loader

Principal

Alimentation électrique

Qu'est-ce que l'insuline - quel corps produit une hormone, le mécanisme d'action dans le corps et les indications pour les injections

Le niveau hormonal idéal est la base du développement complet du corps humain. Une des hormones clés du corps humain est l'insuline. Son manque ou sa surabondance entraîne des conséquences négatives. Le diabète sucré et l'hypoglycémie sont les deux extrêmes qui deviennent des compagnons inconfortables permanents du corps humain, ignorant les informations sur ce qu'est l'insuline et son niveau.

Insuline hormonale

L'honneur de créer le premier travail a ouvert la voie à la découverte de l'hormone, détenue par le scientifique russe Leonid Sobolev, qui en 1900 a proposé l'utilisation du pancréas pour produire un médicament anti-diabétique et a donné l'idée que cette insuline. Depuis plus de 20 ans consacrés à d'autres études, et après 1923 a commencé la production industrielle de l'insuline. Aujourd'hui, l'hormone est bien étudiée par la science. Il participe aux processus de digestion des glucides et est responsable de la synthèse du métabolisme et de la graisse.

Quel corps produit de l'insuline

L'organe producteur d'insuline est le pancréas, où il existe des conglomérats de cellules B, connus dans le monde scientifique sous le nom d'îlots d'îlots de Lawrence ou de pancréas. La masse spécifique des cellules est faible et ne représente que 3% de la masse totale du pancréas. Il existe une production de cellules bêta d'insuline, l'hormone étant un sous-type isolé de proinsuline.

Qu'est-ce qu'un sous-type d'insuline n'est pas complètement connu. L'hormone elle-même, avant de prendre la forme finale, pénètre dans le complexe cellulaire de Golgi, où elle est transformée en une hormone à part entière. Le processus se termine lorsque l'hormone est placée dans un granule spécial du pancréas, qui est stocké avant que la personne ne prenne de la nourriture. La ressource en cellules B est limitée et rapidement épuisée lorsqu'une personne abuse d'un simple aliment en glucides, qui est la cause du développement du diabète sucré.

Action

Qu'est-ce qu'une hormone? L'insuline est le régulateur métabolique le plus important. Sans elle, le glucose qui pénètre dans le corps ne peut pas entrer dans la cellule. L'hormone augmente la perméabilité des membranes cellulaires, entraînant l'absorption du glucose dans le corps de la cellule. Simultanément, l'hormone favorise la conversion du glucose en glycogène - un polysaccharide qui contient une réserve d'énergie qui est utilisée par le corps humain si nécessaire.

Fonctions

Les fonctions de l'insuline sont diverses. Il fournit le travail des cellules musculaires, affectant les processus de métabolisme des protéines et des graisses. L'hormone agit comme l'informateur du cerveau, ce qui, selon les récepteurs, détermine le besoin de glucides rapides: si c'est beaucoup, le cerveau conclut que les cellules meurent de faim et que nous devons créer des réserves. Influence de l'insuline sur le corps:

  1. Il ne permet pas de diviser des acides aminés importants en sucres simples.
  2. Améliore la synthèse des protéines - la base de la vie.
  3. Ne permet pas la désintégration des protéines dans les muscles, empêche l'atrophie musculaire - effet anabolisant.
  4. Limite l'accumulation de corps cétoniques, dont la quantité excessive est mortelle pour l'homme.
  5. Favorise le transport des ions potassium et magnésium.

Le rôle de l'insuline dans le corps humain

Avec un manque d'hormone est associé à une maladie appelée diabète sucré. Ceux qui souffrent de cette maladie sont obligés d'injecter régulièrement des doses d'insuline supplémentaires dans le sang. L'autre extrême est une surabondance de l'hormone, l'hypoglycémie. Cette maladie entraîne une augmentation de la pression artérielle et une diminution de l'élasticité des vaisseaux. Augmente la sécrétion de l'hormone insuline glucagon, produite par les cellules alpha des îlots du pancréas de Langerhans.

Tissus dépendant de l'insuline

L'insuline stimule la production de protéines dans les muscles, sans laquelle le tissu musculaire est incapable de se développer. La formation de tissu adipeux, qui remplit normalement des fonctions vitales, est impossible sans hormone. Les patients qui ont commencé le diabète sont confrontés à une acidocétose, une forme de trouble métabolique dans laquelle survient une famine intracellulaire de choc.

Taux d'insuline dans le sang

La fonction de l’insuline est de supporter la bonne quantité de glucose dans le sang, de réguler l’échange de graisses et de protéines, la transformation des nutriments en masse musculaire. Au niveau normal de la substance, il se produit ce qui suit:

  • synthèse de protéines pour la construction des muscles;
  • l'équilibre du métabolisme et du catabolisme est maintenu;
  • stimule la synthèse du glycogène, augmentant l'endurance et la régénération des cellules musculaires;
  • les cellules reçoivent des acides aminés, du glucose, du potassium.

La norme

La concentration en insuline est mesurée en μU / ml (pour une unité, prendre 0,04082 mg de substance cristalline). Les personnes en bonne santé ont un score de 3 à 25 pour ces unités. Pour les enfants, une diminution allant jusqu'à 3-20 μU / ml est autorisée. Chez la femme enceinte, la norme est différente - 6-27 microU / ml, chez les personnes âgées de plus de 60 ans, ce chiffre est de 6 à 35. Un changement de la norme indique la présence de maladies graves.

Augmenté

L'excès à long terme des taux normaux d'insuline menace des changements pathologiques irréversibles. Cette condition est due à la baisse du taux de sucre. Comprendre l'excès de concentration d'insuline par les signes: tremblements, transpiration, palpitations cardiaques, attaques soudaines de faim, nausée, évanouissement, coma. Les indicateurs suivants influencent l'augmentation du niveau de l'hormone:

  • activité physique intensive;
  • stress chronique;
  • maladies du foie et du pancréas;
  • l'obésité;
  • violation de la résistance des cellules aux glucides;
  • ovaire polykystique;
  • échec de la fonction de l'hypophyse;
  • cancer et tumeurs bénignes des glandes surrénales.

Réduit

La diminution de la concentration d'insuline est due au stress, à l'effort physique intense, à l'épuisement nerveux, à la consommation quotidienne d'un grand nombre de glucides raffinés. Le manque d'insuline bloque la prise de glucose, augmentant ainsi sa concentration. En conséquence, il y a une forte soif, de l'anxiété, des attaques soudaines de faim, de l'irritabilité, des mictions fréquentes. En raison de symptômes similaires d'insuline faible ou élevée, des tests de diagnostic sont effectués par des études spéciales.

Qu'est-ce qui rend l'insuline pour les diabétiques?

La question des matières premières pour la production d'hormones inquiète beaucoup de patients. L'insuline dans le corps humain est produite par le pancréas et les types suivants sont produits artificiellement:

  1. Porc ou bovin - d'origine animale. Le pancréas des animaux est utilisé pour la fabrication. Dans la préparation de la matière première porcine, il y a la proinsuline, qui ne peut pas être séparée, elle devient une source de réactions allergiques.
  2. Biosynthétique ou porcin modifié - une préparation semi-synthétique est obtenue en remplaçant les acides aminés. Parmi les avantages, la compatibilité avec le corps humain et le manque d'allergie. Inconvénients - pénurie de matières premières, complexité du travail, coût élevé.
  3. Le recombinant génétiquement modifié est appelé "insuline humaine" d'une autre manière, car il est complètement identique à l'hormone naturelle. La substance est produite par des enzymes de souches de levure et par E. coli génétiquement modifié.

Instructions pour l'utilisation de l'insuline

Les fonctions de l'insuline sont très importantes pour le corps humain. Si vous êtes diabétique, vous avez une référence d'un médecin et une ordonnance pour laquelle le médicament est donné gratuitement dans les pharmacies ou les hôpitaux. En cas de besoin aigu, vous pouvez l'acheter sans ordonnance, mais vous devez suivre la posologie. Pour éviter une surdose, lisez les instructions d'utilisation de l'insuline.

Indications d'utilisation

Selon les instructions ci-jointes dans chaque indications de préparation d'insuline d'emballage pour son utilisation est diabète de type 1 (également appelé insulino-dépendant) et dans certains cas, le diabète sucré de type 2 (insulino-dépendant). De tels facteurs comprennent l'intolérance aux agents hypoglycémiants oraux, le développement de cétose.

Introduction de l'insuline

Le médecin prescrit le médicament après le diagnostic et les tests sanguins. Pour le traitement du diabète, des médicaments de durée d'action différente sont utilisés: courts et longs. Le choix dépend de la sévérité de l'évolution de la maladie, de l'état du patient, de la rapidité du déclenchement de l'action du remède:

  1. Le médicament à courte durée d'action est destiné à l'administration sous-cutanée, intraveineuse ou intramusculaire. Il se caractérise par un effet de réduction de sucre court et à court terme, il est administré 15 à 20 minutes avant les repas plusieurs fois par jour. L'effet vient en une demi-heure, un maximum - en deux heures, tous les actes agissent environ six heures.
  2. Une action prolongée ou prolongée - a un effet de 10 à 36 heures, vous permet de réduire le nombre quotidien d’injections. Les suspensions sont administrées par voie intramusculaire ou sous-cutanée, mais pas par voie intraveineuse.

Les seringues facilitent l'introduction et le maintien du dosage. Une division correspond à un certain nombre d'unités. Règles de l'insulinothérapie:

  • ranger les médicaments dans le réfrigérateur et commencer - à température ambiante, réchauffer le remède avant d'entrer, car le refroidisseur agit plus faiblement;
  • il est préférable d'introduire une hormone à courte durée d'action sous la peau de l'estomac - injectée plus lentement dans la cuisse ou sur les fesses, voire pire - dans l'épaule;
  • un médicament à action prolongée est injecté dans la cuisse gauche ou droite;
  • chaque injection dans une autre zone;
  • Avec les injections d'insuline, saisissez toute la zone de la partie du corps afin d'éviter la douleur et l'oppression;
  • du site de la dernière injection à 2 cm minimum;
  • Ne pas traiter la peau avec de l'alcool, elle détruit l'insuline;
  • Si le liquide s'écoule, l'aiguille a été mal insérée - elle doit être maintenue à un angle de 45 à 60 degrés.

Effets secondaires

Avec l'administration sous-cutanée de médicaments, il est possible de développer une lipodystrophie au site d'injection. Très rarement, mais il existe des réactions allergiques. S'ils sont survenus, un traitement symptomatique et le remplacement du remède sont nécessaires. Les contre-indications à l'admission sont:

  • hépatite aiguë, cirrhose, jaunisse, pancréatite;
  • néphrite, lithiase urinaire;
  • maladie cardiaque décompensée.

Le prix de l'insuline

Le coût de l'insuline dépend du type de fabricant, du type de préparation (durée d'action courte / longue, matières premières) et du volume de l'emballage. Le prix de 50 ml d’Insulinum est d’environ 150 roubles à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Insuman avec un stylo-seringue - 1200, la suspension de Protafan a un prix d'environ 930 roubles. Le niveau de la pharmacie influe également sur le coût de l'insuline.

Vidéo

Les informations présentées dans cet article sont uniquement à titre informatif. Les matériaux de l'article ne nécessitent pas de traitement indépendant. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et donner des conseils sur le traitement en fonction des caractéristiques individuelles de chaque patient.

Rôle fonctionnel de l'insuline dans le corps

Le désir de comprendre le fonctionnement de l'insuline et les effets de son utilisation apparaissent si le médecin prescrit ce médicament dans le but de traiter le diabète sucré (principalement) ou d'autres maladies associées à un déficit de cet élément dans l'organisme.

Qu'est-ce que l'insuline? Ses fonctions dans le corps

Conformément à la formule structurelle et au principe d'action de l'insuline - une hormone de nature peptidique - produite par les cellules pancréatiques bêta des îlots de Langerhans. Le nom qu'il a reçu du mot latin Indula, qui signifie "île". Normalement, l'insuline dans le corps affecte les processus métaboliques, mais son effet dominant est de contribuer à réduire la concentration de glucose. Souvent utilisé dans le sport, car il a un effet anabolisant.

Grâce à l'invention de l'insuline, de nombreuses personnes qui développent un diabète ont une chance réelle de soutenir la vie, alors que sans cette drogue, elles sont condamnées.

La liste des problèmes résolus par l'insuline comprend les fonctions suivantes:

  • la délivrance aux cellules d'acides aminés, de glucose, ainsi que de potassium et de graisses;
  • maintenir une concentration stable de glucose dans le sang;
  • régulation de l'équilibre glucidique.

Cela ne se limite pas à la fonction de l'insuline dans le corps, car elle augmente la perméabilité des membranes plasmiques, favorise la formation de glycogène dans le foie et les tissus musculaires et affecte la synthèse des graisses et des protéines.

Comment ça marche

L'introduction de l'insuline dans le diagnostic du diabète de type 1 est un besoin vital. Si vous développez un diabète de type 2, cette hormone est utilisée selon les indications. L'action de l'insuline est liée à la structure de sa molécule, dans laquelle il existe deux chaînes polypeptidiques contenant au total 51 résidus d'acides aminés: la chaîne A-21 et la chaîne B-30, qui présentent un composé sous forme de ponts disulfure.

L'activation du mécanisme de production d'insuline par le pancréas dans le corps humain se produit si la concentration de glucose devient supérieure à 100 mg / dl. L'hormone qui pénètre dans le sang lie le glucose en excès et le transporte dans les tissus - les graisses (où elles sont converties en graisse) ou les muscles (avec conversion en énergie).

L'effet important de l'insuline dans le corps humain est d'accélérer le transport à travers les membranes cellulaires du glucose avec un effet sur la régulation des protéines contenues dans la membrane. En outre, cette hormone du pancréas affecte une variété de processus vitaux.

  • L'insuline active les ribosomes, qui sont impliqués dans la synthèse des protéines - le principal matériau de construction des tissus musculaires, favorisant ainsi leur croissance.
  • Cette hormone possède des propriétés anti-cataboliques qui permettent de résister à la destruction des fibres musculaires, contribuant non seulement à leur préservation, mais aussi à leur renouvellement.

Avec des quantités limitées d'insuline, un certain nombre de manifestations négatives apparaissent:

  • l'obésité;
  • des dysfonctionnements dans le fonctionnement du système cardiovasculaire.

L'insuline accrue bloque la lipase, l'enzyme responsable de la dégradation des graisses, qui provoque une accumulation rapide de masse grasse. En outre, il améliore la synthèse des acides gras - la lipogenèse. En conséquence, en raison de l'augmentation des triglycérides, l'activité des glandes sébacées est activée. La peau devient grasse, le blocage des pores se produit, l'acné se forme.

De plus, une insuline élevée provoque le développement de l'athérosclérose des vaisseaux avec le développement possible d'une maladie coronarienne. Une autre manifestation négative est l'augmentation de la pression, ainsi que la stimulation du développement des cellules malignes.

Types d'insuline

Dans la pratique thérapeutique, plusieurs types de préparations d'insuline sont utilisés, lesquels diffèrent par des indices différents.

Selon la durée de l'exposition, il existe les variétés suivantes:

  • ultra-court
  • court;
  • moyenne;
  • Prolongé

Selon le degré de purification:

En fonction de la spécificité des espèces, une grande variété de médicaments est utilisée:

  • l'insuline humaine;
  • haussier
  • cochon;
  • génie génétique, etc.

Les patients récemment des agents nommés produits sur la base du génie génétique qui ne causent pas d'allergies, car en raison des produits dérivés de bovins, il y a des effets secondaires de l'insuline sous forme de lipodystrophie, l'allergie, la résistance à l'insuline. Le calcul de la dose, les intervalles entre les injections, sont déterminés individuellement par le spécialiste pour chaque patient.

Il existe également deux catégories d'hormones introduites pour réduire la concentration en sucres.

  1. Bolus insuline, qui dure plusieurs heures. Il se caractérise par une exposition inégale à un niveau de sucre en baisse, ayant une valeur maximale lors de la consommation.
  1. Insuline basale d'une durée d'une journée. C'est plus pratique que l'analogue précédent, car il est appliqué après 24 heures. Il n’a pas de pic d’influence, c’est-à-dire que le niveau qu’il a créé avec une diminution du sucre reste stable tout au long de l’admission.

Il existe différentes formes de libération d'insuline:

  • flacons d'un volume de 10 ml;
  • cartouches en 3 ml, conçues pour les stylos seringues.

Méthodes d'application: seringue, seringue, pompe d'autres méthodes

L'insuline est administrée par voie sous-cutanée selon plusieurs méthodes.

  • La plus courante est la seringue à insuline. Ce produit, en plastique transparent, comporte quatre composants: un corps en forme de cylindre avec des marques marquées, une tige qui se déplace à l'intérieur, une aiguille et un capuchon qui le ferme. L'aiguille peut être fixée pour certains modèles, mais une version amovible est plus courante.

Utiliser des seringues stériles à usage unique d'un volume standard de 1 ml avec une concentration d'insuline de 40 U / ml. Le marquage sur le corps est marqué dans les unités d'insuline. Des seringues de 2 ml sont conçues pour les personnes qui ont besoin de plus de 40 unités d'insuline pour une dose unique.

  • La volonté d’améliorer la procédure d’introduction de l’insuline a permis à la société "Novo Nordisk" d’inventer en 1983 un stylo-seringue qui, ces dernières années, se généralise en Russie. De par sa conception, cet appareil ressemble à un stylo pour l'encre.

Parmi les avantages d'un stylo-seringue, vous pouvez appeler la possibilité d'introduire de l'insuline n'importe où, sans enlever vos vêtements. En raison de la présence d'une aiguille très fine, la douleur à l'injection n'est presque pas ressentie et la peau n'est pas blessée. Un manchon rempli d'insuline est inséré dans la cavité de la seringue. La précision de la dose administrée est régulée par un mécanisme spécial qui, lorsque le déclencheur est enfoncé, effectue un clic, indiquant l'introduction d'une unité du médicament. Le stylo-seringue est placé dans le boîtier et contient des instructions détaillées pour son utilisation.

  • La pompe à insuline est pratiquée principalement en Europe occidentale et aux États-Unis. Utilisez cet appareil petit nombre de personnes en raison de certains problèmes, qui comprennent la complexité du dispositif, la nécessité de le fixer sur le corps, les complications possibles résultant du placement permanent de l'aiguille, l'alimentation de l'hormone dans le corps. Certaines difficultés surviennent lors du choix d'un mode de fonctionnement qui convient parfaitement à une personne donnée.

Parmi les avantages de cette méthode innovante, citons l’absorption constante d’insuline dans le sang, l’absence de besoin d’introduire l’hormone elle-même, car la quantité requise est contrôlée par une pompe. Avec cette méthode, il y a moins de complications.

Places sur le corps pour les injections

Pour que l'insuline agisse afin d'obtenir un effet thérapeutique, sur le corps humain, des zones spécifiques sont identifiées, où il est recommandé de faire des injections d'insuline. Il convient de noter que l'efficacité du médicament chez eux varie de manière significative.

  • L'abdomen est la zone sur les côtés du nombril. L'efficacité de l'absorption est de 90% avec une action rapide.
  • Le plan externe du bras, situé du coude à l'épaule. L'efficacité d'aspiration est d'environ 70% à une action plus lente que lors d'une injection dans l'estomac.
  • La face antérieure de la cuisse s'étend des genoux à l'aine. Les indicateurs d'absorption et d'action sont similaires, en ce sens qu'ils correspondent à la zone des mains.
  • Un morceau de peau sous les omoplates. L'efficacité d'aspiration est d'environ 30% à la vitesse d'action la plus faible par rapport au reste des sites.

En comparant, il devient clair pourquoi les injections d'insuline sous l'omoplate sont rarement utilisées.

Admission de l'insuline - mode d'emploi

L'insuline est prescrite pour les indications suivantes:

  • Diabète de type 1;
  • acidocétose;
  • coma diabétique - hyperlacidémique, hyperosmolaire;
  • décompensation du diabète de type 2;
  • néphropathie diabétique;
  • perte de poids en présence de diabète.

La sélection du type d'insuline en fonction de la durée d'exposition et de la dose administrée dépend de nombreux facteurs et est effectuée individuellement. Le critère principal est d'obtenir une compensation maximale du métabolisme glucidique. Il est également important d'obtenir l'unicité d'action de l'hormone, étant donné que des fluctuations quotidiennes importantes des paramètres de concentration en glucose peuvent provoquer l'apparition de complications graves.

Dans la sélection des doses est utile de remplir « observations Diary », où le volume enregistré injecté l'insuline, les unités de glucides de grains contenus dans les aliments ingérés, le degré d'activité physique, ainsi que toute autre situation importante du diabète de maladie sucré.

Efficacité des injections

Les injections les plus efficaces dans l'abdomen sont pratiquées plus souvent que les autres, mais elles sont très sensibles. Il est plus facile d'insérer l'aiguille dans les plis de l'abdomen, plus proches des côtés. Avant de piquer avec la main gauche, la peau est retirée et l'aiguille est insérée verticalement dans le pli froissé ou dans sa base selon un angle d'environ 45 °. Poussez la tige lentement et doucement. Après l'introduction du médicament entier dans le compte "dix", l'aiguille est soigneusement retirée. Les injections dans le bras sont les plus indolores et sur les jambes, elles laissent des traces visibles.

À partir de la bouteille avant le set, le bouchon en caoutchouc n'est pas retiré, car il est facilement transpercé par une aiguille. Si vous utilisez une insuline à action moyenne ou longue, le flacon doit d'abord être roulé entre les paumes pendant quelques secondes. Cela permettra au prolongateur, qui a la propriété de précipiter, de se mélanger à l'insuline. Il y a un autre aspect positif de cette méthode: le chauffage facile de la préparation, car l'insuline chaude est plus facile à injecter.

L'utilisation d'une seringue nécessite souvent une aide extérieure, car tout le monde ne fait pas ses propres injections. Le stylo seringue est plus pratique à cet égard, car il vous permet de vous injecter dans n'importe quelle zone. Dans toute méthode, il est nécessaire de maintenir une distance minimale de 2 cm entre les perforations et de trois jours ou plus. Ceci est important, car lorsque plusieurs jours consécutifs d'insuline entrent dans un endroit, l'efficacité nécessaire de son effet diminue.

Effet de l'application

En analysant le fonctionnement de l'insuline, on peut distinguer trois directions fondamentales de son efficacité.

Cet effet est exprimé en améliorant la capacité des cellules à absorber une variété de substances vitales, y compris le glucose. En outre, une synthèse plus intensive du glycogène commence par une augmentation de son volume et la glycogénèse diminue, grâce à quoi le niveau de glucose dans le sang est régulé, ce qui permet d'observer ses indices normaux.

En raison de l’effet anabolisant de l’insuline, de la biosynthèse des protéines, de l’absorption des acides aminés par les cellules, l’apport de magnésium et de potassium est accru. En outre, le glucose se divise avec sa transformation en triglycérides.

Dans ce sens, l'insuline arrête la destruction des protéines et réduit de manière significative le nombre d'acides gras fournis au sang.

Des produits qui augmentent l'insuline

De faibles effets secondaires de l'insuline ne sont pas moins dangereux qu'avec des valeurs excessivement élevées. La manifestation la plus fréquente est le diabète de type 1, qui porte le caractère d'une baisse chronique de sucre dans le sang, de sorte que la personne éprouve une soif constante atroce, il y a beaucoup de besoin fréquent d'uriner, fatigue excessive, faiblesse. Il existe un diabète sucré de type 1, lorsque les cellules bêta sont endommagées dans le pancréas et que leurs anticorps dirigés contre l'insuline, produits par l'organisme, sont détruits.

Dans le complexe thérapeutique, sur recommandation du médecin, les produits alimentaires pouvant provoquer la libération de l'insuline d'un type ou d'un autre sont obligatoirement inclus:

  • poissons gras;
  • bœuf incompétent;
  • des bonbons - caramel, chocolat, gâteaux, crème glacée;
  • variétés de lait - fromage, yaourt sans additifs artificiels, lait entier;
  • flocons de maïs, pain, pâtes, riz, flocons d'avoine;
  • fruits - bananes, raisins, pommes, oranges.

Dans le même temps, l'insuline naturelle peut être cultivée sur son propre lit. Il s’agit d’une plante telle que la "poire de terre" (topinambour), dont la teneur en cet élément est de près de 40%. Le topinambour brut ou cuit, qui régule en outre le métabolisme, contribue à réduire la pression.

À une époque, la découverte de l'insuline était un événement révolutionnaire. Mais il est important que les personnes qui, en raison de la nature de la maladie, ajustent constamment le taux de sucre, prennent en compte le fait qu’il est inacceptable d’essayer de calculer le dosage du médicament par lui-même. Il est obligatoire de consulter un spécialiste, puis de suivre toutes ses recommandations pour continuer une vie normale.

Introduction de l'insuline dans le sang humain

L'introduction d'insuline entraîne une diminution de la teneur en sucre dans le sang et l'urine et la cessation ou la réduction de la formation de corps acétoniques. [1]

L'introduction de l'insuline réduit le taux élevé de diastase dans le sang des diabétiques à la normale. [2]

Quand il est administré de l'insuline chez les patients diabétiques, diminue non seulement la concentration des corps de sucre et de l'acétone dans le sang, mais élimine également la nécessité d'une administration à une énorme quantité d'eau nécessaire à la pression osmotique du sang de transformation predotvra due à l'augmentation de la concentration de sucre dans le sang du plasma. En outre, l'introduction d'insuline favorise le dépôt de graisse dans les réserves de graisse sous-cutanée et d'autres matières grasses. Les patients diabétiques après le traitement à l'insuline récupèrent rapidement, prennent du poids et perdent une sensation de soif constante. [3]

Quand il est administré l'insuline chez les patients diabétiques, diminue non seulement la concentration des corps de sucre et de l'acétone dans le sang, mais élimine également la nécessité d'une administration à une énorme quantité d'eau nécessaire pour empêcher la transformation de la pression osmotique du sang due à l'augmentation de la concentration de sucre dans le sang du plasma. [4]

Notez l'heure d'administration de l'insuline. Au bout d'une heure, le sang de l'oreille du lapin est recapturé et la teneur en sucre dans le sang est déterminée à la fin de l'administration de l'insuline. [5]

Avant l'introduction de l'insuline, les lapins sont pesés et la concentration initiale de sucre dans le sang est déterminée. Après 1 5 et 2 5 heures après l'administration d'insuline chez les animaux, la concentration en sucre dans le sang est à nouveau déterminée. [6]

Chez les animaux de laboratoire, l'introduction d'insuline entraîne une hypoglycémie (baisse de la glycémie), une augmentation des réserves de glycogène dans les muscles, une augmentation des processus anaboliques et une augmentation du taux d'utilisation du glucose dans les tissus. De plus, l'insuline a un effet indirect sur le métabolisme de l'eau et des minéraux. [7]

Dans un passé lointain, comme nous le savons, l'introduction de l'insuline dans le corps humain et les animaux contribue à la libération d'adrénaline de la médullosurrénale. Dans la plupart des cas, cela est dû à une diminution de la quantité de sucre dans le sang et, par conséquent, à la consommation compensatoire de substances favorisant le rétablissement du taux de sucre. Parallèlement, l’influence de l’insuline sur les parties centrale et périphérique du système nerveux autonome n’est pas prise en compte. Dans le même temps, l'insuline excite les éléments parasympathiques, auxquels l'organisme répond par un système de réactions protectrices successives qui empêchent ou atténuent le changement probable de la composition et des propriétés de l'environnement interne. Ceci est assuré non seulement par l'alignement des transformations déjà apparues, mais aussi par tout un système de mesures de protection physiologique visant à les prévenir. Une réaction en chaîne apparaît, se manifestant par la croissance et la dégradation des fluctuations sympathiques et parasympathiques de la phase dans la composition et les propriétés biologiques du sang. Cela nous permet d'utiliser un échantillon d'insuline pour évaluer la réactivité des systèmes sympathico-surrénalien et vagoinsulaire. [8]

L'activité de la HMG réductase augmente avec l'administration d'insuline et d'hormones thyroïdiennes. Cela conduit à une synthèse accrue du cholestérol et à une augmentation de son niveau dans le sang. [9]

Nos expériences ont montré que l'administration d'insuline à des souris normales entraînait l'apparition de convulsions chez 72% des patients et que, lors de l'administration de l'insuline en même temps que les catéchines, les crises ne se développaient que chez 22% des animaux. [10]

Si tel est le cas, l'introduction d'insuline devrait aider à augmenter le paramètre de similarité. C'est peut-être le cas de l'amélioration de l'état des infarctus du myocarde que vous remarquez après la nomination de l'insuline. [11]

Il serait très intéressant d'étudier l'effet de l'administration d'insuline sur l'activité nerveuse chez les personnes ordinaires et chez les personnes souffrant d'autres maladies associées à une diminution de la sensibilité des fonctions cérébrales. C'est ce que nous faisons actuellement en laboratoire et à la clinique. [12]

Les rats atteints de diabète sont considérablement réduits; l'introduction de l'insuline (de 1 à 5 unités) a rétabli le taux d'inclusion de l'étiquette. [14]

Ainsi, par exemple, l’introduction de l’insuline chez les personnes souffrant de migraines permanentes entraîne généralement de graves maux de tête. Il est possible de supposer que l'origine de la douleur migraineuse est significativement plus fréquente chez les patients hyperadrénaux et à la base de ceux-ci se trouve la libération d'adrénaline et de noradrénaline dans le sang. [15]

Pages: 1 2 3 4

Partager ce lien:

Des dossiers

Contenu de l'article1 Revue comparative des antidépresseurs modernes2 Antidépresseurs naturels (antidépresseurs

Contenu de l'article1 Dans notre centre, il est possible de conduire: 2 modernes de haute qualité

Contenu de l'article1 Maux de tête2 Symptômes du tractus gastro-intestinal 3

Que fait l'insuline

Directeur de "l'Institut du diabète": "Jetez le lecteur et les bandelettes de test. Plus de Metformine, Diabeton, Siofor, Glukofazh et Yanuvia! Traitez-le avec ceci. "

Dans la nature de l'homme, il y a un désir inexplicable de coller à quelque chose, des étiquettes «mauvaises» ou «bonnes». Cette approche trop "myope" fait souvent plus de mal que de bien. On pourrait espérer que les gens ont déjà appris cette leçon dans les années 1980 quand ils ont accusé à tort tous les péchés de graisse contenus dans les aliments, mais, hélas...

Maintenant, les combattants passionnés atteints d'obésité ont suspendu l'étiquette d'insuline du méchant de l'hormone, ce qui nous fait grossir, empêchant la combustion des graisses. D'autre part, ceux qui se concentrent sur le renforcement musculaire dirigent l'insuline vers les anabolisants, car elle procure un effet anti-catabolique.

Comment une simple hormone peut-elle être un malheur pour la graisse et une arme secrète?

Le fait est que l'insuline est comme une femme: parfois elle t'aime, parfois elle te déteste. Cependant, contrairement au comportement d'une femme, nous pouvons prédire le comportement de l'insuline avec précision.

Un peu de biochimie

L'insuline est une hormone anabolique. En fait, il est même un anabolisant plus grand que l'hormone de croissance. Le problème, c’est qu’il est un anabolisant illisible et qu’il n’en a rien à faire - accumuler de la graisse ou augmenter sa masse musculaire. Mais blâmer l'insuline n'en vaut pas la peine. Cette hormone fait juste son travail. Et sa tâche principale est de maintenir un niveau de glucose sûr et stable dans la région. 80-100 mg / décilitre. Lorsque le taux de glucose sanguin dépasse 100, le pancréas commence à produire de l'insuline. Toujours prête à aider, l'insuline "élimine" l'excès de glucose du sang et l'envoie dans les chambres fortes.

Dans le corps pour le stockage de l'excès de glucose, il existe trois "magasins":

Bien sûr, nous préférerions que le premier coffre-fort soit utilisé, pas le dernier, mais la réalité est que l'insuline ne s'en soucie pas. Il fait juste ce qu'il a programmé.

Propriétés d'insuline positives pour la figure

1. L'insuline crée des muscles. L'insuline stimule la synthèse des protéines, activant sa production par les ribosomes.
Les muscles sont constitués de protéines (acides aminés). Les protéines sont produites par les ribosomes. Les ribosomes sont activés par l'insuline. D'une manière inexplicable, l'insuline "comprend" les mécanismes des ribosomes. En l'absence d'insuline, les ribosomes cessent simplement de fonctionner. Est-ce que tout cela signifie que l'insuline aide à développer la masse musculaire? Non, cela signifie simplement que l'insuline est nécessaire pour augmenter les muscles.

2. L'insuline interfère avec le catabolisme des protéines. L'insuline empêche la destruction des muscles. Bien que cela puisse paraître et pas très excitant, mais la nature anti-catabolique de l'insuline n'est pas moins importante que ses propriétés anabolisantes.
Toute personne qui connaît les finances vous dira que ce n'est pas seulement important combien d'argent vous gagnez. Il est également important de savoir combien d'argent vous dépensez. La même chose est vraie pour les muscles.
Chaque jour, notre corps synthétise une certaine quantité de protéines et détruit en même temps les anciennes. Voulez-vous éventuellement gagner de la masse musculaire, ou non, dépend de "l'arithmétique physiologique". Pour augmenter le muscle, vous devez synthétiser plus de protéines que de le détruire dans le processus de catabolisme.

3. L'insuline transfère les acides aminés dans les cellules musculaires. L'insuline transfère activement certains acides aminés aux cellules musculaires. Il s'agit de BCAA. Les acides aminés à chaînes ramifiées sont "personnellement" délivrés par l'insuline aux cellules musculaires. Et c'est très bien si vous avez l'intention de développer vos muscles.

4. L'insuline active la synthèse du glycogène. L'insuline augmente l'activité des enzymes (par exemple, la glycogène synthase), qui stimulent la formation de glycogène. Ceci est très important car cela aide à fournir un apport de glucose dans les cellules musculaires, améliorant ainsi leur productivité et leur récupération.

Assez de bien, il est temps de regarder de l'autre côté de la médaille.

Propriétés négatives de l'insuline pour la figure

1. L'insuline bloque le récepteur d'hormone lipase. L'insuline bloque l'enzyme appelée récepteur d'hormone lipase, responsable du clivage du tissu adipeux. De toute évidence, cela est mauvais, parce que si le corps ne peut pas décomposer les graisses stockées (triglycérides), et la transformer en une forme qui peut brûler (acides gras libres), vous ne perdrez pas de poids.

2. L'insuline réduit l'utilisation de graisse. L'insuline réduit l'utilisation de graisse pour générer de l'énergie. Au lieu de cela, il aide à brûler des glucides. En termes simples, l'insuline "conserve la graisse".
Bien que cela ait un effet négatif sur la forme de notre corps, cette action a du sens si nous rappelons que la fonction principale de l'insuline est de se débarrasser de l'excès de glucose dans le sang.

3. L'insuline augmente la synthèse des acides gras. L'insuline augmente la synthèse des acides gras dans le foie, qui constitue la première étape du processus d'accumulation de graisse. Mais cela dépend aussi de la disponibilité des glucides en excès - si leur volume dépasse un certain niveau, ils sont immédiatement brûlés ou stockés sous forme de glycogène.

4. L'insuline active la lipoprotéine lipase. L'insuline active une enzyme appelée lipoprotéine lipase. Si vous êtes familier avec la terminologie médicale, elle peut être perçue initialement comme une caractéristique positive de l'insuline. Parce que la lipase est une enzyme qui décompose les graisses, alors pourquoi ne pas augmenter son volume?

Rappelons que nous venons de discuter de la façon dont l'insuline améliore la synthèse des acides gras dans le foie. Une fois que ces acides gras supplémentaires sont convertis en triglycérides, ils sont capturés par les lipoprotéines (par exemple, les protéines, les VLDL - lipoprotéines à très basse densité), libérée dans le sang, et la recherche d'une place pour son stockage.

Jusqu'à présent, tout se passe bien, car les triglycérides ne peuvent pas être absorbés par les cellules graisseuses. Ainsi, même si vous pouvez être assez triglycérides dans le sang, vous, en fait, n'accumuler de la graisse... jusqu'à ce que la cause ne vient pas lipoprotéines.
Dès qu'il est activé par l'insuline, les pauses lipoprotéine lipase vers le bas les triglycérides en acides gras absorbables, qui sont rapidement et facilement absorbés par les cellules adipeuses, il convertit à nouveau en triglycérides, et restent dans les cellules adipeuses.

5. L'insuline favorise le transfert du glucose dans les cellules adipeuses. L'insuline favorise la pénétration du glucose dans les cellules adipeuses par l'intermédiaire de leurs membranes de cellules adipeuses. Comme on peut l'imaginer, stocker l'excès de glucose dans les cellules adipeuses ne conduit à rien de bon.

La décision d'une énigme de l'insuline

L'insuline est juste une hormone de transport anabolique qui fait son travail. Il n'est pas bon et pas mal. Il ne se soucie pas si vous stockez de la graisse, ou construisez du muscle. Tout ce qui compte pour lui, c'est de maintenir la glycémie dans la plage normale. Lorsque ce niveau devient élevé, de l'insuline est produite, ce qui rétablit rapidement le taux normal de glucose.

L’insuline, à elle seule, n’a pas besoin d’être produite dans les délais prévus à une heure précise de la journée. Vous stimulez indépendamment la libération d'insuline au bon moment et en quantité appropriée. Et il existe des moyens de contrôler ce processus.

Vous devez décider de ce qui vous intéresse le plus - le renforcement musculaire ou l'élimination des graisses.

"Je veux juste construire du muscle!"
Si votre objectif principal est le renforcement musculaire, vous devrez prendre en charge un niveau d'insuline élevé tout au long de la journée.

Il est particulièrement important d'assurer un niveau élevé d'insuline immédiatement après l'entraînement, car à ce moment, les membranes des cellules musculaires sont particulièrement perméables à l'insuline et à tout ce qu'elle contient (par exemple, le glucose, les BCAA).

"Je veux me débarrasser de la graisse!"
Si votre objectif n'est que la perte de graisse, vous devez avoir un faible niveau d'insuline tout au long de la journée.

La première idée pour certaines personnes est que le moyen de se débarrasser des graisses est de garder l'insuline basse toute la journée, chaque jour. Oui, mais seulement si vos idées sur la formation sont réduites à des promenades dans la ruelle.

Même si vous n'êtes pas intéressé par le renforcement musculaire, il est toujours très important d'initier au moins une certaine production d'insuline après l'entraînement musculaire. Cela arrêtera le catabolisme causé par l'entraînement et dirigera également le glucose et les acides aminés dans les cellules musculaires. Sinon, vous constaterez que vous perdez de précieux tissus musculaires et, par conséquent, interférez avec le travail du mécanisme métabolique qui brûle les graisses.

Vous ne voulez pas ressembler à un squelette recouvert de peau après avoir perdu du poids, n'est-ce pas? Et c'est ce que vous allez devenir si vous ne donnez pas à vos muscles les glucides et les acides aminés dont ils ont réellement besoin.

"Je veux construire du muscle et me débarrasser de la graisse..."
C'est triste, mais beaucoup de gens ne croient pas qu'il est impossible de développer des muscles tout en perdant de la graisse.

Lorsque le taux de glucose dans le sang est élevé, de l'insuline commence à être produite et du glucose est envoyé pour être stocké dans le glycogène musculaire ou dans le glycogène du foie. Lorsque la glycémie est basse, la production d'insuline diminue et la graisse devient la principale source d'énergie pour le corps.

L'insuline ressemble à un interrupteur qui contrôle quoi et jusqu'à quel point nous brûlons de la graisse ou construisons des muscles. Pour qu'un tel changement se produise, il ne faut pas une journée entière. En fait, cela prend des minutes!

Cela signifie que vous pouvez planifier votre journée de telle sorte qu'elle ait des périodes de temps visant à maintenir les muscles et des périodes visant à brûler les graisses. Et vous pouvez manipuler la durée de ces périodes, changeant ainsi la vitesse à laquelle vous gagnez de la masse musculaire et perdez de la graisse.

Voulez-vous construire du muscle plus rapidement? Augmenter la quantité d'insuline produite. Et faites-le mieux directement après la musculation. Il y a plusieurs raisons à cela, et l'une d'elles est que l'insuline ne convertira pas le glucose en graisse si elle peut le stocker immédiatement sous forme de glycogène. Après un entraînement intensif à la charge, le glycogène, à la fois dans les muscles et dans le foie, est épuisé et ils sont prêts à prendre une grande quantité de glucose. Par conséquent, à ce stade, vous ne pouvez pas être modeste avec les glucides.

Pour une rétention encore plus fiable de la masse musculaire, vous devez également augmenter le niveau d'insuline une ou deux fois par jour. Ceci est facile à réaliser, y compris en mangeant beaucoup de glucides. Vous pouvez manger un plat avant l'entraînement et l'autre après ou les deux repas après l'entraînement (et après avoir étanché la soif résultant de l'entraînement).

Ensuite, pour assurer une partie de l'équation responsable de la perte de graisse, gardez le reste de la journée insuffisant.

Pour comprendre quels produits provoquent une libération plus ou moins importante d'insuline, veuillez lire l'article sur indice glycémique de la nourriture.

Changer d'insuline

Peu importe si vous visez à construire des muscles, ou pour la perte de graisse maximale, l'insuline est le commutateur, que vous devriez apprendre à utiliser: « sur » pour le renforcement musculaire, « off » afin de réduire le volume de matières grasses.

Quoi que vous choisissiez, rappelez-vous que cet interrupteur ne doit pas rester en position pendant des mois. Utilisez l'insuline pendant la journée et vous serez en mesure de gagner, en évitant les lacunes.

L'insuline est l'hormone du pancréas. Tout le monde sait qu'il a la propriété de réduire la teneur en sucre dans le sang et que, avec une carence en insuline, le corps développe un diabète sucré. L'un des principaux symptômes du diabète sucré (mais pas le seul) est une augmentation du taux de sucre dans le sang. Mais tout le monde ne sait pas qu’en ce qui concerne les tissus mous (et les muscles, y compris), l’insuline est le plus fort de tous les anabolisants. Son effet anabolisant surpasse même l’effet anabolisant des stéroïdes, bien qu’il soit plus sélectif. Ainsi, par exemple, les stéroïdes agissent exclusivement sur la matrice protéique des cellules musculaires et l'insuline, entre autres, contribue également à l'accumulation de glycogène dans les muscles. Par conséquent, les volumes musculaires sous l'action de l'insuline et se développent beaucoup plus rapidement. L'insuline, cependant, contrairement aux stéroïdes, ne renforce pas les ligaments et, contrairement à la somatotropine, n'agit pas sur le tissu cartilagineux.

Si nous voulons organiser les facteurs anabolisants les plus connus en fonction de la force d’action décroissante vis-à-vis des tissus musculaires, nous obtenons l’image suivante: 1. Insuline >> 2. Stéroïdes anabolisants >> 3. La somatotropine.

Si nous voulons placer les mêmes facteurs anabolisants dans l'ordre décroissant de puissance par rapport à l'articulation et des ligaments, l'image est quelque peu différente: 1. 2. L'hormone de croissance stéroïdes anabolisants >> >> 3. L'insuline.

L'insuline est une très largement utilisé dans le monde dans la pratique sportive, mais ici en Russie, jouit encore du manque d'attention, et il y a des raisons. Les raisons en sont à la fois subjectives et objectives. La principale raison subjective est que la plupart des gens (et même des médecins) ne connaissent le mot "insuline" qu'avec le mot "diabète". Et la question se pose: « Pourquoi ai-je besoin d'insuline si je souffre de diabète? » Il est la peur de la dépendance hormonale: « Ne pas diminuer la production de sa propre insuline, si j'utilise un exogène (c.-à-introduit de l'extérieur) l'insuline? » La raison principale est cacher des informations objectives sur les propriétés anaboliques de l'insuline. Le sport est basé sur la compétition. Par conséquent, il est tout à fait naturel que ni les athlètes, ni les entraîneurs, ni même les médecins, ne se donnent mutuellement des informations objectives. Le plus souvent, ils donnent des informations erronées. C'est ce qu'on appelle diplomatiquement un "jeu tactique". Bien que l'insuline soit utilisée dans le sport depuis au moins 50 ans, vous ne la lirez dans aucun manuel de médecine sportive. Chaque athlète assis sur l'insuline et intumescent à pas de géant, va battre sa poitrine et dit il vient juste par son travail acharné et la volonté, une bonne génétique (les parents du village), et ainsi de suite, inconscients du fait que la personne les gros muscles ne sont pas donnés précisément à cause de causes génétiques. Je suis prêt à croire en génétique exceptionnelle Beyer Coe, mais doute fort que les quatorze adolescents pourrait récolter couché haltère pesant 170 kg force seule que les capacités génétiques.

Historiquement, dans notre pays, la simple mention de la pharmacologie dans le sport a conduit à la rage des responsables sportifs. À l'ère soviétique, les athlètes devaient exclusivement leurs réalisations au système socialiste et à rien d'autre. Ici, au lieu de contes de fées sur la génétique, il y avait des histoires sur un mode de vie socialiste.

Au final, la faible qualification des médecins du sport et des entraîneurs a joué leur rôle. En tant que médecin avec vingt ans d'expérience, je suis profondément convaincu que la médecine sportive ne peut être étudiée isolément de la médecine clinique. Quiconque n’a pas traité les malades et ne porte pas le lourd fardeau de la responsabilité de leurs vies n’a pas les qualifications suffisantes, ni le droit moral de traiter les personnes en bonne santé, de leur proposer toutes sortes L'utilisation incorrecte de l'insuline, associée à un surdosage, à une mauvaise administration et à une mauvaise alimentation, peut entraîner une perte de conscience et un coma hypoglycémique en raison d'une trop forte diminution de la glycémie. Le cerveau n'a tout simplement pas assez de glucose, ce qui constitue pour lui le principal carburant. Théoriquement, une personne peut même en mourir si le taux de glucose chute en dessous de la limite autorisée. La méthode de suicide la plus préférée chez les biochimistes consiste à injecter une dose ultra-élevée d’insuline lors de la réception simultanée d’un somnifère. Une personne s'endort et ne se réveille plus.

En raison du risque élevé, le traitement des non-diabétiques avec de grandes doses d’insuline (plus de 60 unités) est effectué exclusivement à l’hôpital, où il est possible de retirer rapidement une personne du coma hypoglycémique. Le plus souvent, cela se fait par injection intraveineuse d'une solution de glucose à 40%.

Essayons de comprendre ce qu'est l'insuline, comment l'utiliser et comment l'utiliser pour obtenir le résultat positif nécessaire et éviter les effets secondaires.

Anatomie et physiologie.

L'insuline est produite par le pancréas. Son nom parle de lui-même: il se trouve sous l'estomac et même derrière lui sur la paroi arrière de la cavité abdominale au niveau des deux premières vertèbres lombaires. Le pancréas a une forme allongée. Sa longueur est de 15 cm et son poids est d'environ 100 g.

Le pancréas joue simultanément le rôle de la glande de la digestion et de la glande de la sécrétion interne. Sa composition n'est pas homogène. Certaines cellules produisent des enzymes digestives et d'autres des hormones de sécrétion interne.

Les enzymes digestives du pancréas dans le suc pancréatique entrent dans le 12-colon, où la digestion finale de tout ce qui n'a pas eu le temps de digérer dans l'estomac. Ces enzymes ont un pouvoir d'action exceptionnel. Avec la pancréatite - inflammation du pancréas due à la destruction de ses tissus - un grand nombre d'enzymes protéolytiques (dissolvant les protéines) pénètrent dans le sang. Leur action protéolytique est si forte qu'une personne peut simplement périr par la "digestion" du cerveau ou d'autres organes vitaux. Avec une capacité digestive insuffisante du tractus gastro-intestinal, on prescrit à la patiente de la pancréatine - le médicament le plus puissant composé d'enzymes digestives des glandes pancréatiques séchées du bétail. La pancréatine est également utilisée dans un régime hypercalorique, lorsque votre propre appareil digestif ne peut pas faire face à une grande quantité d'aliments provenant de l'extérieur. Ainsi, le corps est fourni avec une quantité suffisante de matière plastique et énergétique.

La fonction endocrinienne du pancréas est réalisée par les îlots de Langerhans d'un type particulier d'accumulation de cellules dispersées dans la glande. Ensemble, ils ne représentent qu'environ 1 à 3% du poids de la glande, mais leur effet sur le corps est énorme. La composition des îlots de Langerhans est hétérogène. Ils se composent de plusieurs types de cellules: les cellules A produisent du glucagon, les cellules B-insuline, les cellules D-somatostatine. Les cellules B constituent la majeure partie des îlots de Langerhans - 60%, les cellules A représentent 25% de la masse, 0 cellules - 10% et toutes les autres - seulement 5% de la masse. "Insula" en latin signifie "île". D'où le nom d'insuline en tant que dérivé des cellules B des îlots de Langerhans.

Le glucose est le stimulant le plus puissant de la sécrétion d'insuline dans les conditions physiologiques. Une augmentation de la glycémie augmente la sécrétion d'insuline dans les îlots pancréatiques et, au contraire, une diminution de sa teneur ralentit la sécrétion d'insuline. Ainsi, le contenu sanguin en insuline est régulé par le mécanisme de rétroaction négative et le régulateur principal est le glucose. Les acides gras sont la deuxième source principale de régulation de la sécrétion d'insuline, leur apport dans le sang augmente également la libération d'insuline dans le sang, même si elle est aussi forte que le glucose. La troisième place dans la capacité à provoquer une libération réactive d'insuline sont les acides aminés.

La régulation de la synthèse et de la sécrétion d'insuline est fondamentalement différente de la régulation de la synthèse et de la sécrétion d'autres hormones. C'est pourquoi ce n'est pas une dépendance. Les raisons du manque de dépendance seront discutées ci-dessous.

Il existe des tissus dépendant de l'insuline qui reçoivent du glucose par "voie insulinique", et des tissus indépendants de l'insuline qui utilisent le glucose sans insuline. Un exemple typique de tissus indépendants de l'insuline est le tissu nerveux, cartilagineux, osseux et certains autres.

Biologie moléculaire de la réaction de l'insuline et des glucides

L'insuline est une hormone polypeptidique constituée d'une longue chaîne d'acides aminés séparés par un pont disulfure en peptides. Comme vous pouvez le voir, la molécule d'insuline ne "tire" pas le titre de la molécule de protéine, tk. les molécules de protéines consistent en plusieurs chaînes polypeptidiques. Dans les cellules B, l'insuline est formée à partir de son prédécesseur, la proinsuline. Sous forme cristalline pure, l'insuline a été obtenue dès 1922 à partir du pancréas des bovins. Il est sorti d'eux et à ce jour. Il existe 2 formes d'insuline. L'un d'eux réagit avec les muscles et les tissus adipeux et l'autre seulement avec les graisses. Dans toutes les préparations d'insuline, ces 2 formes sont en combinaison les unes avec les autres. L'action simultanée de ces deux formes d'insuline entraîne le fait que l'insuline suit trois voies métaboliques. L'un d'eux est la protéine et les deux autres sont gras. Par conséquent, si l'action de l'insuline sur le corps n'est pas modulée d'une certaine manière, son application donnera 1/3 de la masse musculaire et 2/3 de la masse grasse. En utilisant certaines méthodes de modulation de l’action de l’insuline, on peut parvenir à un gain de masse musculaire de 3/4 et à un gain de tissu adipeux de seulement 1/4. C'est difficile, mais possible. Sur les voies d'une telle modulation, la conversation est à venir.

Le rôle principal est joué par l'insuline dans le métabolisme des glucides. Essayons donc de le considérer plus en détail. Les glucides (glucose) jouent un rôle majeur dans l'approvisionnement énergétique du corps. Pourquoi Après tout, les matières grasses, par exemple, lors de l'oxydation, fournissent de l'énergie deux fois plus que les glucides. Cependant, les glucides sont beaucoup plus faciles (grâce à la même insuline) à pénétrer dans la cellule et à s'oxyder beaucoup plus facilement. En second lieu pour la facilité d'oxydation après le glucose sont les acides aminés. Et ce n’est qu’en dernier lieu que les acides gras et la glycérine sont les produits de la décomposition de la graisse sous-cutanée. Ils ne pénètrent pas bien dans la cellule, ils s'oxydent difficilement et ne s'oxydent jamais complètement.

Le glucose est très facilement mobilisé à partir des dépôts de glycogène et est également facilement incorporé dans le métabolisme énergétique. Le taux d'inclusion dans le métabolisme énergétique et l'oxydation de la plus grande plénitude - un avantage du glucose en acides aminés et les acides gras.

Les glucides complexes, que nous consommons avec la nourriture, sont d'abord clivés dans le tractus gastro-intestinal en glucose, qui est ensuite inclus dans le métabolisme des glucides.

Le glucose seul ne peut pas pénétrer dans la cellule sans insuline. Certains organes sont capables d'absorber le glucose par une voie extra-insulinique. Par exemple, le cerveau absorbe le glucose du foie, la lentille de l'œil. Cependant, le niveau total de glucose dans le sang dépend de l'insuline. Si ce niveau est trop faible, cela affecte également l'approvisionnement énergétique des organismes susmentionnés. Les érythrocytes sanguins sont absorbés par la voie extra-insuline, mais l'insuline régule indirectement l'apport énergétique des globules rouges en raison de l'effet sur le taux de glucose global. Comme les érythrocytes transportent de l'oxygène, nous pouvons retracer l'effet indirect de l'insuline sur l'apport en oxygène de tous les organes internes de notre corps. Le foie absorbe plus de glucose par l'insuline. Cela est dû au fait que, dans le foie, l'insuline ne se limite pas à l'apport énergétique des cellules, mais aussi à la synthèse du glycogène. Le renforcement de la voie de l'insuline pour fournir au foie du glucose améliore également la voie extra-insuline, car la plupart des enzymes, y compris les enzymes du métabolisme des glucides, sont synthétisées dans le foie. Il convient de noter que le cerveau est encore plus indépendant de l'insuline que le foie et les autres organes internes. Son besoin en insuline est assez faible, et cela malgré le fait que le tissu cérébral absorbe au moins 100-150 (!) G de glucose pendant la journée.

Le tissu musculaire absorbe le glucose exclusivement par l'insuline. Cela est dû non seulement aux particularités de l'approvisionnement énergétique du tissu musculaire, mais aussi à l'accumulation de glycogène.

En plus du glucose, il existe de nombreux autres substrats énergétiques (substances) qui "alimentent" les organes internes et dans l'utilisation de l'insuline.

Dans des conditions physiologiques normales, à l'intérieur de l'organisme entier, le glucose est le stimulateur le plus puissant de la sécrétion d'insuline par le pancréas. Une augmentation du glucose dans le sang entraîne une augmentation de la sécrétion d'insuline par les îlots pancréatiques. La réduire au contraire ralentit la sécrétion d'insuline. Ainsi, le contenu sanguin en insuline est régulé par le type de rétroaction négative et le régulateur principal est le glucose. Le renforcement de la sécrétion d'insuline peut également être causé par les acides gras, le glycérol, les acides aminés, les peptides et certaines protéines, mais encore moins que le glucose. Ces substances augmentent principalement l'effet stimulant du glucose sur les îlots pancréatiques.

La régulation de la synthèse et de la sécrétion d'insuline est fondamentalement différente de la régulation de la synthèse et de la sécrétion d'autres hormones en ce que le principal régulateur du pancréas est le glucose lui-même. Ce type de régulation est appelé régulation de substrat à partir du mot "substrat"; substance. Les régulateurs de la sécrétion et de la synthèse d'autres hormones sont les triples hormones de l'hypophyse. Ce règlement s'appelle triple.

L'hypothalamus est le centre de la sensibilité du cerveau moyen. Dans ce centre, les signaux chimiques passent aux nerfs et vice versa, et les signaux nerveux aux signaux chimiques. Le glucose entrant dans le sang pénètre immédiatement dans l'hypothalamus. Étant dans ce cas le principal centre de régulation, l'hypothalamus envoie immédiatement des signaux de régulation au pancréas. Ces signaux vont le long des voies neurales (principalement un nerf vague). Certaines fibres du nerf vague (sympathique) provoquent la libération d'insuline, déjà présente dans le pancréas, dans le sang. D'autres fibres du nerf vague (parasympathique) transmettent des signaux qui provoquent à la fois la libération d'insuline dans le sang et l'amélioration de la synthèse de l'insuline dans le pancréas.

Le pancréas lui-même perçoit également les signaux du glucose dans le sang et, en réponse à ces signaux, augmente la libération d'insuline dans le sang. Tous les types de régulation dans les organismes sont dupliqués, parfois même une fois, mais plusieurs fois. La régulation de la glycémie ne fait pas exception à cet égard.

Les signaux provenant de l'hypothalamus et les signaux provenant des cellules B-B-adrénocepteurs pancréatiques perçue glucose, des récepteurs B-adrénergiques sont implantées sur la membrane externe des cellules percevant le signal, ils déclenchent la synthèse de « adényl cyclase » une enzyme particulière, ce qui conduit à l'accumulation dans les cellules c-AMP (adénosine monophosphate cyclique ). c »AMP est un médiateur intracellulaire de signaux de régulation externes. A l'intérieur de la cellule, il commence la chaîne nécessaire de réactions biochimiques qui conduisent au résultat final.

L'insuline, contrairement aux hormones stéroïdiennes, ne peut pas pénétrer elle-même dans la forme isolée à l'intérieur des cellules. Initialement, il agit sur les récepteurs à l'insuline des cellules cibles. Les récepteurs à l'insuline ne sont disponibles que sur les membranes des cellules des tissus insulino-dépendants. La transmission du signal hormonal dans la cellule est réalisée à l'aide du même c-AMP omniprésent. L'insuline se combine au c-AMP dans le complexe et pénètre dans la cellule en tant que complexe, où elle effectue toutes les réactions nécessaires.

Anabolisme de l'insuline

Utilisation de glucides simples.

Dans les membranes des cellules cibles, il existe des canaux protéiques. Ils sont conçus pour pénétrer les cellules de glucose à l'intérieur. Cependant, sans insuline, ils sont fermés, et le glucose pénétrer à l'intérieur des cellules ne peuvent pas. C'est pourquoi les patients diabétiques taux de sucre dans le sang est élevé aussi longtemps qu'ils ne font pas l'injection d'insuline. Sans insuline, ils ont, d'une part, il y a une forte teneur en sucre dans le sang, et, d'autre part, les cellules subissent une graves pénuries d'énergie en raison d'un manque de glucose est à l'intérieur des cellules. L'insuline (ouvert « chaînes de protéines dans les membranes cellulaires, et le glucose pénètre dans la cellule, où les mitochondries utilisé. Mitochondries appelé stations cellulaires d'alimentation. Ces formation intracellulaire de synthèse d'ATP (adénosine triphosphate). L'énergie de l'ATP est stockée pour ensuite être consommé selon les besoins organisme.

L'utilisation du glucose dans les mitochondries ne peut pas non plus se passer d'insuline. Le principal mode d'utilisation du glucose par notre corps est l'oxydation, pour laquelle nous respirons en fait (oxydation de l'oxygène). Seulement ici avant de commencer à s'oxyder, la molécule de glucose devrait être soumise à plusieurs réactions de phosphorylation - la première. C'est une limitation et toutes les autres réactions en dépendent. Il suffit de limiter la première réaction car toutes les autres ne fonctionnent pas automatiquement La première réaction de phosphorylation est la conversion de l'action de l'enzyme hexakinase avec la dépense d'énergie de l'ATP. L'hexakinase ne peut être "déclenchée" que par l'insuline et rien d'autre. Par conséquent, sans insuline, même si le glucose pénètre dans la cellule, il ne peut pas subir de phosphorylation sans la participation de l'hexakinase. Il est remarquable que l'insuline par hexakinase prévoie en plus du glucose et de tous les autres glucides simples - fructose, mannose, galactose. L'augmentation de l'énergie est donc totale.

La formation de glucose-6-phosphate, comme je l'ai dit, est la réaction clé la plus "difficile" dans toute la chaîne de conversion du glucose. De plus, le glucose-6-phosphate est relativement facilement converti en fructose-6-phosphate. Ensuite, du fructose-1,6-bisphosphate est formé à partir de celui-ci. Vient ensuite une longue chaîne de réactions biochimiques, à la suite de laquelle une grande quantité d'ATP est synthétisée et, à terme, le glucose se décompose en dioxyde de carbone et en eau.

Le schéma général d'utilisation du glucose pour les besoins énergétiques:

Glucose - 6 - phosphate

Fructose - 6 - phosphate

Fructose - 1 - b - bisphosphate

Autres réactions énergétiques

Dioxyde de carbone + eau

A propos de la phosphorylation de produits du glucose, nous parlerons. Séparément t To. Ils peuvent eux-mêmes être synthétisés sous forme pure et servir de sport de produits très efficace nutrition et même des médicaments parce qu'ils sont utilisés par les cellules sans insuline, et donc, peut être appliquée sur le fond de haute la formation, lorsque la sécrétion de l'insuline propre est supprimée, et il n'a pas de sens, et il est même dangereux, d'utiliser l'insuline elle-même.

Maintenant, je ne ferai que noter que, en ce qui concerne le glucose en tant que source d'énergie, l'insuline a un effet catabolique, augmentant ses dépenses pour les besoins énergétiques du corps. Même si l'insuline n'avait pas d'effet anabolisant directement, cela améliorerait encore les processus de synthèse des protéines en augmentant la bioénergétique générale. En introduisant dans l'organisme de petites doses d'insuline de l'extérieur, nous favoriserons une utilisation plus complète du glucose et d'autres glucides simples, obtenant ainsi un effet énergisant.

Nous avons toujours besoin d'insuline. Même dans les périodes d'effort physique élevé, la sécrétion d'insuline n'est inhibée que dans une certaine mesure. Une petite quantité est encore nécessaire pour assimiler le glucose et les acides gras disponibles.

De plus en plus dans la prise de la mode des petites doses de glucides pendant l'exercice. Si au début du siècle dernier a fait les seuls athlètes d'athlétisme, et même alors, surtout dans le contexte de la compétition, mais maintenant le chargement des glucides avant et pendant l'exercice est utilisé dans presque tous les types de sports, de l'athlétisme et la musculation fin. Du point de vue de la biochimie, cela est parfaitement justifié. Cela réduit le niveau de fatigue de la formation et amplifiée (!) La combustion des tissus adipeux. Si les conditions physiques de glucides repos sont les primaires (!) Une source de la formation de tissus adipeux, les conditions de formation intensive et des pressions concurrentielles petite quantité d'hydrates de carbone, en revanche, favorise une combustion plus complète et l'oxydation des acides gras. Biochimistes ont même avoir une expression « graisses brûler dans les flammes de glucides ».

Cet effet différent des hydrates de carbone pendant le repos et dans un effort d'explication très simple. Au repos, la sécrétion de la sécrétion d'insuline domine les hormones contrainsular (glyukogan, somatotropine, les hormones, les hormones de la thyroïde, et les facteurs) glucocorticoïdes contrainsular (catécholamines). Par conséquent, en plus de la consommation d'énergie des glucides va à la formation du tissu adipeux. Pendant l'équilibre de la charge physique se déplace vers les hormones et les facteurs contrainsular kontrinsulyarnyh. La sécrétion d'insuline est supprimée, et glyukogana sécrétion de l'hormone de croissance et les hormones sexuelles (principalement), également dans la sécrétion d'hormones de la thyroïde et les glucocorticoïdes (secondairement) augmente. La libération de catécholamines dans le sang augmente également. De fortes doses de glucides entravent ce processus, mais de petites doses, au contraire, renforcer encore son. L’introduction de glucides phosphorylés est encore plus efficace dans ce cas.

La même chose se produit pendant la période de jeûne.

Anabolisme glycogène.

En plus de l'utilisation du glucose, l'insuline joue un rôle majeur dans la synthèse du glycogène. Le glycogène est la forme la plus importante des réserves de glucides, tant chez les animaux que chez les humains. Ceci est un polysaccharide (hydrate de carbone complexe). Il s'accumule principalement dans le foie (jusqu'à 6% de sa masse totale) et dans les muscles squelettiques, où sa teneur dépasse rarement 7%. Comme la masse musculaire d'une personne dépasse de beaucoup la masse du foie, les muscles squelettiques du glycogène en contiennent beaucoup plus. A certaines réserves de glycogène et muscle cardiaque.

La toute première réaction à la synthèse du glycogène à partir du glucose commence par la réaction d'hexakinase déjà familière de la conversion du glucose en glucose-6-phosphate, qui est activée par l'insuline. Mais alors, les réactions ne sont plus les mêmes qu'avec l'utilisation du glucose pour les besoins énergétiques. Dans la synthèse du glycogène, le glucose-6-phosphate est converti en glucose-1-phosphate, qui intervient également dans la synthèse du glycogène.

Le schéma général d'utilisation du glucose pour la synthèse du glycogène

Glucose - 1-phosphate

Chaîne de réactions biochimiques

Le glycogène peut être déposé non seulement dans le foie et les muscles, mais également dans d'autres organes et tissus, même dans la peau. Pendant l'effort physique, lorsque la dépense énergétique de l'organisme augmente fortement sous l'effet de l'excitation du système nerveux central, tous les facteurs de contrôle que j'ai mentionnés ci-dessus sont libérés dans le sang. En plus de bloquer la réaction de l'hexakinase, les facteurs de tension provoquent la décomposition des réserves de glycogène en glucose à partir de sa libération dans le sang. Ce mécanisme a été perfectionné par l'évolution de l'homme. À mesure que le niveau de condition physique et la qualification sportive augmentent, les réserves de glycogène dans le corps augmentent. Seul un chargement-déchargement des glucides de longue durée correctement effectué peut augmenter les réserves de glycogène dans le foie et dans les muscles 7,5 à 2 fois.

Les sensibilités à l'insuline du pancréas sont limitées. Le corps ne peut toujours mobiliser qu'une quantité de glycogène suffisante pour sa propre insuline. L'introduction de l'insuline de l'extérieur créera de telles réserves de glycogène dans le foie et dans les muscles, ce qui dans des conditions normales, il serait impossible de rêver. Cela vous permet de tuer plusieurs oiseaux avec une pierre. Le premier lièvre est une augmentation de l'endurance générale et spéciale. L'augmentation de l'endurance contribue à augmenter le volume global de la charge d'entraînement et, par conséquent, à développer plus rapidement la masse musculaire et la force. Le deuxième lièvre est une augmentation de la force musculaire due à une augmentation des réserves de glycogène dans les muscles.

Nous savons tous que le travail électrique est principalement lié à l'oxydation anaérobie du glycogène. Et plus le muscle contient de glycogène, plus il diminue. L'augmentation de la force musculaire vous permet de travailler avec des poids importants et d'atteindre de grands volumes musculaires dans les plus brefs délais. Le troisième lièvre est une augmentation de la masse musculaire par jeu de glycogène. Le glycogène lui-même, même s'il occupe une petite partie du volume musculaire total, a la capacité de se lier à l'eau. 1 gramme de glycogène se lie 4 g d'eau, ce qui est une augmentation significative de l'insuline accélère non seulement la synthèse du glycogène, mais ralentit également sa décomposition, ce qui vous permet d'accumuler une quantité de glycogène qui est beaucoup plus grande que les valeurs physiologiques normales. Le glycogène se dépose même dans le tissu adipeux sous-cutané. Le 4ème lièvre est une augmentation du niveau des résultats sportifs en raison de l'amélioration générale de la condition physique. L'insulinothérapie a un effet bénéfique sur l'état des organes internes, en particulier sur le foie et le muscle cardiaque. L'amélioration de la santé ne peut tout simplement pas affecter la réalisation des résultats sportifs.

Synthèse des protéines.

Comme je l'ai dit, l'insuline est l'agent de synthèse protéique le plus puissant par rapport au tissu musculaire. L'effet de synthèse protéique de l'insuline est dû à plusieurs mécanismes. Tout d'abord, l'insuline augmente la perméabilité des membranes cellulaires pour les acides aminés. A la manière de l'utilisation du tissu musculaire des acides aminés, il existe de nombreux obstacles de la capacité digestive du tractus gastro-intestinal, et se terminant par la capacité du foie à aligner l'équilibre des acides aminés. Même si nous surmontons ces obstacles, et même si les acides aminés cristallins de départ administrés par voie intraveineuse comme des solutions spéciales, amino absorption d'acide par les cellules musculaires et les cellules du foie, dans laquelle une partie des protéines musculaires sont synthétisés à être limitée. Surmonter cette dernière barrière "membranaire", on peut simplement en utilisant l'insuline exogène.

Le second mécanisme de l'action de l'insuline sur la synthèse des protéines est sa capacité à influencer l'appareil génétique de la cellule. En pénétrant sous forme de complexe avec le c-AMP à l'intérieur de la cellule, l'insuline exerce un effet sur l'ensemble des gènes chromosomiques, supprimant l'activité du gène-répresseur de la synthèse des protéines. En raison d'une telle dérépression, un état anabolique du corps survient avec un retard de l'azote, du potassium, du phosphore et d'autres nutriments. En conséquence, la synthèse est intensifiée et en même temps la désintégration des molécules de protéines est inhibée. En parallèle, ces processus modifient l'équilibre vers la prédominance de l'anabolisme par rapport au catabolisme, non seulement en augmentant l'anabolisme, mais aussi en inhibant le catabolisme.

Comme les stéroïdes anabolisants, l'insuline provoque une fission longitudinale des molécules d'ADN et le doublement du chromosome situé à l'intérieur du noyau cellulaire sans diviser la cellule en tant que telle. Cela double immédiatement le nombre de gènes structurels, fonctionnels et de contrôle dans les fibres musculaires. Cela crée des conditions de nouvelle augmentation quantitative des structures protéiques de la matrice de cellules, dans des conditions normales, les cellules musculaires sont incapables de se diviser, et un doublement de chromosomes similaires permet le muscle pour augmenter en raison de l'épaississement des fibres musculaires. Doubler le jeu de chromosomes n'est pas la limite. Un ensemble de chromosomes doublés peut se diviser à nouveau, formant un quadruple, etc. Dans une expérience sur des tissus musculaires isolés, il était possible d'obtenir un ensemble génétique de 32 fois. Nous pouvons donc en conclure que même la quantité parfaite de bodybuilders professionnels est loin d'être la limite.

Pour augmenter la masse musculaire n'est possible que grâce à une augmentation quantitative du matériel génétique, donc les muscles hypertrophiés sont toujours hérités. Seul ce transfert ne se produit pas sous la forme de masse musculaire initialement prête, mais sous la forme d'une prédisposition à une bonne croissance musculaire dans le contexte d'activités d'entraînement et diététiques bien organisées. En d'autres termes, si vous êtes gonflé, vous avez déjà un enfant avec une bonne prédisposition à la croissance musculaire.

L'augmentation du matériel génétique dans les muscles en termes quantitatifs se produit naturellement à mesure que l'entraînement augmente, mais ce processus est extrêmement lent et prend de nombreuses années. L'insulinothérapie, ainsi que d'autres agents anabolisants puissants, permettent d'accélérer ce processus plusieurs fois. Après tout, par eux-mêmes, aucun agent anabolisant ne provoque une hypertrophie musculaire. Ils ne font qu'accélérer et renforcer la piste structurelle positive du processus de formation. En d’autres termes, ils accélèrent le processus d’entraînement naturel, mais l’accélèrent de nombreuses fois.

En plus de l'action directe de synthèse protéique, l'insuline accélère également la différenciation des cellules, les rendant plus matures et améliorant ainsi leur fonctionnement. Si une personne a une prédisposition héréditaire aux tumeurs, il ne peut pas utiliser de stéroïdes anabolisants et de somatotropine, mais il peut utiliser l'insuline.

Injections d'insuline.

Faire immédiatement une réserve pour que le matériel en question ne concerne pas les patients atteints de diabète sucré. Pour eux, l'introduction de l'insuline est une thérapie de substitution visant à compenser la maladie et à normaliser la condition. Dans ce cas, nous nous intéressons à l'effet de l'insuline sur une personne en bonne santé qui n'est pas sujette au diabète sucré.

Comme déjà mentionné ci-dessus, le pancréas normal d'une personne ordinaire libère 40 unités d'insuline par jour (l'unité d'action est l'activité de 0,04082 mg d'insuline cristalline pure),

Il existe de nombreuses formes de dosage de l'insuline. L'insuline est disponible en flacons pour administration avec des seringues à insuline, ainsi que dans de petites fioles spéciales pour stylos à seringue avec distributeur. La forme la plus courante et la plus commode d'utilisation est une solution d'insuline dans des flacons. De plus, l'insuline contenue dans les flacons est plusieurs fois moins chère que l'insuline pour les stylos.

Il y a des flacons de 5 et 10 ml avec une activité de 40, 60 et 80 unités d'insuline dans 1 ml. La forme de libération la plus courante aujourd'hui est constituée de flacons de 10 ml d'insuline ayant une activité de 40 unités pour 1 ml. Une bouteille contient donc au total 400 unités d'insuline. Si, Dieu nous en garde, d'introduire une bouteille entière à la fois, alors avec lui (avec une personne, pas avec une bouteille), on peut dire adieu pour toujours. L'ambulance peut ne pas être dans le temps. Par conséquent, l'insuline doit être traitée très soigneusement, soigneusement, en comptant soigneusement et en revérifiant la dose administrée. S'il est nécessaire, par exemple, d'introduire 4 unités d'insuline, vous devrez injecter 0,1 ml de la solution dans la seringue. Les seringues à insuline jetables conviennent autant que possible, car ont un très petit volume et conviennent bien au dosage précis de l’insuline. Insuline est tapé avec une seringue jetable de la fiole à travers le bouchon en caoutchouc (essuyer avec de l'alcool au préalable). Les flacons contenant de l'insuline, entiers et entamés, sont généralement conservés au réfrigérateur à une température de +7 à +4 ° C.

À l'heure actuelle sur le marché pharmaceutique sont utilisés tous les 3 types d'insuline: « génétiquement Insuline humaine « » inuline porc « dérivé du pancréas des glandes porcs, et » l'injection d'insuline », produite et le pancréas de bovins dans certains pays encore l'insuline est produite dans la baleine, cependant, nous avons déjà retiré de la production.

L'insuline humaine génétiquement modifiée est produite par synthèse bactérienne. Dans les années 70 XX siècle un groupe de scientifiques américains a réussi à introduire dans l'appareil génétique du gène commun d'E. coli (E. Coli), responsable de la synthèse de l'insuline, en le pré-plantant sur un vecteur protéique. Sur un milieu nutritif spécial, E. coli se multiplie très rapidement. L'insuline en est extraite, purifiée, conservée et conditionnée. L'insuline génétique humaine est la plus chère de tous les autres types d'insuline.

L’insuline de porc est beaucoup moins chère que l’homme et son effet est pratiquement le même que celui de l’homme. Le cochon est généralement très proche de l'homme dans de nombreux paramètres biologiques (ou au contraire, une personne est assez proche d'un porc). L'insuline pour injection, obtenue à partir des glandes pancréatiques des bovins, disparaît progressivement de la pratique, car elle cause rarement des allergies. L'insuline animale est très bon marché dans la production, car elle est obtenue à partir de déchets dans les usines de viande et de produits laitiers.

Tous les types d'insuline sont classés par durée d'action. L'insuline ordinaire, peu importe à qui elle appartient, n'agit pas plus de 6 heures et s'appelle insuline à courte durée d'action. Il commence à agir environ 15-20 minutes après l'injection sous-cutanée. Le maximum d'action vient dans 7,5-2 heures.

Pour le traitement des patients diabétiques, différents types d'insuline sont disponibles pour prolonger l'action afin que le patient n'ait pas besoin de s'injecter toutes les 6 heures. Après un traitement spécial, l'effet de l'insuline est affaibli, mais il s'allonge dans le temps. Les médicaments de durée moyenne se présentent 1,5 à 2 heures après le début de l'injection sous-cutanée. Le pic d'action se produit en 3 à 6 heures et la durée totale de l'action est de 12 heures. C'est exactement deux fois plus long que l'activité de l'insuline à courte durée d'action.

Il y a encore des médicaments à action prolongée. Ils commencent à agir en 4 à 5 heures, le pic d'action arrive en 12 à 18 heures et la durée totale de l'action est de 30 heures.

Dans la pratique sportive à visée anabolique, seule l'insuline à courte durée d'action (6 heures) est utilisée. Ceci est dicté uniquement par des considérations de sécurité. Si une personne est en bonne santé, pas malade avec le diabète et veyuschemu en excès de sucre dans le sang pour entrer dans l'insuline à action prolongée, la nuit pendant le sommeil, il peut tomber dans le coma hypoglycémique et n'a jamais se réveiller. L'utilisation d'insuline à courte durée d'action est également nécessaire car son action ne doit en aucun cas coïncider avec la tendance

Il convient de commencer cet article par une histoire sur le pancréas - un organe inhabituel qui produit une hormone, l’insuline et d’autres substances utiles.

La particularité de la glande est qu'elle a deux types de sécrétion: endocrine et exocrine. C'est-à-dire qu'il peut produire des hormones, les projetant directement dans le sang (sécrétion endocrinienne) et les enzymes, en les dirigeant dans l'intestin grêle (sécrétion exocrine).

La partie exocrine du pancréas représente 98% du poids total et 2% seulement des glandes, appelées îlots pancréatiques, sont responsables de la production d'hormones telles que l'insuline, le glucagon et le c-peptide.

Les îlots pancréatiques, également appelés îlots de Langerhans, sont des amas de cellules riches en capillaires. C'est dans ces îlots que se produit la synthèse des hormones pancréatiques, qui régulent tous les processus métaboliques et l'assimilation des glucides en particulier.

Une attention particulière devrait être accordée à l'insuline, une hormone de la structure protéique, dont l'absence entraîne une maladie aussi répandue que le diabète.

La fonction principale de l'insuline dans le corps - maintien d'un taux normal de glucose dans le sang. Cet excès de sucre, il prend une sorte de stockage - muscle, foie ou tissu adipeux. Essayons de comprendre exactement comment l'insuline remplit ses fonctions.

Pour qu'une personne vive et que son corps fonctionne pleinement, il faut de l'énergie. L'organisme reçoit l'énergie en raison du processus complexe de traitement du glucose contenu dans les glucides. Manque quelques nuances moins importantes résument: tous les glucides du processus métabolique sont divisés en glucose, qui pénètre dans le sang.

MAIS! Le glucose peut être une source d'énergie, pénétrant uniquement dans les cellules du corps. Et son insuline est le guide de chaque cellule. Après cela, le glucose peut être utilisé par l'organisme.

L'excès de glucose insuline se transforme en glycogène - une réserve d'énergie à mobilisation rapide que l'organisme utilise lorsqu'il en a besoin, par exemple pendant l'entraînement sportif.

Une autre hormone, le glucagon, aide à maintenir la glycémie dans la norme. Si une personne n'a pas mangé depuis longtemps et qu'il y a peu de glucose dans le sang, le glucagon interfère avec le report du glucose en réserve et le glycogène déjà stocké se transforme en glucose. C'est grâce aux hormones de l'insuline et du glucagon que le niveau de sucre dans le sang d'une personne reste toujours sous contrôle. Et si leur production est perturbée, tous les systèmes du corps souffrent.

Avec l'insuffisance en insuline, le glucose n'est pas converti en énergie, mais reste dans le sang, perturbant le pancréas. Sans insuline, le glycogène de réserve de glucose n'est pas créé, ce qui est très important pour l'organisme, car il participe à de nombreux processus vitaux. Et le dernier, sans insuline, le glucose entrant dans le sang se transforme en graisse, ce qui entraîne des problèmes de surpoids et d’obésité.

Si votre alimentation est riche en sucres et en glucides rapides, l'insuline produite par l'organisme peut ne pas être suffisante pour utiliser tout le glucose qui est entré dans la circulation sanguine. Son niveau va constamment augmenter et une personne peut dépasser une maladie grave et incurable - le diabète. Cette maladie est de deux types:

  • Je tape (insulino-dépendant) - Le pancréas ne produit pratiquement pas d'insuline et le patient malade doit constamment recevoir une hormone de l'extérieur.
  • Type II (non insulino-dépendant) - Le pancréas produit suffisamment d'insuline, mais il ne fonctionne pas correctement.

Pour éviter une maladie "sucrée", il est important de surveiller de près votre alimentation en général et la consommation de glucides en particulier. Tous les produits doivent être considérés du point de vue de leur index glycémique, c'est-à-dire du taux de conversion du produit en glucose. Plus le clivage est rapide, plus l'indice glycémique est élevé.

Produits à indice glycémique élevé, tels que les glucides rapides (chocolat, pain sucré), entrer dans le corps, provoquer la libération d'une grande quantité d'insuline. Une partie du glucose reçu par l'hormone sera envoyée aux cellules sous forme d'énergie et le résidu solide deviendra rapidement du tissu adipeux.

Glucides lents (céréales, pain de blé entier) - traitées progressivement, sans nécessiter une libération brutale d'insuline, et le glucose est réparti uniformément sur les cellules, fournissant l'énergie et la satiété nécessaires.

Si vous voulez que le niveau de sucre dans le sang soit normal et que l'hormone insuline ait été produite sans perturbations - nourrissez votre corps avec de l'énergie en utilisant des glucides «lents». Gardez votre santé et votre activité pendant de nombreuses années!

Le rôle principal de l'hormone est l'hypoglycémie

L'action de l'insuline dans le corps humain (et pas seulement chez l'homme, à cet égard, tous les mammifères sont similaires) est sa participation aux processus du métabolisme:

  • Cette hormone permet au sucre, obtenu avec la nourriture, de pénétrer librement dans les cellules musculaires et graisseuses, augmentant la perméabilité de leurs membranes:
  • C'est un inducteur de la production de glucose à partir du glucose dans les cellules hépatiques et musculaires:
  • L'insuline favorise l'accumulation de protéines, ce qui augmente leur synthèse et la prévention des caries et des produits gras (il aide le tissu adipeux pour capturer le glucose et le convertir en graisse (c'est là où sont les réserves de graisse non désirés et pourquoi l'amour excessif de glucides conduit à l'obésité);
  • Augmenter l'activité des enzymes qui favorisent la dégradation du glucose (effet anabolisant), cette hormone interfère avec le travail d'autres enzymes qui cherchent à décomposer les graisses et le glycogène (effet anti-catabolique de l'insuline).

L'insuline - partout et partout, elle participe à tous les processus métaboliques du corps humain, mais le but principal de cette substance est de fournir un métabolisme glucidique, puisque c'est la seule hormone hypoglycémiante, alors que ses "adversaires", les hormones hyperglycémiques, qui cherchent à augmenter la teneur en sucre dans le sang, sont beaucoup plus (adrénaline, hormone de croissance, glucagon).

En premier lieu, le mécanisme d'insuline par les cellules bêta des îlots déclenche une concentration accrue de glucides dans le sang, mais jusqu'à cette hormone commence à produire, une fois qu'une personne mâcher un morceau de quoi que ce soit comestible, avaler et délivre à l'estomac (et pas nécessairement la nourriture était des glucides). De cette façon, la nourriture (n'importe laquelle) provoque une augmentation du taux d'insuline dans le sang et la faim sans nourriture au contraire réduit sa teneur.

De plus, le processus de formation de l'insuline stimule d'autres hormones, des concentrations élevées de certains oligo-éléments dans le sang, par exemple le potassium et le calcium, une quantité accrue d'acides gras. S'oppose à la production d'insuline au plus haut degré de l'hormone de croissance (STH). D'autres hormones, dans une certaine mesure, réduisent également la production d'insuline, par exemple la somatostatine, synthétisée par les cellules delta de l'appareil des îlots du pancréas, mais son action n'a toujours pas le pouvoir de l'hormone de croissance.

De toute évidence, les fluctuations du taux d'insuline dans le sang dépendent des variations de la glycémie dans l'organisme. On comprend donc pourquoi l'insuline est utilisée pour déterminer la quantité de glucose par les méthodes de laboratoire et la quantité de glucose (analyse sanguine pour le sucre).

Vidéo: l'insuline et ses fonctions - animation médicale

Insuline et maladie "du sucre" des deux types

Le plus souvent, la sécrétion et l'activité fonctionnelle des hormones décrites changent dans le diabète de type 2 (diabète sucré non insulinodépendant - NIDDM), qui se forme souvent chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées en surpoids. On demande souvent aux patients pourquoi le poids supplémentaire est un facteur de risque pour le diabète. Et cela se produit de la manière suivante: l'accumulation de réserves de graisse en excès s'accompagne d'une augmentation des lipoprotéines dans le sang, ce qui contribue à réduire le nombre de récepteurs à l'hormone et à en modifier l'affinité. Le résultat de telles violations est une diminution de la production d'insuline et, par conséquent, une diminution de son taux dans le sang, ce qui conduit à une augmentation de la concentration de glucose qui ne peut être éliminée en temps opportun à cause d'une déficience en insuline.

D'ailleurs, certaines personnes, l'apprentissage de leurs résultats (hyperglycémies, profil lipidique altérée), bouleversé à l'époque, à cette occasion, commencent à chercher des moyens de prévenir les maladies dangereuses - ils « assis » de toute urgence sur un régime pour perdre du poids corporel. Et très bien faire! Une telle expérience peut être très utile pour tous les patients du groupe à risque de diabète: les mesures prises en temps opportun permettent de retarder indéfiniment le développement de la maladie et ses conséquences, ainsi que la dépendance aux drogues qui réduisent le sucre dans le sang de sérum (plasma).

Une image légèrement différente est observée dans le diabète de type 1, appelé insulinodépendant (IDDM). Glucose dans ce cas autour des cellules est plus que suffisant, ils se baignent simplement dans l'environnement de sucre, mais pour maîtriser le matériel énergétique important ne peut pas en raison de la carence absolue du conducteur - il n'y a pas d'insuline. Les cellules ne peuvent pas prendre de glucose, et à la suite de telles circonstances, le corps commence à violer d'autres processus:

  • La graisse de réserve, pas complètement brûlée dans le cycle de Krebs, est envoyée au foie et participe à la formation des corps cétoniques;
  • Une augmentation significative du sucre dans le sang entraîne l'apparition d'une soif incroyable, une grande quantité de glucose commence à excréter dans les urines;
  • le métabolisme glucidique est dirigé vers un autre chemin (de sorbitol), en formant un sorbitol en excès, qui commence à se déposer dans divers domaines, en formant des conditions pathologiques: la cataracte (lentille oculaire), la polynévrite (dans les conducteurs nerveuses), le processus d'athérosclérose (dans la paroi vasculaire).

Le corps, en essayant de compenser ces troubles, stimule la dégradation des graisses, entraînant une augmentation des triglycérides sanguins, mais le niveau de la fraction utile de cholestérol diminue. La dysprotéinémie athérogène réduit les défenses de l'organisme, ce qui se traduit par une modification d'autres indicateurs de laboratoire (augmentation de la fructosamine et de l'hémoglobine glycosylée, perturbation de la composition électrolytique du sang). Dans un tel état de déficit absolu en insuline, les patients deviennent plus faibles, ont constamment soif, ils ont une grande quantité d'urine libérée.

Dans le cas du diabète, la carence en insuline affecte finalement pratiquement tous les organes et systèmes, c’est-à-dire que sa carence contribue au développement de nombreux autres symptômes qui enrichissent le tableau clinique de la maladie «sucrée».

Qu'est-ce qui "dira" les excès et les lacunes

Une augmentation de l'insuline, c'est-à-dire une augmentation de son taux dans le plasma sanguin (sérum) peut être attendue dans le cas de certaines conditions pathologiques:

  1. Insulinome - îlots de tissus tumoraux Langerhans, non contrôlés et en grande quantité, produisant une hormone hypoglycémiante. Ce néoplasme donne un niveau d'insuline assez élevé et la teneur en glucose à jeun est réduite. Pour le diagnostic de l'adénome du pancréas de ce type produisent un calcul du rapport de l'insuline et de glucose (I / G) de la formule: valeur quantitative de l'hormone dans le sang, uU / ml (teneur en sucre déterminée dans le matin à jeun, mmol / l - 1,70).
  2. Le stade initial de la formation du diabète sucré insulinodépendant, plus tard le niveau d'insuline commencera à tomber, et le sucre se développera.
  3. L'obésité. Pendant ce temps, ici et dans le cas de certaines autres maladies est nécessaire de distinguer la cause et l'effet: dans les premières étapes ne sont pas causer l'obésité, l'insuline élevée, mais au contraire, des niveaux élevés de l'hormone améliore l'appétit et facilite la transformation rapide du glucose provenant de la graisse alimentaire. Cependant, tout est tellement interrelié qu’il n’est pas toujours possible de retracer clairement la cause première.
  4. Maladies du foie.
  5. Acromégalie Chez les personnes en bonne santé, les niveaux élevés d'insuline diminue rapidement le taux de glucose dans le sang, ce qui stimule fortement la synthèse de l'hormone de croissance chez les patients ayant des valeurs d'insuline d'augmentation de l'acromégalie et l'hypoglycémie ultérieure provoque aucune réaction particulière de la part de l'hormone de croissance. Cette caractéristique est utilisée comme échantillon stimulant lors de la surveillance de l'équilibre hormonal (l'injection intraveineuse d'insuline ne provoque pas d'augmentation significative de la STH dans l'heure ou 2 heures après l'introduction de l'insuline).
  6. Syndrome d'Itenko-Cushing. La violation du métabolisme glucidique dans cette maladie est due à la sécrétion accrue de glucocorticoïdes, qui supprime le processus d'utilisation du glucose, qui, malgré le niveau élevé d'insuline, reste dans le sang à des concentrations élevées.
  7. L'insuline est élevée dans la dystrophie musculaire, qui résulte de divers troubles métaboliques.
  8. Grossesse, coulant normalement, mais avec une augmentation de l'appétit.
  9. Intolérance héréditaire au fructose et au galactose.

L'introduction d'insuline (à grande vitesse) sous la peau provoque une forte augmentation de l'hormone dans le sang du patient, qui est utilisée pour retirer le patient du coma hyperglycémique. L'utilisation d'hormones et de médicaments hypoglycémiants pour traiter le diabète entraîne également une augmentation de l'insuline dans le sang.

Il convient de noter que bien que de nombreuses personnes sachent déjà qu’il n’existe pas de remède à une augmentation du taux d’insuline, il existe un traitement pour une maladie spécifique dans laquelle un tel «trouble» survient dans le statut hormonal et une violation de divers processus métaboliques.

Une diminution des taux d'insuline est observée dans le diabète sucré et les types 1 et 2. La seule différence est qu'avec le DSNID, le déficit en hormone est relatif et causé par d'autres facteurs que le déficit absolu en DSID. En outre, la baisse des valeurs quantitatives de l'hormone dans le sang entraîne des situations stressantes, un stress physique intense ou l'impact d'autres facteurs défavorables.

Pourquoi est-il important de connaître le niveau d'insuline?

Les indices absolus du niveau d'insuline obtenus lors des études en laboratoire n'ont pas, en eux-mêmes, de grande valeur diagnostique, car les valeurs quantitatives de la concentration en glucose ne sont pas très nombreuses. C'est-à-dire, avant de juger de toute violation dans le corps, associée au comportement de l'insuline, il faut étudier sa relation avec le glucose.

A cette fin (pour augmenter la signification diagnostique de l'analyse), test de stimulation de la production d'insuline par le glucose (Test de stress), ce qui montre que chez les personnes atteintes du diabète sucré latent, l'hormone hypoglycémiante produite par les cellules bêta du pancréas est en retard, sa concentration se développe plus lentement, mais atteint des valeurs plus élevées que les personnes en bonne santé.

En plus du test de charge avec glucose, une recherche diagnostique utilise test provocateur ou, comme on l'appelle, un test de famine. L'essence des échantillons est de déterminer le patient sanguin à jeun valeurs de glucose quantitatives, l'insuline et le peptide C (partie protéique de la molécule de proinsuline), après quoi le patient est limité à la nourriture et des boissons pour un jour ou plus (jusqu'à 27 heures), d'effectuer toutes les 6 heures indicateurs d'étude d'intérêt (glucose, insuline, peptide C).

Donc, si l'insuline est augmentée principalement dans des conditions pathologiques, à l'exception de la grossesse normale, où une augmentation de son niveau considéré comme un phénomène physiologique, la détection de fortes concentrations de l'hormone, ainsi qu'une diminution du taux de sucre sanguin, joue un rôle important dans le diagnostic de:

  • Processus tumoraux localisés dans les tissus de l'appareil des îlots du pancréas;
  • Hyperplasie du tissu des îlots;
  • Insuffisance en glucocorticoïdes;
  • Une pathologie hépatique sévère;
  • Diabète sucré au stade initial de son développement.

Pendant ce temps, la présence de ces états pathologiques tels que le syndrome de Cushing, l'acromégalie, la dystrophie musculaire, les maladies hépatiques nécessitent une étude des taux d'insuline, même à diagnostiquer pour surveiller les organes et les systèmes d'exploitation et la préservation de la performance.

Comment prennent-ils et prennent l'analyse?

La teneur en insuline est déterminée dans le plasma (le sang est prélevé dans un tube à essai avec de l'héparine) ou dans le sérum (le sang prélevé sans anticoagulant est centrifugé). Pour travailler avec du matériel biologique, procéder immédiatement (maximum après un quart d'heure), car cet environnement ne tolère pas un long «temps d'inactivité» sans traitement.

Avant l'étude, le patient est expliqué la signification de l'analyse, ses caractéristiques. La réaction du pancréas aux aliments, aux boissons, aux médicaments, à l'activité physique est telle que le patient doit mourir de faim avant le test pendant 12 heures, ne pas effectuer de gros travaux physiques, exclure l'utilisation de médicaments hormonaux. Si ce dernier est impossible, c’est-à-dire que le médicament ne peut être ignoré, il est consigné sur le formulaire d’analyse que le test est effectué dans le contexte de l’hormonothérapie.

Une demi-heure avant la ponction veineuse (le sang est prélevé de la veine) à la personne qui attend la queue pour analyse, ils proposent de se coucher sur le canapé et de se détendre autant que possible. Le patient doit être averti que le non-respect des règles peut affecter les résultats, puis une rentrée dans le laboratoire et, par conséquent, des restrictions répétées seront inévitables.

Introduction de l'insuline: seule la première injection fait peur, alors - une habitude

Si tant d'attention a été accordée à l'hormone hypoglycémiante produite par le pancréas, alors aucun mal touchera brièvement l'insuline comme un médicament est prescrit pour une variété d'états pathologiques et, tout d'abord, pour les patients diabétiques.

L'introduction de l'insuline par les patients est devenue chose courante, même les enfants y font face âge scolaire qui fréquentent le médecin enseigne toutes les astuces (en utilisant le dispositif pour l'administration de l'insuline, d'observer les règles d'asepsie, accédez aux propriétés du médicament et de connaître l'effet de chaque type). Sur les injections d'insuline « s'asseoir » pratiquement tous les patients atteints de diabète de type 1 et les patients atteints de diabète sucré grave du diabète insulinodépendant. En outre, l'insuline arrête certaines conditions d'urgence ou complications du diabète en l'absence de l'effet d'autres médicaments. Toutefois, dans les cas de diabète de type 2 après la stabilisation de l'hormone hypoglycémiante du patient sous forme d'injection est remplacé par d'autres moyens, est utilisé à l'intérieur, afin de ne pas déranger les seringues, calculer et dépend du site d'injection, ce qui est de se rendre sans habitudes est assez difficile, même s'il y en a compétences pour effectuer des manipulations médicales simples.

Le meilleur médicament avec un minimum d'effets secondaires et sans contre-indications graves est une solution d'insuline dont la base est l'insuline de l'homme.

Dans la structure à l'insuline humaine est plus semblable hormone hypoglycémiante pancréas de porc, ici il est, dans la plupart des cas, et a sauvé l'humanité pendant de nombreuses années pour obtenir (par génie génétique), ou semi-synthétiques formes d'ADN recombinant de l'insuline. Pour le traitement du diabète chez l'enfant, seule l'insuline humaine est actuellement utilisée.

Les injections d'insuline ont pour tâche de maintenir une glycémie normale, évitant les extrêmes: saute (hyperglycémie) et tombe en dessous des niveaux acceptables (hypoglycémie).

Attribution de types insulines, le calcul de leur dose en fonction des caractéristiques de l'organisme, l'âge, comorbidités ne produit qu'un médecin dans une base strictement individuelle. Il enseigne également le patient comment faire leurs propres injections d'insuline, sans avoir recours à une aide extérieure, désigne l'insuline de la zone, donne des conseils sur la nutrition (devrait convenir la prise alimentaire avec l'arrivée de l'hormone hypoglycémiante dans le sang), mode de vie, la routine quotidienne, l'exercice. En général, dans le bureau d'un patient, endocrinologue reçoit toutes les connaissances nécessaires, dont dépend la qualité de sa vie, au patient ne peut les utiliser correctement et suivre strictement toutes les recommandations de votre médecin.

Vidéo: sur l'injection d'insuline

Types d'insuline

Les patients recevant une hormone hypoglycémiante sous forme injectable devront déterminer quels sont les types d'insuline, à quelle heure de la journée (et pourquoi) ils sont prescrits:

  1. Insulines ultracourtes, mais une action courte (Humalog, Novorapid) - ils apparaissent dans le sang de quelques secondes à 15 minutes, le pic de leur action est atteint en une heure et demie, mais à 4 Chasa le patient est à nouveau sans insuline et il est nécessaire de se demander si cette le moment veut de toute urgence manger.
  2. L'insuline à action prolongée (Actrapid HM, Insuman rapide, Humulin régulier) - effet est une demi-heure à 45 minutes après l'injection et dure 6 à 8 heures de pointe d'action hypoglycémique se situe dans l'intervalle compris entre 2 - 4 heures après l'administration.
  3. insuline à action intermédiaire (Humulin NPH, Insuman Basal, HM Protafan) - attendre un effet rapide de l'introduction de ce type d'insuline est pas nécessaire, il se produit à l'intérieur de 1 - 3 heures au sommet est comprise entre 6 - 8 heures et se termine après 10 - 14 heures ( dans les autres cas jusqu'à 20 heures).
  4. Insulines à longue durée d'action (jusqu'à 20 à 30 heures, parfois jusqu'à 36 heures). Le représentant du groupe: un médicament unique qui n'a pas le pic d'action - Insulin Glargin, dont les patients sont plus connus sous le nom de "Lantus".
  5. Des insulines d'action ultra-durable (jusqu'à 42 heures). En tant que représentant, vous pouvez appeler le médicament danois Insulin Degludek.

Les insulines à longue durée d'action et à très longue durée d'action sont administrées une fois par jour, elles ne conviennent pas aux urgences (jusqu'à ce qu'elles atteignent le sang). Bien entendu, dans le cas du coma, l'insuline à action ultra-courte est utilisée, ce qui rétablit rapidement les taux d'insuline et de glucose, les rapprochant de la normale.

En attribuant au patient différents types d'insuline, le médecin calcule la dose de chacun, la méthode d'administration (sous la peau ou dans le muscle), indique les règles de mélange (si nécessaire) et les heures d'administration en fonction de la prise alimentaire. Probablement, le lecteur a déjà compris que le traitement du diabète sucré (en particulier l'insuline) ne tolérera pas une attitude frivole à l'égard du régime. Les repas (de base) et les «collations» sont étroitement liés au niveau d'insuline au moment du repas; ils doivent donc être strictement contrôlés par le patient lui-même - sa santé en dépend.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Le diagnostic de "diabète sucré" avec le niveau actuel de développement de la médecine n'est pas considéré comme une phrase fatale. Les appareils modernes aident à surveiller constamment la glycémie à la maison et à la maison.

Tout le monde est obligé de surveiller sa santé. La maîtrise du taux de sucre est une priorité absolue pour les diabétiques. Il n'est pas pratique de visiter les hôpitaux régulièrement.

Presque tout le monde a entendu parler des avantages des œufs de caille. Ils sont considérés comme diététiques, donc ils conviennent à la ration des jeunes enfants.