de médicaments stimulant la fonction pancréatique n'a pas de sens. L'insulinothérapie au mieux ne donnera pas de résultat positif.

La probabilité de développer un diabète de type III chez les patients atteints de pancréatite chronique est d'environ 4%. Le pronostic est aggravé par l'obésité, l'insuffisance endocrinienne, l'alcoolisme. Et dans ce dernier cas, il est possible de réduire la gravité de la douleur.

Le mécanisme de développement

Les cellules exocrines, qui forment la base du pancréas, produisent des sucs digestifs. À côté d'eux se trouvent les îlots de Langerhans, constitués de structures cellulaires qui synthétisent des substances hormonales: le glucagon et l'insuline. En raison de leur proximité, les cellules voisines d'un type différent sont impliquées dans des processus qui affectent un type de cellules. C'est précisément ce qui explique pourquoi la pancréatite et le diabète sucré se développent de manière synchrone.

L'évolution du diabète se caractérise par la destruction des structures cellulaires des îlots de Langerhans, les remplaçant par des tissus conjonctifs et graisseux. Les réactions inflammatoires locales couvrent les cellules qui produisent le suc digestif. Pancréatite développée.

À son tour, HP, dont le cours se caractérise également par le remplacement des structures cellulaires des tissus du pancréas par des tissus graisseux et conjonctifs, peut provoquer le développement du diabète sucré de type III.

Le diabète sucré pancréatogène se caractérise par les caractéristiques suivantes:

  • addition mince ou normale du patient;
  • manque de communication avec les facteurs héréditaires;
  • maladies et infections cutanées fréquentes;
  • l'apparition de symptômes de formes courantes de diabète;
  • la baisse de la glycémie et la possibilité de développer un coma hypoglycémique;
  • blessure vasculaire possible;
  • absence de réponse positive aux comprimés;
  • dans de rares cas, l'acidose et la cétose se développent;
  • diminution de la dépendance à l'insuline.

Un flux parallèle de diabète sucré et de pancréatite chronique complique considérablement le traitement. Pour éliminer le déficit enzymatique et restaurer le métabolisme glucidique, il faut prendre simultanément des préparations hormonales et enzymatiques. Le régime alimentaire joue un rôle important dans le traitement du diabète pancréatogène.

Exigences de régime

Les restrictions alimentaires ont pour but de réguler la consommation de glucides faciles à digérer. Dans ce cas, un régime avec du diabète implique le rejet des sucreries, des produits de boulangerie. Dans le même temps, les dommages structurels aux cellules enzymatiques se manifestent par une violation de la digestion. L'apparition d'une douleur aiguë dans l'abdomen s'accompagne de la consommation d'aliments contenant de la moutarde ou des huiles essentielles. Les aliments bruts, saturés de cellulose, ne sont pratiquement pas digérés.

Le régime quotidien pour une pancréatite et un diabète concomitants est plus souvent comme suit:

Nous prenons en compte le manque de poids, le déficit en protéines-énergie, la présence de troubles électrolytiques et l'hypovitaminose.

Le régime alimentaire et l'alimentation exacts sont élaborés par le médecin individuellement pour chaque patient.

Comme dans le cas d'autres formes de diabète, un régime alimentaire pour le diabète pancréatogène est nécessaire à vie.

Sa correction est effectuée en fonction de l'évolution de la maladie, lorsque l'on observe des signes de dynamique positive ou, inversement, une détérioration de la santé.

Diabète sucré pancréatogène

Diabète sucré pancréatogène - maladie endocrinienne qui se produit dans le contexte de la lésion primaire du pancréas de genèse différente (plus souvent h pancréatite). Il se manifeste par des troubles dyspeptiques (brûlures d'estomac, diarrhée, douleurs épigastriques périodiques) et un développement progressif de l'hyperglycémie. Le diagnostic repose sur l'étude du profil glycémique, de la biochimie sanguine, de l'échographie, de l'IRM du pancréas. Le traitement comprend un régime à faible teneur en graisses et en glucides «rapides», la prise de médicaments enzymatiques et hypoglycémiants, le refus de fumer et l’alcool. Après avoir effectué des opérations radicales, prescrire une insulinothérapie de substitution.

Diabète sucré pancréatogène

Le diabète sucré pancréatogène (diabète de type 3) est un trouble secondaire du métabolisme du glucose, qui se développe à la suite de la défaite de l'appareil endocrinien du pancréas (PZ). La maladie survient chez 10 à 90% des patients atteints de pancréatite chronique. Cette variabilité des données est associée à la complexité de la prédiction du développement du dysfonctionnement endocrinien de la prostate et de la difficulté du diagnostic différentiel de la pathologie. Après avoir souffert d'une pancréatite aiguë, le risque de développer un diabète de type 3 est de 15%. La maladie affecte plus souvent les hommes, la consommation excessive d'alcool, les aliments gras.

Causes du diabète sucré pancréatogène

La maladie se développe lorsque les fonctions endocrines et exocrines de la prostate sont violées. Il y a des causes suivantes d'endommagement de l'îlot de la glande:

  • Inflammation chronique de la prostate. Les exacerbations fréquentes de la pancréatite augmentent le risque de développer un diabète. L'inflammation chronique provoque la destruction et la sclérose progressive des îlots de Langerhans.
  • Opérations sur le pancréas. La fréquence du diabète postopératoire varie de 10% à 50%, en fonction de la taille de l'opération. Le plus souvent, la maladie se développe après une pancréatectomie totale, une résection pancréato-duodénale, une pancréatomyunostomie longitudinale, une résection de la queue de la prostate.
  • Autres maladies du pancréas. Cancer du pancréas, la nécrose pancréatique provoque une perturbation de la fonction endocrinienne avec formation d'une hyperglycémie persistante.

Il existe des facteurs de risque qui déclenchent l'apparition du diabète pancréatique chez les patients présentant un dysfonctionnement pancréatique. Ceux-ci comprennent:

  • Abus d'alcool La consommation systématique de boissons alcoolisées à plusieurs reprises augmente le risque de pancréatite d'origine alcoolique avec formation d'hyperglycémie transitoire ou persistante.
  • Perturbation de la nutrition. Une consommation excessive d'aliments riches en graisses, en glucides digestibles, favorise le développement de l'obésité, de l'hyperlipidémie et de la tolérance au glucose (pré-diabète).
  • L'utilisation à long terme de médicaments (corticostéroïdes) s'accompagne souvent de l'apparition d'une hyperglycémie.

Pathogenèse

La fonction endocrine de la prostate est la libération d'insuline et de glucagon dans le sang. Les hormones sont produites par les îlots de Langerhans, situés dans la queue de la glande. Influences externes à long terme (alcool, médicaments), attaques fréquentes d’exacerbation de la pancréatite, chirurgie de la glande entraîne une violation de la fonction insulaire. La progression de l'inflammation chronique de la glande provoque la destruction et la sclérose de l'appareil des îlots. Au cours de l'exacerbation de l'inflammation, un œdème formé de la prostate augmente la teneur en trypsine dans le sang, ce qui a un effet inhibiteur sur la sécrétion d'insuline. À la suite d'une lésion de l'appareil endocrinien de la glande, une hyperglycémie transitoire, puis persistante apparaît, le diabète sucré se forme.

Symptômes du diabète sucré pancréatogène

La pathologie se produit souvent chez les personnes de taille maigre ou normale avec une excitabilité accrue du système nerveux. La défaite de la prostate s'accompagne d'une dyspepsie (diarrhée, nausée, brûlure d'estomac, flatulence). Les sensations douloureuses avec exacerbation de l'inflammation de la glande sont localisées dans la zone épigastrique et ont une intensité différente. La formation d'hyperglycémie dans la pancréatite chronique se produit progressivement, en moyenne après 5-7 ans. À mesure que la durée de la maladie et la fréquence des exacerbations augmentent, le risque de développer un diabète augmente. Le diabète peut également faire ses débuts dans la manifestation d'une pancréatite aiguë. L'hyperglycémie postopératoire se forme simultanément et nécessite une correction par l'insuline.

Le diabète pancréatogène se produit sous une forme légère avec une augmentation modérée de la glycémie et des crises fréquentes d'hypoglycémie. Les patients sont bien adaptés à l'hyperglycémie à 11 mmol / l. Une augmentation supplémentaire du glucose dans le sang provoque des symptômes de diabète (soif, polyurie, peau sèche). Le diabète pancréatogène peut bien répondre à un traitement diététique et à des médicaments hypoglycémiants. L'évolution de la maladie s'accompagne de maladies infectieuses et cutanées fréquentes.

Les complications

Chez les patients atteints de diabète de type 3, il existe rarement une acidocétose et une cétonurie. Pour les patients diabétiques pancreatogenic se caractérise par de fréquentes brefs épisodes d'hypoglycémie, qui sont accompagnés d'une sensation de faim, des sueurs froides, peau pâle, une agitation excessive, des tremblements. Une nouvelle baisse du taux de glucose dans le sang ou causer une opacification perte de conscience, des convulsions, le développement et le coma hypoglycémique. Dans les longues complications du diabète de pankreatogennogo générées par d'autres systèmes et organes (neuropathie diabétique, la néphropathie, la rétinopathie, l'angiopathie), hypovitaminosis A, E, altération du métabolisme du magnésium, le cuivre et le zinc.

Diagnostic

Le diagnostic du diabète pancréatogène est difficile. Cela est dû à la longue absence de symptômes du diabète, à la difficulté de reconnaître les maladies inflammatoires du pancréas. Lors du développement de la maladie, ignorent souvent les symptômes de la pancréatite, en nommant seulement un traitement hypoglycémique. Le diagnostic de la violation du métabolisme glucidique est effectué dans les domaines suivants:

  1. Consultation de l'endocrinologue. Un rôle important est joué par l'étude attentive de l'histoire de la maladie et de la relation entre le diabète et la pancréatite chronique, les opérations sur la prostate, l'alcoolisme, les troubles métaboliques et l'utilisation de stéroïdes.
  2. Surveillance de la glycémie. Suppose la détermination de la concentration de glucose à jeun et 2 heures après avoir mangé. Dans le cas du diabète de type 3, le taux de glucose à jeun se situera dans les limites de la normale et après l’augmentation des aliments.
  3. Evaluation de la fonction RV. Elle est réalisée à l'aide d'analyses biochimiques avec détermination de l'activité de la diastase, de l'amylase, de la trypsine et de la lipase dans le sang. Les données OAM sont indicatives: avec le diabète pancréatique, les traces de glucose et d'acétone dans l'urine sont généralement absentes.
  4. Techniques d'imagerie instrumentale. L'échographie de la cavité abdominale, l'IRM du pancréas permettent d'estimer la taille, l'échogénicité, la structure de la prostate, la présence de formations et d'inclusions supplémentaires.

En endocrinologie, le diagnostic différentiel de la maladie est réalisé avec le diabète de type 1 et de type 2. Le diabète de type 1 se caractérise par un début brutal et agressif de la maladie à un jeune âge et des symptômes marqués d'hyperglycémie. Dans le test sanguin, des anticorps dirigés contre les cellules bêta de la prostate sont détectés. Les caractéristiques distinctives du diabète de type 2 sont l'obésité, la résistance à l'insuline, la présence de peptide C dans le sang et l'absence de crises d'hypoglycémie. Le développement du diabète des deux types n'est pas associé aux maladies inflammatoires de la prostate, ni aux interventions chirurgicales sur l'organe.

Traitement du diabète pancréatogène

Pour le meilleur résultat, il est nécessaire de réaliser un traitement conjoint de la pancréatite chronique et du diabète sucré. Il est nécessaire d'abandonner pour toujours l'utilisation de boissons alcoolisées et de tabac, d'ajuster le régime alimentaire et le mode de vie. La thérapie complexe a les directions suivantes:

  • Régime alimentaire. Le régime alimentaire du diabète pancréatogène comprend la correction du déficit en protéines, de l'hypovitaminose et des troubles électrolytiques. Les patients sont invités à limiter la consommation de glucides «rapides» (biscuits, pain, sucreries, gâteaux), les aliments frits, épicés et gras. Le régime principal se compose de protéines (variétés de viande et de poisson pauvres en graisses), de glucides complexes (céréales), de légumes. La nourriture doit être prise en petites portions 5-6 fois par jour. Il est recommandé d'exclure les pommes fraîches, les légumineuses, les bouillons riches en viande, les sauces et la mayonnaise.
  • Remboursement du déficit enzymatique de la prostate. On utilise des médicaments contenant des enzymes amylase, protéase et lipase en différentes proportions. Les préparations aident à établir le processus de digestion, à éliminer les carences en protéines.
  • Admission de médicaments hypoglycémiques. Pour la normalisation du métabolisme des glucides, l’administration de médicaments à base de sulfanylurée est un bon résultat.
  • Thérapie de substitution postopératoire. Après des interventions chirurgicales sur le pancréas avec résection complète ou partielle de la queue de la glande, l'administration fractionnelle d'insuline ne dépasse pas 30 unités par jour. La glycémie recommandée n'est pas inférieure à 4,5 mmol / l en raison du risque d'hypoglycémie. Avec la stabilisation de la glycémie, vous devez passer à la nomination de médicaments hypoglycémiants oraux.
  • Autotransplantation de cellules d'îlots. Il est réalisé dans des centres médicaux endocrinologiques spécialisés. Après une transplantation réussie, les patients subissent une résection de la pancréatotomie ou du pancréas.

Pronostic et prévention

Dans le traitement complexe des lésions PI et la correction de l'hyperglycémie, le pronostic de la maladie est positif. Dans la plupart des cas, il est possible d'obtenir un état satisfaisant du patient et des valeurs de glycémie normales. Dans les maladies oncologiques sévères, les opérations radicales sur le fer, le pronostic dépendra de l'intervention et de la période de rééducation. L’obésité, l’alcoolisme, l’abus de matières grasses, les aliments sucrés et épicés pèsent lourdement sur le cours de la maladie. Pour la prévention du diabète sucré pancréatogène, il est nécessaire de mener une vie saine, d'abandonner l'alcool, en présence d'une pancréatite pour subir un examen en temps opportun par un gastro-entérologue.

Diabète sucré pancréatogène

Le diabète sucré peut souvent devenir une aggravation de l'inflammation chronique du pancréas. Il convient de noter que le nombre de cas de diabète insulino-dépendant et indépendant sera approximativement le même.

Dans la pancréatite aiguë, la transition vers l'hyperglycémie peut survenir dans 50% des cas, dont 15 se caractériseront par une forme d'hyperglycémie stable.

Au cours de la thérapie visant à se débarrasser d'une crise pancréatique, la concentration de sucre dans le sang d'une personne malade sera réduite jusqu'à ce qu'elle atteigne la marque normale.

Les principales causes de l'apparition de la maladie

Le diabète sucré pancréatique se développe à mesure que l'inflammation chronique du pancréas progresse. De plus, la maladie s'accompagne de la destruction et de la sclérose de l'appareil incrémentiel de l'homme.

Des effets pathogènes apparaissent également sur les cellules des îlots de Langerhans. Pour plus d'informations sur les îlots de Langerhans, veuillez visiter notre site Web.

Le rôle le moins important dans la pathogenèse du diabète dans l'inflammation chronique du pancréas n'est pas lié au conditionnement constitutionnel de la résistance des tissus. Il est plus caractéristique de ces personnes, il souffre d'un excès de poids et d'une hyperlipidémie.

L'obésité devient le principal fardeau de la pancréatite chronique et peut nuire au pronostic du traitement.

Selon les statistiques médicales, à mesure que le poids corporel augmente, la probabilité de complications liées à une inflammation chronique du pancréas augmente, ainsi que son insuffisance endocrinienne. De plus, les patients atteints de pancréatite aiguë sur fond de poids excessif développent souvent une hyperglycémie.

En cas d'exacerbation du processus inflammatoire, l'hyperglycémie transitoire sera alors associée à:

  • poches du pancréas;
  • effet inhibiteur de la trypsine sur la production d'hormone insuline (dont la concentration dans l'inflammation aiguë et l'exacerbation augmente de manière significative).

Tableau clinique

La pancréatite et le diabète sont une combinaison grave de maladies. Le déséquilibre dans la tolérance aux glucides est caractéristique dès le début de la chronique de la pancréatite. En règle générale, une violation stable du métabolisme des glucides se produit environ 5 ans après le début de la maladie principale.

Les troubles de la fonction endocrine dans l'inflammation chronique peuvent se manifester sous deux formes:

  • hypoglycémie (hyperinsulinisme);
  • diabète pancréatique.

L'hyperinsulinisme peut survenir avec des symptômes caractéristiques accompagnés de:

  1. la faim;
  2. sueurs froides;
  3. faiblesse musculaire;
  4. tremblant sur tout le corps;
  5. excitation excessive.

Environ un tiers des cas d'hypoglycémie peuvent provoquer des crises et une perte de conscience.

Le diabète sucré pancréatogène présente un certain nombre de caractéristiques:

  • En règle générale, les patients minces présentant un tempérament de type cholérique souffrent de cette maladie;
  • la maladie n'est pas associée à un excès de poids, à une tolérance au sucre ou à une prédisposition familiale;
  • dans cet état, l'hyperglycémie est assez facilement tolérée, jusqu'à 11,5 mmol / l;
  • le diabète sucré passe sous une forme légère et il n'y a pas besoin d'insuline endogène dans le contexte d'une diminution de l'apport calorique des aliments consommés, ainsi que d'une malabsorption;
  • quelques années après l'observation des premières douleurs dans la cavité abdominale, il existe des signes de diabète sucré;
  • il y a une tendance à l'hypoglycémie;
  • souvent la peau, ainsi que des maladies infectieuses;
  • beaucoup plus tard que dans le cas du diabète classique: acidocétose; conditions hyperosmolaires, microangiopathie;
  • la maladie peut être traitée à l'aide d'une nutrition spéciale, d'une charge physique et de sulfonylurées;
  • la nécessité d'une administration supplémentaire d'insuline est négligeable.

Diagnostic et traitement

La détection du diabète pancréatogène est possible avec la fourniture de tests de diagnostic classiques.

Pour se débarrasser de la maladie, il faut développer une nutrition diététique appropriée. Il est important de porter une attention particulière à l’ajustement du déficit en protéines et à la prise de poids. De plus, on ne peut pas se passer de la normalisation de l'hypovitaminose et des troubles électrolytiques.

Il devrait être aussi élevé que possible pour compenser l'insuffisance pancréatique exocrine. Pour ce faire, la nomination de préparations enzymatiques pour l'organe affecté.

L’utilisation obligatoire d’analgésiques d’origine non narcotique ne sera pas moins importante dans le cas de l’assouplissement de la douleur dans la cavité abdominale.

Si le médecin recommande une intervention chirurgicale, il est important de ne pas autoriser la pancréatomie distale. Si nécessaire, de petites quantités d'insuline simple seront prescrites. C'est une dose de pas plus de 30 unités. Le dosage exact dépend entièrement de ces caractéristiques:

  • la concentration de glucose dans le sang;
  • la nature de la nutrition;
  • le niveau d'activité physique;
  • volume de glucides consommés.

Ne pas abaisser la glycémie, si elle est au niveau inférieur à 4,5 mmol / l. Sinon, une hypoglycémie peut se développer.

Dès que les paramètres du métabolisme glucidique sont stabilisés, le patient doit être transféré à des médicaments oraux visant à réduire la glycémie.

Diabète pancréatogène - régime et traitement de la pancréatite

Le diabète sucré pancréatogène est une maladie associée à la lésion primaire du pancréas. Parmi les endocrinologues, la définition de la maladie en tant que diabète de type 3 est courante. La probabilité de développement d'une pathologie est de 10 à 90% chez les patients présentant une forme chronique de pancréatite. Pour exclure la maladie, il est nécessaire de comprendre les causes de son développement, les symptômes, les méthodes de prévention.

Qu'est-ce que le diabète pancréatogène?

Le diabète sucré pancréatogène est une violation secondaire de la production de glucose. La condition se développe en raison de la défaite de l'appareil intrasécrétoire du pancréas. Faites attention au fait que:

  • la probabilité de développement d'une pathologie est directement liée aux difficultés de prédiction du dysfonctionnement des organes endocriniens et de la difficulté du diagnostic différentiel;
  • après une pancréatite aiguë formée, le risque de diabète de type 3 sera de 15%;
  • Le diabète pancréatogène affecte généralement l'homme, qui consomme des quantités importantes de boissons alcoolisées et d'aliments gras.

Il est nécessaire de comprendre plus en détail les causes de l'apparition de la pathologie et du tableau clinique.

Causes de la maladie

Les principales causes de l'apparition de la forme pancréatique du diabète sucré sont des lésions chroniques et aiguës du pancréas. De plus, il existe des facteurs capables de provoquer la formation d'une réaction inflammatoire de l'organe interne. Nous parlons de l'utilisation de boissons alcoolisées, d'interventions chirurgicales sur le pancréas.

Le diabète sucré et la pancréatite peuvent se développer en raison de la présence de concrétions dans la vésicule biliaire. Une attention distincte mérite un poids supplémentaire, l'utilisation d'aliments nocifs, ainsi que des dommages aux médicaments pour le corps. Un facteur provoquant peut être une maladie oncologique (y compris les métastases et indépendamment du stade). Ne pas oublier la lésion traumatique pancréatique, le développement de la nécrose pancréatique (contre la pancréatite) et la prédisposition génétique.

Symptômes du diabète pancréatique

La condition pathologique se forme chez les personnes de physique maigre ou normal avec un haut degré d'excitabilité du système nerveux. La défaite du pancréas est toujours associée à des symptômes de dyspepsie (diarrhée, nausée, brûlure d'estomac et flatulence). Des sensations désagréables dans l'aggravation du processus inflammatoire de la glande seront localisées dans la région épigastrique et auront des degrés d'intensité variables.

La formation d'hyperglycémie dans la pancréatite et le diabète sucré de type 2 se produit systématiquement. Il faut se rappeler que:

  • en moyenne, cela prend de cinq à sept ans;
  • À mesure que la durée de la maladie augmente et que la fréquence de l'aggravation de l'état général augmente, la probabilité de développement d'une pathologie augmente considérablement;
  • la maladie peut se développer pour la première fois dans la manifestation d'une pancréatite aiguë. Dans certains cas, cela s'applique également à la pancréatite chronique.
  • L'hyperglycémie après chirurgie du pancréas est formée simultanément et implique un ajustement obligatoire par la composante hormonale.

Les symptômes de la pathologie pancréatique diabétique surviennent généralement sous une forme bénigne avec une augmentation systématique de la glycémie. Les attaques fréquentes d'hypoglycémie sont typiques. Dans la plupart des cas, les patients s'adaptent rapidement à l'hyperglycémie à 11 mmol. Une augmentation ultérieure de la glycémie provoquera les symptômes caractéristiques du diabète, à savoir la soif, la polyurie et la peau sèche. L'évolution de la maladie est associée à des maladies infectieuses et dermatologiques fréquentes.

Comment traiter la pancréatite chez les diabétiques?

Pour confirmer le diagnostic, des méthodes d'investigation telles qu'une analyse générale du sang et de l'urine sont prescrites et un test sanguin biochimique est obligatoire.

Myasnikov a dit toute la vérité sur le diabète! Le diabète disparaîtra pour toujours après 10 jours si vous buvez le matin. »Lire plus >>>

Ne pas oublier la détermination de la glycémie, la réalisation des ultrasons du péritoine et l'analyse du rapport de la diastase dans l'urine et le sang.

Dans le diabète pancréatique, le traitement consiste à refuser de consommer de l'alcool et une dépendance à la nicotine. Il est très important d'ajuster le régime alimentaire et le mode de vie. Afin de compenser l'insuffisance enzymatique du pancréas, des agents médicinaux contenant certaines enzymes sont utilisés dans des proportions différentes. Nous parlons de l'amylase, de la protéase et de la lipase. Les médicaments présentés contribuent à l'amélioration de la digestion, à l'exclusion des carences en protéines et en énergie.

Parlant de traitement pour le diabète de type 2, faites attention à:

  • la nécessité d'utiliser des noms réducteurs de sucre;
  • pour améliorer les paramètres du métabolisme des glucides, des médicaments efficaces seront basés sur la sulfanylurée;
  • l'importance du traitement de substitution après l'opération;
  • L'administration fractionnelle du composant hormonal ne dépasse pas 30 unités par jour après les interventions chirurgicales sur le pancréas. Le taux de sucre recommandé dans le sang doit être d'au moins 4,5 mmol en raison du développement probable d'une hypoglycémie;
  • lors de la normalisation de la glycémie, il est recommandé de passer à des noms oraux réducteurs de sucre.

La pancréatite dans le diabète sucré peut être traitée par autotransplantation de cellules d'îlots. La procédure présentée est réalisée dans des centres médicaux endocrinologiques spécialisés. Après une transplantation réussie, les diabétiques subissent une résection de la pancréatotomie ou du pancréas.

Régime en cas de maladie

L'alimentation en pancréatite et en diabète est le principal moyen d'améliorer la condition. Parlant de l'alimentation, faites attention à l'ajustement de la carence en protéines. Il est important d'exclure l'hypovitaminose et même des perturbations électrolytiques minimes, qui affectent négativement le corps dans son ensemble.

La nutrition pour la pancréatite et le diabète doit nécessairement limiter l'utilisation des glucides «rapides», notamment les friandises, le pain, les sucreries et les gâteaux. Il est important de renoncer aux aliments frits, épicés et gras. En parlant des caractéristiques du régime, faites attention au fait que:

  • ses bases devraient être des protéines, à savoir de la viande et du poisson avec une teneur minimale en matières grasses, des glucides complexes tels que les céréales et les légumes;
  • Il est recommandé de prendre de la nourriture en petites portions, cinq à six fois par jour;
  • Il est recommandé de ne plus utiliser de pommes fraîches, de légumineuses, de bouillons riches en viande, de sauces et de mayonnaise.

Ayant découvert qu'il est possible de manger à la maladie, il est nécessaire d'adhérer à un tel régime de façon constante. Pour un diabétique, ce sera une excellente prophylaxie pour le développement de la pathologie dans le futur et évitera également le développement de complications et de conséquences critiques.

Pronostic et prévention de la pathologie

Avec le traitement complexe des problèmes de pancréas et la correction de l'hyperglycémie, le pronostic de la maladie sera positif. Dans la plupart des cas, il est possible d'obtenir un état satisfaisant du diabétique et les valeurs optimales du taux de sucre dans le sang.

En cas de maladie oncologique grave et d'opérations graves sur le pancréas, le pronostic dépendra entièrement de l'ampleur de l'intervention, de la durée et de l'efficacité de la période de rééducation.

L'évolution de la maladie est certainement aggravée par l'obésité, la dépendance à l'alcool. Il s’agit également d’abuser des aliments gras, sucrés et épicés.

Afin de prévenir le diabète sucré pancréatique, il est recommandé de mener une vie saine et active. Il est important d'abandonner la consommation d'alcool et la dépendance à la nicotine. En présence de pancréatite et d'autres pathologies du pancréas, on ne peut faire sans passer des examens en temps opportun chez le gastro-entérologue.

Quelles sont les causes du diabète pancréatogène et quel type de traitement est indiqué?

Chez certains patients, la pathologie pancréatique développe un diabète sucré pancréatique. Ce type de diabète ne s'applique pas au premier type (SD1), ni au deuxième type (CD2). Selon de nombreux experts, le diabète pancréatogène est un diabète de type III qui présente des signes et des caractéristiques caractéristiques du cours.

Le mécanisme de développement

Le pancréas est constitué de tissus exocrines et endocriniens. Dans le cas de la pancréatite, il se produit des modifications diffuses destructives et dégénératives du tissu acineux, suivies d'une atrophie des acini, principal élément structurel de la glande exocrine.

De tels changements peuvent s'étendre aux îlots de Langerhans (unités structurelles de la partie endocrine du pancréas) dont la fonction est la production d'insuline. En conséquence, le système endocrinien du pancréas est perturbé, ce qui entraîne l'apparition du diabète sucré pancréatogène.

Le diabète de type 3 présente certaines particularités:

  • Les patients ont souvent un physique normal;
  • Il n'y a pas de prédisposition génétique;
  • Propension à développer une hypoglycémie;
  • Les patients sont souvent diagnostiqués avec des maladies de la peau;
  • Faible besoin d'un traitement par insuline;
  • Les patients sont dominés par un tempérament cholérique;
  • Manifestation tardive des symptômes (manifestation). Des signes explicites de la maladie sont ressentis 5 à 7 ans après le début de la maladie sous-jacente.

La macroangiopathie, la microangiopathie et l'acidocétose sont moins courantes que le diabète conventionnel.

Causes d'apparence

La principale cause du diabète de type 3 est la pancréatite. Mais d'autres facteurs provoquent le développement de la maladie.

Ceux-ci comprennent:

  1. Blessures dans lesquelles l'intégrité du pancréas est altérée;
  2. Interventions opératoires (pancréatoduodénectomie, pancréaturie unostomie, pancréatectomie,
  3. Résection du pancréas);
  4. Traitement médicamenteux à long terme (utilisation de corticostéroïdes);
  5. Autres maladies du pancréas telles que le cancer, la nécrose pancréatique, la pancréatopathie;
  6. La fibrose kystique;
  7. Hémochromatose

Augmenter la probabilité de développement du diabète de type 3:

  • L'obésité. L'excès de poids surcharge le cours de la pancréatite et augmente le risque de complications. Les patients souffrant d'obésité sont plus susceptibles d'avoir une résistance tissulaire (résistance) à l'insuline, ce qui augmente le risque de développer un diabète.
  • Hyperlipidémie. Des taux élevés de lipides dans le sang d'une personne perturbent la circulation sanguine, de sorte que les cellules pancréatiques ne reçoivent pas la quantité nécessaire de nutriments et que l'inflammation se développe.
  • Alcoolisme Avec l'utilisation systémique de l'alcool, le taux de progression de la glande exocrine est beaucoup plus élevé.

Symptomatologie

Signes du diabète pancréatogène:

  • Un sentiment constant de faim;
  • La polyurie
  • Polydipsie;
  • Diminution du tonus musculaire
  • Faiblesse;
  • Sueur froide
  • Tremblement du corps entier;
  • Excitation émotionnelle.

Avec le diabète sucré pancréatogène, les parois vasculaires deviennent plus minces, leur perméabilité augmente, ce qui se traduit par des contusions et des gonflements.

Traitement

La médecine officielle ne reconnaît pas le diabète de type 3 et, dans la pratique, ce diagnostic est très rarement posé. En conséquence, un traitement incorrect est nommé, ne donnant pas l'effet souhaité.

Le fait est que lorsque le diabète pancreatogenic, contrairement aux deux premiers types de diabète, il est nécessaire de travailler non seulement sur l'hyperglycémie, mais aussi sur la maladie sous-jacente (pathologie du pancréas).

Le traitement du diabète de type 3 comprend:

  1. Régime alimentaire
  2. Thérapie médicamenteuse
  3. Injections d'insuline;
  4. Intervention opératoire.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire du diabète pancréatogène consiste à corriger le déficit en protéines, y compris l'hypovitaminose. Il faut exclure les aliments gras, épicés et frits, les glucides simples (pain, aliments sucrés, sucreries).

Les produits utilisés doivent remplir complètement les réserves de vitamines et de minéraux dans le corps. Il est également nécessaire d'abandonner complètement l'alcool.

Thérapie médicamenteuse

La pharmacothérapie comprend la prise de médicaments:

  • Enzymatique;
  • Réduction de sucre;
  • Analgésiques;
  • Assurer la restauration de l'équilibre électrolytique;
  • Complexes de vitamines.

La thérapie avec des préparations enzymatiques est une méthode supplémentaire (adjuvante) pour traiter la maladie. Les préparations enzymatiques utilisées pour le traitement du diabète de type 3 doivent contenir dans des proportions variables les enzymes amylase, peptidase, lipase.

Le but de l'application de ces médicaments est d'améliorer le processus de la digestion et le métabolisme des glucides, ce qui rend possible un meilleur contrôle de la glycémie, de réduire le risque de complications, l'hémoglobine glyquée se stabilise et améliore le bien-être du patient.

Une des préparations enzymatiques les plus couramment utilisées est le créon, qui, outre son objectif principal, aide également à guérir la douleur pancréatique.

La douleur pancréatique peut entraîner l'apparition de la sitophobie (peur de manger), ce qui ne contribue qu'au développement d'une hypoglycémie. Pour réduire les sensations douloureuses, il est recommandé d'utiliser des analgésiques non narcotiques.

Intervention chirurgicale

Il s'agit de l'autotransplantation des îlots de Langerhans du donneur à un patient souffrant de diabète sucré. Après la transplantation, les cellules du tissu endocrinien commencent à produire de l'insuline, régulant activement les paramètres glycémiques.

Après avoir effectué une telle opération, vous pouvez effectuer une résection du pancréas ou une pancréatomie.

Injections d'insuline

Si nécessaire, prescrire l'introduction de médicaments contenant de l'insuline, dont la posologie dépend du niveau de glucose dans le sang, de la nourriture consommée et de l'activité physique du patient.

Tout sur le diabète sucré pancréatogène

Le diabète sucré pancréatogène (POID), chez certaines sources médicales appelées diabète de type 3, est une pathologie endocrinienne provoquée par une évolution chronique ou aiguë de la pancréatite. Les défaillances fonctionnelles du fonctionnement du pancréas entraînent des fluctuations constantes du taux de sucre dans le sang. Ils sont accompagnés d'un certain nombre de symptômes, caractéristiques des pathologies pancréatiques ou autres du système digestif. Le développement de la glycémie se produit progressivement et n'est souvent diagnostiqué que lorsque la PSD acquiert un caractère prononcé.

Mécanisme du développement du diabète pancréatique

Le diabète pancréatogène est une violation pathologique du métabolisme naturel du glucose, qui devient une conséquence de la maladie pancréatique. Se produit principalement avec une évolution chronique de la pancréatite. Des études cliniques ont montré qu'après l'apparition de la phase aiguë, l'apparition de la POJ était moins probable, mais cela peut aussi être sa conséquence naturelle. Dans la moitié des cas de pancréatite chronique, le diabète insulino-dépendant se développe et chez d'autres, le pancréatogène. Il est difficile à diagnostiquer en raison de symptômes inhabituels caractéristiques d'autres maladies. Le mécanisme de la formation de SD commence à un stade précoce de la maladie du pancréas, ce qui conduit à une étape plus dangereuse.

Le stade 2 de la pancréatite contient déjà les éléments pathologiques du processus général - la glycémie spontanée. Cela s'explique par la libération d'insuline dans le sang, qui produit des cellules bêta, irritées par une inflammation continue. La tolérance au glucose et une augmentation prolongée du taux de sucre dans le sang sont déjà observées en 4 étapes, et ce dernier est complètement rompu par le mécanisme de la glande endocrine. Cela est dû à la destruction finale des cellules fonctionnelles et à leur remplacement par les cellules graisseuses.

Les violations de la fonction endocrinienne de la prostate peuvent être observées avec un effet négatif sur l'organe, qui a un caractère destructeur:

  • processus inflammatoire constant, présent sous forme chronique, pendant les périodes d'exacerbation;
  • opérations sur le pancréas, en particulier après une pancréatectomie de n'importe quel volume;
  • toutes les maladies pancréatiques (oncologie, nécrose pancréatique);
  • Abus de facteurs susceptibles de provoquer un dysfonctionnement des organes (troubles de l'alimentation, consommation d'alcool et tabagisme, usage prolongé des médicaments).

Comme toute partie importante du système endocrinien, le pancréas produit des hormones - l'insuline et le glucagon. La fonction insulaire des cellules responsables de la reproduction hormonale est perturbée par la consommation humaine de substances nocives. Une inflammation chronique détruit et sclérose les îlots de Langerhans, responsables de la production d'insuline. Le diabète sucré se forme avec un excès de trypsine, un inhibiteur de la sécrétion d'insuline.

Symptômes de la maladie

La pancréatite chronique et le diabète sucré, formés dans le contexte de la pathologie de la glande, sont le plus souvent observés chez les personnes présentant une excitabilité nerveuse accrue. La principale cause d'inquiétude au stade initial est l'indigestion et les brûlures d'estomac, les ballonnements, les flatulences et la diarrhée. La défaite du pancréas est caractérisée par une douleur initialement exprimée dans la zone épigastrique. L'hyperglycémie après une intervention chirurgicale peut se produire rapidement, il peut y avoir des symptômes spontanés sur le fond de l'inflammation.

Les violations de l'équilibre glucidique se développent pendant plusieurs années. Les symptômes augmentent avec la transition de stade en stade, les troubles endocriniens sont amplifiés:

  • au début du développement du diabète, le taux de glucose dans le sang est augmenté de manière modérée;
  • Au fur et à mesure que la progression commence à être accompagnée de fréquents épisodes d'hypoglycémie;
  • peau sèche, soif constante et écoulement d'urine anormalement fréquent (symptômes caractéristiques du diabète sucré);
  • la mesure du glucose sur un estomac vide donne un niveau normal et, après les repas, augmente;
  • une immunité affaiblie entraîne le développement de processus infectieux et de pathologies cutanées.

Les tremblements, le blanchissement de la peau, les accès de faim sévères, les sueurs froides et la surexcitation pathologique sont des signes caractéristiques de la présence de pathologies dans le corps. Cependant, lorsqu'il existe une acidocétose ou une cétonurie dans la DSP, la pratique clinique en décrit peu. La confusion ou la perte de conscience causée par une chute du glucose est plus probable avec le diabète de type 3. Un traitement prolongé peut entraîner des convulsions ou un coma hypoglycémique sans traitement approprié.

Pancréatite en arrière-plan du diabète sucré

La pancréatite dans le diabète est l'une des principales raisons de son développement. La maladie du pancréas conduit immédiatement à deux directions pathologiques: une violation des fonctions exocrines et endocrines. Alcoolique chronique, simple chronique, causée par d'autres effets négatifs, la pancréatite aiguë - toutes ces formes de la maladie perturbent l'interaction naturelle nécessaire à la fonctionnalité du système digestif. Des changements continus ont lieu:

  • L'augmentation de la pression d'écoulement entraîne l'induction de proenzymes inactives de la glande, qui commencent à digérer les cellules de l'organe;
  • le processus de calcination et de sclérotisation conduit au remplacement des cellules des tissus internes normaux par des cellules conjonctives (fibreuses);
  • les pancréocytes sont atrophiés, la synthèse des hormones cesse et dans environ la moitié de ces cas, le diabète se développe.

Lorsque le déficit en glucose circule librement dans le sang, en raison d'une carence en hormone, il détruit les récepteurs et les cellules et conduit au diabète de type 2. Elle se caractérise par une évolution pathologique non pas due à un manque d'insuline, mais à l'incapacité des segments cassés à la percevoir. Le mécanisme de développement dans les maladies est différent:

  • Le diabète sucré du premier type survient toujours dans le contexte de l'absence de l'hormone présente si les cellules dégénérées ne sont pas en mesure de le produire.
  • 2 type de pathologie se développe dans le contexte des récepteurs détruits et des cellules qui ne peuvent pas adapter l'hormone disponible;
  • Le diabète de type 3 a une origine secondaire et combine les caractéristiques distinctives des deux premiers, raison pour laquelle l'OMS ne le reconnaît pas.

Cependant, les endocrinologues qui pratiquent depuis de nombreuses années ont observé à plusieurs reprises le développement du diabète pancréatogène et connaissent bien les tactiques de traitement nécessaires. À bien des égards, il est déterminé par les facteurs d’inflammation du pancréas, son stade et l’état du corps à l’heure actuelle. L'important est également l'origine. Chaque type de diabète a ses propres caractéristiques, et pour le pancréatogène, il s’agit d’un taux normal de glucose avant de manger et d’augmenter - après celui-ci. En outre, le développement des deux premiers types de diabète peut être la cause de la pancréatite chronique, mais non de ses conséquences, et la troisième - et résulte de maladies du pancréas.

Médicaments

Si une personne souffre de pancréatite et de diabète, il a besoin d'un traitement simultané des deux maladies, sinon le résultat attendu ne sera pas atteint.

En tant que thérapie, les médicaments et la nutrition sont prescrits.

L'objectif principal de la pharmacothérapie est de corriger la condition. Par conséquent, plusieurs types de médicaments sont attribués aux médicaments. Ils visent à:

  • élimination du déficit en protéines, reconstitution du manque d'enzymes et régulation du processus digestif (thérapie avec des agents enzymatiques comme l'amylase, la lipase ou la protéase);
  • normalisation du métabolisme des glucides - consommation de médicaments hypolipidémiants;
  • Pour éliminer les conséquences de la chirurgie, l’insuline est prescrite et, avec le temps, elle peut être remplacée par des médicaments réducteurs de sucre.

Nomination de médicaments ainsi que d'autres composantes de la méthode complexe, sont la seule responsabilité d'un endocrinologue, qui tient compte de l'histoire, l'étiologie et le degré de la maladie, et le gastroentérologue en charge du traitement de la pancréatite.

Régime thérapeutique

Le régime recommandé ressemble à de la nourriture pour la pancréatite et le diabète de type 2. Il est composé de protéines et de glucides complexes, et les glucides rapides sont exclus de l'alimentation quotidienne. La nutrition est recommandée sous forme fractionnelle et fréquente, à l'exception des aliments gras, aigus et salés, et certains produits entrent dans la liste des interdictions.

Principes de base de la nutrition

La préférence est donnée aux glucides complexes, aux légumes et aux protéines. Les boulettes de viande, les sauces, les haricots et les pommes sont exclus des aliments. Un régime choisi devrait corriger les troubles métaboliques et électrolytiques, reconstituer le manque de protéines et de vitamines.

Des produits qui peuvent et ne peuvent pas être faits avec la pancréatite et le diabète

Le patient doit exclure catégoriquement l'utilisation de boissons alcoolisées, de produits à base de farine, de produits de restauration rapide et de confiseries. Gras et épicé, salé et épicé - tout cela entre dans la liste des interdictions qui peuvent affecter négativement l'état du patient. Nous déconseillons les boissons gazeuses sucrées, les jus contenant des substances étrangères, les marinades, les saucisses et les légumineuses. La ration quotidienne est calculée à partir d'une certaine quantité de nutriments. La nourriture est souvent utilisée et par petites portions.

Le diabète pancréatogène donne un bon pronostic. Le cours de la maladie peut être arrêté, en particulier dans les premiers stades, le niveau de sucre est réduit à la normale. La condition principale est de satisfaire toutes les recommandations du médecin traitant.

Aspects thérapeutiques du diabète sucré pancréatogène

Les principaux objectifs du traitement du diabète, quel que soit le type, sont: l'élimination des symptômes subjectifs et objectifs de la maladie, la prévention de com diabétique, la prévention et le ralentissement de la progression des complications tardives du diabète (néphropathie diabétique et la rétinopathie, la neuropathie, etc.). La solution de ces problèmes, selon les concepts modernes, avec éventuellement atteindre et maintenir les taux de glycémie aussi proche que possible de celle des personnes en bonne santé, l'élimination des symptômes subjectifs et objectifs de la maladie.

Le régime alimentaire pour le diabète sucré pancréatogène correspond à celui du diabète de type 1, à l'exception de la nécessité de corriger la malabsorption, la carence en vitamines et en oligoéléments; la nomination de la nutrition fractionnée permet de prévenir l'hypoglycémie.

Une pancréatite aiguë s'accompagne d'une hyperglycémie significative chez 50% des patients, et parfois une cétose ou un coma diabétique peuvent se développer. Dans le cas d'hyperglycémie importante ou cétose, coma exige une surveillance attentive de la concentration de glucose dans les electrolytes plasmatiques, des cétones et d'autres paramètres métaboliques, ainsi que la perfusion intraveineuse de fluide et de l'insuline selon les principes classiques de traitement de l'acidocétose diabétique.

L'hyperglycémie est considérée comme le principal obstacle à la correction du soutien nutritionnel, même chez les patients non diabétiques. Ainsi, un apport suffisant en insuline est nécessaire pour l'alimentation artificielle, en utilisant l'administration par voie parentérale ou sous-cutanée d'analogues de l'insuline à action prolongée. Il est recommandé que les patients atteints de pancréatite aiguë sévère soient dirigés par une équipe multidisciplinaire de médecins de l'unité de soins intensifs.

Pour les patients atteints de pancréatite aiguë fulminante devraient encourager la résection à la place un traitement conservateur du pancréas, que celle-ci est accompagnée d'une incidence plus élevée du diabète. Dans tous les cas, la tolérance au glucose doit être évaluée 3 à 6 mois après un épisode de pancréatite aiguë.

Chez les patients atteints de pancréatite chronique ou de pancréatectomie partielle, des hypoglycémiants oraux peuvent être prescrits aux personnes qui maintiennent toujours une réponse satisfaisante au peptide C au glucagon ou à la prise alimentaire. Les sulfonylurées préférées sont courtes, n'agissent pas longtemps pour minimiser le risque d'hypoglycémie sévère. Néanmoins, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation de médicaments par voie orale chez les patients présentant des modifications des échantillons de foie fonctionnels. Plus récemment, il a été suggéré d'utiliser les inhibiteurs de GLP-1 et de dipeptidyl peptidase 4 car leur effet de réduction de la glycémie ne semble pas augmenter le risque d'hypoglycémie. Cependant, il existe certaines préoccupations, car on ne sait toujours pas s'il existe un risque accru de développer une pancréatite, probablement associée à l'utilisation du traitement par incrétine.

L'insulinothérapie est obligatoire après une pancréatectomie totale, bien que le besoin en insuline soit moindre que chez les patients atteints de diabète de type 1, en particulier la nuit. En revanche, le besoin postprandial d'insuline peut être plus grand. Cela est particulièrement vrai pour les patients atteints pancréatectomie totale, alors que les patients insulinodépendants avec pancréatite chronique est une pancréatectomie partielle ou ont généralement besoin d'insuline, les patients similaires avec le diabète de type 1. Une dose nocturne d'insuline à action prolongée doit être utilisée pour contrôler l'hyperglycémie pendant la nuit et à jeun. Les analogues à longue durée d'action réduisent le risque d'hypoglycémie nocturne par rapport à l'insuline NPH, il convient donc de privilégier le premier. Ainsi, un schéma classique basal-bolus avec des analogues de l'insuline à action courte et longue peut être approprié. Chez les patients hautement motivés et éduqués, l'insulinothérapie est appliquée avec succès par perfusion sous-cutanée continue afin d'obtenir un contrôle métabolique approfondi tout en évitant l'hypoglycémie et la cétose.

Quelle que soit la thérapie choisie, l’hypoglycémie reste le principal danger. L'augmentation de la fréquence et la gravité des événements hypoglycémiques est une conséquence probable d'une combinaison de plusieurs facteurs, y compris l'excès d'insuline, sensibilité à l'insuline, les troubles kontrregulyatsii, l'alimentation ou l'absorption inadéquate des nutriments, la consommation d'alcool et de maladies du foie. Le risque d'hypoglycémie mortelle est particulièrement élevé chez les patients atteints de pancréatectomie totale, ce qui a incité à rechercher des méthodes chirurgicales et médicamenteuses plus sûres. Ainsi, la préservation du duodénum et du pylore semble garantir un contrôle métabolique plus stable et moins d’épisodes d’hypoglycémie. réactions hypoglycémiques, si elles se produisent, doivent être traités de manière agressive, et leurs causes et les mécanismes soigneusement évalués et expliqués aux patients. Les patients doivent être formés pour prévenir l'apparition d'une hypoglycémie grave. prêter attention au refus de boire de l'alcool, augmenter l'activité physique, les repas fractionnés et l'adhésion au traitement enzymatique de substitution. Tout récemment, une autotransplantation d'îlots a été proposée pour prévenir la dépendance à l'insuline. autogreffe d'îlots offre un fonctionnement stable des cellules bêta et un bon contrôle de la glycémie jusqu'à 13 ans après une pancréatectomie totale pour la pancréatite chronique.

En raison de l'extrême "fragilité" du diabète chez les patients atteints de maladies du pancréas, l'éducation du patient et l'autosurveillance de la glycémie sont extrêmement importantes. Un contrôle strict du glucose à la maison et l'administration répétée de petites doses d'insuline, ainsi que des programmes éducatifs intensifs, peuvent conduire à un contrôle métabolique stable chez ces patients. Néanmoins, ils doivent être accompagnés de mesures spécifiques, notamment la correction de l'état nutritionnel et le sevrage alcoolique du patient. Une consommation excessive d'alcool entraîne également des lésions hépatiques progressives, qui peuvent en elles-mêmes aggraver le contrôle métabolique.

Une perturbation de l'absorption avec la stéatorrhée augmente le risque d'hypoglycémie et d'altération de la sécrétion d'insuline due à des troubles du système incrétine. Chez les patients atteints de diabète pancréatogène, une thérapie enzymatique avec des médicaments acido-résistants devrait être prévue pour réduire la libération de graisse avec des selles inférieures à 20 g / jour. Un traitement concomitant par antagonistes des récepteurs H2 est recommandé, car la réduction de la sécrétion du suc gastrique réduit la dégradation des enzymes pancréatiques. Un régime hypercalorique est recommandé (plus de 2500 kcal / jour) riche en glucides complexes et faible en gras. Chez les patients atteints de pancréatite chronique, l'apport en graisses peut augmenter la fréquence et l'intensité des douleurs abdominales. Ainsi, l'apport en graisses ne devrait pas dépasser 20-25% de l'apport calorique total. Les portions doivent être petites et les repas fréquents, avec 3 repas principaux et 2 ou 3 collations intermédiaires. Si nécessaire, le régime doit être complété par des électrolytes, du calcium, de la vitamine D et du potassium. Le transit intestinal accéléré et le syndrome de décharge après gastrectomie peuvent également contribuer à une malabsorption et à un contrôle métabolique instable. Enfin, chez certains patients diabétiques, secondaires à une maladie pancréatique acquise, il peut être difficile d'obtenir un contrôle métabolique optimal en raison du risque élevé d'hypoglycémie. Il peut être nécessaire de maintenir les taux de glucose dans le plasma légèrement au-dessus de la normale pour éviter les réactions hypoglycémiques fréquentes et améliorer la qualité de vie. Il convient de rappeler que nombre de ces patients ont une espérance de vie réduite et un risque moindre de développer des complications diabétiques. Bien que l'acidocétose soit rare, elle peut apparaître soudainement sous contrainte (infection, chirurgie, etc.) et nécessite un ajustement approprié des doses d'insuline.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Le diabète sucré est une maladie largement associée à l'état mental d'une personne. Même au début de notre ère, les médecins romains ont souligné son mystère, qui est cependant toujours d'actualité.

Le sucre dans la vie de presque toute personne a un rôle très important et agréable. Cependant, le fait de la nocivité de ce produit est connu depuis longtemps.

Dans le diabète de type 2, la fonction pancréatique est perturbée chez les patients, le poids augmente de manière significative et la sensibilité des tissus à l'insuline diminue.